Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Notes sur le désir...

Notes sur le désir...

Ratings: (0)|Views: 25|Likes:
Published by Paco Alpi
Une réflexion sur l'envie de bloguer, et le devenir de celle-ci. Quelques exemples.
Une réflexion sur l'envie de bloguer, et le devenir de celle-ci. Quelques exemples.

More info:

Published by: Paco Alpi on Aug 14, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/13/2014

pdf

text

original

 
* **
Notes sur le désir ...du blogueur, révision 2
*
Où donc est passée l’envie de “bloguer” ?
- Elle s’est perdue, semble-t-il, et demeure ailleurs, dans les archives, considérables dansleur volume, pas forcément dans leur contenu. Et combien de billets d’humeur, parfoisd’humour, aujourd’hui démodés.
Faute d’actualité.
Elle est passée ailleurs, dans d’autres textes, plus courts, ou plus rares, dans d’autresformats, sur d’autres supports. Le carnet de bord suppose un navire, sur lequelembarquer, et le journal appelle un point quotidien ou habituel, pour servir de repère.
 
A défaut, supputer le naufrage, le récif, au lieu du récit. Le navire avait-il suffisamment deressources pour poursuivre son voyage, et alimenter la chronique, ou ses soutes étaient-elles trop pleines, et les passagers trop gavés se sont-ils noyés à la première baignade ?Nous baignons en effet dans des flux multiples d’information, jusqu’à satiété et saturation.Et le lecteur fatigué finit parfois par s’abstenir, pour trop-plein d’abondance, et autressources de distraction.*
Mais quelle distraction
 
est-elle essentielle, et quelle autre, superfétatoire ?Faut-il explorer l’envie d’écrire, de réfléchir, de parler à un lecteur virtuel, de lui offrir, encadeau, quelques fruits plus ou moins délectables et parfois défendus ? Et reste-t-il dutemps pour lire, pour écouter, pour admirer, telle ou telle trouvaille plus ou moinséventée... De quoi sommes-nous curieux et insatiables, et de quoi l’étions-nous hierencore, mais plus du tout ce jour ?Quelques marronniers fort défraîchis, quelques castagnes inutiles, n’empêchent pasl’automne. Bienvenue au coin du feu, restent quelques provisions, quelques mélodies, etpeut-être quelques festivités à venir, entre autres ressources et distractions.D’autres cheminements sont toujours possibles, et le plaisir de “poster” sur Posterous ousur Blogger a été remplacé, ici ou là ; les uns sont sur Twitter, d’autres sur Facebook, maisaussi sur des sites spécialisés, dans l’image, la vidéo, le carnet de voyages, la publicationen ligne de documents en nombre illimité. Quasiment illimité !
Rien ne manque,
 
il va falloir faire du vide, un peu de ménage, en somme.Rires dans la salle, la bibliothèque déborde de partout, la bibliothécaire n’en peut plus,trop de livres, ou trop de lecteurs, qui sait... Une simple indigestion, trop de textes, pasassez d’autre chose, de musiques, d’images, d’autres métaphores.De nouveaux algorithmes permettent, paraît-il, de remonter dans le temps, de suivre lesdétours d’une rumeur, d’une information, d’un virus, sur des modèles de réseaux. A loisir,les blogs existants et à venir offrent aussi d’explorer les archives du réseau des réseaux.Et les moteurs de recherche, à commencer par le plus célèbre, offrent une vision quasi-universelle de la fameuse réalité, sans pour autant l’épuiser.*
Observer la fenêtre en temps réel
est un exercice suffisant, on y voit mieux àl’évidence le temps qu’il fait. La forme du net, un filet pour pêcher de toute part les petitspoissons, ou celle du web, une toile d’araignée bien décidée à gober les mouches et lesclients qui passent aux environs, aurait pu servir d’avertissement...Le blogueur avait-il quelque blague amusante à vendre ? Ou des salades, prêtes à circulersur tous les étals... La complainte du blogueur, en vacances, voilà l’absence de lecteurs oude lectrices, qui induit la disparition de l’envie de publier le moindre billet, qui induit enretour l’accélération du processus. L’envie d’aller voir ailleurs, donc de vacances, cerclesans fin...*Le temps réel est une variante du présent, mais nous n’en saisissons qu’une parcelleminuscule, un fragment illusoire, il manque le reste, où gisent quelques inconnues,quelques images dénuées de sens, ou non, quelques moments harmonieux, accessiblesseulement si si vous y êtes disponible.Que faire quand le charme s’épuise, quand le présent devient passé, démodé, obsolète...Changer le présent, bien sûr.
Dans cette vacance synonyme de vacuité
, on peut visiter la cave, où dorment parfoisde bonnes bouteilles, et le grenier, qui pourrait receler entre autres trésors oubliés, dugrain à moudre. Trier, bien sûr, est un travail de longue haleine.*
 
Dans le journal d’hier, c
omme dans celui d’avant-hier, ce qui nous presse, nousimpressionne, et parfois nous bouscule, et revient, comme marronniers et castagnesdiverses, conflits lointains ou voisins, l’état-limite du monde, et de ses divertissements.Comment s’arrangent les affaires, chroniques.La guerre, l’économie, le sport, les faits divers...Les bourses, la finance, les banques...L’environnement, la culture, les divertissements.La politique, les politiques... Les débats et les idées.Les scandales, les conflits, les catastrophes, l’actualité.Les régions, l’espace international et le local, les alertes.Un édito, La Une, Les titres, quelques brèvesUn billet, en provenance de Sirius, bien sûr.Quelques images.De Mars ou d’ailleurs.*De réponse, point, quand le compteur tend vers zéro.Reste à écrire sur la grève, ou mieux sur l’estran, voire dans le désert.** * *
* *
Dans les archives
*Le Monde
 

Activity (2)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->