Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
La Rotonde, édition du 10 Septembre 2012

La Rotonde, édition du 10 Septembre 2012

Ratings: (0)|Views: 36|Likes:
Published by La_Rotonde

More info:

Published by: La_Rotonde on Sep 12, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

09/12/2012

pdf

text

original

 
Édition du lundi 10 septembre 2012VOLUME LXXXI N
O
2NÉGOCIATIONS CONTRACTUELLESLes professeurs et l’administrationne trouvent pas de terraind’entente | P.3PROJET DE RÉFECTIONLe partimoine canadien français àOttawa est menacé | P.4GRÈVE ÉTUDIANTEL’UQO vote contre lareconduction de la grève | P.6SPECTACLE
La Rotonde
vous racontele Folkfest | P.9GEE-GEESL’équipe de rugby féminineremporte son premier match| P.16PROCRASTINATIONPauline Marois prend lepouvoir | P.19
PhotosAyoub Ben SessyLéa Papineau-Robichaud
FACEBOOK :www.facebook.com/LaRotonde.caTWITTER :@LaRotondeWEB :www.larotonde.ca
Les artistes émergentsprennent d’assautl’Outaouais
Arts et culture P.10
Segun Makinde passeà un cheveu de montersur le podium à Londres
Sports P.13
La troupe de Steve Johnsonprend la tête des Sportsuniversitaires de l’Ontario
Sports P.15
 
2p.www.larotonde.ca
ÉDITORIAL
Vinnt Riox | rdation@larotond.a
L
Édition du lundi 10 septembre 2012VOLUME LXXXI N
O
2
109, rue OsgoodeOttawa, OntarioK1N 6S1TÉL. : 613 421 4686
RÉDACTION
Rédacteur en chef
Vincent Riouxredaction@larotonde.ca
Secrétaire de rédaction
Caroline Ramirezrevision@larotonde.caJeanne Strasbourg,correction@larotonde.ca
Actualités
Mathieu Lacombeactualite@larotonde.caÉmilie Deschampsnouvelles@larotonde.caMylène Charetteinformations@larotonde.ca
Arts & culture
Katherine Sullivanculture@larotonde.ca
Sports
Léa Croussetsports@larotonde.ca
Opinions et Procrastination
redaction@larotonde.ca
Web
Cyrine Taktak web@larotonde.ca
Directeur de production
Simon Lalonde Boisvertproduction@larotonde.ca
Directeur artistique
Ayoub Ben Sessiimages@larotonde.ca
Photographe
Léa Papineau-Robichaudphotographe@larotonde.ca
ADMNISTRATION ET VENTES
Directeur général
Alexandra Scott-Larouchedirection@larotonde.ca
Publicité
Cathy LeRéseau Sélectecathy.le@tc.tc
Prochaine parution
Lundi 17 septembre 2012
La Rotonde
est le journal étudiant del’Université d’Ottawa, publié chaquelundi par 
Les Publications de LaRotonde Inc.
, et distribué à 2500copies dans la région d’Ottawa. Il estfinancé en partie par les membresde la FEUO et ceux de l’Associationdes étudiants diplômés.
La Rotonde
 est membre de la Presse universitairecanadienne (PUC).
La Rotonde
n’est pas responsable del’emploi à des fins diffamatoires de sesarticles ou éléments graphiques, entotalité ou en partie.
TABLE DES MATIÈRES
AcTuALITÉs :
Négoiation P.3 | Patrimoin P.4 | smain 101 & Altrnativ P.5 | Éltion P.6Vox Pop P.6 | chroniq P.7 | FÉuO P.7 | Il était n oi P.7
ARTs & cuLTuRe :
Fdt P.8 | Ta lang P.8 | Folkt P.9 | Théâtr Ation P.9 | FOÉ P.10caé Alt P.11 | chroniq P.12 | critiq P.12 | calndrir P.12
sPORTs :
sgn Makind P.13 | saviz-vo q? P.13 | Pal Apsimon P.14 | Andrw Hrman P.14sor éminin P.15 | Rgby P.16 | chroniq P.17 | Étoil P.17 | calndrir P.17
OPINION & PROcRAsTINATION :
Grèv P.18 | Poèm / Ovila catongay / sdok P.19
L patrimoin ranophon à Ottawa :nor t tojor n dangr 
Dans une ère où l’ensemble des décisions prises par nos dirigeants politiques cherche à atteindre un idéal d’efcacité,
tout semble devoir être réglé au quart de tour et porter instantanément ses fruits. Tout doit très concrètement servir l’économie et la population, sans que celle-ci n’ait toutefois besoin d’être consultée puisqu’on agit supposément pour 
son bien. S’opposer à un projet de société qui va dans le sens de cette efcacité – un projet qui augmenterait la uiditédu trac, ou qui créerait des emplois en grand nombre et souvent sous-qualiés – relève d’une pure absence de bon
sens pour les partisans de la productivité. Il faut avant tout « faire rouler l’économie », comme le chantait le regrettéDédé Fortin.
Une fois de plus, la communauté franco-ontarienne est sur le point d’être victime de cette funeste efcacité. C’est
avant tout au nom d’arguments économiques, dissimulés derrière une cause écologique, que la Commission de lacapitale nationale (CCN) désire aller de l’avant avec un projet d’envergure qui vise à élargir la rue Sussex dans lequartier de la Basse-Ville Ouest. Nos représentants de l’Hôtel de Ville ont recommandé unanimement de démolir lesbâtisses aux 273 et 275-279, rue Sussex.Ces maisons, dans lesquelles des générations de Canadiens-Français ont vécu, vont être détruites pour permettrel’élargissement du boulevard de la Confédération. Non seulement ces maisons sont « dans le chemin » d’un projetsupposément visionnaire, mais elles ne seraient « pas en harmonie avec le cachet [de la promenade Sussex] », d’aprèsla CCN. Le boulevard de la Confédération est aussi une artère régulièrement empruntée par les dignitaires qui visitent lepays. Nettoyer la voie de ces bâtiments populaires reviendrait donc à présenter au monde une ville, certesmonumentale, mais sans histoire francophone, comme si on avait affreusement honte d’un passé ouvrier pourtantfondateur.Quelle perte! Refusant de voir dans ces quelques vestiges l’occasion de préserver une trace de l’établissement de lacommunauté francophone dans la Basse-Ville, la Ville d’Ottawa est sans équivoque : ces maisons doivent êtredétruites et, avec elles, c’est tout un pan de l’histoire des Franco-Ontariens qui continue à s’effriter, après l’annoncerécente de la démolition de maisons sur les rues Bruyère et St Andrew, qui laisseront place à un complexe résidentielorchestré par Claridge Homes. Nous ne détruisons pas de simples murs, mais une partie de la culturecanadienne-française en Ontario. Voici le message que nous lançons aux futures générations de francophones :« Vous n’existez pas et, si vous avez existé un jour, nous nous efforçons désormais de faire disparaître vos traces, vossouvenirs et vous poussons à l’assimilation. Laissez votre passé franco-ontarien aux cours d’Histoire et aux plaquescommémoratives ».
Dans les années 1960 et 1970, la Ville d’Ottawa, nancée par le gouvernement et la Société d’hypothèque et de
logement, a rasé la quasi-totalité des maisons privées dans le quartier de la Basse-Ville Est, pour réaliser des logementssociaux sous la forme de barres d’habitations grises et de maisons en rangée. La communauté francophone a étéexpropriée sans possibilité de retour, impuissante face à la démolition de son quartier. Et voici que, quelques cinquante
ans plus tard, on méprise encore et toujours l’argument de la minorité qui a l’audace d’afrmer la valeur mémorielled’édices centenaires, rejetant le seul argument de la qualité esthétique et du « cachet ».
La Rotonde s’insurge contre la décision de la Ville et appelle tous les citoyens ottaviens, anglophones commefrancophones, à joindre leur voix à celle de M. Marc Aubin, président de l’Association communautaire de laBasse-Ville, pour s’opposer au projet destructeur de la CCN. Parce qu’à chaque fois qu’on s’attaque aux élémentscélébrant la culture francophone à Ottawa, on engage aussi les hostilités avec l’institution qu’est La Rotonde,
porte-étendard franco-canadien. La Ville d’Ottawa a déjà détruit trop d’édices dans la Basse-Ville, il est impératif de
préserver ceux qui demeurent, au nom de la culture canadienne-française et de ceux qui se sont battus pour lasauvegarder.
Vc R,
Rédacteur en chef
 
3p.www.larotonde.ca
AcTuALITÉs
Mathi Laomb | atalit@larotond.a10 ptmbr 2012
 
Les Publications La Rotonde Inc.
sont une organisation à but non lucratif gérée par un conseil d’administration (CA) de membres votants.Vous trouverez en ligne les ordres du jour et les procès-verbaux des réunions du CA, des assemblées des membres ainsi que les Statutset Règlements en vigueur qui régissent l’administration du journal.Pour communiquer avec les membres du conseil exécutif, veuillez vous référer aux adresses ci-dessous.Hamdi Souissi - Président (intérim) -
president@larotonde.ca
Éric Barette - Trésorier -
tresoriere@larotonde.ca 
Marie-Hélène Haché - Secrétaire -
secretaire@larotonde.caMembres votants :
Eric Barette - Catherine Dib - Ducakis Desinat - Anaïs Elboujdaïni - Maxime Goulet-Delorme -Marie-Hélène Hâché - Réjean Léger - Julien Paquette - Hamdi Souissi
Mè Chr,
Journaliste actualitéLes négociations entourant la nouvelle convention collective des professeursde l’Université d’Ottawa (U d’O) se trouvent dans une impasse. La conciliation
représente actuellement l’unique solution an qu’une entente soit conclue
entre les deux parties.
Le conit dure depuis avril 2011 et, quatorze mois plus tard, l’Université et
l’Association des professeures et des professeurs de l’U d’O (APUO) n’onttoujours pas trouvé un terrain d’entente. Certaines universités ontariennesayant commencé à négocier en même temps ou après l’Université sont,quant à elles, parvenues à des résultats. À titre comparatif, l’UniversitéCarleton a commencé les négociations en février 2012 et, le 29 août dernier,sa demande de conciliation était acheminée au gouvernement ontarien.
Un conit, deux perceptions
Bien que les deux parties se soient entendues sur certains enjeux normatifs tels
que l’attribution des charges de travail, aucune entente n’a été ratiée en
tant que telle. Selon Christian Rouillard, président de l’APUO, les enjeux
normatifs seraient déjà tous réglés alors que l’employeur afrme le contraire :
« On n’a pas la même compréhension de la situation actuelle. Un croit que çava bien et l’autre que ça va mal, mais souvent c’est celui qui trouve que çava bien le gagnant », regrette-t-il. De son côté, l’Université mentionne que« les négociations se poursuivent entre l’Université d’Ottawa et l’Associationdes professeurs ». La mésentente créée par les enjeux normatifs retarde toutle processus de négociation. En effet, ces éléments doivent être réglés avantqu’une autre entente ne soit conclue concernant les enjeux monétaires et lesavantages sociaux. S’ils ne sont pas résolus, tel que c’est le casactuellement, les deux parties peuvent exiger la conciliation en vertu de laloi de 1995 sur les relations de travail. Cependant, personne n’a encore
communiqué avec le gouvernement de l’Ontario an de requérir les services
d’un conciliateur dans ce dossier.
En route vers un lock-out ou une grève?
Dans l’éventualité où la conciliation s’avèrerait nalement vaine, deux
scénarios sont envisageables; l’employeur décrète un lock-out, ou l’APUOdéclenche la grève. L’Université ne s’avance pas trop à ce sujet : « Notreobjectif est d’en arriver à une entente satisfaisante à la fois pour l’Université etpour ses professeurs et nous sommes persuadés qu’une telle entente estpossible ». M. Rouillard avoue, quant à lui, que toutes les options sont sur latable : « Est-ce que la grève est impossible? C’est la question. Si laconciliation vient à ne pas fonctionner, la grève pourrait être déclenchée »,souligne le président de l’Association.
Les négociations stagnent entre les professeurs et l’Université d’Ottawa
La conciliation est envisagée
« L ho riqnt d  bolr pl q jamai » - chritian Roillard,préidnt d l’Aoiation d pror t d pror d l’univrité d’Ottawa
Photo Ayoub Ben Sessy

Activity (2)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->