Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
5Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Magazine Croix-Rouge, Croissant-Rouge. No. 2, 2012

Magazine Croix-Rouge, Croissant-Rouge. No. 2, 2012

Ratings: (0)|Views: 63|Likes:
Le magazine Croix-Rouge, Croissant-Rouge traite de questions intéressant l'ensemble de la communauté humanitaire et couvre les activités réalisées par les Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge afin d'aider les personnes vulnérables. L'abonnement est gratuite. Voir le magazine en ligne et les numéros précédents. http://www.redcross.int/fr/mag/archives.html
Le magazine Croix-Rouge, Croissant-Rouge traite de questions intéressant l'ensemble de la communauté humanitaire et couvre les activités réalisées par les Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge afin d'aider les personnes vulnérables. L'abonnement est gratuite. Voir le magazine en ligne et les numéros précédents. http://www.redcross.int/fr/mag/archives.html

More info:

Published by: International Committee of the Red Cross on Sep 13, 2012
Copyright:Traditional Copyright: All rights reserved

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

03/26/2013

pdf

text

original

 
La bravoure sous les tirs
Le Croissant-Rouge arabe syrien, sauveur de vies
Prouvezle !
Des premiers secours communautaires éprouvés par les faits
Répliquer la résilience
Briser le cercle vicieux de la dépendance à l’aide au Kenya
Protégerles témoins
LE MAGAZINE DU MOUVEMENT INTERNATIONAL
DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE
NUMÉRO 2.2012www.redcross.int
CroixRouge CroissantRouge
 
Le Mouvement international de la CroixRougeet du CroissantRouge
comprend trois composantes:le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), la Fédérationinternationale des Sociétés de la Croix-Rouge et duCroissant-Rouge (FICR) et les Sociétés nationales.
Organisation impartiale, neutre et indépendante,
le Comité international de la CroixRouge(CICR)
a la mission exclusivement humanitairede protéger la vie et la dignité des victimes deconlits armés et d’autres situations de violence,et de leur porter assistance. Le CICR s’eorceégalement de prévenir la sourance par lapromotion et le renorcement du droit et desprincipes humanitaires universels. Créé en 1863,le CICR est à l’origine des Conventions de Genèveet du Mouvement international de la CroixRougeet du CroissantRouge, dont il dirige et coordonneles activités internationales dans les conlitsarmés et les autres situations de violence.
La Fédération internationale des Sociétés de la CroixRouge et du CroissantRouge
 (FICR) est le plus vaste réseau humanitaire devolontaires au monde. Il touche chaque année, àtravers ses 187 Sociétés nationales, 150 millionsde personnes. Ensemble, nous œuvrons avant,pendant et après les catastrophes et les urgencessanitaires pour répondre aux besoins et améliorerles conditions d’existence des personnesvulnérables. La FICR agit de açon impartiale,sans distinction de nationalité, de race, de sexe,de croyances religieuses, de classe ou d’opinionpolitique. Guidée par la Stratégie 2020 – son pland’action collecti pour relever les grands déisde la décennie en matière d’aide humanitaire etde développement –, la FICR est déterminée à«sauver des vies et changer les mentalités».
Le Mouvement international de la CroixRouge et du CroissantRouge
est guidé par sept Principes ondamentaux :
humani
,
impartiali
,
neutrali
,
indépendance
,
volontariat
,
unité
et
universali
.Toutes les activités de la CroixRouge et du CroissantRouge poursuivent le même objecti :
aider ceux qui sou rent, sans discrimination aucune, et contribuer ainsi à la paix dans le monde
.
CICR
Fédération internationale des Sociétésde la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge
Les Sociétés nationales de la CroixRouge etdu CroissantRouge
mettent en application les buts et les principes du Mouvement international de la CroixRouge et du CroissantRouge dans188 pays. Elles y assument le rôle d’auxiliaires des pouvoirs publics pour tout ce qui concernel’humanitaire et y conduisent des activités dans des domaines tels que les secours en cas decatastrophe, les services de santé et l’assistance sociale. En temps de guerre, elles ournissent une assistance à la population civile aectée et apportent leur soutien aux services de santé de l’armée, le cas échéant.
 
 
L
ORSQU’UN JOURNALISTE est tué dansl’exercice de son métier, c’est la sociétédans son ensemble qui est menacée.En plus de réduire un journaliste au silence,ces décès incitent tous ses collègues à l’auto-censure. On pourrait dire que la liberté d’ex-pression (et avec elle l’accès à l’inormation)est un «méta-droit» sans lequel l’exercice debien d’autres droits est compromis. C’est unepierre angulaire de la démocratie, de la bonnegestion des afaires publiques, de la transpa-rence et de la capacité d’une société à airedes choix en connaissance de cause.En temps de conit, de troubles politiquesviolents ou de catastrophe naturelle, les jour-nalistes doivent être spécialement protégés,non seulement parce qu’ils accomplissentsouvent des actes héroïques ace au danger,mais aussi en raison de leur rôle social essen-tiel. Il n’est pas d’autre choix sau un monderégi par l’ignorance, la rumeur et les alléga-tions sans ondement.Le journalisme, cependant, est aussi undomaine éminemment polémique, et lesproessionnels des médias se trouventréquemment exposés au danger, sous la me-nace d’acteurs étatiques et non-étatiques. Aucours des vingt dernières années, un millier de journalistes ont été tués dans l’exercice de leurmétier, et les décès ont été particulièrementnombreux au cours des douze derniers mois.Les morts tragiques de correspondants étran-gers pris dans les combats ont souvent lesgrands titres, mais les deux tiers des journa-listes qui perdent la vie décèdent en dehorsde conits armés. La plupart sont des indé-pendants qui travaillent pour un journal ouune radio locale et le plus grand péril pour euxn’est pas l’accident, mais bien le meurtre. Unpourcentage important des journalistes tuésavaient reçu des menaces. L’assassinat est laorme suprême de la censure et, dans les paysoù les risques sont les plus élevés, l’impunitéest répandue.
NUMÉRO 2.2012
|
CROIX-ROUGE CROISSANT-ROUGE
|
 
1
La sécurité des journalistes,enjeu humanitaire vital
L’une des manières de réduire le dangerpeut être de s’adresser en haut lieu et deaire passer le débat du plan local à un ni-veau plus élevé. Les dirigeants nationauxdevraient, par exemple, condamner lesmeurtres de journalistes dans les termesles plus vis. Les enquêtes et les poursuitespourraient se dérouler à l’échelle nationaleplutôt qu’au plan local, ce qui réduirait lerisque d’ingérence politique. Les journa-listes locaux devraient cultiver leurs liensavec leurs collègues d’autres pays, et lesorganisations de journalistes ainsi queles groupes représentant la société civilepourraient exiger une plus grande atten-tion de la part des organismes régionauxet internationaux institués par le droit in-ternational des droits de l’homme.Faut-il un nouveau traité pour protéger les journalistes ? À mes yeux, le cadre juridiqueinternational existant est sans doute su-sant en termes de normes. Le véritable enjeuest l’application des lois existantes. Des dé-clarations ou d’autres textes similaires, dansle cadre des Nations Unies et à l’échelle ré-gionale, peuvent aider à élever le débat et àsusciter une sensibilisation mondiale.Les organisations humanitaires jouent aussi unrôle important. Le numéro d’urgence du CICRpour les journalistes — ainsi que la ormationà la sécurité, aux premiers secours et au droithumanitaire ournie par le CICR et par les So-ciétés nationales — sont de bons exemples demesures possibles. Cependant, les acteurs hu-manitaires peuvent aire davantage en insistantsur le rôle des journalistes dans les catastrophesnaturelles et dans les contextes de violencearmée pour garantir la transparence, le suivi desresponsabilités et la sensibilisation de l’opinion.ll ne su t pas de répéter aux États et à la sociétédans son ensemble que les journalistes doiventêtre protégés; chacun doit prendre pleinementconscience du rôle des médias dans des si-tuations de catastrophe et de conit, an quenous puissions tous mieux comprendre notremonde, contribuer à la prévention des conits,réduire l’impact des catastrophes naturelles etprendre des décisions en toute connaissancede cause, en particulier lorsque les enjeux sontaussi considérables.
 
Christof Heyns
Rapporteur spécial des Nations Unies sur les exécutionsextrajudiciaires, sommaires ou arbitraires. Proesseur dedroit et codirecteur de l’Institut de droit international et dedroit comparé en Arique à l’Université de Pretoria (Ariquedu Sud). Le texte intégral du rapport de Christo Heynsau Conseil des droits de l’homme des Nations Unies sur laprotection des journalistes fgure dans le document NationsUnies A/HRC/20/22, à l’adresse www.ohchr.org.
L’assassinat est la forme suprême de la censure et,dans les pays où les risques sont les plus élevés, l’impunité est répandue.
Comment protégerles journalistes ?
Estil temps d’adopter un nouveau traité internationalou autil simplement mieux respecter les lois envigueur ? Voyez les divers points de vue à l’adresse
www.redcross.int/journalists
.
     A    v    e    c     l     ’    a    u    t    o    r     i    s    a    t     i    o    n     d    e     l     ’     O    r    g    a    n     i    s    a    t     i    o    n     d    e    s     N    a    t     i    o    n    s     U    n     i    e    s
Tribune libre

Activity (5)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
mcommemaison liked this
Sissi31 liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd