Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
5Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Editorial Félix Rome -Recueil Dalloz - 11 octobre 2012 - n° 35 - p. 2297

Editorial Félix Rome -Recueil Dalloz - 11 octobre 2012 - n° 35 - p. 2297

Ratings: (0)|Views: 3,169|Likes:
Published by dispensedoctorat
Editorial Félix Rome - D'une passerelle, l'autre.
Editorial Félix Rome - D'une passerelle, l'autre.

More info:

Published by: dispensedoctorat on Oct 10, 2012
Copyright:Traditional Copyright: All rights reserved

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/13/2014

pdf

text

original

 
.
Recueil Dalloz 2012 p. 2297
D'une passerelle, l'autre.
Félix Rome
 
«
On a gagné !!!
», peuvent s'écrier les avocats de France et de Navarre. En effet, levendredi 5 octobre, la garde des Sceaux les a, devant l'assemblée générale duConseil national des barreaux (CNB), opportunément caressés dans le sens du poil,en entonnant un
requiem
pour le fameux décret 2012-441 du 3 avril 2012, quirendait moins amère la défaite électorale pour les parlementaires et les ministres enleur offrant, comme lot de consolation, la possibilid'embrasser la professiond'avocat, sans conditions ou presque...Pris, en pit des protestations quasi unanimes de la profession, par ungouvernement soucieux, au moment de quitter les affaires, de célébrer une dernièrefois la République des copains dans le besoin, le texte dispense «
les personnes justifiant de huit ans au moins d'exercice de responsabilités publiques les faisant directement participer à l'élaboration de la loi 
», non seulement du certificatd'aptitude à la profession d'avocat, sur lequel suent actuellement, sang et eau,plusieurs milliers d'étudiants, mais encore de tout examen de déontologie. Ce décretscélérat avait immédiatement provoqué un tollé : «
 Je veux bien tous les avocats dumonde par désir, mais sûrement pas par défaut 
», s'était ému le président du CNB. Letexte s'apparente à «
une régression des valeurs de la profession et à une remise encause de la qualité du service rendu aux justiciables
», s'était indigné le bâtonnier deParis qui, sur fond de résistance au décret injuste, avait, dans une lettre ouverte à lagarde des Sceaux, demandé son abrogation. Manifestement, ce voeu est donc exaucépuisque celle-ci a affirmé, la main sur le code (de déontologie), qu'elle partageait «
vraiment l'émoi 
» suscité par ce texte et a annoncé un nouveau décret qui édicterait,pour les parlementaires et les ministres concernés, «
l'obligation de suivre uneformation de déontologie et de subir l'examen de contrôle de ces connaissancesdéontologiques ainsi que des connaissances sur la réglementation professionnelle
».En somme, pour apaiser la légitime colère des avocats, il suffit de soumettre lespoliticiens de tous poils, qui entendent enfiler la robe pour oublier leurs mésaventuresélectorales, à un examen de déontologie. Ah bon ! Naïvement, je le confesse, jepensais que ce décret posait des questions autrement plus fondamentales, entreautres la profession d'avocat, elle-même, qu'on dévalorise en l'appréhendant commeune voie de garage pour hommes politiques en mal de mandat, indépendamment deleurs compétences juridiques (théoriques et techniques) réelles, et les conflitsd'ints que le texte favorise fatalement, mais bon, j'avais sans doute malcompris...Je comprends encore moins la résolution adoptée au mois de juin dernier parl'assemblée générale du CNB, qui propose que les docteurs en droit ne soient plusdispensés de l'examen d'entrée au centre régional de formation professionnelle desavocats (CRFPA), dispense dont ils bénéficient depuis une loi de 1971. Passons sur lefait que les docteurs en question ne sont pas dispensés, et c'est heureux, du fameuxexamen de déontologie, on éprouve quand même quelques difficultés à saisir la
ratiolegis
de cette délibération. L'afflux de docteurs fait-il subir un péril à la professiondont il ferait gonfler inconsidérément le nombre ? Leur qualité est-elle si médiocrequ'elle déprécie le titre d'avocat ? Non, évidemment ! La riposte ne s'est pas faitattendre puisqu'une tition en ligne a été lancée par « Le collectif pour lavalorisation du doctorat » pour protester contre ce crime de lèse-Université. Ce qui,
[DALLOZ.fr - Document] https://biblionum.u-paris2.fr/http/bu.dalloz.fr/PopupDocumen...1 sur 2 10/10/12 10:12

Activity (5)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
combatsdh liked this
combatsdh liked this
combatsdh liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->