Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
4Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Foucault - De La Guerre Des Races Au Racisme D'Etat

Foucault - De La Guerre Des Races Au Racisme D'Etat

Ratings:

4.5

(4)
|Views: 595 |Likes:
Published by Nordine Hajji

More info:

Published by: Nordine Hajji on Jan 21, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF or read online from Scribd
See more
See less

05/10/2014

 
D
E LA GUERRE DES RACES AU RACISME D
ÉTAT
à propos de :
« Il faut défendre la société »
Cours au Collège de France, 1976.
de
Michel F
OUCAULT
Édition établie sous la direction deFrançois Ewald et Alessandro Fontana,par Mauro Bertani et Alessandro Fontana.Gallimard-Seuil (Hautes Études), 1997.Faut-il considérer que la politique ne sert quà entériner des rapports deforce ? Ou, plus encore, qu’elle n’est qu’une façon de poursuivre sous uneautre forme d’anciens conflits armés ? Cela reviendrait à inverser la célèbreformule de Clauswitz, qui considérait que la guerre était une façon de conti-nuer la politique par d’autres moyens, et cela reviendrait aussi à ne pluspenser le pouvoir en terme de contrat — conception juridique chère auxphilosophes du
XVIII
e
siècle — mais au contraire à l’appréhender en termesd’affrontement. Autrement dit, si on adoptait cette dernière conception, ilfaudrait reconnaître que tout pouvoir politique se fonderait sur un rapport deforce issu d’une guerre réelle, et que même si ce pouvoir agissait ensuite ensorte d’arrêter la guerre, pour faire régner ou tenter de faire régner une paixdans la société civile, ce ne serait pas pour neutraliser le déséquilibre qui seserait manifesté à l’issue du conflit, mais au contraire pour réinscrire perpé-tuellement ce rapport de force, par une sorte de guerre silencieuse, aussibien dans les institutions que dans les structures économiques.Se demander si une telle conception est pertinente ou non a moins desens que de s’interroger sur sa diffusion. Car, en ce domaine, les croyancesfont la réalité. Il suffit par exemple que les instances du pouvoir y accordentdu crédit pour qu’elles agissent en conséquence : ainsi, à partir du momentoù le pouvoir se définit à travers un rapport de domination, la répression qu’ilexerce n’est plus que la mise en œuvre des mécanismes d’assujettissementpour perpétuer cette domination. Or, une telle conception du pouvoir a effec-tivement traversé la société française, voire européenne, de la fin du
XVII
e
siècle au début du
XIX
e
siècle. Née d’une contestation de l’absolutisme monar-chique, elle se retrouve en France dans tous les récits historiques qui souli-gnaient le caractère belliqueux des invasions franques — censées marquerl’origine de la monarchie — et qui, tout en datant de cette conquête le bien-
Ceci est la version papier dune page publiée sur le site web de
R
EVUE DE
L
IVRES
http://assoc.wanadoo.fr/revue.de.livres/ Abonnements et commentaires sont les bienvenus à ladresse suivante :revue.de.livres@wanadoo.fr
 
fondé de la grande division sociale entre roturiers et nobles, contestaient à laroyauté sa progressive annexion de la totalité du pouvoir.De surcroît, ce thème de la guerre des races — race franque contre racegauloise — loin de disparaître complètement au
XIX
e
siècle, se vit au contrairerécupéré par le pouvoir et transformé en un racisme d’État. C’est du moinsl’idée que défend Michel F
OUCAULT
(1926-1984) dans les cours quil a donnésau Collège de France en 1976 et dont ce livre est la retranscription (voir som-maire p. 12). Dans le nouveau discours qui se mit alors en place, lautre racen’était effectivement plus celle contre laquelle on s’était battu dans les tempsanciens, mais celle qui se recréait en permanence au sein du tissu social et lecorrompait. Autrement dit, la société n’était plus le théâtre d’une guerre entredeux races extérieures l’une à l’autre, mais le dédoublement d’une seule etmême race en une composante normale et une composante dégénérée, contrelaquelle la première devait défendre ses valeurs et son patrimoine biologique.Transformation dont témoigneraient les discours biologico-racistes sur ladégénérescence qui ont circulé au
XIX
e
siècle, voire au
XX
e
, et aussi lesinstitutions qui développèrent tout un système de ségrégation et de norma-lisation des individus. Et c’est de la généalogie de cette politique, que MichelFoucault appelait le « bio-pouvoir » et qui avait pour fonction de « défendre lasociété » contre les éléments déviants qui se développaient en son sein, qu’ilest ici question.Le discours historico-politique sur la guerre comme fond des rapportssociaux apparaît véritablement, selon Michel Foucault, à la fin du
XVII
e
siècle— du moins en ce qui concerne la France. Et il apparaît comme l’expressiond’une contestation du pouvoir royal. Cette utilisation de récits historiquespour revendiquer ses droits contre la royauté est relativement iconoclastepuisque c’était la monarchie qui, dans le but clairement défini d’asseoir sonautorité, avait été jusqu’à cette période la grande ordonnatrice des discourshistoriques. En montrant le caractère ininterrompu du droit du souverain eten faisant briller le nom des rois et des princes de toutes les renommées quiles avaient précédés, le récit du passé était en effet une justification dupouvoir et par là même un moyen de le renforcer. Lhistoire jouait, en quelquesorte, le même rôle que les sacres, les funérailles et les autres rituels liés à lamonarchie : elle était une façon de magnifier l’éclat du trône.Cette utilisation à des fins politiques des discours historiques explique lapérennité de certains récits qui y trouvaient leur raison d’être ; cela est parti-culièrement vrai du récit qui faisait descendre les Français, via les Francs,des Troyens. En affirmant que ces grands antres avaient, sous la conduitedu roi Francus, fils de Priam, quitté Troie au moment de l’incendie de la ville,
2 / Revue de Livres
 
et en affirmant que, après s’être réfugiés sur les rives du Danube, puis enGermanie sur les rives du Rhin, ils étaient venus s’établir en Gaule, onlaissait entendre que le jour où l’État romain avait disparu, il était revenunaturellement à la France — ur de Rome, en quelque sorte, au même titreque l’Empire germanique — de lui succéder : le droit de la monarchie fran-çaise à exercer le pouvoir était donc un héritage de l
imperium
romain. Conçucomme une véritable leçon de droit public, un tel discours historique nappe-lait aucune remise en cause de la part des instances du pouvoir.Or, à la fin
XVII
e
siècle, l’opposition nobiliaire à la monarchie allait réin-vestir le discours historique pour revendiquer ses droits perdus. De quois’agissait-il ? Le développement de l’absolutisme, particulièrement fort sousLouis XIV, laissait penser à une fraction de la noblesse qu’elle avait étédépossédée de toute une partie de ses prérogatives dans l’exercice dupouvoir. Notamment, circulait l’idée que la monarchie absolue s’était établie audépens de la noblesse, et que le roi s’était appuyé sur les roturiers pourcontrebalancer la puissance de ses adversaires féodaux. Cela incitait alors lanoblesse à évoquer avec nostalgie ces temps de la monarchie primitive où leroi était élu par les nobles — ses pairs — comme cela était cense passer àlorigine dans les forêts de Germanie détaient sortis les Francs. En oppo-sition à cette thèse, le parti absolutiste célébrait au contraire le souverain quisavait préférer les mérites de la roture aux prétentions périmées des féodaux,et ce parti s’appuyait sur le discours historique, conçu comme source dudroit, pour justifier ce pouvoir.C’est pourquoi, à travers cette revendication politique de la noblesse, allaitse développer toute une critique de la façon dont s’écrivait l’histoire, au pointde faire de l’historiographie un véritable champ de bataille. Henri DeBoulainvilliers (1658-1722), le représentant type — selon Michel Foucault —de cette contestation nobiliaire, liait effectivement la situation des nobles aufait que le discours historique avait été annexé par la royauté. Ce qu’il fallaitdonc regagner avant toute position de pouvoir, c’était, disait-il, la maîtrise dece discours : d’où ses appels répétés au réveil de la mémoire de la noblessequi s’était jusque là très peu intéressée à l’histoire. Puis, en opposition à cediscours historique qui avait pour fonction essentielle de magnifier la partievisible du pouvoir, Boulainvilliers cherchait à déterrer dans l’histoire quelquechose qui avait été caché, non pas simplement négligé, mais délibérémentoblitéré. Ce quil voulait montrer, dans un premier temps, c’était en effet quela monarchie avait jeté un voile sur le fait qu’elle était née dans la fureur et lesang des batailles. Non pas pour la juger injuste en se référant à un certainschéma idéal (loi naturelle, volonté divine, etc.), mais pour rappeler que sousles lois et les institutions se trouvait toujours une longue série de conflits, de
Revue de Livres / 3

Activity (4)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 thousand reads
Damian Bonilla liked this
Tahar Ben Guiza liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->