Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
5Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
La folle idée de dépénaliser l'usage du cannabis

La folle idée de dépénaliser l'usage du cannabis

Ratings: (0)|Views: 1,379|Likes:
Published by CERU_publications
Après Daniel Vaillant, ancien ministre de l’intérieur, Cécile Duflot, ministre de l’égalité des territoires et du logement, c’est au tour de Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale de se déclarer en faveur de la dépénalisation du
cannabis.

Alors que cette idée progresse au sein du gouvernement, le Pr. Costentin
démontre en quoi cette mesure serait dangeureuse pour la jeunesse de notre pays.
Après Daniel Vaillant, ancien ministre de l’intérieur, Cécile Duflot, ministre de l’égalité des territoires et du logement, c’est au tour de Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale de se déclarer en faveur de la dépénalisation du
cannabis.

Alors que cette idée progresse au sein du gouvernement, le Pr. Costentin
démontre en quoi cette mesure serait dangeureuse pour la jeunesse de notre pays.

More info:

Published by: CERU_publications on Oct 15, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

01/23/2013

pdf

text

original

 
JeunesseeDuCationeMPLoi
enseigneMentsuPerieur
www.c.
Laboratoire D’iDées sur L’éDuCation et La Jeunesse
I
34 rue eMiLe LanDrin 92100 bouLogne
U
0178164030
Ceru
enseigneMentsuPerieuréDuCationeMPLoi
 
Jeunesse
   L   e   L   a   b   o   r   a   t   o   i   r   e   D    ’   i   D    é   e   s   s   u   r   L    ’   e   D   u   C   a   t   i   o   n   e   t   L   a   J   e   u   n   e   s   s   e
L
afoLLeiDéeDeDéPénaLiserL
usageDuCannabis
Tout d'abord, ne nous cachons pas derrière le pet doigt des prosélytes ducannabis (cannabinophiles consommateurs ou non), la dépénalisaon qu'ilsrevendiquent pour cee drogue vise à mere le pied dans la porte de salégalisaon. Certains ont même déjà prévu de faire culver ce chanvre indienpar nos agriculteurs français ; les mêmes ou d'autres envisagent de transformerles pharmaciens en dealers, ou de recréer un diplôme et le méer d'herboriste,la vente de cee drogue rendrait alors économiquement viable ce nouveauméer. Ils font même miroiter, dans l'hiver économique du moment, lapercepon de taxes, abondant de ressources nouvelles le budget de la naon; taxes qui seraient acquiées avec enthousiasme (c'est si rare) par desconsommateurs hébétés…Il y a aussi la "
manipe
", la grosse ficelle (en chanvre) du « cannabismédicament », bon pour tout, bon pour tous, présenté même commeindispensable (pas moins) pour quelques malades. Ce subterfuge a fonconnépendant plusieurs années en Californie ; quelques centaines de dispensaires ydélivraient de « l'herbe » (marijuana) ou de la résine de cannabis (haschisch),à parr d’ordonnances de complaisance, rédigées à la pile, avec des honorairesélevés, par un nombre restreint de médecins véreux et, pour certains d'entreeux, toxicomanes. Ayant pris, enfin, la mesure de cee déviance l'état deCalifornie ferme ces dispensaires du cannabis.Une autre manipulaon est le fait de policiens (dont un ancien ministrede l'intérieur), qui ont laissé filer le trafic du cannabis, pour acheter la paix dans
Contexte 
 Après Daniel Vaillant, ancien ministre de l’intérieur, Cécile Duflot, ministre del’égalité des territoires et du logement, c’est au tour de Vincent Peillon, ministrede l’Educaon naonale de se déclarer en faveur de la dépénalisaon ducannabis.
 Alors que cee idée progresse au sein du gouvernement, le Pr. Costenndémontre en quoi cee mesure serait dangeureuse pour la jeunesse de notre pays.
L’P J C
Président du Centre Naonal de Prévenon d'Etudes et de Recherches contre les(CNPERT). Professeur émérite de Rouen, membre de l’académie naonale de médecineet de l’académie naonale de Pharmarcie.
« Ladépénalisaonqu'ilsrevendiquentpour ceedroguevise àmerelepieddans laporte desa légalisaon.»
D
ébat
 
Laboratoire D’iDées sur L’éDuCation et La Jeunesse
I
DÉBAT
I
Ceru
I
2
www.c.
ENSEIGNEMENTSUPERIEURÉDUCATIONJEUNESSEEMPLOI
Ceru
   L   E   L   A   B   O   R   A   T   O   I   R   E   D   ’   I   D    É   E   S   S   U   R   L   ’   E   D   U   C   A   T   I   O   N   E   T   L   A   J   E   U   N   E   S   S   E
des "cités sensibles", (où l'on a fini par prendre pour cible des policiers). Enguise de bilan, ils déclarent que le point d'irréversibilité est aeint et, dès lors,prônent la légalisaon de cee drogue, voire de toutes les drogues. Ceelégalisaon serait les dividendes qu’ils percevraient du fait de leurinvesssement dans le laisser aller. Cee logique conduit à leur demander àparr de combien d'automobiles brulées nuitamment, ils légiféreront pourautoriser à bruler les voitures ?Ils s’appliquent même à nous faire croire que cee légalisaon mera aupas les "sauvageons" qui pourrissent la vie de certaines cités ; ceux-ci, alors,par enchantement, se converront paisiblement dans la vente des fraisesTagada.Bien sûr, pour faire progresser la folle idée de la légalisaon ducannabis, il faut occulter, par tous les moyens ses mulples méfaits ou apporterde misérables contradicons aux mulples démonstraons de ceux-ci, validésdésormais par une multude d'études épidémiologiques. Pour ce travail desape sont recrutés des "idiots ules", des candides, des consommateurs biensûr, des idéologues libertaires impénitents, et même des addictologuesdésabusés. Cee spécialité médicale étant récente, elle compte un certainnombre d'addictologues autoproclamés. Elle semble avoir aré quelquesindividus désireux de s'emparer des manees qui leur permeraient degénéraliser les toxicomanies. Peut-être imaginent-ils que plus le drame destoxicomanies sera diffus et plus leur importance sera reconnue et soutenue ;tous les moyens seraient ils bons pour donner de l’importance à une discipline?…On n'a jamais vu ni entendu ces "libérateurs du cannabis" s'invesr le moinsdu monde dans des acons de prévenon, de mise en garde contre lestoxicomanies, auprès de la jeunesse, des parents, des éducateurs, ni auprèsdes médias non plus. Etrangement muets à cet égard, ils se font par contretonitruants, quand il s’agit de détruire les frêles barrages édifiés contre lapandémie toxicomaniaque. Ce sont d'ailleurs souvent les mêmes qui militentet plaident pour l'ouverture en France des "salles de shoots " pour lestoxicomanes (salles d'injecons de drogues, praquées sous supervisionmédicale). Alors qu’ils plaident, ce faisant, au nom d’une réducon des risquespour les toxicomanes, ils semblent méconnaître que le plus grand des risquesest celui du recrutement de nouveaux toxicomanes. Ils s'appliquent àtransformer les seners heureusement escarpés et dissuasifs de la toxicomanieen des autoroutes bordées de fleurs, en aénuant l’image dissuasive desdrogues.Quand le législateur, il y a une quarantaine d'années, a prohibé lecannabis / chanvre indien, il s'est largement inspiré du « principe de précauon», car, à cee époque, si les incriminaons d'effets délétères étaient déjàmulples, les preuves manquaient largement. Ce « principe de précauon »n'avait pourtant pas la prégnance qu'on lui accorde désormais (au point mêmeque certains le jugent excessif). Depuis lors, non seulement la très grandemajorité des suspicions ont été vérifiées, démontrées, mais en outre diversesautres sont apparues. Il serait fou, à l’heure où l’on dispose des preuves de lanocivité très importante de cee drogue, de revenir sur sa prohibion. Nevoulant pas allonger ce texte à l'excès, nous nous limiterons à rassembler les
«
Ils s'appliquentà transformer lesseners heureu-sement escarpéset dissuasifs dela toxicomanieen des auto-routes bordéesde fleurs, en at-ténuant l’imagedissuasive desdrogues
».«
Il serait fou, àl’heure où l’ondispose despreuves de la no-civité très impor-tante de ceedrogue, de reve-nir sur sa prohi-bion.
»
 
www.c.
aboratoire D’iDées sur L’éDuCation et La Jeunesse
I
DÉBAT
I
Ceru
I
3
principaux méfaits du cannabis dans un tableau (cf. page 4).Au cours de la seule première quinzaine du mois de septembre 2012, deuximportantes publicaons sont parues dans deux revues scienfiques majeures: « Cancer » et les « Proceedings of the Naonal Academy of Sciences » (PNAS),de New-York. La première faisait état du doublement du risque d’une variétéfréquente et grave de cancer du tescule, chez des ulisateurs erraques decannabis ; la seconde relatait la survenue d’une baisse importante (de prèsde 8 points) du quoent intellectuel (Q.I.) d’individus consommateurs réguliersde cannabis, étudiés sur une période de 35 années de leur vie. Ainsi, ceesuspicion forte de troubles cognifs, qui existait il y a 35 ans, et avait jusfiél’iniaon d’une telle étude, accède enfin au niveau de la preuve et se trouvede surcroît quanfiée.Quand on sait le déferlement des drogues licites dans notre pays ; le tabac,avec ses 15.000.000 de fumeurs irrépressibles (et ses 66.000 morts chaqueannée), l’alcool avec ses 4.000.000 de sujets incapables de pouvoir s’en passerau moins un jour par semaine (et ses 25.000 morts chaque année), on imaginece que deviendrait le nombre des usagers réguliers de cannabis (déjà aunombre de 1.600.000 malgré sa prohibion). Du seul point de vue sanitaire,ce serait une folie de faciliter davantage, par sa légalisaon, la diffusion ducannabis, dans notre pays, où nombre de citoyens manifestent une grandevulnérabilité aux drogues. Ainsi, parmi les 27 états membres de l’Unioneuropéenne, les français sont les plus mauvais élèves de la classe pour leurconsommaon de cannabis, puisqu'ils sont les plus gros consommateurs decee drogue.A contre-pied des Hollandais qui, de façon mercanle ont tant fait pour ladiffusion à l’extérieur du cannabis, mais prenant enfin la mesure desdommages qu’ils se font à eux même, ferment à tout va leurs
« coffee shops»
,la France prendrait le relai de cee dispensaon, pour que nos jeunes privésde ce tourisme toxicomaniaque en Hollande, trouvent librement cee droguechez nous.
ENSEIGNEMENTSUPERIEURÉDUCATIONJEUNESSEEMPLOI
Ceru
   L   E   L   A   B   O   R   A   T   O   I   R   E   D   ’   I   D    É   E   S   S   U   R   L   ’   E   D   U   C   A   T   I   O   N   E   T   L   A   J   E   U   N   E   S   S   E
«
A contre-pieddes Hollandaisqui, ferment àtout va leurs «coffee shops », laFrance prendraitle relai de ceedispensaon,pour que nos jeunes privés dece tourisme toxi-comaniaque enHollande, trou-vent librementcee droguechez nous.
»
blph
-"Halte au cannabis"Jean CostennEdions Odile Jacob (2007)-"Pourquoi il ne faut pas dépé-naliser l'usage du cannabis"Jean CostennEdions Odile Jacob (2012)
- "Le cannabis – ses dangers àl'adolescence" H. Chabrol, M. Choquet, J. CostennEdions Ellipses (2007)
« il ’ d ch q d’Hmm » ; d’Hmmdq,    phyq  pychq,clv, cmp, pfm, dymq,l, mx, pp x dfcmq q d  py, f, àl’pp d l’hm cc. sl l pô dl dcc  d  à l ,  ê,p l pj f, à v mlpl lmlhx «h», «cm», «pm» qfq l c.

Activity (5)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
Fred Simon added this note
Quand on sait que les mèdecins aussi décorés qu'ils peuvent l'être usent de leur autorité d'expertise pour conserver les bénéfices des laboratoires pharmaceutique dealers de substances, chimiques on relativise un peu ces affirmations péremptoires sur les méfaits du cannabis. Les alcooliers aussi pouusent sur les freins du progrès, les conservaterus restent dans leur rôle, La légalisation, VITE !
AmatDabene Lbc added this note
Question récurrente. Qu'est ce répond à ceux qui dise que le vin est une drogue autorisé au même titre que le cannabis ? (just asking)

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->