Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Catalogue KKO 2012

Catalogue KKO 2012

Ratings: (0)|Views: 2 |Likes:

More info:

Published by: ΜΙΚΡΟ Σωματείο on Oct 20, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/16/2013

pdf

text

original

 
 APRES NOUS
EDITO
2
«
Prisonnier, je suis allé au fin fond de la mesure humaine. Aujourd’hui, je suis un survivant donc un
débiteur »
Pierre Shoendoerffer
 «
Si j’avais été guerrier, j’en aurais été un redoutable
»
Louis Schittly
Deux phrases, deux hommes qui ont survécu au déluge en choisissant l’action parce que c’est dans l’action quel’on reste vivant.
 
Pierre Schoendoerffer, parrain du festival 2002, cinéaste alsacien, écrivain de l’indicible et descauses perdues des guerres européennes et coloniales disait contrôler sa peur tant qu’il avait de
la pellicule.Louis Schittly, invité du KKO Festival 2012, paysan, médecin et écrivain
 
ainsi qu’il aime à
se nommer -
voulait voir la guerre de près. Du Biafra à l’Afghanistan, il a choisi l’actionhumanitaire. Tous les deux voulaient sinon changer le monde, modifier l’ordre établi, dénoncer lesfailles de tous les systèmes, redonner sa dignité à l’homme. Pierre Schoendoerffer vient de nous
quitter. Louis Schittly « cultive son jardin » dans la ferme de ses parents à Bernwiller, et
s’il voyage de par le monde, c’est désormais pour contempler les oiseaux. Pierre Schoendoerffer etLouis Schittly sont les témoins de leurs époques. Parce qu’il dénonce les incohérences de la
sienne, Thierry Théolier a été choisi naturellement comme parrain du KKO Festival 2012. Cet
artiste et poète détourne les codes, orchestre des résistances, condamne l’hyper
-conservatisme etles pouvoirs hégémoniques, et affirme préférer
la vie à l’art, la vie dans son chaos comme dans
sa part lumineuse et ses désirs.
L’équipe du KKO Festival nous surprend encore une fois. Elle nous rappelle que le monde ne va nibien, ni mal, qu’il est tout simplement humain, imprévisible dans ses «
erreurs ». Que la beautésinon la transcendance est dans la simplicité de nos vies quotidiennes à travers des pratiques
ordinaires ou extraordinaires. Elle nous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence.Elle nous dit enfin, comme l’écrivait André Breton
: «
lâchez tout, de nouveau…, et partez sur
les routes , affronter les labyrinthes et les nouveaux déluges ». Même pas peur !Jean-Luc Reitzer Nicolas Jander
Maire d’Altkirch
Adjoint aux finances et à la cultureDéputé du Haut RhinAvril 2012. C'est l'heure de la grande mobilisation. Nous sommes entre deux, et chacun de seregarder pour savoir ce qui a été sacrifié et ce qui est sur le point de l'être.La lumière vient à peine d'être partagée que les drapeaux et les chants s'apprêtent à fleurir.Les rires et les larmes sont déjà en magasin. Les déceptions seront à la hauteur des espoirs.Cela n'empêchera pas les gorges de s'égosiller, et les voix, bientôt, seront éraillées. Mais nousn'y sommes pas encore. Le déluge est à venir.Le KKO IV annonce la couleur :
Après nous le Déluge
comme un ultime slogan dans l'obskure
campagne, comme une promesse égoïste, comme une nuée d'ombre qui éclaire, comme une black smokevengeresse.
Après nous le Déluge
 
car il est plus que temps de se regarder en face sans détourner le regard et
fuir les responsabilités. Sans point d'exclamation mais avec une interrogation : « est-ce que nouspréférons laisser une trace ou une plaie béante ? » Est-il préférable de léguer aux siècles dessiècles un déluge, les fondations d'un nouveau monde ou un 45 m² à la résidence des Lilas, (rayerla mention inutile) ? L'annoncer est peut-être une première preuve de responsabilité après avoirréfuté un costume que l'on croyait trop grand pour nous.KKO gravé sur les murs Incas et ultime destination de la grande roue du temps.Embarquement immédiat avant LE déluge que les Mayas avaient prédit avec pour épicentre Altkirch.Pendant 5 jours il sera question de l'avant et de l'après, de notre position sur la chaîne desévénements. Et soyez sûr que nous serons les derniers à quitter le navire... Il paraît que lesderniers seront les premiers.
LE MOT DE LA MAIRIE
 
LE DELUGE
3
 MANIFESTE
L’heure approche. Le décompte lancé,
 
2012, l’apocalypse annoncée
et KKO dans la foulée,Le mouvement du quatrième moiset du onzième jour programmé.A ceux, aveugles aux signes des temps,Sourds au cri de Minuit,A ceux qui ont réduit l'ascensiondu Mont Improbable à un talus de twit,de RT, de # et de like,A ceux qui ont détourné le regard pourse convertir aux strass et photo calls.Quand tous succombent à la petite robe noire,Quand raisonne notre désir absent,Quand on sacre les séducteurset les auto-promoteurs,Gronde la rage.Et chacun de se délier des destinées du monde,Tous de crier aux abris.Alors fuit le lion à l'approche du danger,
Léguant une époque où l’on se dompte
aux opiacés.Seront sans bâche aux premiers rangs,Les cyniques et les relativistes,Les démiurges, les pauvres pêcheurs,Ceux qui passent pour vivantmais qui se meurent.Ouvrons les portes,Félicitons ce souffle ravageur.
Rencard à l’aube sur le parking,
Nos mains face aux nunchak' divins, round 1,Fight.Le temps des Soucieux d'eux-mêmesPour qui rien n'est gratuit,Arrive, après en avoir payé le prix,Dans la monnaie qui a cours aujourd'hui.Le règne des vendeurs de cauchemar toucheà sa fin,La Citadelle des Forts s'effrite,Dans les ruines du vieux Rome,A part nous, y a personne,seul le tonnerre résonne.La mer monte et Hellas submergé se débat.
L’énergie du condamné.
 Soucieux d'avoir érigé des tourspour y rester au sec,Qu'importe à présent que nous buvions la tasse.Enfilons nos K-WAY et surfons sur les crêtes,Grisés par le risque et le danger.Voguons sur le bois de cyprès,Plongeons dans les profondeursdes eaux inconnues.
Célébrons les œuvres qui avancent masquées,
ces trésors oubliés, inachevésQue les flots ont rendus,que le destin a sondés.Que la création nous révèle enfin ses secrets.
Comment fermer les fontaines de l’Abîme
Et les écluses des cieux ?Quand le piano nous endort et notre Mentor ;Terminator.Rebâtissons cette pyramide des âges.Vivons le temps de l'histoireau-delà de nos existences.A la Marge, le KKO,
enfant d’une génération farouche,
Prépare le temps de la fin des clans.Déjà l'écume se dissipe,Un monde s'achève,Celui d'un nouveau Moyen Age.Ouvre tes bras fils du dernier homme,Marche dans la nuit des temps,
La vie n’est qu’un défi constant.
 Que ceux attentifs à la rumeur des ondesEt aux rayons d'étoile,prennent cela en compte.Nous continuerons à danserjusqu'à la fin du monde.
Quitte à suer jusqu’à la dernière seconde.
 Sortis de nos gonds,Nous avons été ébranlés,Nous attendions la foudre pour nous embraser.Nous continuerons d'émettre, de programmerAprès la rouille et le sel,Après le sac et le déluge.Les ombres disparaissentquand le grand Midi sonne.Il est temps de partirconquérir le monde en friche.Rien à perdre, même pas peur.L'occasion est trop belleenfin de nous montrer.A la hauteur.Rien de plus simple ici et maintenant,Car « Après nous le Déluge ».
 Après nous le déluge

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->