Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
AMERE FRANCE, Par David Dastych (UPJF, Novembre 2006)

AMERE FRANCE, Par David Dastych (UPJF, Novembre 2006)

Ratings: (0)|Views: 22 |Likes:
Published by DAVID M .DASTYCH
ANTISEMITISM IN FRANCE IS REAL. This story written by David Dastych and published in many countries, including France, proves that anti-Jewish sentiments and actions are commonplace in France. islamist influence propagates anti-Semitism.
ANTISEMITISM IN FRANCE IS REAL. This story written by David Dastych and published in many countries, including France, proves that anti-Jewish sentiments and actions are commonplace in France. islamist influence propagates anti-Semitism.

More info:

Published by: DAVID M .DASTYCH on Jan 24, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC or read online from Scribd
See more
See less

06/16/2009

 
 
Vous êtes :Accueil» Tribune/Opinions» Contributeurs Spécialisés
Contributeurs Spécialisés
Amère France, par David Dastych
"L’antisémitisme et les excès francophobes font désormaispartie du quotidien des Français. Face aux intimidationsislamistes, que doit faire le monde libre ? écrit RobertRedeker, philosophe, écrivain et professeur dans un lycée.L’article, publié dans 'Le Figaro' du 19 septembre dernier, aclenché une rie de menaces de mort à l’encontre del’auteur pour une prétendue «offense envers l’islam et lepropte Mahome. Depuis, l’auteur est contraint de secacher dans son propre pays, sous la protection des servicesspéciaux."[D. Dastych est un citoyen polonais vivant en Pologne].
Imprimer Envoyer à un ami
08/11/06
"Je n'ai pas le droit de mettre le nez dehors. Et cedepuis presque quatre semaines
 
confie Redeker.
L'homme qui a avoué être l'auteur de menaces contremoi a été remis en liberté, sous contrôle judiciaire.
 
Et moi, qui suis la victime, je vis dans des conditions dequasi-détention. Je n'ai pas le droit de sortir, ne suislibre de rien, sauf d'envoyer des mails et de téléphoner. Je n'ai même pas le droit d'ouvrir les volets. Et l'un descoupables est remis en liberté ; lui, il a les droits dont moi j'ai été privé. C'est horrible à vivre
1
 
Torer le fanatisme,une fois de plus ?
Le Ministère de lEducationNationale n’a accordé aucunsoutien à Redeker. Combien detemps peut-on se cacher dansson propre pays, à cause d’unebande de terroristes fanatiséspourchassant un citoyen qui asimplement exprimé soninquiétude devant la vague des excès musulmans en réaction au discours dupape Benoît XVI ?Le cas de Robert Redeker n’est pas le premier du genre. En septembre 2003,, Louis Chagnon, un chrétien, professeur d’histoire au lye GeorgesPompidou de Courbevoie, avait été l’objet de poursuites judiciaires, à la suited’un cours, dans lequel il avait dicté à ses élèves :
Mahomet s’est mué en voleur et en assassin […] quand il fit massacrer tous les hommes de la troisième et dernière tribu juive de Médine, les Quraizah, soit 600 à 900 personnes, en mai 627 
. Les parents de certains élèves ont demandé au Ministère de l’EducationNationale de licencier le professeur. Ce fut alors le début d’une série de brimadeset de vexations, au cours desquelles on nsita pas à faire appel àl’administration, à la justice, et à lancer une campagne de presse contrel’enseignant.Le professeur Chagnon a été soutenu par différents sites, dont laic.info, Primo-Europe, UPJF.org, ainsi que par Ivan Rioufol, du
Figaro
. Il n’y avait pas encorede menaces de mort à son encontre, contrairement au cas de Redeker.A la fin de son article Robert Redeker remarque :"
Comme aux temps de la guerre froide, la violence et l’intimidationsont les moyens auxquels recourt une idéologie à vocationmonique, l'islam, pour imposer sa chape de plomb sur lemonde. Benoît XVI en fait la cruelle expérience. Comme en cestemps-là, il faut parler de l'Occident comme du
« monde libre »
par rapport au monde musulman, et, des fanatiques comme desadversaires de ce
«monde libre»
".On ne saurait mieux dire. L’écrivain indien, Salman Rushdie - contre qui, en1989, l’ayatollah Khomeiny fulmina une condamnation à mort, à cause de sonroman "Les Versets sataniques" – fuit les assassins depuis dix-sept ans. Il n’y apas si longtemps, il est venu en visite en Pologne. Lors de la conférence depresse, il plaisantait : « Je ne souhaite à personne d’être condamné à mort parKhomeiny. Ceci dit, je vis encore, ce qui n’est plus le cas de Khomeiny. Méfiez-vous des écrivains ! »
2
 
"Douce France"
[1]Dans un quartier populaire du 18
e
arrondissement de Paris, situé non loin de laPorte de la Chapelle, se dressait, en 1990, une tour solitaire – un immeublecommunal banal, appelé par ses habitants « La tour de Babel ». Y cohabitaient,en effet, des Français d’origines diverses, de religions et de couleurs de peaudifférentes. Il s’y trouvait un club qui accueillait tout le monde. Il n’y avait pasde misère : c’était un quartier multiculturel, peuplé de gens ordinaires, avec denombreux restaurants arabes et chinois, des commerces vietnamiens, et unmarché local, multilingue, d’où émanaient des parfums exotiques.La "douce France" et ses idéaux républicains, Liberté – Egalité – Fraternité,attirent toujours les immigrants du monde entier. Les plus anciens d’entre eux,les Juifs, totalement intégrés, se considèrent comme des Français à part entière.L’intégration des musulmans, bien qu’ils soient de nationalifrançaise -principalement d’Afrique du Nord -, se déroule beaucoup plus lentement, enopposition avec la société et avec un sentiment d’aliénation. Tout le monde n’apas eu la chance de Zidane, et de nombreux jeunes musulmans cèdent àl’influence des courants radicaux. S’ensuivent des comportements archaïques deviolences et de vandalisme (« Je fais brûler Paris »), allant jusqu’au crime. LaFrance vit un moment difficile de conflits, de retour du racisme, d’antisémitisme,de xénophobie, mais aussi de… francophobie.Vus de l’étranger, ces conflits interethniques et l’absence d’ingration decertaines populations, étonnent.Cette France, où l’Eglise a été séparée de l’Etat, où la loi de 1905, modifiée en2001 et en 2004, interdisant toute discrimination sur base religieuse, s’applique jusqu’à aujourd'hui, cette France-là ne gère plus ses propres lois.Sa population compte aujourd'hui 63 millions d’habitants, dont 12% seulementpratiquent régulièrement une religion. 64,3 % s’estiment catholiques (dont 8%seulement de pratiquants), 27 % ne se reconnaissent dans aucune croyance, et8,7 % pratiquent d’autres religions. Ce dernier groupe est constitué à 49,4 %,de musulmans, et à 7 % seulement, de pratiquants juifs (chiffres de 2004).En chiffres absolus, les musulmans français sont 5 à 10 millions, et les Juifsfrançais, 600 000 (dont 60 % de non-pratiquants) (1).La démographie des religions ne nous fournit aucune base d’explication desconflits entre les musulmans et les Juifs. Les pouvoirs publics tentent de rendrepopulaire le respect mutuel des citoyens de différentes origines. La loi réprimeles agressions à caractère raciste, ainsi que la gation du crime contrel’Humanité, qu’a été la Shoah. Quand, en mars 2004, le port ostentatoire designes religieux (du foulard islamique pour les femmes, de la kippa, du port degrandes croix) a été interdit dans les écoles, un seul groupe a protesviolemment. Il y eut des manifestations d’élèves musulmanes, mais l’affaire
3

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->