Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more ➡
Standard view
Full view
of .
Add note
Save to My Library
Sync to mobile
Look up keyword
Like this
3Activity
×
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Le Monde du 29 janvier 2009

Le Monde du 29 janvier 2009

Ratings:

4.75

(8)
|Views: 13,594|Likes:
Published by Nicolas Mx
N° 19910
N° 19910

More info:

Published by: Nicolas Mx on Jan 29, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
See More
See less

09/29/2012

 
Jeudi 29 janvier 2009 -
65
e
 Année - N˚19910 -
1,30 ¤ -
Francemétropolitaine -
www.lemonde.fr
--- Fondateur:Hubert Beuve-Méry- Directeur:Eric Fottorino
Algérie
80 DA,
Allemagne
2,00¤,
Antilles-Guyane
2,00¤,
Autriche
2,00¤,
Belgique
1,40¤,
Cameroun
1 500FCFA,
Canada
3,95$,
Côted’Ivoire
1 500FCFA,
Croatie
18,50Kn,
Danemark
25KRD,
Espagne
2,00¤,
Finlande
2,50¤,
Gabon
1 500FCFA,
Grande-Bretagne
1,40£,
Grèce
2,20¤,
Hongrie
650HUF,
Irlande
2,00¤,
Italie
2,00¤,
Luxembourg
1,40¤,
Malte
2,50¤,
Maroc
10DH,
Norvège
25 KRN,
Pays-Bas
2,00¤,
Portugalcont.
2,00¤,
Réunion
2,00¤,
Sénégal
1 500FCFA,
Slovénie
2,20¤,
Suède
28KRS,
Suisse
2,90FS,
Tunisie
1,9DT,
Turquie
2,20¤,
USA
3,95$,
AfriqueCFAautres
1500FCFA,
L
a bagarre de sumo qui oppose lesmultinationalesdespaysémergentsà celles des pays développés connaîtde nouveaux développements depuisl’émergence de la crise. La conjoncturemodifie les rapports de forces. Les firmesoccidentales résistent mieux aux turbu-lences boursières, comme l’indique l’édi-tion 2009 du rapport du Boston Consul-ting Group (BCG) sur
«lesnouveaux chal-lengers mondiaux »
, présenté au Forumde Davos, mercredi 28 janvier. Moinsendettées que leurs concurrents des paysendéveloppement,ellesdisposentderes-sources financières leur permettant d’en-visagerdesacquisitions.Cette étude, publiée pour la troisièmeannée consécutive, recense les 100 entre-prises des pays émergents ayant le plusfortpotentieldecroissance.Cettesélectiona été réalisée à partir des listes des plusgrandes entreprises de chacun des paysconsidérés (Asie, Amérique latine, Europecentrale et orientale, Moyen-Orient). Descritèresde taille,mais ausside couverturegéographique, ont départagé les 100 fina-listes parmi les 3 000 sociétés repéréesdanslesclassements.Globalement, la valeur boursière de cesentreprises a davantage chuté, en un an,quecelledesmultinationalesdespaysdéve-loppés.Certes,cecalculneprendencompteque les challengers cotés en Bourse, soit78 entreprises. Mais une autre étude,menéeparPFCEnergy,etcitéeparle
 Finan-cialTime
du26janvier,montrequelavalori-sation des sociétés pétrolières nationalesde pays émergents,tel PetroChina et Sino-pec(Chine),Petrobras (Brésil)ou Gazprom(Russie), ont plus baissé que celle de leursconcurrentsaméricainsoueuropéens.
AnnieKahn
a
Lirelasuitepage13
Sécurité.
Lesscénariosdelapolicesurleprofilqueprendraladélinquancedanslesquinzeàvingtannéesàvenir.Tendanceslourdesetémergentes.
P.12
Journéedecolèreetdedésarroidessalariés
t
Jeudi29janvier,lessyndicats entendentaussimobiliserlesecteurprivé
t
Notreenquête:aucunsecteurn’estépargparlemalaisesocial
Reportage
Stockholm
Correspondance
D
eux motards membres dugang criminel FraterniWolfpack ont été inculpésen début de semaine pour avoircommisen2008unattentatàl’ex-plosif au domicile d’un procureur.Aprèsl’établissementdespremiersHellsAngelsilyaquinzeans,lecri-meorganisés’estdéveloppéenSuè-de. Prostitution, recouvrement dedettes, trafic de drogue, « investis-sements » dans le BTP : une cin-quantaine de gangs, surtout desmotards,sontactifsenSuède.Depuis l’été 2008, la Suède amis au point une technique parti-culière pour lutter contre ces ban-des:unesectionspécialedelaCais-sed’assurancessocialesaétécrééeafin de traquer les tueurs, les bra-queursetlesplusdangereuxdélin-quants du royaume, en vérifiants’ilsonttouchéindûmentdesallo-cations maladie ou une pensiond’invalidité.
OlivierTruc
a
Lirelasuitepage9
Enraisondelagrève,
 LeMonde
neserapasenmesured’imprimersonéditiondujeudi29janvier(datée30).Noslecteurspourrontavoiraccèslibrementàl’éditionélectroniquesurLeMonde.fr
Duo.
LegrandhumoristealgérienestauThéâtreduRond-Point.CettefoisaveclacomédienneMarianneEpin,pourunnouveauspectacle :«TouslesAlgérienssontdesmécaniciens ».
P. 22
Kirill,nouveaupatriarcheorthodoxedeRussie,partisandudialogueœcuménique
t
Présencommeréformateur,ildevrarésisteràlapressionultranationaliste
        U        K      p      r       i      c      e        £        1 ,        4        0
LeregarddePlantu
L
a journée de grèves et de manifesta-tionsdéclenchél’appeldel’ensem-ble des syndicats devait être large-ment suivie, jeudi 29 janvier. Les consé-quences devraient se faire sentir danstous les domaines de la vie quotidienne :transports,écoles,hôpitaux,tribunaux…Cette mobilisation, qui promet d’êtreimportante, illustre le malaise social quisedéveloppedanslepays.Lesconséquen-cesdelacrisefinancièreetéconomique,leplan de relance qui favorise l’investisse-ment aux dépens du pouvoir d’achat dessalariés, la crainte du retour au chômagede masse, le rythme accéléré de réformessouvent mal comprises et la fin desespoirsnésduslogandelacampagnepré-sidentielle
« Travailler plus pour gagner  plus»
ontcontribuéàladégradationducli-mat social à laquelle le gouvernementcomme l’Elysée se trouvent désormaisconfrontés.Notre enquête auprès des salariés dediverssecteurs,dupubliccommeduprivé,illustre une situation qui dépasse le cadredelasimplerevendicationsyndicale.Le Parti socialiste de Martine Aubryveut profiter de cette journée pour mon-trer, face à l’extrême gauche d’OlivierBesancenotetauMoDemdeFrançoisBay-rou,qu’ila vocationà incarner l’alternati-vefaceàladroite.
p
Lirepages10et11etAnalysepage2
Relance
.LaChambredesreprésentantsexamineleplandeplusde800milliardsdedollarsqueleprésidentapréparépoursauvegarderl’emploietl’investissement.BarackObamasollicitelepluslargesoutienpossible.
P. 6
EnSuède,la«Sécu»luttecontrelecrimeorganiséDemaindans
0123
Fellagestderetour:finesse,drôlerieetélégance
Moscou
Correspondante
D
écrit comme le plus réformateurdes candidats à la fonction depatriarche de l’Eglise orthodoxe,Kirill a été élu, mardi 27 janvier, par unconcileélargiquiaréuni,àMoscou,danslacathédrale du Christ-Sauveur, 700 popes,moines et délégués. Il succède à Alexix II,décédéle5décembre2008.Agéde62ans,Kirill,métropolitedeSmo-lensketdeKaliningrad,arecueilli508voixsur les 677 suffrages validés.
« C’est avechumilité et en parfaite conscience de mesresponsabilitésquej’acceptelechoixdivinqui me confie la mission de servir en tantquepatriarche.Aucentredecettemission,ilyalaCroix»
,a-t-ildéclaré.Devenuendécembre2008chefdel’Egli-separintérim,Kirillavaitdéjàdistancésesrivaux dimanche. Une assemblée épisco-paleavaitchoisiàbulletinssecretslestroiscandidats au patriarcat, lui accordant93 voix, contre 32 en faveur de Kliment,son principal rival. Le troisième candidat,lemétropolitedeMinsketdeSloutsk,Fila-rète, 73 ans, arrivé en dernière position,s’estretirédelacourse,appelantsesparti-sansà
«donnerleursvoix»
àKirill.A la tête de la diplomatie de l’Eglisedepuis1989,Kirillestperçuparlacommu-nauté orthodoxe comme un partisan dudialogueœcuménique.Il a déjà rencontrélepape Benoît XVIen décembre 2007.Sesdétracteurs lui reprochent d’avoir trop desympathiespourl’Eglisecatholiqueromai-ne,accuséedefaireduprosélytismesurlesterresdel’orthodoxie.
MarieJégo
a
Lirelasuitepage8etl’éditorialpage 2
AttaqueterroristecontreleLouvreetgangstersdeplusenplusâgés...Etats-Unis:M.Obamacourtiselesrépublicains
QOBUZ A UNE VOCATION : INTRODUIRE LA NOTION DE QUALITÉDANSL’EXPÉRIENCE DE LA MUSIQUE EN LIGNE. QOBUZ PROPOSEENTÉLÉCHARGEMENTUNEDISCOTQUEINFINIEENHAUTE FIDÉLITÉ, DOCUMEN-E,100%COMPATIBLEMAC ET PC, SANS DRM,AU COEUR D’UN SITED’INFORMATIONSURLAMUSIQUE,LUI-MÊMELIEUD’ÉCHANGESETDEDÉBATS.QOBUZSALUEL’AUDACEDECEQUISECRÉE,AUTANTQUILMETENVALEURLEPATRIMOINED’UNSIÈCLEDEMUSIQUEENREGIS-TRÉE.LESPLUSGRANDSLABELSYSONTUNIS,MAJORSOUINDÉPENDANTS.UNECOMMUNAUTÉDEFIDÈLESS’YRETROUVECHAQUEJOUR.QOBUZOBÉITÀUNEMARCHEDEFILIÀL’ÉGARDDELAMUSIQUEETDESESCRÉATEURS.QOBUZASSUMELERISQUED’ADMIRERLEPASSÉETD’EMBRASSERL’AVENIR,CELUID’ÊTREFIDÈLEÀLAMUSIQUE.
FIDÉLITÉ
HAUTE
MultinationalesduSud,proiestentantespourcellesduNord
La Comédie humaine
Balzac
L’Auberge rouge — Tome 219,90€ en plus du « Monde »Uniquement en France métropolitaine
La mortde JohnUpdike
Disparitions Page 20
Tourisme :prix cassésen février
& Vous Page 25
 
I
lfauts’arrêterquelquesinstantssurlesconfidencesdistilléesparNicolasSarko-zy depuis que la crise s’est abattue surlepays.LeprésidentdelaRépubliqueaffir-me qu’il veut poursuivre les réformes,mais ilconfesseaussi que
«laFrancen’est pas le pays le plus simple à gouverner dumonde»
. Il rappelle que
«les Français ont guillotinéleroi»
,qu’
«aunomd’unemesu-re symbolique, ils peuvent renverser le pays »
. Il parle de la France comme d’un
«paysrégicide»
.Danssabouche,detelspropossurpren-nent. Car, durant la campagne électorale,M.Sarkozys’étaitprésentécommelecandi-dat qui ose tout, y compris la rupture. Ilpensait pouvoir faire fi de cette fragilitéfrançaise que tous ses prédécesseursavaientparfaitementsaisie.Pasparincons-cience. Mais parce qu’il n’avait pas lamême histoire qu’eux. Et parce qu’ilcroyaitavoirenfintrouvélabonnemétho-depourgouvernerlaFrance.Retour en arrière. En janvier 2001,M. Sarkozy, qui n’est alors que député desHauts-de-Seine, publie
Libre
(Robert Laf-font), un livre qui signe sa rentrée politi-que, dix-huit mois après son échec auxélectionseuropéennes.Danslederniercha-pitredel’ouvrage,ilexpliqueprécisémentcomment il va organiser la reconquête etsurquoiillafonde.M. Sarkozy part de son expérienceauprès d’Edouard Balladur, candidat mal-heureuxàl’électionprésidentiellede1995,et met sur le compte du traumatisme deMai 68 la méthode de réforme beaucouptropprudente,àsongoût,qu’avaitexpéri-mentée l’ancien premier ministre.
« Per-suadéquedansunesociétémoderneonnedoitpaspasserenforcepourlaraisonsim- plequ’on nele peutpas, il préférait renon-cer avant que de casser»
, déplore le futurprésidentdelaRépublique.Ce traumatisme de Mai 68 est bien vu.Edouard Balladur était, à l’époque,conseiller social de Georges Pompidou. Ilavait vécu de l’intérieur le délitement del’Etat,toutcommeJacquesChiracquiétaitsecrétaire d’Etat aux affaires sociales.
« Toute une sociése défaisait dansl’anarchie et la plupart du temps dans lesauve-qui-peut des responsables souventcouvertsd’honneurs,de titresetdepréten-tion»
, raconte l’ancien premier ministredansson livre
DeuxansàMatignon
(Plon,1995).
«Personneauministèredel’intérieurnerépondaitplusauxappelsducorpspréfec-toral»
,confirmeJacquesAttali,futursher-pa de François Mitterrand, qui travaillaitalors au cabinet du préfet de la Nièvre etétait chargé de distribuer les tickets derationnementdonnantaccèsaux pompesà essence.
« J’ai vu renaître en l’espace detroisjourslescombinesdelaFrancedelacol-laboration : la délation, le marché noir, lacorruption »
, raconte-t-il dans son livre
C’étaitFrançoisMitterrand
(Fayard,2005).Mai 68 a profondément marqué touteune génération d’hommes politiques. Dedroitecommedegauche.Illesaincitésàlaprudence. Jacques Chirac, particulière-ment,qui,éluluiaussisurl’idéederuptu-re, n’aura de cesse, durant ses deux man-dats,deveilleràcequeleventdelamondia-lisation ne vienne pas trop bouleverser lefragileéquilibrefrançais.Que faisait M. Sarkozy en Mai 68 ? Ilavait13 ans et voulait venger de Gaulle endéfilant,le30mai,surlesChamps-Elysées,racontent ses biographes, Pascale Nivelleet Elise Karlin (
 Les Sarkozy : une famille française
, Calmann-Lévy, 2006). Pour lui,Mai68ad’abordeulegoûtd’unerevancheàprendre.Aconditiondetrouverlabonneméthodepourréformerlepays.Cetteméthode,qu’ilexposeendétailen2001,tiententroisprincipes.D’abord,ras-semblersoncampenledécomplexant.Cequ’il fera avec opiniâtreté entre 2002 et2007. Ensuite,
« tout dire avant »
, autre-ment dit annoncer clairement la couleurdesréformespendantlacampagneélecto-raleafindeneprendrepersonneparsurpri-se.Enfin,s’appuyersurladynamiquedelacampagnepour
«toutfaireaprès»
.Audébut,laméthodeSarkozyaparfaite-mentfonctionné.Bouclierfiscal,défiscali-sation des heures supplémentaires, réfor-medesrégimesspéciauxderetraite,servi-ce minimum… le président de la Républi-que a dévidé son programme de façonméthodique.Certains,àdroite,luiontpar-fois reproché de ne pas aller aussi loinqu’ils l’auraient voulu, mais personne nel’aprisenflagrantdélitdereculade.Larup-turesemblaitenbonnevoie.Et puis tout s’est enrayé avec la crisefinancière et économique à l’automne2008. Le discours a changé, la cohérencedesréformess’est envolée.A la placede lacroissance promise ? La récession. Duplein-emploi ? Le chômage. Des gains depouvoird’achat ?Lesentimentdedéclasse-ment.Lecapaétéperduetlapremièrerecu-lade a eu lieu. Sur la réforme du lycée, endécembre 2008, par crainte d’un mouve-mentdejeunes.CommeenMai68.C’estàpartir de ce moment-là que M. Sarkozy acommencé à dire, comme ses prédéces-seurs, que
« la France n’est pas le pays le plusfacileàgouverner».
Un aveu de faiblesse en forme de para-doxe.Car,avecson Etatomnipotent etsesamortisseurssociaux,laFrancen’estpaslepaysleplusmalarmépourrésisteràlacri-se. Mais le reconnaître ouvertement, c’estalleràl’encontredecequiavaitétéditpen-dant la campagne présidentielle. Commenombredesesprédécesseurs,M.Sarkozyarencontré, à presque mi-mandat, la com-plexitéfrançaise.
p
Courriel :
fressoz@lemonde.fr
Sociétééditricedu« Monde »SAPrésidentdudirectoire,directeurdelapublication :
EricFottorinoVice-président,directeurgénéral :DavidGuiraudSecrétairegénéraldudirectoire :Pierre-YvesRomain
Directeurdu« Monde » :
Eric FottorinoDirecteuradjoint:LaurentGreilsamerEditeur :MichelSfeir
Directeurdelarédaction :
AlainFrachonDirecteuradjointdelarédaction :Jacques BuobDirecteuréditorial :GérardCourtoisRédacteursenchef:Michel Kajman,Frédéric Lemaître,FranckNouchi(« LeMonde2 »)etIsabelleTalèsChefd’édition :FrançoiseTovoDirecteurartistique :Quintin Leeds ;Veilledel’information :Eric Azan ;Secrétairegénéral :Jean-PierreGiovenco
Médiatrice :
VéroniqueMaurusConseildesurveillance :Louis Schweitzer,présidentJean-PierreTuquoi, vice-présidentAnciensdirecteurs :HubertBeuve-Méry(1944-1969),JacquesFauvet(1969-1982),AndréLaurens(1982-1985),AndréFontaine(1985-1991),JacquesLesourne(1991-1994),Jean-MarieColombani (1994-2007)
LeMonde
est édité par la Société éditrice du Monde SA
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 15 décembre 2000.Capital social : 149 017 497 ¤. Actionnaire principal : Le Monde SA
.
Rédaction :
80, boulevardAuguste-Blanqui,75707ParisCedex 13Tél. :01-57-28-20-00 ;télécopieur :01-57-28-21-21
Courrierdeslecteurs :
par télécopie :01-57-28-21-74 ;Parcourrierélectronique :courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
Quatreauteursetscénaristesdebandedessinée–FlorenceCestac,LisaMandel,FrankGiroudetMartinVeyron–parlentdeleuralbumpréféréparmiles56retenusparle36
e
FestivaldeBDd’Angoulêmequiouvrirasesportesjeudi29janvier.
Portfoliosonore.
BillGatesetlacrise
BillGatessouffredelacrise.L’ancienpatrondeMicrosoftetactuelprésidentdelaFon-dationBilletMelindaGatesleditdansunmail-bilandontle
blog
« L’écobuissonnière »,deFrédéricLemaître,journa-listeau
 Monde
,sefaitl’écho:
«BilletMelindareconnaissentqu’ilsontperdu20%desdota-tionsen2008,enraisondelacriseéconomique.Maisaulieuderéduireleursinvestisse-ments,ilsvontlesaugmenter etlesporterde3,3milliardsdedollarsen2008à3,8milliardsdedollarscetteannée.DansquoiinvestissentBilletMelin-da?Laluttecontrelesida,lamalaria,lapolio,lamortalité infantileet…dansunautresec-teurquia,apparemment,bienbesoindeleurgénérosité:lesystèmeéducatifaméricain. »
Les25ansduMac
C’étaiten1984.Leconstruc-teuraméricainApplelançaitleMacintosh.L’informatiquesemettaitàlaportéedugrandpublic.Pionnierdel’ergono-mie,Appleséduitaussiavecsondesign…Voyagedansletempsàtraversun
portfolio.
Rendez-vous
MaryseDumas
secrétaireconfédéraledelaCGT.
Mercredi28janvier,à16heures.
Jean-FrançoisCopé
présidentdugroupeUMPdel’Assembléenationale.
Débatendirect jeudi29janvier,à10heures.
BenoîtHamon
porte-paroleduPS.
Débatendirectvendredi30janvier,à10heures.
Kirill,troprusse?
L’actualitésurlemonde.fr
Editorial
NicolasSarkozyfaceausyndromedupaysrégicide
C
haquejour,noussommesdesmillionsànouslaveravecungeldoucheetunshampoingbourrésdeparaben,àréchaufferaumicro-ondesunbiberonenplastiqueaubisphé-nol,àpulvériser–lesFrançais,paraît-il,adorentlesspraysdudésodorisantdansnostoilettes,dunettoyant
«surpuissant »
surlesparoisdulavabo,dudépoussié-rantsurnosmeubles…Ainsivalaviemoderne.Chimi-que,archichimique.Sommes-nousinconscients ?LeXXI
e
siècleverra-t-illeretourdusavondeMarseilleetduménageauvinai-greblanc ?Franchement,ilfautêtresourdpournepasentendrelesmultiplesmisesengardedesscientifiquessurlachimiequiaenvahinotresphèreintime.Cequel’onmange,cequenotrepeauabsorbe,l’airquel’onrespire,lelieuoùl’onvit,toutcequifaitnotrequotidiencomporteraitpotentiellementdesrisquespourlasanté.Ainsi,mercredi21janvier,qu’apprend-onenécoutantlesexpertsréunisparleHautConseildelasantépublique(HCSP) ?Qu’ilseraiturgentdeseprémunirdelapollutiondel’airintérieur.Notreviesédentairen’estpasseu-lementmauvaisepournotreligneetnosartères.Logement,bureau,leslieuxconfinésoùnouspassonsl’essentieldenotrevierenferment
«desniveauxdeconcentrationdetrèsnombreux polluantssupérieursaumilieuextérieur»
.Peintures,cloisons,revêtements,mobilier,maisaussidétergents,nettoyants,laques,insecticidescontiennent,ànotreinsu,dessubstancesnocivesqui
«s’égaieraient»
encomposésorganiquesvolatils.N’enjetezplus !C’estl’inva-sion.Invisible,sournoise.Ellepourraitexpliquerlahaussedunombred’asthmatiques,decer-tainscancers,maisaussilabaissevertigineusedunombreetdelaqualitédesspermatozoïdes,l’aug-mentationdesmalformationsgénitales.Carnonseulementcessubstanceschimiquespolluent,maisellesperturbentaussinotresystèmeendocrinien.Difficiledefaireplusanxiogè-ne.Pasétonnantque85 %desFrançaissedéclarentinquietsdelabaissedelafertilitépourlesgénérationsfutures,etqu’ilssoient45 %àaccuserlapollutionetlespesticides,selonunsondageIpsospourlemagazine
TopSanté 
etFrance 5publiémercredi28jan-vier.Toutcelaesttellementdépri-mantquel’onnesaitplusparoùprendreleproblème.Quefaireàl’échelleindividuelle ?Faut-ilchangerradicalementnoshabitu-desdevieetdeconsommationou,deguerrelasse,devenir« aquoiboniste » ?Ilfaudrabienunjourmourirdequelquechose.Onrêveraitdescientifiques,etnotammentd’épidémiologistes,quinousdiraient :voilàcequ’onadécouvertetvoilàcequel’onferaitàvotreplace.Enlestitillant,onobtientparfoisquelquesconseils.Certainssonttoutsim-ples:aéreraumoinsdixminutesparjoursonlogement,mêmes’ildonnesurlepériph’,bannirlesaérosols,éviterderepeindrelafuturechambredebébéquandonestenceinte.D’autressontpluspolitiques:obligerlesindustrielsàrevoirlacompositiondeleursproduitsafinquel’hommemodernenesoitplusobnubiléparcettenouvellequestionexis-tentielle:quedois-jeacheter ?Consommateurseuropéens,unis-sez-vous !
p
Courriel :
blanchard@lemonde.fr
L
’Eglise orthodoxe est aujourd’huil’institution la plus estimée desRusses.Aprèsundemi-siècled’op-pressionsoviétique,larésurgencedelafoireligieuseestspectaculai-re:partout,lesbulbesdeséglisesetdesmonas-tères ont été redorés, des milliers de lycéesorthodoxes ont ouvert leurs portes, Moscoucomptedésormaistroisuniversitésdethéolo-gie,et desaumôneries ont été créées dans lescasernes,leshôpitauxetlesprisons.S’ilestdéterminantpourles165millionsdefidèles, l’avènement du nouveau patriarche,Kirill, l’est donc tout autant pour l’ensembledelasociétérusse,dontl’Egliseorthodoxeestredevenuel’undesprincipauxpiliers,etpourlepouvoiràMoscou,dontelleestunpartenai-re déterminant. Bien qu’officiellement sépa-rés,EgliseetEtatont,eneffet,partieliée.Obsédée par la restauration de la Russiecomme grande puissance, l’élite au pouvoir,issue de l’armée et des services de sécurité(KGB),accordeuneplacedechoixàlareligionorthodoxe.Celle-ciestconsidéréecommeunedes clefs de cette « identité nationale » encoursd’élaborationdepuisl’effondrementdel’empire soviétique il y a une vingtaine d’an-nées.LeKremlinchercheouvertementàs’ap-puyersurl’Eglisepoursedémarquerdel’Occi-dent, de son sécularisme et de ses idéaux dedémocratielibérale.Or cette alliance, si l’on peut dire,du sabreetdugoupillonprogresse.Certes,leclergéestpeuenclinàdépendre,commeparlepassé,dupouvoir temporel, tsariste puis soviétique.Maisilestfavorableauretouràlatraditionettraversépardescourantsdepenséexénopho-bes et chauvins. Idéologue et diplomate enchef du patriarcat depuis 1989, Kirill n’a pashésité à suivre cette pente inquiétante. Sonapprobationdela« doctrinerusse »,unmou-vementpatriotiquesoucieuxdefaireapparaî-tre dans la Loi fondamentale la prééminencedel’ethnierusse,neplaidepasensafaveur.Ceprojet, contesté par les représentants desautres peuples et des autres religions de laFédération,n’apasabouti.Maisl’idée–attiséeparlepouvoirde« laRussie aux Russes » fait son chemin : c’est aunomdecesloganquelesnationalistesaucrâ-ne rasé tuent à coups de couteau ceux quin’ont pas un faciès slave (113 morts en 2008).Kirill sera-t-il le porte-parole d’une orthodo-xieouverteaumondeetaudialogueœcumé-nique?Ilfautl’espéreretl’yinviter.Saura-t-ilrésister à la dérive actuelle de la Russie versl’intolérance et le chauvinisme ? Rien n’estmoinssûr.
p
Extraitdel’album« DeGaulllaplage »
,deJean-YvesFerri.
DARGAUD
Recherchepilotedel’espace
MaBDàmoi
Chronique
LE DOCTEUR Keith Giennan, directeurde l’Agence américaine de l’aéronauti-que et de l’espace, a révélé que les opé-rations de sélection du pilote du pre-mier engin spatial habité américainont déjà commencé.Centdixcandidatsaméricainspourcepremiervoldansl’espaceontétéchoisispourunepremièresélection.Leursnomsn’ontpasétérévélés.Répartisengrouped’unetrentained’hommes,ilsserontsou-misàunesériedetests.Cen’estqu’aprèscettepremièresériedetestsqu’ilspourrontdéclarers’ilssontounonvolontairespourlasuitedesopé-rationsdesélection.Celles-ciramènerontàtrente-six,puisàdouze,lenombredescandidats.C’estensuiteparmicesdouzehom-mesqueserachoisilepilotedel’opéra-tion« Mercury »:lelancementdela« capsulespatiale »habitéedontlacom-pagnied’aviationMcDonnellaentreprislaréalisation.Cesdouzevolontairesserontdésignéssouslenomd’
«astronau-tesMercure »
.Ledirecteurdel’Agenceaméricainedel’aéronautiqueetdel’espa-ceaénumérélesconditionsgénéralesrequisespourlepilote:êtretitulaired’undiplômeuniversitairedesciencesphysi-quesoudemécaniqueetd’unbrevetdepiloted’essaismilitaire,avoirunmini-mumdemillecinqcentsheuresdevol.Ilestspécifiéégalementqu’ilfautavoirmoinsde40 ans,nepasdépasserunetaillede1,80 m,êtreenexcellentétatdesanté,posséderlesqualitésphysiquesetpsychiquesdéclaréesindispensablesauvolspatialparlesexpertslesplusqua-lifiésdel’Agenceaméricainedel’aéronau-tiqueetdel’espace.
p
(29janvier1959.)
Aveclacrise,M.Sarkozyaconstaté,commesesprédécesseurs,que« laFrancen’estpasfacileàgouverner»
Viemoderne
SandrineBlanchard
Ilya50ansdans
0123
0123
estéditéparlaSociétéEditriceduMonde(SA).Lareproductiondetoutarti-cleestinterditesansl’accorddel’administration.Commissionparitairedespublicationsetagencesdepressen°0712C81975
ISSN0395-2037
PRINTED INFRANCE
Imprimerie du Monde12,rue Maurice-Gunsbourg94852 Ivry cedex
Président:
DavidGuiraud
Directricegénérale:
BénédicteHalf-Ottenwaelter
80,bdAuguste-Blanqui 75707PARISCEDEX13 Tél:01-57-28-39-00-Fax:01-57-28-39-26 
Analyse
FrançoiseFressoz
ServiceEurope-France
0123
Del’air!
2
Jeudi 29 janvier 2009
 
DANSlesdépartements,leschambresd’agriculturesontunlieudepouvoir.Eta-blissementspublicsprofessionnels,com-meleschambresdecommerceetd’indus-trieouleschambresdesmétiers,ellessontdirigéespardesélus,enl’occurrencedesagriculteurs,dontlespositionsinfluentsurlesorientationsagricoleslocales,souventsourcesdevifsdébats.Enêtreprésidentrestedoncunefonctionconvoitée.Cesétablissementsontpourmissiondereprésenterlesintérêtsdel’agricultu-reauprèsdespouvoirspublics,etdefour-nirdesservicesauxagriculteurs(conseilstechniques,formations,informations,etc.).Leursrecettesproviennentàprèsde50 %del’impôt(taxeadditionnellesurlefonciernonbâti),desubventionsetdesprestationsqu’ilsassurent.Avecunbud-getenviable :5,8 millionsd’eurosenmoyenne.LessyndicatsconcurrentsdénoncentdepuislongtempslamainmisedelaFédérationnationaledessyndicatsd’ex-ploitantsagricoles(FNSEA)surcesstruc-tures.Sur94 chambresdépartementales,92sontdétenuesparlesyndicatmajori-taire,quidéfendunevision entrepreneu-rialede l’agriculture.Latendancedeschambresdépartementales,etaufinaldel’assembléenationaledeschambresd’agriculturequilesreprésenteauniveaunational,dépenddesrésultatsauxélectionsprofessionnelles,quisetiennenttouslessix ans.Lorsdu dernierscrutin,en2007,laFNSEA aremporté54,9 %dessuffrages,laConfédérationpaysanne19,6 %,laCoordinationrurale18,7 %etleModef2,6 %.Lesdéfenseursd’unautremodèled’agriculturereprochentsouventàcesétablissementsd’êtresourdsauxévolu-tionsdupaysageagricole.
«Onpeutquandmêmenoteruneouverturedeschambresd’agriculture,maisellesefaitsouslacontrainte.C’esttoujoursuneques-tionderapportdeforce»
,expliqueJac-quesRémy,sociologueàl’INRA.
Ouverture« sociale »
Lechercheurobservequesouslaprési-dencedeLucGuyau,ancienpatrondelaFNSEAquidirigelastructurenationaledepuis2001,uneouvertureaeulieu.Uneouverturequ’ilqualifiede
«sociale»
destinationdespetitesexploitations)etnonde
«politique»
(endirectiondesautressyndicats).Onvoitaussiaujourd’huilescham-brespromouvoirl’agriculturebiologiqueparexemple,unmodedeproductionpourtantlongtempsrailléenleursein.
«Lesjeunesagentsdeschambres,tout justesortisd’écoles,sontdeplusenplussensiblesauxquestionsenvironnementa-les.Ilsnes’exprimentpaspubliquement,maisilsontuneinfluencesurl’appareil politiqueconstituéparlesleaderssyndi-caux»
,remarqueM. Rémy.Mais,alorsquesedéveloppentenFran-cedemultiplesréseauxprônantd’autresmodesdeproductionagricole,lescham-bresd’agriculturesemblentpourl’ins-tantencoreàlatraîne.
p
L.Cl.
DeslieuxdepouvoirauxmainsdelaFNSEA
Lachambred’agriculturedesPyes-Atlantiquesetlepréfetcontestentenjusticel’existenced’uneassociationbasqueconcurrente.Leséluss’enmêlent
Léleveurveutfairechambreàpart
Ainhice-Mongelos,Saint-Jean-de-Luz
(Pyrénées-Atlantiques)
Envoyéespéciale
C
’est un drôle de procès, quidivise les Pyrénées-Atlanti-ques. Jeudi 29 janvier, MichelBerhocoïrigoin, présidentd’Euskal Herriko LaborantzaGanbara (EHLG, « chambred’agriculture du Pays basque », en fran-çais), devra répondre d’usurpation d’untitre d’établissement public, au tribunalcorrectionnel de Bayonne. Il se voit aussireprocherd’avoir
«exercéuneactivitédansdesconditionsdenatureàcréerdansl’espritdupublicuneconfusionavec
(…)
lachambred’agriculturedesPyrénées-Atlantiques»
.Le préfet a déposé plainte. La chambred’agriculture«officielle »,baséeàPau,s’estportéepartiecivile.« Berhoco »,commeonl’appelleici,risque15 000eurosd’amendeetun ande prison ferme ;sonassociation,l’interdiction. Autour de lui, élus locauxcompris,oncrieauscandaleetauras-le-boldespressionsdel’administration.Les membres de la Confédération pay-sannebasque(ELB)étaientfatiguésdeten-ter de se faire entendre par la chambred’agriculture, tenue par la Fédérationnationaledessyndicatsd’exploitantsagri-coles(FNSEA),qui,seloneux,privilégielesproducteurs de maïs du Béarn et ignoreles spécificités des petites exploitationsdu Pays basque. Après avoir maintes foisréclamé une deuxième chambre dans ledépartement, ils décident en 2005 decréerune associationde type loi1901.Surceterritoire,lesyndicatestd’ailleursmajo-ritaire, mais au niveau départemental, iln’adroitqu’auxstrapontins.L’objet de Laborantza Ganbara estd’aider au développement d’un mode deproductiondurable,entermesd’environ-nement et d’emplois. Contrairement à cequi se fait dans les chambres d’agricultu-re,écologistes et associations de consom-mateurs sont représentés. L’associations’installe peu à peu dans ce paysage demontagne aux maisons blanches à voletsrouges.Ellecomptedixsalariés,quidiffu-sent leurs conseils à qui les sollicite, sansobligationdecotisationsyndicale.Maisquatreansaprèssacréation,lavoi-là menacée de dissolution. La mobilisa-tion s’organise : en pleine préparation duprocès,lebouillonnantprésidentducomi-té de soutien, Jean-Noël Etcheverry, crie àl’
« atteinte au droit d’association »
. Ilannonce la présence jeudi de CorinneLepageà labarreet deJosé Bovédevantletribunal, ou encore le soutien de DanielleMitterrand, Louis Le Pensec, Albert Jac-quard,etdeplusde1 000éluslocaux.« Berhoco »,lui,restecalme.Cesderniè-res semaines, cet éleveur d’ovins a sillon-nélePaysbasqueavecsavieilleAudipourexpliquersasituation.Cesoir-là,ilestà laGrillerie du Port, à Saint-Jean-de-Luz. Lasalleestcomble.Ilracontepourlaénièmefois son histoire. Après son exposé, desélusvenuslesoutenirsechargentderévé-lerl’autrefacedel’affaire.Il faut dire que l’existence de l’associa-tionacrééunbeaudésordre.L’undesvice-présidentsduconseilrégional,JeanLissar(Verts),commence :
«Toutes lespressionssurlesélussontinadmissibles»
, lance-t-il.
«Onatousunecollectiondelettresdupré- fet»
,poursuitunmairedevillage.Depuis la naissance d’EHLG, ceux quiontvoululasoutenirsefontrappeleràl’or-dre par les services de l’Etat, qui sur-veillent de près le dossier : procédure autribunaladministratifpourles27 commu-nes qui ont voté des subventions (de100 euros parfois), courriers aux mairesqui ont signé la pétition de soutien… Der-nier épisode en date, la subvention de96 000 euros votée fin novembre 2008parleconseilrégionald’Aquitaine,àl’una-nimité. Le préfet de région a demandé auprésident Alain Rousset (PS) de retirer ladélibération, ce que l’intéressé a refusé,parcourrier,le15janvier.Sylviane Allaux, conseillère régionale(PS),résume l’étatd’esprit des défenseursdel’association :
«Onfaitunmauvaispro-cès à Laborantza Ganbara. Elle a réponduauxattentes du public, ce que la chambred’agriculturen’apasfait.»«Politiquement,c’étaituneerreurgros-sièredeporterplainte»
,jugeM. Lissar.Dans les terres, les témoignages sontsimilaires. Jean-Michel Galant est de pas-sage au siège de l’association, à Ainhice-Mongelos, 100 habitants, à 10 kilomètresde Saint-Jean-Pied-de-Port. Il est vice-pré-sident du Syndicat mixte de Rivières desNives,quiacommandéuneétudeàEHLGaprès un appel d’offres pour lequel lachambred’agricultures’étaitaussiportéecandidate.Uncourrierpréfectoralasuivi.Après rendez-vous avec le sous-préfet,aucunesuiten’aétédonnéeetl’étudeapuêtre menée. Mais l’élu a vu dans l’envoid’une lettre une
« tentative d’intimida-tion»
.Le camp de la chambre d’agricultureest loin d’avoir la même grille de lecture.Sonprésidentrefusederéduirel’affaireàun bat entre « gentils » et« méchants ». Autrement dit, entre lespromoteurs d’une agriculture paysanneetlesdéfenseursdesOGM,delamonocul-ture du maïs et des agrocarburants –mêmes’ilne leditpas ainsi.
« C’est une instrumentalisation del’agriculture. La chambre est prise en ota- ge dans un mouvement qui déborde ducadre professionnel »
, glisse Jean-MichelAnxolabéhère, le président de l’établisse-ment. Le jeune homme fait clairementréférenceàlaplate-formeBatera,àlaquel-le adhère ELB, comme de nombreusesassociations et élus basques de tousbords, qui réclame notamment la créa-tiond’undépartement« Paysbasque ».Elu en 2007, il n’omet pas de préciserqu’ilest
«basqueetéleveurd’ovinsluiaus-si»
,cequiestunepremièrepourlacham-bred’agriculture,quiatoujoursvudéfilerdes Béarnais à sa tête.
« La dispersion des forcesestcontre-productive,ilestpossiblede travailler ensemble »
, insiste-t-il.
« Ilsert d’alibi »
,
« depuis son arrivée, il n’y a paseudechangementdecap»
,tranchentles proches de M. Berhocoïrigoin, quin’oublient pas de rappeler que la cham-bres’estportéepartiecivile.Et le préfet dans tout ça ? Arrivé il y asix mois, héritant d’un dossier haute-ment sensible, il
« veille au respect del’Etat de droit »
. Il ne peut y avoir qu’unechambre d’agriculture par département,maintient-il.
«Lasolution,c’estunchange-mentdenom,c’estlaseulechosequenousdemandons au tribunal »
, explique-t-il.
«Levéritableenjeu,c’estlasurviedel’asso-ciation »
, explique pour sa part l’avocatd’EHLG, Jean-René Etchegaray, parailleurspremieradjoint(MoDem)aumai-redeBayonne.Au tribunal, l’association se battra detoute façon aussi pour conserver sonnom.
« Y renoncer, se serait renoncer ànotre revendication de la création d’unechambre d’agriculture en Pays basque »
,explique le prévenu. Selon l’association,c’est juridiquement possible. Il suffiraitd’undécretdu premierministre.
p
LaetitiaClavreul
«OnfaitunmauvaisprocèsàLaborantzaGanbara.Ellearéponduauxattentesdupublic,cequelachambred’agriculturen’apasfait»
SylvianeAllaux
conseillèrerégionale(PS)
MichelBerhocoïrigoin(àdroite).
OLIVIERGACHENPOUR« LEMONDE »
Pagetrois
0123
Jeudi 29 janvier 2009

Activity (3)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 thousand reads
csegzi liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->