Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
0Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
L-integrite-islamique

L-integrite-islamique

Ratings: (0)|Views: 25|Likes:
Published by monicabb67
seconde-edition
seconde-edition

More info:

Published by: monicabb67 on Dec 10, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/10/2012

pdf

text

original

 
 ABD AR-RAZZÂQ YAHY 
L’INTÉGRITÉ ISLAMIQUE
 
NI INTÉGRISME, NI INTÉGRATION.
 
Deuxième édition,augmentée d'une postface
I.L’Islam face au monde moderne.
Une religion comme les autres ?
La question du rôle de l’islâm dans le monde contemporain se pose avec uneacuité croissante ; le monde contemporain, c’est-à-dire le monde de ce temps,non le monde moderne, car à l’égard de celui-ci la réponse est simple : il y a entrelui et la tradition islamique une incompatibilité radicale.La notion de tradition est le critère décisif qui marque le fossé séparant cemonde de l’univers qui demeure fidèle aux alliances que Dieu a conclues avec leshommes depuis l’origine des temps. Ce qu’il est convenu d’appeler la « civilisationmoderne » est fondé sur le rejet de tout principe transcendant et de toute alliancesacrée de nature à lui conférer une légitimité qui la rattacherait à l’ordre principiel.L’islâm n’est donc pas seul concerné par l’envahissement du monde moderne, quel’on peut appeler aussi le monde occidental car c’est en Occident qu’il a prisnaissance, et à partir de lui qu’il s’est répandu avec une vigueur et une insolencesans cesse croissantes. Pourtant, c’est l’islâm qui est devenu, au fil des ans, lacible privilégiée de ce nouvel impérialisme. Il y a là une situation singulière,imprévisible il y a quelques années encore, et qui appelle une réflexion.Les musulmans ont une conscience aiguë de l’excellence de leur religion. Larévélation muhammadienne est pour eux d’une réelle évidence qu’ils comprennentmal que celle-ci ne s’impose pas à tous. Leur conviction est conforme à la réalitéet au rôle cyclique que Dieu a assigné à l’islâm ; néanmoins, elle apparaît commeune croyance naïve à ceux qui ignorent le Droit sacré ainsi que la raison d’être desalliances et des formes traditionnelles ; qui s’imaginent qu’elles se valent toutes etque chacune a des motifs gitimes de se croire surieure aux autres. Lescepticisme et le relativisme engendrent l’iologie antitraditionnelle de latolérance en matière de religion, application annexe des droits de l’homme.Fondée sur l’ignorance, elle est constamment contredite par la pratique actuelle :l’ism n’est pas traicomme les autres religions pour la raison simplequ’effectivement il n’est pas une religion comme les autres. Ce ne sont ni lanveté ni la complaisance de l’âme qui dominent dans l’image que les
 
Occidentaux se font des musulmans, mais bien le fanatisme et l’intolérance.L’excellence de l’islâm ne découle pas seulement du Droit sacré ; elle n’est pasdavantage une affirmation théorique ou passionnée ; elle est avant tout lamanifestation visible d’une élection spirituelle que le Coran formule en cestermes : «Vous êtes (ô musulmans) la meilleure communauté qui ait jamais étéexistence en faveur des hommes ; vous ordonnez ce qui convient, vousinterdisez ce qui est répréhensible et vous croyez en Allâh. Si les Gens du Livre(c’est-à-dire tous ceux qui suivent les révélations antérieures) avaient cru (enAllâh), cela aurait été meilleur pour eux (car ils auraient participé à une excellencecommunautaire, alors que dans l’état actuel) des croyants sont parmi eux, mais laplupart d’entre eux sont corrompus» (Cor.3.110). Il ne s’agit pas, dans ce verset,d’une excellence des croyants, puisqu’il subsiste encore des croyants dans lesautres formes traditionnelles, mais de l’excellence d’une communauté spécifiquede croyants, puisqu’il subsiste encore de croyants, excellence qui constitue poureux un privilège auquel ceux qui appartiennent aux communautés antérieuresn’ont pas accès. La faveur divine accordée à cette condition communautaireexplique et justifie l’importance que revêt en islâm la pratique en commun desrites, aussi bien dans le domaine « exotérique » pour les prières quotidiennes, laprière du vendredi et le pèlerinage, que dans les voies initiatiques où il s’agitplutôt de l’invocation des noms divins, de la récitation coranique et des formulesdu
wird 
.
L’accusation de fanatisme.
L’excellence et la vitalité de la communauté islamique, sujets d’inquiétude etd’envie pour ceux qui pratiquent les autres religions, sont alarmantes pourl’occident moderne qui ne comprend ni ne maîtrise un phénomène dont lasignification lui échappe. L’accusation de fanatisme qu’il porte contre lesmusulmans vise un aspect plus spécial de cette excellence, qui est évoqué dans unautre verset : «Il est des hommes qui prennent à côté (littéralement en dessous)d’Allâh (ce qu’ils considèrent comme) des « égaux » ; ils les aiment comme s’ils’agissait d’Allâh, alors que ceux qui croient (en Lui et en Son Prophète) ont pourAllâh un amour plus intense (
ashadd 
)» (Cor.2.165) ; ce qui signifie selon IbnArabî : «Les croyants ont une force de conviction (
sidq
) plus intense dans leuramour pour Allâh que les associateurs dans leur amour pour ce qu’ils considèrentcomme des associés (1)». En doctrine akbarienne, l’ « association » estimpossible car Allâh n’a pas d’ « égal » : «Il n’engendre pas et n’est pas engendré; il n’y a pour Lui aucun égal (concevable)» (Cor. 112.4). Dans la perspectiveindiquée par ce commentaire akbarien, les termes « associateurs » et « associés »doivent être plut compris dans le sens d’une association formelle à laproclamation de la pure Unité divine qui est celle d’Allâh envisagé en tant queNom Suprême. C’est pourquoi il a été ordonné au Prophète de combattre leshommes jusqu’à ce qu’ils disent : « Il n’est d’autre divinité quAlh ». Lacommunauté islamique est perçue comme « fanatique » parce que l’amour desmusulmans pour Allâh, pour Son Prophète et pour leur religion est plus intenseque l’amour envers Dieu ou l’Etre principiel tel qu’il se manifeste encore dans lescommunautés traditionnelles dont la fondation a précédé celle de l’islâm. Dumoins en est-il ainsi aujourd’hui, car une telle comparaison n’était pas possiblenagre. Dans le monde contemporain, les religions et autres formes

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->