Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
7Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
LE BUTEUR PDF du 24/12/2012

LE BUTEUR PDF du 24/12/2012

Ratings: (0)|Views: 563|Likes:
Published by PDF Journal

Football Algérien et International, transfert, classement, Vidéo, toute l'actualité sportive et les r&eacute...

Football Algérien et International, transfert, classement, Vidéo, toute l'actualité sportive et les r&eacute...

More info:

Published by: PDF Journal on Dec 23, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

09/17/2013

pdf

text

original

 
QUOTIDIEN NATIONAL SPORTIF N° 2144 PRIX 20 DALUNDI 24 DÉCEMBRE 2012
Cruyff s’offre au
Buteur 
«A24ans,FeghoulipourrajouerauRealouauBarça»
«D’Alger, je garderail’image d’enfants jouantau foot à la Casbah»
«La politique du PSG est la plusgrossière erreur, la pire chosequ’on puisse faire au football»
«Madjer ! Je le voulais à l’Ajax, puis au Barça»
«Je n’ai jamais compris pourquoi on a donnél’organisation du Mondial-2022 au Qatar»«Del Bosque est le meilleurentraîneur du monde»
«L’écart entre le Barça et le Real est épouvantable. Ce n’est pas bien pour la Liga»
MCA
Hannachiannoncelacouleur
«Je veux la qualificationce vendredi !»
Ziad
«Je suis affecté»
Un attaquant ivoirien proposé
Il ne s’est pas présentéà l’entraînement hier
Hachoud
boude!
Zeddam
«Je ne
quitterai pas
le Mouloudia»
RDV 
Ghrib-Hadj Aïssademain«Bouzid jouera
le match de coupe»
Courbis
USMACRB
«Je démissionnerai, si…»
Les supportersaccusent Demou
USMH
Michel
«Bourekbaet Bahloulsont libérés»
JSMB
Bouali
Exclusif 
   J   S   K
 
N° 2144 Lundi 24 décembre 2012
 Coup d’œil 
Entretien
0
2
Merci M. Cruyf d’avoir ac-cepté de venir en Algériespécialement pour assisterau Ballon d’Or algérien.
C’est un plaisir de venir par-tager avec vous cet événement,surtout que le lauréat joue enEspagne et qui, soit dit en pas-sant, est un charmant garçon.
Tout le monde sait que vousêtes le pionnier, le père spiri-tuel de l’actuel Barça. Vousne voudriez pas nous donnerla recette pour jouer aussibien et gagner ? Que doit-onaire par exemple pour quela sélection algérienne jouecomme le Barça ?
On ne peut quand même pasaire ça en deux jours… Il autdonc du temps. Pour revenir auBarça, il ne aut pas voir cetteéquipe quand elle est en posses-sion du ballon, il aut la regar-der quand elle n’a pas le ballon.Les joueurs du Barça pressentsystématiquement le porteur duballon adverse et récupèrent vite la balle. Dans le ootball, leplus difcile, c’est de réussir lesgestes aciles et la qualité des joueurs de Barcelone, cest qu’ilsne ratent jamais les gestes a-ciles. Ce n’est pas le cas des au-tres équipes et cela s’appelle laqualité individuelle.
Pensez-vous qu’avec unique-ment de la qualité, on peut jouer comme le FC Barce-lone à long terme ?
Oui, mais à condition d’im-poser ces valeurs aux ootbal-leurs dès leur jeune âge.LAlgérie a du potentiel, c’estl’une des meilleures nations deootball enArique, mais si elle veut se his-ser au niveau mondial, elle doittravailler en bas. Le FC Barce-lone ne s’est pas ait du jour aulendemain. Plus on travaille enbas, plus on a des possibilités deréussir.
Voir jouer le Barça ne vousdonne-t-il pas envie de reve-nir sur le banc ?
Nooooooon, j’ai 65 ans et jecoule une retraite tranquille.
Mais ça ait longtemps que vous avez pris votre retraite.Vous ne vous ennuyez pas ?
Pas du tout. Avec la onda-tion Cruy, je m’occupe des en-ants handicapés. Je m’occupeaussi d’instruire les ootballeurspour permettre à ceux qui neréussissent pas de aire carrièredans le management sporti oudans l’administration.
Vous êtes aussi le sélection-neur de la Catalogne…
Mais c’est un seul jour par anque je dirige cette sélectiondans un match gala.
C’est plutôt une relation sen-timentale avec la Catalogne,non ?
Oui, car comme vous lesavez, je suis arrivé en Cata-logne il y a très longtemps. J’y  vis encore, j’ai été joueur puisentraîneur du Barça. C’estdonc un cheminement normalet une obligation personnelleenvers les Catalans.
Y aura-t-il un jour un Cata-logne-Algérie au CampNou ?
Bon ! A chaque ois,on essaye de trouverun adversaire ort,mais ce n’est pas évi-dent à cette date, carsouvent les équipessont en vacances.Cette ois-ci, l’ad- versaire est aricainparce qu’il préparela Coupe d’Arique(Ndlr, le Nigeria).Le stage commencele 2 janvier pour eux,on a donc accepté de jouer le 2 janvier. On cherche des adver-saires libres à une date compli-quée, ce n’est pas évident.
Nous savons tous que c’est vous qui avez presque im-posé Guardiola au Barça.Qu’est-ce qui peut encore lemotiver à retourner sur unbanc après avoir tout gagnéavec Barcelone ? Un autreclub ? Une sélection peut-être ?
Déjà Guardiola est trop jeune pour arrêter. Il va repren-dre le boulot, mais pour airequelque-chose de diérent.Quoi ? Personne ne le sait. En-traîner une sélection, ça a desavantages et des inconvénients.Pour imposer le jeu qu’il veutpar exemple, Guardiola a be-soin de beaucoup de séancesd’entraînements. Chose qu’il nepourra jamais avoir à la têted’une sélection. L’avantaged’une sélection et qu’on peutchoisirles joueurs. Pour les clubs, Pep de- vrait en chercher un où ilpourra imposer ses idées et sonsystème. Un club où on le lais-sera travailler et où les suppor-ters apprécient ce type de jeu.C’est pour ça que je disais tout àl’heure qu’il y a plusieurs inter-rogations sur son avenir.
Plusieurs clubs lui courentaprès, à l’instar de Chelsea,Manchester United, leMilan AC et d’au-tres. Même le Bré-sil a voulul’engager, il n’y a pas long-temps. Sincè-rement M.Cruyf, vousle voyez en-traîner quelleéquipe ?
C’est un choixpersonnel. Totalementpersonnel. Quand onchoisit une équipe, on doitaimer ses couleurs. L’ambianceest très importante aussi. La dé-cision de choisir ce club lui ap-partient à lui seul. Touteois, jepense que s’il veut rester quatreou cinq ans dans son nouveauclub, il lui audra un présidentqui lui donne carte blanchepour manier les choses selon sapropre vision du ootball. Ceclub, il aut le trouver.
En quoi a changé le Barça dePep et celui de Tito ?
Je pense que la trajectoirede l’équipe est normale etlogique. L’équipage quiétait avec Pep est tou- jours là. Pep a toutorchestré et quandTito est arrivé,beaucoup de gensont douté en sedemandant s’ilpouvait ou pastenir l’équipage.Finalement, leplus important cesont les joueurs,car ce sont eux qui jouent et s’ils sontencore moti- vés, ils donne-ront lemeilleurd’eux-mêmes.Pour l’instant,tout marchebien et c’est dansla logique deschoses. Il aut donc at-tendre pour voir.
Vous n’avez jamaiscaché votre an-tipathie pourle ootballdéveloppépar leReal Ma-drid.Pour-quoi ?
Non, jen’ai au-cune anti-pathie pourle Real. Aucontraire, le Realpossède une équipe très orte.En Europe, il y a deux ou troiséquipes qui émergent, parmielles le Barça et le Real. Ce quime dérange chez le Real Ma-drid d’aujourd’hui, c’est leurmanière d’être, leur manièred’éduquer leurs jeunes. Je m’ex-plique : un Messi, un Xavi ouun Iniesta, ce sont des gensnormaux que tu peux croisertous les jours dans la rue. Ilsn’ont pas un comportement bi-zarre. Je crois que c’est la ma-nière d’éduquer les jeunes quiest diérente entre le Real et leBarça.
Comment expliquez-vous laprésence de plus en plusnombreuse de joueurs algé-riens en Espagne ?
C’est dû aux derniers résul-tats de la sélection algériennequi a participé au Mondial,entre autres. Les recruteurs etles agents s’intéressent un peuplus aux joueurs algériens. C’estle jeu de toujours et cela va sansdoute provoquer l’arrivée d’au-tres joueurs algériens dans lechampionnat es-pagnol. Au- jourd’hui, toutle monde en Al-gérie doit se dire: ‘Ce n’est plus sicompliqué que çade jouer en Es-pagne si on s’amé-liore tous les jours.’ Je disbien si on s’améliore, pas si ongagne tous les jours. Plus il y aura des Algériens en Espagne,mieux c’est pour la sélection.
Que pensez-vous du par-cours de Feghouli àValence ?
S’il est élu meilleur joueur al-gérien à 22 ans, cela veut toutdire, mais cela va lui donnerplus de responsabilités. Je veuxdire que la saison prochaine, ildoit être au moins parmi lestrois premiers. C’est un poids,une pression supplémentairepour lui. A 22 ans, c’est biend’avoir ce genre de pressionparce que ça va l’obliger à allerde l’avant. Si un joueur de sonâge ne pense pas à s’améliorertous les jours, il n’avancera paset celui qui n’avance pas, recule.
Comment le qualiez-vousen tant que ootballeur ?
Technique. Il suft de voirson physique pour s’en rendrecompte. Un type comme ça nedoit pas compter sur son phy-sique. C’est un joueur très ha-bile avec le ballon. Et quand jeparle de technique, je ne parlepas orcément de dribble. Latechnique, c’est de réaliser uneaction en une touche de balle,pas en six touches de balle. Letechnicien, c’est celui qui voittous les adversaires et tous lescoéquipiers en une raction deseconde pour ensuite mettre leballon là où il aut. C’est cela laplus grande qualité d’un oot-balleur.
Qu’est-ce qu’il lui manquepour aire le grand saut dansl’un des deux grands d’Es-pagne : le FC Barcelone ou leReal Madrid ?
Cruyff s’offre au
Buteur 
Depuis que les lumières se sontéteintes, au lendemain du Ballond’Or, nos lecteurs n’ont eu decesse de nous demander quandils pourront enfin se délecter del’interview de Johan Cruyff. Trèsavisés, nos lecteurs et tous lesamateurs de football savent quele Hollandais volant n’a pas lalangue dans sa poche. Il n’a paspeur de secouer le cocotier pourdéfendre la philosophie dufootball qu’il a toujours prônée,celle qui fait de ce sport unspectacle, et d’un stade defootball un théâtre. Dans cetteinterview, Cruyff est resté fidèleà ses convictions entransformant une défaite envictoire, celle de la finale duMondial-74.
«Nousavonsperdu unmatchmaisgagnéla sympathiedumondeentier»,
nous a-t-il dit. On vous a misl’eau à la bouche ? Pas pourlongtemps et vous allezl’apprécier dans cet échange quia eu lieu dans la suite numéro326 de Cruyff à l’hôtel El Aurassiavec comme arrière plan,l’imprenable vue sur la baied’Alger. Une ambiance idéalepour discuter avec une légendedu football mondial.
«J’aitoujoursaimé les joueursatypiques etMadjer en était un,c’est pour cela que je voulais leprendre à l’Ajaxpuis au Barça»«Jen’ai jamaiscompris pourquoion a accordél’organisation duMondial-2022 auQatar. Il y a tellementd’autres endroits surla planète pour jouer une Coupedu monde»«Sil’équiped’Algérie réalisede bons résultats,il y aura d’autres Algériens dans lechampionnatd’Espagne»«L’écartentre le Barçaet le Real estépouvantable. Cen’est pas bien pourla Liga. Il n’y a queles supporters duBarça qui sontcontents»
«IlfautlaisserFeghouligrandir.A24ans,ilatteindrasonmeilleurniveauetpourrajouerauRealouauBarça»
 
 Coup d’œil 
Entretien
0
3
N° 2144 Lundi 24 décembre 2012
Il aut le laisser grandir. Il n’aque 22 ans, ne l’oubliez pas !Messi est une exception. Enrègle générale, un joueur doitatteindre la plénitude de sesmoyens à 24, 25 ou 26 ans. Il adonc largement le temps deprouver encore ses qualités.Normalement, une carrière doits’étaler jusqu’à l’âge de 35 voire36 ans. Feghouli a tout l’avenirdevant lui, il ne doit pas êtreimpatient.
Vous le voyez dans un grandclub à 24 ans ?
Oui, à condition qu’il soit àla n de son apprentissage enEspagne, en pleine possessionde ses moyens et avec unebonne dose d’expérience.
Le meilleur pour lui au- jourd’hui, c’est donc de res-ter à Valence, oùpensez-vous qu’il devraitchanger d’air ?
Ce sont des décisions per-sonnelles, mais le FC Valenceest un club où il y a tout pourdevenir un grand. C’est un clubavec beaucoup de pression, unclub exigeant. Il y a aussi de laqualité technique puisque là-bas, on essaye de jouer au oot-ball. C’est là des détails cléspour permettre à des joueurscomme Feghouli de grandir.
Nous sommes en train deparler du ootball algérienactuel et nous avons oubliéque vous connaissez assezbien le ootball algérien desannées 80. Quelle image engardez-vous ?
Il y a eu des choses excep-tionnelles dans cette équipe,avec des joueurs atypiques quine aisaient pas les chosescomme tout le monde. Si onprend par exemple Madjer àcette époque et Zidane à unepériode pas lointaine, on serend compte que ce sont deux joueurs diérents des autres etqu’on a vite envie de prendredans son équipe.
Est-il vrai que vous vouliezrecruter Madjer lorsque vous étiez entraîneur duBarça ?
Oui, mais je ne sais pas pour-quoi ça ne s’est pas ait. Madjerait partie des joueurs atypiquesqui ont les choses diérem-ment, ce genre de joueurs m’onttoujours intéressé.
Est-ce une erreur de parlertoujours de cette équipe desannées 80 ?
Vous savez, chaque époque ason état de grâce et le jeune joueur d’aujourd’hui a besoinde s’identier à un héros. Cehéros, on ne peut le trouver quedans le passé. Ce n’est donc pasune erreur de parler de cetteéquipe qui a écrit une bellepage de l’histoire du ootball al-gérien. Si d’autres ootballeursdeviennent des héros eux aussi,tant mieux, mais il ne aut ja-mais oublier les héros d’an-tan. On ne peut paseacer quelqu’unpour le remplacerpar un autre, il y ade la place pourtout le mondepour écrire l’his-toire.
On revient à l’ac-tualité, comment vous apparaît l’écartentre le Barça et le Real?
C’est beaucoup, c’estune diérence épouvan-table. Ce n’est pas bienpour la Liga. Il n’y aque les supporters duBarça qui sont contents.Un championnat est inté-ressant lorsqu’il y a de lacompétition, du suspense.
Récemment, vous avezchoisi le onze idéal de l’his-toire du ootball. Paradoxa-lement, votre nom n’y gurait pas. Est-ce pas mo-destie ou pensez-vous sincè-rement que vous n’avez pas votre place dans cette équipede rêve ?
J’ai peut-être ma place, maisce n’est pas à moi de me mettredans l’équipe.
Il n’y avait même pas Mara-dona, Zidane, Messi, Cris-tiano…
Dans une équipe, il y a onze joueurs et tout le reste, cest desmécontents. Quand on choisit,on ait toujours des mécon-tents. J’aurais pu aire deux outrois équipes de rêve, mais onm’a demandé d’en aire une et j’ai ait mon choix.
Selon les spécialistes, il y ales grands joueurs et il y a leslégendes du ootball, commeDi Stéano, Pelé, vous-même, Maradona et Zidane.Pensez-vous que Messi adéjà dépassé tout ce beaumonde ?
Déjà Messi a un avantage, il joue encore. Les autres, nous nepouvons désormais plus rienaire. Il ne aut pas lui mettre lapression, il aut juste s’amuseren regardant jouer Messi quia la particularité de marqueret de aire marquer les au-tres. En général, on a l’uneou l’autre qualité, lui il les atoutes les deux. Messi a lachance de jouer dans uneéquipe aite sur mesure pourlui, lui aussi il est ait pour leBarça. Ce qu’il nous reste àaire donc, c’est de proter aumaximum en le regardant jouer. Ça ne sert à rien de lecomparer aux autres.
Va-t-il pouvoir battre d’au-tres records ?
J’imagine, oui ! Il a toutes lesqualités pour le aire, même si je pense que l’année prochaine,il aura du mal à reaire le par-cours de cette année. Ce sera àchaque ois plus difcile pourlui, mais comme je le connais, il va toujours essayer de airemieux.
Qui sera Ballon d’Or FIFAcette année à votre avis ?
Normalement, quand on voit jouer le Barça, personne nepeut détrôner Messi.
L’organisation de la Coupedu monde-2022 par le Qatara provoqué une grande polé-mique. Pensez-vous que cepays mérite d’organiser unévènement aussi grand ?Sera-t-il capable de réussirce pari ?
Quand on me parle de stadesclimatisés, je suis étonné, maisc’est normal, car si quelqu’unm’avait dit, il y a 50 ans, quel’homme pouvait aller à lalune, je l’aurais prispour un ou. Tou-teois et person-nellement, jen’ai jamaiscomprispourquoi ona accordél’organisa-tion de laCoupe dumonde auQatar. Il y a tel-lement dechosescontre cepays aupoint de sedire pour-quoi on vaaller là-baspour jouer unMondial ? Il y a tellement d’au-tres endroits sur la planète terrepour jouer une Coupe dumonde. Enn, 2022, c’est en-core loin et on va voir si d’iciquelques années, le Qatar auraavancé. Si c’est le cas, c’est bien,sinon, il audra chercher unautre pays.
Qui sera le meilleur entraî-neur de l’année à votre avis ?
Il y aura Guardiola, Mou-rinho et Del Bosque, c’est ça ?Del Bosque a réalisé un excel-lent parcours, pas seulementcette année, mais depuis long-temps déjà. Guardiola n’a pasterminé l’année, le Real Madridn’a pas réalisé une grande annéeavec Mourinho. Je ne veux pasavoir de problèmes, mais j’avoue que j’ai une grande ad-miration pour Del Bosque, caren plus de gagner avec la ma-nière, il transmet une grandesportivité et une grande séré-nité. Pour moi, ce sont des dé-tails très importants, en plusdes victoires natu-rellement.
Le comportement de DelBosque peut donc être uncritère ?
Pour moi, oui ! Moi, je ne juge pas les gens seulement surles résultats qu’ils réalisent,mais aussi sur leur comporte-ment sur et en dehors des ter-rains. Il y a eu tellement deproblèmes entre les joueurs duBarça et du Real, mais DelBosque a toujours eu la mêmeconduite, celle de prôner lapaix. Pour toutes ces raisons,s’il aut que je choisisse le meil-leur entraîneur de l’année, çadoit être Del Bosque.
Ces dernières années, lesinvestissements desCheikhs arabes dansles clubs européenssont à la mode. Ceque ait le PSG,Manchester City etMalaga entre autresconstitue-t-il lameilleure recettepour avoir une grandeéquipe ?
C’est la pire chose qu’onpuisse aire dans le ootball.C’est la plus grossière erreurqu’on puisse commettre. On abeau donner beaucoup d’argentà un joueur ou à des joueurs,cela ne garantit pas la réussitecar nalement le ootball est un jeu à onze contre onze. Mêmesi tu as tout l’argent de la pla-nète, tu ne pourras jamais met-tre un douzième joueur.
Revenons un peu à l’histoiredu ootball. Quelles ont étéles plus grandes équipes ?
Il y a eu le Bayern avec beau-coup d’Allemands, Ajax avecbeaucoup de Hollandais, il y aeu aussi le Milan de Sacchiavec beaucoup d’Italiens ettrois Hollandais. Au- jourd’hui, le Barça est lameilleure équipe grâce àson école. Une équipe deootball ne se crée pas avecde l’argent. Une équipe deootball se construit. Si unémir veut investir dans leootball, il doit d’abord penseraux jeunes. Au lieu de recruterplusieurs joueurs, il aut recru-ter une seule personne pourinstaurer un systèmede production de joueurs. Je re- viens àl’exemple de Barcelone, si lesenants du monde entier sonters de porter le maillot duBarça, c’est qu’ils s’identient àla philosophie de ce club. Cela,on ne peut pas l’acheter avec del’argent.
Il y a des acettes de votre viequi sont restées ambigües,comme par exemple votredécision de ne pas jouer leMondial-78 en Argentine.Pouvez-vous nous dire pour-quoi vous n’êtes pas allé enArgentine ?
Pour jouer une Coupe dumonde, il aut êtreconvaincu etprêt à 100%.Ce n’étaitpas moncas. Acetteépoque, j’ai été vic-time d’une at-taque à mainarmée chez moi. Je n’avais plusenvie de jouer au ootball, leootball de ous, je n’en voulaisplus.
L’agression dont vous parleza-t-elle été commanditéepour vous menacer de ne pas jouer la Coupe du monde ?
Non, je ne pense pas. On m’aligoté les mains et mis un riesur la tempe. C’est vrai que leootball m’a tout donné, mais jesuis arrivé à une conviction : ilallait tout laisser tomber.
Ça n’avait rien à voir avec ladic-tature enArgentine ?
Pas du tout. Cela s’estpassé à Barcelone, à une pé-riode assez difcile avec le pas-sage de la dictature de Franco àla démocratie. Tout le mondeétait un petit peu libre de airece qu’il voulait. Ce sont lesconséquences du changementet j’ai ailli le payer de ma per-sonne. Je ne pouvais plus met-tre la vie de ma amille endanger.
Vous avez donc abandonnéle ootball ?
Oui, mais au bout dequelques mois, je mesuis rendu compteque le ootballme manquait.J’ai donc pris ladécision d’aller jouer auxEtats-Unis où j’ai retrouvé unpeu de sérénité.
Vous n’avez ja-mais regretté votredécision ? Vous ne regrettezpas de ne pas avoir gagné laCoupe du monde, le seultitre qui manque à votre pal-marès ?
Non parce que je ne regrette jamais mes décisions. En plus,c’était une décision sage. Il vousmanque un titre lorsque vousn’avez rien gagné, mais lorsque vous gagné plusieurs titres, unseul titre ne peut pas vous man-quer. En plus, et je vous le dissincèrement, la nale de 74 per-due ace à l’Allemagne nous adonné plus de prestige que sion l’avait gagnée. On a gagné lasympathie du monde entier.Des éloges plus grands que ça,on ne pouvait pas en avoirparce que nous avons été meil-leurs que l’adversaire, même enperdant le match.
Lorsque j’ai cité Zidaneparmi les légendes du oot-ball, vous n’avez rien dit…
Parce que c’est un immense joueur. Le premier joueur ari-cain à avoir laissé une tracedans le ootball européen, parceque Zidane ce n’est pas seule-ment le Real, c’est aussi la Juveet même l’équipe de France. Laplus grande victoire des Fran-çais en 98, c’est qu’ils ont réussià transmettre la cohabitationsociale dans leur équipe natio-nale. Il y avait plusieurs cou-leurs, mais il y avait une seuleéquipe. Cela prouve qu’enFrance, la cohabitation estmeilleure que par le passé.
Tout à l’heure lorsqu’onavait parlé de Madjer, vousn’avez pas parlé de sa a-meuse talonnade. Pourtant,quand nous nous sommesrencontrés au consulat àBarcelone, vous ne parliezque de ça…
Il a réalisé un geste auquel lemonde du ootball n’était pashabitué. Je pense que Madjern’avait pas le temps nécessairede penser à ce qu’il devait airesur cette action. Vous savez,quand on a le temps, on peutaire plusieurs choses, maisquand on n’a pas le temps, ondoit réaliser un truc imprévisi-ble. Un truc qui sort comme çaet qui surprend tout le monde.C’était le cas de la talonnade deMadjer.
On parle souvent de la ma-nita du Barça au Real, maisbeaucoup ignorent que lapremière manita remonte à74 lorsque vous étiez encore joueur et elle a eu lieu auBernabeu. Vous vous en rap-pelez encore ?
Ça ait quand mêmeun bon bout de temps.Mon ls devait naî-tre le jour de cematch, cela m’au-rait empêché de jouer. Pour pou- voir jouer, j’ai dûavancer la date dela venue au mondede mon ls surconseil des médecins etma emme a dû subir unecésarienne. Quelques joursaprès, nous avons battu le Realpar 5 buts à 0.
Depuis longtemps, vous avezmisé sur Guardiola pourêtre le nouvel entraîneur duBarça. Aujourd’hui, on parlede Xavi comme utur entraî-neur de l’équipe. Vous le voyez diriger le FC Barce-lone dans un avenir proche ?
Xavi a de la qualité, ça c’estclair, mais être entraîneur dé-pend aussi d’autres paramètres.Comment manier le vestiaire,les supporters, les dirigeants.C’est ce qu’on appelle en anglaisle people management. C'est-à-dire la gestion humaine. Com-ment être sympathique et enmême temps dur ? Tout lemonde n’a pas cette qualité,Guardiola si.
Nous arrivons à la n de l’en-tretien et nous voudrions sa- voir quelle image allez-vousgarder de votre passage enAlgérie ?
L’image d’un peuple très ai-mable et l’image des enants dela Casbah jouant au ootball. Ilsn’avaient pas besoin de beau-coup de choses pour être heu-reux. Ils avaient juste besoind’un petit espace et d’un ballon.
 Entretienréalisépar 
 M.S.
 
«LeReal est ungrand club,mais sa manièred’éduquer les jeunes medérange»«Ça ne sertà rien decomparer Messiaux autres. Il faut juste profiter aumaximum en leregardant jouer»«J’aiune grandeadmiration pourDel Bosque, car enplus de gagner, iltransmet une grandesportivité. Pour moi,c’est le meilleurentraîneur dumonde»
«La politique du PSG est la plusgrossière erreur, la pire des chosesqu’on puisse faire dans le football»

Activity (7)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
nassim_2000 liked this
moh liked this
mek66 liked this
Moh Jam liked this
tournesol91 liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->