Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
0Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
2008 06 06 Brooke Bennett

2008 06 06 Brooke Bennett

Ratings: (0)|Views: 2 |Likes:
Published by Philippe Orfali

More info:

Published by: Philippe Orfali on Jan 16, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

01/16/2013

pdf

text

original

 
        3        5        6        9        4        4        8
10175, Papineau, Montréal - 514-381-3987 www.gareaumazda.com
DE MONTRÉAL
Mazda 3 Sport, transport et préparation1 275 $. Couleurs métalisées 105 $, couleursperlées 200 $. Taxe d’accise sur climatiseur100 $, si applicables. Taxes, RDPRM etimmatriculation en sus. Financement à l’achatauxparticuliersde0%jusqu’à60moiset1,9%pour 72 ou 84 mois sur la majorité des 2008.5neufs. Financement consenti par l’entremise dela Banque Scotia. Sur approbation du crédit.Autres taux et termes disponibles. Les photospeuventdifférer.Jusqu’àépuisementdesstocks.Communiquez avec un de nos représentantspour plus de détails.
Mazda 3 SPORT GX 2008.5 
5 PORTES INCROYABLE !
DEVIENT...
SOLDE DE CONSTRUCTION
DÉMÉNAGEMENT AUTOMNE 2008
 
 ANGLE MÉTROPOLITAIN ET PAPINEAU 
 TOU TDOI T
DISpaRa î TRE!
 
175 
/MOIS
LOCATION 48 MOIS995
$
COMPTANT
1,9
%
À L’ACHAT72 OU 84 MOIS
17 500
0
%
À L’ACHAT JUSQU’À 60 MOISÀ partir de
M
on
lin
’œil 
STÉPHANELAPORTE 
J
e me s
u
is
t
rompé
d
e nom
,
je ne
v
o
u
l
a
is p
a
s
d
ire
v
i
v
e le
Q
u
é
b
e
c
li
b
re
,
je
v
o
u
l
a
is
d
ire
v
i
v
e
I
ngri
d
li
b
re! –
F
r
a
n
ç
ois
F
illon
V
ene
z v
oir mon
b
log
u
e!
c
 y
b
erpresse.
ca
/
l
a
por
t
e
       D      I      M
          6          2          1          9          2          4          1          2          3          5          2          3
FESTIVAL DE
1
2
4
e
a
nnée
N
o
2
5
2 36
p
a
ges
,
4
ca
hiers
89
¢
t
a
x
es en s
u
s –
d
i
t
ion pro
v
in
c
i
a
le
9
7
¢
L
e pri
x
pe
ut
ê
t
re pl
u
s éle
v
é en régions éloignées
LA VILLE EST JAZZ
!
JAZZ
PAGE
2
L
es gr
a
n
d
s momen
t
s e
t
les f 
a
u
sses no
t
es
d
u2
9
e
F
es
t
i
 v
a
l
WIMBLEDON
LA TOTALE
!
 V
en
u
s
W
illi
a
ms
g
a
gne
u
n
c
inq
u
ième
t
i
t
re en simple e
t
rempor
t
e le
d
o
u
b
le
a
v
e
c
s
a
u
r
SPORTS
PAGE
3
ÉPICERIE
20
FAÇONS
DE RÉDUIRESA FACTURE
LAPRESSEAFFAIRE
PAGES
1
À
3
Les plants de tomatesde ma mère
STÉPHANELAPORTE
PAGE
 A 
5
MEURTRESORDIDE AUVERMONT
L
HORREUR
ÉRIC CLÉMENT
L’Agence métropolitaine de transport(AMT) et le ministère des Transports duQuébec (MTQ) étudient la possibilité decréer des voies réservées à l’autopartage etaux autobus express sur toutes les auto-routes de la métropole.L’AMT et le MTQ pourraient doterles autoroutes d’une ou deux voiesréservées au covoiturage et aux autobusexpress dans le but d’augmenter l’usagedes transports collectifs, de diminuer lacongestion routière et notre dépendanceau pétrole et de réduire les émissions degaz à effet de serre.«Dans un premier temps, nous vou-lons ajouter dans les deux sens sur l’auto-route15 des voies réservées uniquementau covoiturage et aux autobus express», aexpliqà
La Presse 
Joël Gauthier, prési-dent-directeur général de l’AMT.Une étude entreprise l’an dernier parTecsult à la demande de l’AMT révé-lera les détails techniques de ce projet àl’automne.«Actuellement, il n’y a que du covoi-turage sur l’A15, seulement en directionnord et seulement entre Côte-Vertu etau nord de Saint-Martin, dit StéphanieLangelier, porte-parole du MTQ dansla région Laval–Mille-Îles. L’étude per-mettrait de prolonger cette voie au nordde Laval.»
 V 
ers
d
eno
uv 
elles
 v 
oiesser
 v 
ées
C
o
 v
oi
tu
r
a
ge e
t
a
ut
o
b
u
s
L
e
c
on
c
ep
t
s’él
a
rgir
a
i
t
à
t
o
ut
es les
a
ut
oro
ut
es
d
e l
a
région
>
 V 
oir
 VOIES
en p
a
ge
 A 
8
lllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll
CARIFÊTE
ENTRAÎNANTE ET MULTICOLORE
PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE
Ja
mes
D
i
Sa
l
 v
io
d
e
B
r
a
n
 Va
n
3000
e
t
L
éon
a
r
dC
ohen >
ENVIRONNEMENT
HARPER ENA MARRE DE BUSH
GILLESTOUPIN
AU SOMMET DU G
8
PAGE
 A 
8
HÔTELLERIE
15
00
s
y
n
d
iq
u
és en grè
v
e
àM
on
t
a
l
PAGE
 A 
5
CALIFORNIE
SURCHAUFFE CHEZLES POMPIERS
NICOLASBÉRUBÉ
PAGE
 A 
7
D
es
c
h
a
rs
a
llégoriq
u
es
,d
e l
a
m
u
siq
u
e
t
oni
t
r
u
a
n
t
e
,
u
n soleil
d
e plom
b
e
t
d
es spe
c
t
a
t
e
u
rsp
a
r milliers.
P
en
da
n
t
c
inq he
u
res
,
le
b
o
u
le
 v
a
r
d R
ené-
L
é
 v
esq
u
e
a
v
i
b
a
u
r
 yt
hme
d
e l
aCa
rifê
t
e.
I
l res
t
e q
u
e l’é
 v
énemen
t
a
per
d
u
d
e son l
u
s
t
re
,
es
t
imen
t
d
es h
ab
i
tu
és.
 V
iol
a
ine
Ba
lli
 vy
r
ac
on
t
e
,
en p
a
ge
 A 
6
PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE
B
rooke
B
enne
tt
a
 v
a
i
t
1
2
a
ns.
L
es
 y
e
ux
remplis
d
’espoir.
P
u
is es
t
s
u
r
 v
en
u
l’impens
ab
le.
L
e
u
rrée.
K
i
d
n
a
ppée.
T
u
ée.
H
is
t
oire
d
u
n
d
r
a
me prémé
d
i
t
é.
PAGES
 A 
2
ET
 A 
3
.
 V
en
d
re
d
i
,
le 4 j
u
ille
t
,
 jo
u
r
d
el’
I
n
d
épen
da
n
c
e
d
es
É
t
a
t
s-
U
nis
,J
on
La
rson
,
pompier
d
u v
ill
a
ge
d
e
Ra
n
d
olph
,a
u
 V
ermon
t
,
t
ien
t u
ne pho
t
o
d
e
B
rooke
B
enne
tt
,
en mémoire
d
e l
a
 je
u
ne
ad
oles
c
en
t
e re
t
ro
uv
ée mor
t
emer
c
re
d
i.
on
t
a
im
a
n
c
e j
u
i e
t
L
e pl
u
s gr
a
n
d
q
u
o
t
i
d
ien fr
a
n
ça
is
d
A
mériq
u
e
on
t
a
im
a
n
c
e j
u
i e
t
L
e pl
u
s gr
a
n
d
q
u
o
t
i
d
ien fr
a
n
ça
is
d
A
mériq
u
e
 
PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE
La
gr
a
n
d
-mère
d
e
B
rooke
B
enne
tt
, d
on
t
le
cada
 v 
re
a
é
t
é re
t
ro
uv 
é mer
c
re
d
i p
a
ssé
da
ns
u
n p
a
t
elin
d
u
V
ermon
t
, a
pl
a
n
t
é
d
es hor
t
ensi
a
s m
a
uv 
es
d
e
 v 
a
n
t
l
a
m
a
ison o
ù
elles
i
 v 
a
ien
t
ensem
b
le. «
C
’é
t
a
i
t
s
ac
o
u
le
u
r préférée»
,
no
t
e-
t
-elle.
UNVILLAGESOUSLECHOC
PHILIPPEORFALIORANGE COUNTY, V
ermon
t
Quatre juillet, jour de l’In-dépendance des États-Unis.Comme toute l’Amérique, la petite communauté de Randolph,au Vermont, célèbre. Mais cen’est qu’une façade. «On tented’oublier ce qui se passe. On tentede faire comme si tout ça n’était pas arrivé. Mais c’est impossi-ble», laisse échapper une mère,drapeau américain à la main.Sur son chandail, un écussonà l’effigie de la jeune BrookeBennett, 12 ans, retrouvée mortemercredi dans ce bled situé aumilieu des montagnes. Le vil-lage de 5000 âmes est durementébranlé par ce drame où s’entre-mêlent manipulation, pédophilie,inceste et meurtre.Michael Jacques, l’oncle deBrooke, et Ray Gagnon, ancienbeau-père de la jeune fille, ont étéformellement accusés au débutde la semaine dernière d’avoiragressé sexuellement une autrenièce de Jacques et d’avoir détruitdes preuves. Ils n’ont pour l’ins-tant pas été inculpés du meurtrede Brooke.Jacques a également été accuséde kidnapping en vertu de la loifédérale, ce qui signifie qu’il pour-rait faire face à la peine de mort.Pour ajouter à l’horreur, lanièce de Jacques, âgée de 14ans et partenaire sexuelle desdeux hommes, aurait participéde plein gré à la planification del’enlèvement.
U
ne his
t
oire sor
d
i
d
e
L’histoire a tout d’un film d’hor-reur et porte à croire que le crimeavait été planifié de longue date.Le 25 juin, Michael Jacqueset sa nièce de 14 ans (appelons-la June) font croire à BrookeBennett qu’ils s’en vont à une fêteorganisée dans un village voisin.Brooke, afin d’éviter les questionsde sa grand-mère, lui racontequ’elle s’en va rendre visite à un proche qui est hospitalisé.Ils se rendent en réalité chezJacques. L’homme demande alorsà June de quitter la maison et àBrooke de monter à l’étage. C’estla dernière fois qu’elle sera vuevivante.Dans des courriels envoyés plu-sieurs jours avant la disparition deBrooke, June réaffirme à maintesreprises sa volonté de duper sonamie. «C’est la saison des récol-tes», dit-elle à l’ex-beau-père deBrooke, Ray Gagnon, et à Jacques.Elle suggère une façon de kid-napper la jeune fille et dit qu’elleaimerait «voir Brooke souffrir» etvoir «comment elle aime ça».Quelques jours avant les évé-nements, Jacques lui ordonned’avoir une relation sexuelle avecson copain mineur, d’essuyer sonsperme avec un mouchoir et de lemettre dans un sac en plastique.Le mouchoir a été trouvé à proxi-mité de vêtements ayant appar-tenu à Brooke, quelques joursaprès sa disparition.Dans les jours qui suiventl’enlèvement de Brooke, ses pré-sumés agresseurs participent auxrecherches pour la retrouver. Juneraconte aux policiers qu’ils ontdéposéBrookeaudépanneuravantd’aller chez Michael Jacques.Mais elle finit par craquer etexplique qu’elle fait en réalité partie de «Breckenridge», unréseau d’initiation sexuelle.Elle affirme que, à l’âge de 9ans, elle a reçu un appel télépho-nique et un message posé sousson oreiller qui lui indiquaientqu’elle avait été sélectionnée pour un programme de formationsexuelle. Jacques serait son «ins-tructeur». Pour réussir, elle auraità accomplir divers actes sexuelsavec Jacques et d’autres hommes.L’enquête de la police n’a tou-tefois permis d’identifier queRay Gagnon et Michael Jacques,ce qui laisse croire que la jeunefille aurait été bernée par sononcle.
U
ne
c
omm
u
n
a
ut
é é
b
r
a
nlée
La disparition le 25 juin deBrooke Bennett, une adolescentesouriante aux grands yeux verts,a donné lieu à la plus grandeenquête pour enlèvement jamaismenée au Vermont. Des centai-nes de bénévoles de Randolph etdes environs ont uni leurs efforts pour retrouver la jeune fille.Mais mercredi dernier, en mati-née, la terrible nouvelle est tom-bée: le corps de Brooke Bennett,«portant d’évidentes marques deviolence» selon la police, a étédéterré à quelques centaines demètres de la résidence de Jacques.Son oncle, «un homme qu’elleadorait», selon sa grand-mère,avait déjà été reconnu coupabled’agression sexuelle grave en 1993.Ilfigureauregistredesdélinquantssexuels de l’État. À l’exception desa femme, Denise, sa famille igno-rait tout de son passé.«Elle est avec Dieu, mainte-nant. Elle ne souffrira plus deschoses horribles que lui a faitsubir ce salaud. Que Dieu la pro-tège», murmure Lucinda Milne,la grand-mère de Brooke.La dame frêle aux traits tirésfait bien plus que ses 58 ans. Ellehabitait avec Brooke, sa sœur etsa mère, dans une modeste mai-son mobile grise.Toujours appuyée au mur, labicyclette de Brooke, comme si ledrame n’avait jamais eu lieu.Fraîchement plantés, des hor-tensias mauves ornent le terrain.«C’était sa couleur préférée. Je nesais plus de qui ça vient. On me lesa offerts en sa mémoire. C’est monmonument à ma petite Brooke.»«Je donnerais n’importe quoi pour l’entendre à nouveau envoyercette foutue balle contre le mur dela roulotte. Elle jouait à la crosseet c’est comme ça qu’elle s’exer-çait. Ça me rendait folle. Mais çame manque terriblement, main-tenant.» L’espoir a laissé place auchocetàladésolation,àRandolph.Les habitants ont encore fraîche àla mémoire l’agression sexuelleet le meurtre violent d’une jeunefemme en 2003.«On dit que ça n’arrive qu’auxautres. Mais c’est faux. Ça nousarrive à nous, encore une fois»,dit Jon Larson, un pompier deRandolph qui tenait un portraitde Brooke à bout de bras durantle défilé du 4 juillet.«Jemefousdesesdroits.Jacques pourrait être condamné à la peinede mort. Je le lui souhaite. Celuiqui fait mal à un enfant ne méritetout simplement pas de vivre.»Joe Dezan est père de huitenfants et habite juste en face dechez Michael Jacques. Ses enfantsallaient fréquemment jouer et sebaigner chez les Jacques, qui ontune piscine et une balançoire.« Nous sommes morts dehonte», dit-il.Quand elle a appris que Brookemanquait à l’appel, la femme deJoe Dezan est allée consulter leregistredesdélinquantssexuelsdel’État du Vermont, sur l’internet.«J’étais dehors à jouer avecmon garçon de 3 ans quand mafemme a lancé un cri. Elle m’a ditqu’elle avait quelque choseà me montrer, de venir voirimmédiatement.» MichaelJacques était là, à l’écran,sur le site des délinquantssexuels.«Quand j’ai vu ce qu’ilavait fait à sa première vic-time, j’ai été abasourdi. Je suiscontent qu’il soit accusé au fédé-ral. La justice au Vermont esttrop clémente. Il ne mérite que la peine de mort.» Mais la grand-mère de Brooke, elle, ne souhaite pas la peine capitale aux deuxhommes. «Je suis et j’ai toujoursété en faveur de la peine de mort.«Mais je ne veux pas que ça leurarrive.C’esttropfacile.JeveuxqueMichael Jacques et Ray Gagnonaillent en prison. J’ai entendutout plein d’histoires au sujet dechoses qui arrivent aux gens deleur espèce, une fois qu’ils sonten prison», dit Lucinda Milne, undemi-sourire sur les lèvres. «Cen’est certainement pas la mort quirendrait justice à Brooke.»
«
ELLE EST AVEC DIEU
C
’es
t u
ne his
t
oire
d
’horre
u
r o
ù
s’en
t
re
c
roisen
t
in
c
es
t
e
,
pl
a
nsm
ac
hi
a
v
éliq
u
es e
t
homi
c
i
d
e.
L
’his
t
oire
d
e
d
e
ux
hommes q
u
i
ab
u
sen
t
d
e l
a c
onfi
a
n
c
e
d
e
d
e
ux
ad
oles
c
en
t
es.
E
t
c
elle
d
u
ne je
u
ne fille q
u
i
a
m
ad
o
u
e son
a
mie po
u
r q
u
’elle prenne p
a
r
t
à
u
n «rése
a
u
d
’ini
t
i
a
t
ion se
xu
elle»
, d
on
t
elles ne son
t
en ré
a
li
t
éq
u
e les se
u
les e
t u
niq
u
es
v
i
c
t
imes.
L
e me
u
r
t
re sor
d
i
d
e
d
u
ne
ad
oles
c
en
t
e q
u
i
a
u
r
a
i
t
é
t
é le
u
rrée p
a
r son
«
J
e
e
ux
q
u
e
M
i
c
h
a
el
Jac
q
u
es e
t
Ra
 y
Ga
gnon
a
illen
t
en prison.
J
a
i en
t
en
d
ut
o
ut
plein
d
’his
t
oires
a
u
s
u
 je
t
d
e
c
hoses q
u
i
a
rri
 v 
en
t
a
ux
gens
d
e le
u
r espè
c
e
,
u
ne fois q
u
’ils son
t
en prison.»
llllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll
A
2
L A P R E S S E
M O N T R É A L D I M A N C H E
6
J U I L L E T
2 0 0
8

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->