Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
1Activity
P. 1
Guidelines for Donor Support to CAADP Process at a Country-Level (in French)

Guidelines for Donor Support to CAADP Process at a Country-Level (in French)

Ratings: (0)|Views: 76 |Likes:
Steps by which donors agree to harmonise support for country-led ARD in Africa. (French version)
Steps by which donors agree to harmonise support for country-led ARD in Africa. (French version)

More info:

Categories:Types, Research
Published by: Global Donor Platform for Rural Development on Jan 17, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

03/22/2013

pdf

text

original

 
Guide à l’attention des donateurspour appuyer le processusdu PDDAA au niveau national
Global Donor Platformfor Rural Development
 
Guide à l’attention des donateurs pour appuyer leprocessus du PDDAA au niveau national
[1]
Informations générales
Le Programme détaillé pour le développement de l'agriculture africaine (PDDAA) est une initiativeappropriée et pilotée par les pays africains
[2]
dans le but de stimuler la croissance et la productivitéagricoles en Afrique afin de réduire la pauvreté et la faim. Le PDDAA fournit un cadre politique et uncontexte régional pour les processus impulsés par chaque pays. Ces derniers comprendront destables rondes nationales pour définir une stratégie pour réduire de moitié la faim et augmenter lacroissance du secteur agricole de 6% par an, grâce à la révision des politiques sectorielles et à laréalisation d’investissements plus nombreux et plus efficaces en faveur de l’agriculture. Chaque tableronde aboutira à un accord national Compact
[3]
») entre le gouvernement, l’organisation économiquerégionale concernée, le secteur privé, la société civile et les partenaires au développement, puis à desprogrammes d’investissements et de réformes des politiques.Dans la mesure où 70% des pauvres en Afrique dépendent de l’agriculture pour subvenir à leursbesoins, soutenir une telle approche holistique et coordonnée pour le développement agricole enAfrique constitue une initiative majeure et offre aux partenaires au développement une opportunitécruciale d’atteindre l’objectif de réduction de la pauvreté et la faim fixé par l’OMD1.Il existe actuellement un grand nombre d’initiatives aux niveaux mondial, national et régional quisoutiennent le développement agricole en Afrique. Ces efforts seraient plus efficaces s’ils étaientcoordonnés et alignés sur les plans, stratégies sectorielles et les processus impulsés par chaque pays.Le PDDAA fournit le cadre global nécessaire pour aboutir à ce résultat, car il prévoit des mécanismes decoordination, moins tributaires de conditionnalités parfois imposés par les donateurs et plus fondés surla cohérence et la responsabilisation mutuelle de toutes les parties prenantes au développement.Ce document présente un guide concernant les étapes à suivre afin que les donateurs (partenaires audéveloppement) fournissent ensemble un appui harmonisé et cohérent aux processus de planificationnationale et de programmation des investissements en faveur de l’agriculture et de la sécuritéalimentaire, alignés sur le PDDAA. Ces processus de mise en œuvre du PDDAA au niveau de chaquepays permettront d’améliorer la qualité des stratégies agricoles nationales existantes et d’élaborerdes plans d’actions conjoints susceptibles d’augmenter de manière significative les investissementsen faveur du secteur agricole. Cet appui accru des donateurs en faveur du développement agricoleafricain contribuera de manière substantielle au respect des engagements internationaux tels queceux pris lors de la Déclaration conjointe sur la sécurité alimentaire à l’Aquila
[4]
(lors de la réunion duG8 tenue en 2009). Le présent document propose des étapes pratiques afin de traduire ces intentionsinternationales en actions pour améliorer la sécurité alimentaire mondiale.
Approche suggérée pour les donateurs
Les donateurs soutiendront l’agriculture africaine en s’alignant sur les structures, les principes et lesprocessus du PDDAA précédemment établis par l’UA/NEPAD et présentés en détail dans «Directives pourla mise en œuvre du PDDAA au niveau national»
[5]
.Les donateurs participeront au PDDAA conformément aux «Principes conjoints pour l’appui des donateursà l’agriculture et aux programmes de développement rural»
[6]
, lesquels mettent l’accent sur l’appropriation,l’alignement, l’harmonisation, la gestion axée sur résultats (GAR) et l’obligation conjointe de rendre compte,qui intègrent les engagements pris dans le cadre de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide audéveloppement et le Programme d’action d’Accra. Ceci est également en accord avec les engagements prislors de la Déclaration de l’Aquila, laquelle met en exergue les principes de coordination stratégique, de
[1]Ce document a été élaborépar le groupe d’étude despartenaires au développementdu PDDAA de la Plateformemondiale des donateurs pour ledéveloppement rural, encollaboration avec laCommission de l’Unionafricaine (CUA)/NEPAD.Le document a été examiné,revu et approuvé par lesparticipants à l’occasion de laréunion des partenaires etdonateurs du PDDAA à AddisAbeba, du 6 au 9 septembre2009. Ce groupe comprenaitdes représentants: desgouvernements, des groupesde travail de donateurs dusecteur agricole de 18 paysactivement engagés dans lePDDAA, des organisations éco-nomiques régionales (REC),des institutions piliers, de laCUA/NEPAD et de nombreuxpartenaires au développement.Ce document sera bientôtfinalisé et pourra bientôt servirde projet final. La version finalesera formellement adoptéelors de la réunion de laPlateforme du partenariat duPDDAA à Abuja en novembre2009.[2]Le PDDAA a été adopté parl’Union africaine en 2003 lorsd’un sommet de ses chefsd’état et de gouvernements,lesquels ont convenu d’investir10% de leurs budgetsnationaux à l’agriculture afind’augmenter la croissance dece secteur de 6% par an.[3]Compact : aussi appelé« pacte » (par exemple au Togo).[4]Voir Annexe 4.[5]Directives du PDDAA pour lamise en œuvre dans les paysdu PDDAA: accélération de lamise en œuvre par pays – unguide pour les opérateurs,version préliminaire, mars 2009.[6]Plateforme mondiale des dona-teurs pour le développementrural - Principes conjoints desdonateurs pour l’agriculture etles programmes de développe-ment rural: incitations auchangement, mars 2009
 
soutien aux processus fondés sur l’appropriation nationale, sur une approche intégrée du développement,sur l’utilisation de mécanismes multilatéraux efficaces et sur un engagement durable des parties prenan-tes. Les Annexes 1 à 4 présentent un résumé des rôles, des responsabilités et des principes convenus lorsde ces déclarations et sont parties intégrantes de l’approche proposée dans le cadre des processus PDDAAdécrits dans ce document.L’approche proposée présente les étapes qui permettent d’aller au-delà des déclarations de principes et demettre en pratique les aspirations à une meilleure coordination des donateurs aux niveaux international etnational
[7]
. En résumé, elle décrit la façon dont les donateurs:appuieront les processus du PDDAA impulsés dans chaque pays;travailleront en partenariat avec le PDDAA, cad discuteront avec les parties prenantes au PDDAA lesdiagnostics, les réformes de politiques, les programmes d’investissement et les mécanismes de suiviet d’évaluation;renforceront les capacités des principales parties prenantes à élaborer et mettre en œuvre des planset programme d’actions pour atteindre les objectifs du PDDAA;aligneront les projets et programmes de développement agricole en cours sur la stratégie et lesprocessus générés par le processus PDDAA;cofinanceront les programmes d’investissement; eteffectueront de manière conjointe le suivi et l’évaluation du processus PDDAA à ses différents niveauxd’intervention.
Rôles et responsabilités des donateurs au niveau national
L’équipe nationale chargée du PDDAA pilotera le processus du PDDAA dans son pays. En réponse, lesgroupes de travail de donateurs du secteur agricole (GTDSA) piloteront et coordonneront le soutien despartenaires techniques et financiers au niveau national, en collaboration étroite avec l’équipe nationale duPDDAA et en liaison avec les autres parties prenantes issue du gouvernement, du secteur privé et de lasociété civile. Le cadre de résultats du PDDAA est fondé sur une approche intégrée et holistique du secteuragricole et exige un engagement intersectoriel de la part des donateurs. Le donateur principal au sein duGTDSA assurera une coordination permettant d’interagir en temps réel avec l’équipe nationale du PDDAAet avec leurs homologues internationaux. Les GTDSA seront appuyés par les homologues de leurs siègesrespectifs avec lesquels ils impulseront une gestion efficace du programme du PDDAA.Les processus PDDAA et de planification en faveur du secteur agricole différeront probablement danschaque pays, dans la mesure où: les diagnostics, les programmes d’action et les documents d’accord«Compact» sont à différents stades de préparation; les capacités nationales sont de niveaux différents; lesstructures de coordination et l’engagement des donateurs pourraient, de même, être de niveaux variables;et les contextes économiques, politiques et sociaux sont également variés. En conséquence, les GTDSAdevront élaborer une approche conjointe et des mécanismes d’appui et de financement adaptés auxbesoins de chaque pays. Par exemple, le processus devra être adapté pour correspondre aux cycles deplanification et éviter de dupliquer certains appuis.La liste ci-dessous présente les actions prévues par les donateurs à chaque stade de préparation del’accord « Compact ». Bien que cet accord soit une étape cruciale, sa valeur réelle apparaîtra lors: a) de lapréparation des documents « pré-compact », ce qui permettra de bâtir une vision commune et unconsensus entre les différentes parties prenantes pour aboutir à un plan d’action conjoint pour le dévelop-pement agricole; b) des efforts conjoints pour préparer des programmes d’investissement cohérents suiteau « Compact », orienter les actions en faveur du secteur agricole et évaluer les résultats et impacts desplans et programmes agréés. Si certains donateurs rejoignent le processus PDDAA à des étapesultérieures, ils devraient envisager d’adopter les précédentes mesures (étapes 1 et 2) afin que leur soutiensoit efficace.
01
[7]Les REC sont des accordsrégionaux en cours d’élabora-tion. Lorsqu’ils seront conclus,les donateurs y répondront enélaborant d’autres directivesdéfinissant une approcheharmonisée pour le soutien duPDDAA à un niveau régional.

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->