Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
2Activity
P. 1
Remède de sakalava par recette de cuisine artisanale d'Ambanja

Remède de sakalava par recette de cuisine artisanale d'Ambanja

Ratings: (0)|Views: 63|Likes:
Published by Madina Kari





Ce livre regroupe les articles annexes sur notre page Facebook qui parle de la santé plus précisément de la phytothérapie. La phytothérapie est une science qui s'occupe du traitement des maladies par les plantes médicinales .Les risques secondaires sont faibles voire nuls. La médecine naturelle manuelle fait partie de la médecine traditionnelle malgache. Celle-ci constituait la seule thérapie appliquée avant l’arrivée de la médecine scientifique dans le pays.





Ce livre regroupe les articles annexes sur notre page Facebook qui parle de la santé plus précisément de la phytothérapie. La phytothérapie est une science qui s'occupe du traitement des maladies par les plantes médicinales .Les risques secondaires sont faibles voire nuls. La médecine naturelle manuelle fait partie de la médecine traditionnelle malgache. Celle-ci constituait la seule thérapie appliquée avant l’arrivée de la médecine scientifique dans le pays.

More info:

Published by: Madina Kari on Feb 02, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
See more
See less

09/17/2013

 
 
RECETTE DECUISINE ARTISANALED'AMBANJA(MADAGASCAR)
 Article de santé
Ce livre regroupe les articles annexes sur notre page Facebook qui parlede la santé plus précisément de la phytothérapie. La phytothérapie estune science qui s'occupe du traitement des maladies par les plantesmédicinales .Les risques secondaires sont faibles voire nuls. Lamédecine naturelle manuelle fait partie de la médecine traditionnellemalgache. Celle-
ci constituait la seule thérapie appliquée avant l’arrivée
de la médecine scientifique dans le pays.© R
ecette de cuisine artisanale d’Ambanja Madagascar 
 
 
 © Recette de cuisine artisanale d
 Ambanja1
 
1
 Le diabète désigne souvent abusivement le diabète sucré, un groupe de maladiesmétaboliques dans lesquelles le patient a un taux de sucre dans le sang élevé.Une augmentation de la glycémie (taux de glucose dans le sang) est normalement réguléepar l'insuline, une hormone sécrétée par le pancréas, contrôlant la capture du glucosesanguin par les cellules. Les diabètes sucrés sont dus à une insuffisance de la sécrétiond'insuline ou à une diminution de ses effets sur les tissus. Un diabète sucré est défini par uneglycémie matinale, à jeun, supérieure à 1,26 gramme par litre, ou par une glycémiesupérieure à 2 grammes par litre au cours de la journée.Il existe deux types principaux de diabète sucré :
le diabète de type 1
, ditinsulinodépendant, représentant 15 % des diabètes sucrés,
et le diabète de type 2
, dit noninsulinodépendant, diabète gras ou de la maturité, qui représente 85 % des cas. D'autresformes de diabète sucré se rencontrent : le diabète dit gestationnel, apparaissant au coursde la grossesse, et les diabètes dits secondaires, se manifestant au cours de différentesaffections (pancréatite chronique, hémochromatose, acromégalie, syndrome de Cushing,phéochromocytome) ou de traitements médicamenteux (corticostéroïdes) ou liés à un certaintype de malnutrition (diabète tropical).
Diabète de type 1
Il est dû à un déficit majeur de la sécrétion d'insuline, conséquence d'une destructionsélective des cellules du pancréas la produisant. Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune, les cellules pancréatiques étant détruites par le système immunitaire de l'organismemême auquel elles appartiennent. L'apparition de cette auto-immunité est déterminée par des facteurs environnementaux (nutrition, infections virales, intoxications, etc.) ainsi quegénétiques (la maladie ne se déclare que chez des individus ayant hérité de plusieurs desallèles prédisposant).Le diabète insulinodépendant se traduit à la fois par une soif très intense, une émissionabondante d'urines, un amaigrissement brutal et une fatigue importante
Diabète de type 2
Il s'agit d'une forme de diabète sucré due à une diminution des effets de l'insuline sur lescellules (insulinorésistance), le plus souvent consécutive à un surpoids.Cette insulinorésistance entraîne dans un premier temps une sécrétion importanted'insuline par le pancréas. Celui-ci s'épuisant progressivement, il s'ensuit dans un secondtemps une diminution de la production d'insuline, ce déficit aggravant la tendance àl'hyperglycémie.Le diabète de type 2 se révèle à l'âge adulte à partir de 45 ans. Outre l'obésité, les facteursde risque en sont une répartition abdominale du tissu adipeux, une activité physiqueinsuffisante et l'existence d'antécédents familiaux de la maladie. C'est en effet une maladiefamiliale, dans laquelle de multiples gènes sont probablement impliqués, mais dont ledépistage génétique est actuellement impossibleLe diabète de type 2 ne se traduit souvent par aucun symptôme et est découvert de façonfortuite lors d'un examen ou d'une complication découlant d'un diabète déjà installé.
 
 © Recette de cuisine artisanale d
 Ambanja2
 
2
 Les vitamines sont dessubstances organiques,n'apportant pas d'énergie maisindispensables, bien qu'enquantités infimes. Les vitaminesdoivent être
apportées parl'alimentation
, car l'organismeest incapable de les synthétiser.La majorité d'entre elles jouentle rôle de cofacteurs, régulantde très nombreuses réactionsmétaboliques.
Les besoins alimentaires
L'homme, comme tout être vivant, doit disposer d'une alimentation équilibrée susceptible delui apporter les ressources énergétiques et matière organique dont il a besoin. L'apportnutritionnel de base est estimé à environ 2 400 kcal/j pour un individu sédentaire, mais ilvarie avec le sexe, l'âge et l'activité. Il correspond aux pertes énergétiques et matièreorganique que l'organisme subit pendant vingt-quatre heures. L'alimentation doit couvrir cesdépenses en respectant les proportions des constituants glucidiques (de 50 à 60 %),lipidiques (de 30 à 35 %), protéiques (de 10 à 15 %) et minéraux indispensables.Lorsque l'apport vitaminique est inférieur aux besoins, aucun signe de carence n'est visiblependant les premières semaines ; mais les réserves étant entamées, les fonctionsbiologiques concernées commencent à être perturbées : on parle alors de déficience. Si lasituation se détériore encore, elle aboutit à une carence, et des signes cliniquesapparaissent. Toutefois, le phénomène est réversible : administrée en quantités adéquates,la vitamine manquante rétablit l'équilibre. À l'inverse, des apports anormalement élevés, le plus souvent dus à la prise excessive etprolongée de préparations pharmaceutiques dépassant les doses physiologiques,provoquent dans le cas des vitamines liposolubles des hypervitaminoses, génératrices detroubles métaboliques
 –
en effet, si la plupart des vitamines hydrosolubles sont éliminées par les reins, les vitamines liposolubles sont stockés.Une carence correspond à l'absence d'un ou de plusieurs éléments indispensables au bonfonctionnement de l'organisme. Il existe des carences d'apport, liées au manque de cessubstances, et des carences d'utilisation, provoquées par un trouble de l'assimilationdigestive. Les différents désordres sont réunis sous le nom de maladies par carence. Lescarences en vitamines sont nommées avitaminoses.
En conclusion
: Il faut varier notre alimentation pour pouvoir bénéficier de vitaminesprésentes dans chaque aliment. Ce n'est pas la quantité qui est importante mais la qualité.Une bonne alimentation rend notre organisme plus performant.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->