Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
5Activity
P. 1
L’Éducation d’Isabelle

L’Éducation d’Isabelle

Ratings: (0)|Views: 1,417 |Likes:
Published by GeraldHouillardin
Un jeune homme raconte l'éducation de sa jeune amoureuse (et future épouse) fondée sur l'adultère et le cocufiage.
Un jeune homme raconte l'éducation de sa jeune amoureuse (et future épouse) fondée sur l'adultère et le cocufiage.

More info:

Published by: GeraldHouillardin on Feb 09, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/14/2014

pdf

text

original

 
1
L’Éducation d’Isabelle
J’avais lu avec intérêt l’histoire d’Isabelle. Mais elle n’a jamais eu la suite annoncée. Elleressemble étrangement à celle que j’ai vécue avec « mon » Isabelle. Aussi j’ai décidé de vousconter la mienne, dans son intégralité. Nous étions tous deux au lycée Marcel Pagnol àMarseille. Isabelle avait 2 mois de moins que moi (Daniel). 18 ans tous les deux. Je suis de juin et elle est d’août. Nous fréquentions les bars à proximité du lycée. Nous étions trèsproches et aussi très amoureux.Je suis brun aux yeux bleus et elle est blonde aux yeux verts. Déjà ses seins étaient plus grosque la moyenne et elle en était très fière. Ses parents habitaient à « La Pomme » et lesmiens à « Saint Loup ». Nous étions presque voisins. Nous nous connaissions depuis la 6èmeet maintenant nous étions en 1ère. L’histoire commence au mois d’avril 2003.Comme d’habitude nous sommes au café ! Il fait bon, presque chaud. Les filles se sontdénudées avec le printemps. Isabelle, elle, toujours en avance sur les autres a revêtu unelégère robe courte, sans soutien-gorge. Nous sommes installés dans un box au fond du bar.Les copains et copines sont dans la salle de jeux. Ahmed, un homme dans la cinquantaine,nous salue. Il a toujours été sympa avec nous. Il nous propose un verre, nous acceptons. Ils’assied avec nous. Nous discutons comme d’habitude de choses et d’autres et surtout deson « cabanon » et de son bateau, qui sont « aux Goudes « . Marseillais, nous aimons la meret nous y sommes souvent.Ahmed, nous invite. En fait, il a surtout besoin d’aide pour préparer le « cabanon » pour l’été.Il vit seul, il est divorcé et ses enfants sont à Paris. C’est un immigré, il est arrivé jeune àMarseille comme beaucoup d’autres. C’est un Marseillais de pure souche, maintenant. Il estau chômage et il se « débrouille ». Il fait quelques travaux au black. Il pêche et il plonge,aussi, et vend sa production à quelques restaurateurs et mareyeurs. Il est grand et fier.D’origine Kabyle, ses yeux sont noisette. Il est musclé. Il nous a toujours intrigués,impressionnés, même.Samedi à 7 heures, nous nous retrouvons tous les trois dans sa voiture. À 8 h 30, noussommes devant son cabanon. Nous l’aidons à déballer son matériel. Très vite, nous avonsfait un gros travail de propreté et vers midi, nous avons pratiquement fini. Ahmed nouspropose d’aller nous baigner.Nous voici à l’Espiguette, une petite plage. Nous longeons la petite falaise et nous nousinstallons sur une bande de sable de 10 m². Nous y sommes seuls (il faut connaître).Noussommes en maillot, Isabelle porte un deux pièces très petit et ses seins sortent de chaquecôté de son haut. Nous nous baignons et nous amusons. Puis nous rejoignons le sable. Nousnous allongeons. Isabelle est au milieu.« Alors les enfants, ça se passe bien entre vous, je vous vois ensemble depuis longtemps. »« Oui, nous nous entendons bien et je crois qu’Isabelle ne me démentira pas. »« Non, c’est vrai, j’aime Daniel, il est différent des autres, calme et réservé. »« C’est vrai que tous les deux vous êtes plutôt réservés. »« Oui mais nous savons aussi nous amuser, tu sais Ahmed. »
 
2
« J’espère pour vous. »Un peu plus tard, Isabelle semble assoupie tandis qu’Ahmed lit « le Provençal. »Je décide de plonger pour ramasser quelques oursins. Je mets mon masque et mes palmeset armé d’une fourchette et d’une épuisette, je plonge. Le courant m’entraîne quelques peuet trente minutes plus tard, je sors de l’eau quelques mètres plus loin. Je franchis quelquesrochers en surplomb et me voilà au-dessus de la petite plage. Je m’apprête à descendrelorsque je vois Ahmed qui met de l’ambre solaire sur les cuisses d’Isabelle. Elle est couchéesur le dos, elle a mis ses lunettes de soleil. Ahmed caresse ses cuisses pour y faire pénétrerl’huile solaire. Il demande à Isabelle de se tourner. Il masse maintenant son dos mais, gênépar le soutien-gorge, il lui demande de le dégrafer. Ainsi il peut masser la totalité du dos. Jereste à les observer. Je ne suis qu’à 5 mètres d’eux, bien caché par quelques arbustes degarrigue. Je me demande comment Isabelle a pu permettre à Ahmed de la toucher ainsi.« Tu sais Isa, je crois que tu devrais opter pour le bronzage intégral. »« Je ne crois pas que ça plairait à Daniel. Moi je n’y vois pas d’inconvénient. »« Je crois au contraire que ça lui ferait plaisir, tous les hommes aiment voir leur petite amieà poil à la plage. »« Tu crois vraiment ? »« Tu peux toujours essayer et tu verras. »Sans hésiter, Isabelle se tourne et enlève le soutien-gorge. Ses seins, encore, blancsapparaissent dans leur splendeur. Elle regarde alentour, sans me voir et, assurée de ne voirpersonne, elle fait descendre sa culotte de bain. Elle est nue devant Ahmed qui la regarde.Elle se tourne et expose son dos et ses fesses.Ahmed reprend son massage solaire. Il observe la mer, cherchant sans doute ma présence.Doucement, tout doucement, sa main atteint les fesses. Il ne s’arrête pas et continue.Maintenant, il masse les fesses l’une après l’autre. Isabelle ne réagit pas. Elle le laisse faire.Mes yeux fixent cette main qui caresse ma fiancée. Soudain Ahmed change de côté et il demain. Je peux voir, non sans surprise, que son maillot accuse une énorme proéminence. Ilbande le salaud. De sa main gauche il passe l’ambre solaire et de sa main droite il semasturbe à travers le tissu.« Ahmed, ce n’est pas juste. »« Quoi ? »« Moi je suis à poil et toi non. »« Tu veux que j’enlève mon maillot ? »« C’est normal. Je pense. »« Si tu veux. »Ahmed enlève son slip de bain. Il est assis. Il ne bouge plus.« Veux-tu que je continue ? »« Oui ! »
 
3
Ahmed enjambe alors les cuisses d’Isabelle, il masse maintenant son dos à deux mains. Sefaisant, je peux voir son sexe. Je n’en ai pas beaucoup vu, mais il me semble énorme. Il estlong et très gros. Ses couilles touchent les fesses d’Isabelle. Il masse toujours son dos et sesépaules. Je remarque qu’il est quasiment assis sur les fesses et que son sexe se frotte dans lesillon. Il lève la tête, regarde le ciel et s’allonge à côté d’Isabelle.« Il faut que j’arrête. »Pas de réponse.C’est le moment que je choisis pour me remettre à l’eau et revenir par la plage pour ne paséveiller les soupçons. Je m’étonne de les voir nus.« C’est plus naturel, tu devrais en faire autant me dit Ahmed. »« Oui, tu devais essayer, c’est super, ajoute Isabelle. »« Non. La prochaine fois. »« J’espère que tu ne m’en veux pas, au moins, demande Isabelle ? »« Non pas du tout, tu as très bien fait. »« Et j’espère que tu ne m’en veux pas à moi non plus, demande Ahmed ? »« Non, non, chacun est libre. »Sur ce, nous avons ouvert et mangé les oursins. Isabelle se promène nue, sans honte et sanscomplexe. Ahmed aussi et je ne peux m’empêcher d’observer sa bite qui pend entre sescuisses. Elle est énorme et sans doute deux fois plus grosse que la mienne en érection. Nousdécidons de rentrer.Après un dîner au restaurant « La Marine » nous regagnons le cabanon de deux pièces plusla terrasse. Nous sommes assis sur les fauteuils de la terrasse et regardons la télé, qui setrouve dans le salon cuisine, par la fenêtre. Nous sommes tous les trois en maillot. MaisIsabelle n’a que le bas et les seins nus. Il est près de minuit.« Bon, les enfants. Si nous allions dormir ? »« Comment s’arrange-t-on ? »« Ah, ce n’est qu’un cabanon et je n’ai qu’un lit ! J’espère que ça ne vous gêne pas de dormirà trois ? »« Moi non, mais Isa, je ne sais pas. »« Ce n’est pas grave, répond-elle. »Comme il fait relativement frais, Ahmed, jette juste un drap pour nous couvrir. Cet homme atoujours exercé une étrange fascination sur nous deux. S’il est vrai que notre jeunesse y estprobablement pour beaucoup, il n’en demeure pas moins que son charisme et son corpsgrand et fort au type arabe nous en impose. Mais j’ignorais jusqu’à quel point avant que jene voie ma petite amie nue être sous son influence en se laissant caresser sur la plage.

Activity (5)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
milidée liked this
getafix3 liked this
getafix3 liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->