Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword or section
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
La Plus Belle Histoire Du Langage - (Freebibliotheque.com)

La Plus Belle Histoire Du Langage - (Freebibliotheque.com)

Ratings: (0)|Views: 620|Likes:
Published by Amine EL Mansouri

More info:

Published by: Amine EL Mansouri on Feb 13, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

04/29/2013

pdf

text

original

 
 Pascal Picq Laurent SagarGhislaine DehaeneCécile Lestienne
La plus bellehistoire du langage
© ÉDITIONS DU SEUIL, JANVIER 2008
 
 Avant-propos
Comment faire surgir des combinaisons d’idées particulières dans le cerveau d’une autrepersonne ? Comment façonner des images dans un esprit étranger ? Comment lui faireévoquer à volonté des bribes du passé, des rêves d’avenir, des réalités invisibles ou des êtresimaginaires ? Par télépathie ? Par une technique secrète de contrôle de la pensée ? Non. Ilsuffit de faire du bruit avec sa bouche. Il suffit de parler. Cette aptitude est si naturelle quenous en oublions à quel point elle est exceptionnelle. Pourtant, le langage est bien l’apanagede notre lignée, celle de l’homme. Aucune autre espèce animale n’a développé un moyend’expression de la pensée et de communication aussi puissant.Ce livre est donc l’histoire d’une singularité, d’une exception dans le monde du vivant,d’une particularité précieuse à nos yeux parce qu’elle est peut-être la dernière frontière del’humain.L’homme n’est pas le seul animal qui pense. Mais il est le seul à penser qu’il n’est pas unanimal. Alors, depuis qu’il sait qu’il est un vertébré poilu allaitant ses petits – autrement ditun mammifère –, depuis qu’il a compris qu’il est le frère, pour ne pas dire le clone génétique,des grands singes (il partage 99 % de son ADN avec les chimpanzés), l’homme se raccroche àses prérogatives. Mais il les perd les unes après les autres : l’outil, la culture, la conscience desoi et d’autrui… ne sont plus des exclusivités humaines. À mesure que la science progressait,l’orgueilleux
 Homo sapiens
a dû s’incliner et identifier des outils chez ces pinsons desGalapagos qui utilisent des épines de cactus pour dénicher les larves d’insectes sous l’écorcedes arbres. Il a dû reconnaître une culture à ces macaques qui, après avoir découvert que lespatates lavées à l’eau de mer étaient bien meilleures que les patates poussiéreuses, l’ontappris à leurs enfants. Il a dû attribuer une conscience à ces chimpanzés qui se reconnaissentdans les miroirs. À ces grands singes qui font preuve de suffisamment d’empathie pourconsoler la femelle éplorée devant le cadavre de son petit ou pour mentir avec aplomb à leurscongénères afin de s’approprier des friandises… Au rayon des apanages de l’homme, il reste donc un gros cerveau particulièrement plissé.Et le langage. Une faculté fascinante, parce qu’elle sublime les notions d’inné et d’acquis : elleest à la fois profondément inscrite dans notre biologie d’être humain et éminemmentculturelle.Le langage est un instinct, selon la formule du linguiste américain Steven Pinker, uninstinct génétiquement programmé : si l’on excepte quelques graves pathologies, tout lemonde parle (y compris les sourds dits « muets », qui « parlent » en langue des signes). Onn’a jamais rencontré à la surface de notre planète un peuple dénué de langage. Mais bien sûrcet instinct exige un apprentissage, comme à peu près toutes les compétences cognitives etmotrices chez l’homme. À la naissance, le bébé humain, particulièrement immature etdésespérément peu performant – tout juste sait-il respirer et téter –, doit apprendre à parlercomme il apprend à marcher. Seulement, si tout le monde marche peu ou prou de la mêmefaçon, il existe plusieurs milliers de langues différentes parlées à la surface de la planète, sanscompter toutes celles qui ont disparu… Et les langues, elles, n’ont rien de génétique. Ellessont le pur produit d’une culture, le signe par excellence de reconnaissance identitaire etsociale.

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->