Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Enquete Pds 2013

Enquete Pds 2013

Ratings: (0)|Views: 12,870|Likes:

More info:

Published by: Le Quotidien du Médecin on Feb 13, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

08/12/2013

pdf

text

original

 
 
EENNQQUUÊÊTTEEDDUUCCOONNSSEEIILLNNAATTIIOONNAALLDDEELL''OORRDDRREEDDEESSMMÉÉDDEECCIINNSS SSUURRLLÉÉTTAATTDDEESSLLIIEEUUXXDDEELLAAPPEERRMMAANNEENNCCEEDDEESSSSOOIINNSS EENNMMÉÉDDEECCIINNEEGGÉÉNNÉÉRRAALLEE EENNJJAANNVVIIEERR22001133 
 I  I  N  N  R ROO D D I  I OO N  N  
Pour la 10
ème
année consécutive, le Conseil national de l’Ordre des médecins a entrepris uneenquête nationale sur la permanence des soins assurée par les médecins généralistes et sur lesmodalités de son organisation.L’année 2012 aura été marquée par la publication de la quasi-totalité des cahiers des chargesrégionaux de la permanence des soins en métropole comme en Outre-mer.Désormais, la permanence des soins est organisée sur des territoires plus larges et pardéfinition moins nombreux. Après minuit, elle n’est plus assurée par les médecins généralistesdans plus de la moitié des territoires et les établissements de santé prennent le relais. Il estégalement prévu de développer le modèle de grands effecteurs mobiles sillonnant ledépartement après minuit. Les consultations médicales sur point fixe sont définies comme lemode normal d’accès à la permanence des soins et le renforcement de la régulation médicalelibérale est prévu.Si l’enquête portant sur l’année 2012 démontre une nouvelle fois que les médecins ontassumé, vis-à-vis de la population, leur responsabilité professionnelle sur l’ensemble duterritoire national, on doit s’alarmer d’une situation qui s’est globalement dégradée.Les Conseils départementaux nous alertent, à nouveau, sur les effets délétères de la pénurie demédecins volontaires et de médecins tout court, sur le vieillissement des médecins assurant lapermanence des soins et le déclin du volontariat.On ne peut, à ce jour, apprécier les effets des mesures prises par les directeurs générauxd’ARS dans le cadre des cahier des charges régionaux qui viennent d’entrer en vigueur mêmesi l’on doit regretter que leurs marges de manœuvre aient été faibles en raison d’enveloppesfinancières fermées.D’ores et déjà, il est évident que ces mesures auront un effet bénéfique ou stabilisateur partoutoù elles ont été prises de façon consensuelle avec les médecins qui sont les acteurs de lapermanence des soins et leurs représentants. Lorsque ce n’est pas le cas, la situation ne pourraqu’empirer.
 
 - 2 -
 M  M É É  H  H OO D DOO L LOOGG I  I  
Cette enquête a été réalisée par le Conseil national de l'Ordre des médecins pendant le mois de janvier 2013. Le questionnaire, comportant 45 questions fermées et 7 questions ouvertes, a étéadressé aux 100 conseils départementaux de métropole et d’Outre-Mer en décembre 2012.Le retour des questionnaires a été prolongé par des contacts téléphoniques systématiques avecles responsables de la permanence des soins au sein de chaque conseil départemental afin degarantir la qualité des réponses, d’affiner et de préciser certains points, et de permettre untraitement fiable et homogène de l’information reçue.Les 22 conseils régionaux ont également été interrogés.L’enquête offre un instantané, au 1
er
janvier 2013 de situations qui ont constamment évoluépendant l’année 2012 et ont continué à évoluer après le 1
er
janvier 2013.Agréger au plan national la diversité des réalités départementales, voire infradépartementalesest une tâche qui peut s’avérer, dans certains cas, délicate. Il en va ainsi, par exemple, del’addition des territoires de garde quand on sait que le territoire de la Ville de Paris neconstitue qu’un seul territoire de permanence des soins.Pour autant, l’analyse des données agrégées fait ressortir incontestablement des évolutions etdes constantes partagées sur l’ensemble du territoire national.L’enquête est présentée le 8 février 2013 par la Commission nationale de la permanence dessoins et des urgences médicales au Conseil national réuni en Session plénière, à l’Assembléedes présidents et secrétaires généraux des conseils départementaux, le 9 février 2013, puismise en ligne sur le site du Conseil national de l'Ordre des médecins. Elle est adressée à toutesles institutions à caractère national concernées par la question de la permanence des soins dèslors qu’elle apporte à tous des informations sur la réalité locale de l’organisation et dufonctionnement de la permanence des soins et ses évolutions. Elle permet également descomparaisons entre différentes formes d’organisations locales.
 
 - 3 -
I. La publication des cahiers des charges régionaux : mission(presque) accomplie
A la date du 1
er
janvier 2013, les cahiers des charges régionaux sont entrés en vigueur dans lagrande majorité des régions (à l’exception des régions Midi-Pyrénées
1
, Provence-Alpes-Côted’Azur, Corse et Guadeloupe).Leurs dates d’entrée en vigueur dans les 22 régions métropolitaines et d’Outre-merconcernées s’étalent sur toute l’année, du 2 janvier 2012 (Poitou-Charentes, par exemple) au1
er
janvier 2013 (Champagne-Ardenne). Dans une même région, les dates d’entrée en vigueuront pu différer d’un département à un autre. C’est le cas par exemple en Bourgogne, enPicardie, dans les Pays-de-la-Loire et le Languedoc-Roussillon.Si l’on rapporte cette chronologie à la date à laquelle les agences régionale de santé (ARS) ontété installées (avril 2010), on constate que le processus a été long.Il ne peut y avoir meilleure illustration de la complexité de l’organisation de la permanencedes soins et du caractère particulièrement sensible du sujet pour les médecins qui ont vocationà l’assurer.Au demeurant, les cahiers des charges ne sont pas des documents gravés dans le marbre. Ilsprévoient tous des mécanismes d’évaluation et d’évolution. Ces évolutions sont déjàintervenues en 2012 dans certaines régions où des avenants ou arrêtés modificatifs ont déjàété publiés (Aquitaine, Lorraine, Picardie).D’autres évolutions sont programmées dans certaines régions courant 2013 (Alsace, …).
I –
LA PARTICIPATION DU CONSEIL DE L
ORDRE A L
ELABORATION DU CAHIER DES CHARGES
 
Elle a impliqué les conseils régionaux de l’Ordre des médecins dans les commissions del’organisation des soins comme dans les conférences de territoire.Les conseils départementaux ont également été mis à contribution aussi bien à l’occasion desréunions du CODAMUPS et de son sous-comité médical que dans des rencontres bilatéralesavec le directeur général de l’ARS et son délégué territorial.Le CODAMUPS s’est ainsi réuni au moins une fois dans 83 départements et son sous-comitémédical dans 58 départements (avec une moyenne de 2 réunions).
1
Il est entré en vigueur le 2 janvier 2013 pour l’effection et entrera en vigueur le 1
er
octobre 2013 pour la régulation.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->