Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
CAMPUS mercredi 13 février

CAMPUS mercredi 13 février

Ratings:
(0)
|Views: 58|Likes:
Published by Campus Nice-Matin

More info:

Published by: Campus Nice-Matin on Feb 13, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/13/2013

pdf

text

original

 
Mercredi  février 
le journal de la vie étudiantele journal de la vie étudiantele journal de la vie étudiantele journal de la vie étudiante
Edition spécialeEdition spécialeEdition spécialeEdition spéciale
Après une révisionde ses missionset un changementde ses statuts,le bureau de la vieétudiante (BVE)est de nouveauau service de tousles étudiantsde l’université.
LIRE EN PAGE 
Bureau de la vie étudiante :la réponse à vos questions
BONS PLANS
Agendaculturel,infospratiques
p  et 
Mercredi  février 
le
 
 journal de la vie étudiantele journal de la vie étudiantele journal de la vie étudiantele journal de la vie étudiante
Edition spécialeEdition spécialeEdition spécialeEdition spéciale
Après une révisionde ses missionset un changementde ses statuts,le bureau de la vieétudiante (BVE)est de nouveauau service de tousles étudiantsde l’université.
LIRE EN PAGE 
Bureau de la vie étudiante :la réponse à vos questions
BONS PLANS
Agendaculturel,infospratiques
p  et 
 
Campus
C
’est reparti ! Fermé quelques tempspour cause de refonte en profondeur,le bureau de la vie étudiante, ou BVE,est de nouveau bien actif en 2013. Ainsi,après une réflexion menée sur son rôle etla nécessaire remise en route administra-tive, technique et logistique, les locaux si-tués juste en dessous de la bibliothèque uni-versitaire, sur le campus de Valrose, sont denouveau ouverts à tous les étudiants del’université, sur rendez-vous, avec des ho-raires flexibles pour s’adapter aux disponi-bilités de chacun. À l’intérieur, on trouvedeux étudiants employés par l’universitéqui ont été formés pour recevoir, informeret conseiller.
 missions principales
Profitant cette interruption pour se doter denouveaux statuts et réadapter ses missions,le BVE a aujourd’hui trois principaux rôlesà jouer auprès des étudiants. Le premierconsiste à accueillir et informer l’ensembledes étudiants. Vous avez une question ? LeBVE a la réponse. Ou du moins, il vous ai-dera à la trouver ! C’est l’endroit idéal pourdécouvrir la totalité des services de l’univer-sité mais aussi les autres acteurs de la vieétudiante.Le second volet est lié à la vie associative.Le BVE peut non seulement aider les asso-ciations à monter des projets (appui logis-tique, montage des dossiers, demandes desubventions, etc.), mais également assisterles étudiants qui souhaitent créer des asso-ciations.Enfin, la troisième mission confiée au BVEconsiste à valoriser les actions des étu-diants, le bureau jouant alors le rôle d’un« hub associatif » par qui transitent toutesles informations sur les manifestations or-ganisées par les étudiants de façon à lesfaire connaître et à les annoncer… dansvotre
Campus Nice-Matin
par exemple !La semaine dernière une quinzaine d’asso-ciations ont déjà visité le BVE, mais le bu-reau est ouvert aux étudiants également : sivous avez une idée de projet, vous pouvezcontacter ses services par mail à l’adressebve@unice.fr ou prendre rendez-vous par té-léphone au 04.92.07..68.79.
A.B.C.
 
Dossier
Récemment repensé puis relancé, le bureau de la vie étudiante est à présentà la disposition de tous ceux qui ont des questions, des idées ou des projets...
Au BVE, les étudiants répondent aux étudiants.
 
(DS)
Des bureaux, représentantset conseils à votre service
Comment voyez-vous le rôle du VPE ?
Je focalise mon activité sur la vieétudiante, et c’est déjà très large. Entre lasanté, le handicap, le sport, la formation,la culture et surtout le développement dutissu associatif, il y a beaucoup à faire.
Les assos étudiantes, c’est important ?
À mon sens, c’est la clef dudéveloppement. Si les associations sontfortes et actives, l’université est enmouvement. Je pense sincèrement que lesétudiants doivent être proactifs et devenirles acteurs de leur vie étudiante.Particulièrement quand on a la chance,comme à l’UNS, que l’université valorise etencourage les initiatives.
Comment exercez-vous votre mandat ?
Il y a en permanence des réunions detravail qui se penchent sur différentesthématiques. J’essaie d’avoir une approchepragmatique, de terrain, et de recherchertoujours des solutions pratiques et nonpas politiques. Je tâche aussi d’être uneforce de proposition grâce notammentaux idées qui remontent des étudiants etdes associations. Ensuite, il faut être créatifparce qu’on fonctionne à faible coût, maisça pousse à faire preuve d’ingéniosité.
C’est une activité prenante ?
Oui, trop ! ; -) J’y suis tous les jours etplusieurs heures par jour. À midi labatterie de mon portable est vide ! Mais jene recule pas devant cela. J’ai l’habitudedes mandats prenants et j’estime que c’estun honneur d’exercer cette fonction ; c’estpourquoi je mets toute mon énergie àfaire bouger les axes.Par ailleurs, je suis très heureux detravailler avec une gouvernance de l’UNStrès ouverte. Dans certains établissements,le VPE est un peu chuinté, pas ici ! Il y aune vraie communication avec les autresvice-présidents et avec le président del’université.
Quels sont les projets qui vous tiennent àcœur ?
Ils sont nombreux et je m’engage toujoursà fond, mais, par exemple, le chantier de lamaison de l’étudiant est important. Ontravaille dur pour créer un lieu de vieétudiante à Saint-Jean-d’Angély quirassemble les institutionnels, avec l’UNS, laVille, le Crous et de nombreux partenaires,tout en faisant de la place à desassociations culturelles, des centres desoin, etc. L’objectif étant de renforcerl’accueil des étudiants à tout point de vue.Le rayonnement international aussi est ungrand sujet avec Nice qui est 
e
ville deFrance en ce domaine et qui peutcontinuer à progresser. Il faut par ailleursavancer sur la santé et l’accès au soin desétudiants mais aussi valoriser les étudiantssportifs qu’ils soient compétiteurs ou pas…Il y a vraiment beaucoup de sujets !
Comment peut-on vous joindre ?
Comme je suis le représentant desassociatifs, le plus logique est de passerpar l’association de son campus ou de safilière. Mais on peut aussi m’écriredirectement : pierre.barone@unice.fr
Pour conclure, vous avez un messagepour les étudiants qui lisent Campus ?
Je dirais simplement qu’il faut prendreconscience que l’on appartient à unegrande université pluridisciplinaire, situéesur un territoire exceptionnel. Et il fautparticiper à la vie de l’établissement. Ceuxqui ne viennent pas aux événements desassociations le regrettent toujours après.Cela vaut la peine de s’investir ! La clef,c’est de se sentir appartenir à lacommunauté étudiante et à cette belleuniversité : quand on réalise cela, on aenvie de s’impliquer !
Interview
 
Pierre Barone, vice-président étudiant
Pour joindre la rédaction : campus@nicematin.fr
Conseil paritaire composé de 40 mem-bres dont 14 étudiants élus qui repré-sentent les grands secteurs disciplinai-res, le conseil des études et de la vieuniversitaire (CEVU) est, comme sonnom l’indique, à la fois en charge de laformation et de tous les aspects de lavie étudiante. «
 Pour moi, les étudiantssont une des forces de l’université 
, ex-plique Sophie Raisin, la vice-prési-dente en charge du CEVU.
 Sans eux in’y aurait rien : ils sont présents dans lesconseils, les associations et bien sûr dans toutes les formations. Par ailleurs,ils sont jeunes, actifs et capables dechangement. Or il y a un certain nom- bre d’associations qui fonctionnent bien,mais sans attache forte avec l’université.C’est pourquoi, dans le cadre du CEVU, je travaille avec le vice-président étu- diant avec l’objectif de resserrer lesliens avec les associations étudiantesqui mettent en œuvre des projets et ani- ment les campus. La volonté de la gou- vernance de l’université est ainsi dedévelopper la vie étudiante en s’ap-  puyant sur les actions des étudiants, et le bureau de la vie étudiante, à traversses différentes missions, peut nous aider à avancer dans ce sens. Je crois qu’il est important de pérenniser les liens tout enlaissant l’initiative aux étudiants afinqu’ils soient acteur de la manière dont leur université évolue
».
Le CEVU, partenaireLe CEVU, partenaireLe CEVU, partenaireLe CEVU, partenairedes étudiantsdes étudiantsdes étudiantsdes étudiants
 
Campus
C
’est reparti ! Fermé quelques tempspour cause de refonte en profondeur,le bureau de la vie étudiante, ou BVE,est de nouveau bien actif en 2013. Ainsi,après une réflexion menée sur son rôle etla nécessaire remise en route administra-tive, technique et logistique, les locaux si-tués juste en dessous de la bibliothèque uni-versitaire, sur le campus de Valrose, sont denouveau ouverts à tous les étudiants del’université, sur rendez-vous, avec des ho-raires flexibles pour s’adapter aux disponi-bilités de chacun. À l’intérieur, on trouvedeux étudiants employés par l’universitéqui ont été formés pour recevoir, informeret conseiller.
 missions principales
Profitant cette interruption pour se doter denouveaux statuts et réadapter ses missions,le BVE a aujourd’hui trois principaux rôlesà jouer auprès des étudiants. Le premierconsiste à accueillir et informer l’ensembledes étudiants. Vous avez une question ? LeBVE a la réponse. Ou du moins, il vous ai-dera à la trouver ! C’est l’endroit idéal pourdécouvrir la totalité des services de l’univer-sité mais aussi les autres acteurs de la vieétudiante.Le second volet est lié à la vie associative.Le BVE peut non seulement aider les asso-ciations à monter des projets (appui logis-tique, montage des dossiers, demandes desubventions, etc.), mais également assisterles étudiants qui souhaitent créer des asso-ciations.Enfin, la troisième mission confiée au BVEconsiste à valoriser les actions des étu-diants, le bureau jouant alors le rôle d’un« hub associatif » par qui transitent toutesles informations sur les manifestations or-ganisées par les étudiants de façon à lesfaire connaître et à les annoncer… dansvotre
Campus Nice-Matin
par exemple !La semaine dernière une quinzaine d’asso-ciations ont déjà visité le BVE, mais le bu-reau est ouvert aux étudiants également : sivous avez une idée de projet, vous pouvezcontacter ses services par mail à l’adressebve@unice.fr ou prendre rendez-vous par té-léphone au 04.92.07..68.79.
A.B.C.
 
Dossier
Récemment repensé puis relancé, le bureau de la vie étudiante est à présentà la disposition de tous ceux qui ont des questions, des idées ou des projets...
Au BVE, les étudiants répondent aux étudiants.
 
(DS)
Des bureaux, représentantset conseils à votre service
Comment voyez-vous le rôle du VPE ?
Je focalise mon activité sur la vieétudiante, et c’est déjà très large. Entre lasanté, le handicap, le sport, la formation,la culture et surtout le développement dutissu associatif, il y a beaucoup à faire.
Les assos étudiantes, c’est important ?
À mon sens, c’est la clef dudéveloppement. Si les associations sontfortes et actives, l’université est enmouvement. Je pense sincèrement que lesétudiants doivent être proactifs et devenirles acteurs de leur vie étudiante.Particulièrement quand on a la chance,comme à l’UNS, que l’université valorise etencourage les initiatives.
Comment exercez-vous votre mandat ?
Il y a en permanence des réunions detravail qui se penchent sur différentesthématiques. J’essaie d’avoir une approchepragmatique, de terrain, et de recherchertoujours des solutions pratiques et nonpas politiques. Je tâche aussi d’être uneforce de proposition grâce notammentaux idées qui remontent des étudiants etdes associations. Ensuite, il faut être créatifparce qu’on fonctionne à faible coût, maisça pousse à faire preuve d’ingéniosité.
C’est une activité prenante ?
Oui, trop ! ; -) J’y suis tous les jours etplusieurs heures par jour. À midi labatterie de mon portable est vide ! Mais jene recule pas devant cela. J’ai l’habitudedes mandats prenants et j’estime que c’estun honneur d’exercer cette fonction ; c’estpourquoi je mets toute mon énergie àfaire bouger les axes.Par ailleurs, je suis très heureux detravailler avec une gouvernance de l’UNStrès ouverte. Dans certains établissements,le VPE est un peu chuinté, pas ici ! Il y aune vraie communication avec les autresvice-présidents et avec le président del’université.
Quels sont les projets qui vous tiennent àcœur ?
Ils sont nombreux et je m’engage toujoursà fond, mais, par exemple, le chantier de lamaison de l’étudiant est important. Ontravaille dur pour créer un lieu de vieétudiante à Saint-Jean-d’Angély quirassemble les institutionnels, avec l’UNS, laVille, le Crous et de nombreux partenaires,tout en faisant de la place à desassociations culturelles, des centres desoin, etc. L’objectif étant de renforcerl’accueil des étudiants à tout point de vue.Le rayonnement international aussi est ungrand sujet avec Nice qui est 
e
ville deFrance en ce domaine et qui peutcontinuer à progresser. Il faut par ailleursavancer sur la santé et l’accès au soin desétudiants mais aussi valoriser les étudiantssportifs qu’ils soient compétiteurs ou pas…Il y a vraiment beaucoup de sujets !
Comment peut-on vous joindre ?
Comme je suis le représentant desassociatifs, le plus logique est de passerpar l’association de son campus ou de safilière. Mais on peut aussi m’écriredirectement : pierre.barone@unice.fr
Pour conclure, vous avez un messagepour les étudiants qui lisent Campus ?
Je dirais simplement qu’il faut prendreconscience que l’on appartient à unegrande université pluridisciplinaire, situéesur un territoire exceptionnel. Et il fautparticiper à la vie de l’établissement. Ceuxqui ne viennent pas aux événements desassociations le regrettent toujours après.Cela vaut la peine de s’investir ! La clef,c’est de se sentir appartenir à lacommunauté étudiante et à cette belleuniversité : quand on réalise cela, on aenvie de s’impliquer !
Interview
 
Pierre Barone, vice-président étudiant
Pour joindre la rédaction : campus@nicematin.fr
Conseil paritaire composé de 40 mem-bres dont 14 étudiants élus qui repré-sentent les grands secteurs disciplinai-res, le conseil des études et de la vieuniversitaire (CEVU) est, comme sonnom l’indique, à la fois en charge de laformation et de tous les aspects de lavie étudiante. «
 Pour moi, les étudiantssont une des forces de l’université 
, ex-plique Sophie Raisin, la vice-prési-dente en charge du CEVU.
 Sans eux in’y aurait rien : ils sont présents dans lesconseils, les associations et bien sûr dans toutes les formations. Par ailleurs,ils sont jeunes, actifs et capables dechangement. Or il y a un certain nom- bre d’associations qui fonctionnent bien,mais sans attache forte avec l’université.C’est pourquoi, dans le cadre du CEVU, je travaille avec le vice-président étu- diant avec l’objectif de resserrer lesliens avec les associations étudiantesqui mettent en œuvre des projets et ani- ment les campus. La volonté de la gou- vernance de l’université est ainsi dedévelopper la vie étudiante en s’ap-  puyant sur les actions des étudiants, et le bureau de la vie étudiante, à traversses différentes missions, peut nous aider à avancer dans ce sens. Je crois qu’il est important de pérenniser les liens tout enlaissant l’initiative aux étudiants afinqu’ils soient acteur de la manière dont leur université évolue
».
Le CEVU, partenaireLe CEVU, partenaireLe CEVU, partenaireLe CEVU, partenairedes étudiantsdes étudiantsdes étudiantsdes étudiants
 
Sport
Que la forcesoit avec vous !
Qui veut relever le« challenge de la force » ?Le service universitairedes activités physiques etsportives organise lasemaine prochaine unconcours intercampus demusculation ouvert àtous les étudiants inscritsau SUAPS. Vous pourrezdéfendre vos couleurssuivant ce calendrier : lemardi  février de h  à  h  àCarlone, le mercredi février de  h à  h àTrotabas et le jeudi février de  h  à h  à Valrose, dans lessalles de musculationcorrespondantes.Ces soirées intituléeschallenges lettres, droitet sciences seront àchaque fois composéesde trois épreuves demusculation : tractionbarre fixe pour lesgarçons et maintienstatique pour les filles ;développé couché avec/ du poids du corpspour les garçons et /pour les filles et enfinabdominaux avec lemaximum de relevés debuste en une minute.Les classements ferontapparaître les troismeilleures performancesmasculines et fémininespar faculté ainsi qu’unclassement général pourl’ensemble del’université.Êtes-vous le monsieur oumadame univers del’UNS ? Réponse débutmars .
Rens. suapsweb.unice.frRens. suapsweb.unice.frRens. suapsweb.unice.frRens. suapsweb.unice.fr
 
Campus
̈̈̈̈
 
ZoomZoomZoomZoom
 
R
assemblant le gros deses forces dans le bâ-timent dit « de l’hor-loge » à Saint-Jean-d’Angély(ou SJA 3), l’institut dessciences humaines et socia-les de Nice-Sophia Antipo-lis a changé de nom enjuin 2012 pour devenir lamaison des sciences del’homme et de la sociétéSud-Est. Si au passage l’acro-nyme s’est trouvé grande-ment simplifié, ce n’est biensûr pas cette coquetterie quia dicté la manœuvre : «
 Il afallu deux années de travail  pour obtenir le label MSH et être intégrés dans le réseaunational des maisons dessciences de l’homme
», con-fie le directeur de l’établisse-ment Richard Arena, parailleurs professeur en scien-ces économiques à l’UNS.Une reconnaissance capitalepour les sciences humaineset sociales (SHS), presqueune réhabilitation : «
 La cons- titution de cette maison qui concentre toutes les forces dela recherche en SHS a vérita- blement remis Nice sur lacarte
», assure son directeur.
Une fédérationde recherche
Ce sont ainsi une dizained’équipes totalisant environ300 chercheurs et ensei-gnants-chercheurs qui sontréunies sous le même toit,ou presque, pour mener destravaux en communs. Car laforce et l’originalité de laMSHS, c’est l’interdiscipli-narité. «
C’est un lieu sanséquivalent en matière de col- laboration entre toutes lessciences humaines et socia- les, ce qui permet d’élaborer des projets qui n’auraient pasété imaginables, il y a seule- ment trois ans
», explique Ri-chard Arena. Un sujetcomme l’histoire de l’escla-vage, par exemple, qui a puêtre traité séparément pardifférentes sciences se re-trouve alors examiné sousdes angles multiples en croi-sant l’histoire, la sociologie,l’économie ou la philoso-phie. «
On sort de la tradi- tion d’enfermement dans unemono-discipline pour faire enquelque sorte du
problemsolving
: prendre une ques- tion et chercher à en traiter tous les aspects
», détaille lePr Arena. Et ce, avec unspectre de compétences ex-trêmement large qui va del’archéologie à la gestion ouau droit en passant par lapsychologie ou la linguisti-que. Et plus loin encoregrâce à l’ouverture dont laMSHS fait preuve, au-delàdes sciences humaines, versles sciences dures, en parti-culier les mathématiques,l’informatique et les géo-sciences.Depuis le mois de janvier, laMSHS a également reçu lelabel, envié et parcimonieu-sement distribué, « unité deservice et de recherche » duCNRS. Cela atteste à la foisde la qualité de ses équipeset de sa capacité à s’intéres-ser aux grands sujets d’au-jourd’hui pour les observerà travers la coopération in-terdisciplinaire pour per-mettre à l’ensemble de la so-ciété de s’en saisir à sontour. «
 La MSHS n’est pas unmusée de la recherche, in- siste son directeur, elle a unvrai souci de répondre aux demandes du public, des as- sociations ou des entrepri- ses
». Une ouverture qui faitpleinement partie de sa mis-sion et qui contribue à enfaire un trait d’union entre larecherche en sciences hu-maines et sociales et la so-ciété actuelle.
A.B.C.
unice.fr/mshs-sudest
Six mois après avoir rejoint le réseau national, la maison des sciencesde l’homme et de la société (MSHS) Sud-Est vient d’obtenir le label« unité de service et de recherche »
A Saint-Jean-d’Angély, un pont relie les savoirs de la bibliothèque universitaire et ceux de la maison dessciences de l’homme et de la société Sud-Est.
 
(UNS)
MSHS : le carrefourdes sciences humaines
Comme chaqueannée, la MSHSparticiperaégalement à desactions comme levillage dessciences Valrose ouencore la semainedu cerveau qui auralieu du  au mars . .
Mercredi 13 février 2013
nice-matin
Sport
Que la forcesoit avec vous !
Qui veut relever le« challenge de la force » ?Le service universitairedes activités physiques etsportives organise lasemaine prochaine unconcours intercampus demusculation ouvert àtous les étudiants inscritsau SUAPS. Vous pourrezdéfendre vos couleurssuivant ce calendrier : lemardi  février de h  à  h  àCarlone, le mercredi février de  h à  h àTrotabas et le jeudi février de  h  à h  à Valrose, dans lessalles de musculationcorrespondantes.Ces soirées intituléeschallenges lettres, droitet sciences seront àchaque fois composéesde trois épreuves demusculation : tractionbarre fixe pour lesgarçons et maintienstatique pour les filles ;développé couché avec/ du poids du corpspour les garçons et /pour les filles et enfinabdominaux avec lemaximum de relevés debuste en une minute.Les classements ferontapparaître les troismeilleures performancesmasculines et fémininespar faculté ainsi qu’unclassement général pourl’ensemble del’université.Êtes-vous le monsieur oumadame univers del’UNS ? Réponse débutmars .
Rens. suapsweb.unice.frRens. suapsweb.unice.frRens. suapsweb.unice.frRens. suapsweb.unice.fr
 
Campus
̈̈̈̈
 
ZoomZoomZoomZoom
 
R
assemblant le gros deses forces dans le bâ-timent dit « de l’hor-loge » à Saint-Jean-d’Angély(ou SJA 3), l’institut dessciences humaines et socia-les de Nice-Sophia Antipo-lis a changé de nom enjuin 2012 pour devenir lamaison des sciences del’homme et de la sociétéSud-Est. Si au passage l’acro-nyme s’est trouvé grande-ment simplifié, ce n’est biensûr pas cette coquetterie quia dicté la manœuvre : «
 Il afallu deux années de travail  pour obtenir le label MSH et être intégrés dans le réseaunational des maisons dessciences de l’homme
», con-fie le directeur de l’établisse-ment Richard Arena, parailleurs professeur en scien-ces économiques à l’UNS.Une reconnaissance capitalepour les sciences humaineset sociales (SHS), presqueune réhabilitation : «
 La cons- titution de cette maison qui concentre toutes les forces dela recherche en SHS a vérita- blement remis Nice sur lacarte
», assure son directeur.
Une fédérationde recherche
Ce sont ainsi une dizained’équipes totalisant environ300 chercheurs et ensei-gnants-chercheurs qui sontréunies sous le même toit,ou presque, pour mener destravaux en communs. Car laforce et l’originalité de laMSHS, c’est l’interdiscipli-narité. «
C’est un lieu sanséquivalent en matière de col- laboration entre toutes lessciences humaines et socia- les, ce qui permet d’élaborer des projets qui n’auraient pasété imaginables, il y a seule- ment trois ans
», explique Ri-chard Arena. Un sujetcomme l’histoire de l’escla-vage, par exemple, qui a puêtre traité séparément pardifférentes sciences se re-trouve alors examiné sousdes angles multiples en croi-sant l’histoire, la sociologie,l’économie ou la philoso-phie. «
On sort de la tradi- tion d’enfermement dans unemono-discipline pour faire enquelque sorte du
problemsolving
: prendre une ques- tion et chercher à en traiter tous les aspects
», détaille lePr Arena. Et ce, avec unspectre de compétences ex-trêmement large qui va del’archéologie à la gestion ouau droit en passant par lapsychologie ou la linguisti-que. Et plus loin encoregrâce à l’ouverture dont laMSHS fait preuve, au-delàdes sciences humaines, versles sciences dures, en parti-culier les mathématiques,l’informatique et les géo-sciences.Depuis le mois de janvier, laMSHS a également reçu lelabel, envié et parcimonieu-sement distribué, « unité deservice et de recherche » duCNRS. Cela atteste à la foisde la qualité de ses équipeset de sa capacité à s’intéres-ser aux grands sujets d’au-jourd’hui pour les observerà travers la coopération in-terdisciplinaire pour per-mettre à l’ensemble de la so-ciété de s’en saisir à sontour. «
 La MSHS n’est pas unmusée de la recherche, in- siste son directeur, elle a unvrai souci de répondre aux demandes du public, des as- sociations ou des entrepri- ses
». Une ouverture qui faitpleinement partie de sa mis-sion et qui contribue à enfaire un trait d’union entre larecherche en sciences hu-maines et sociales et la so-ciété actuelle.
A.B.C.
unice.fr/mshs-sudest
Six mois après avoir rejoint le réseau national, la maison des sciencesde l’homme et de la société (MSHS) Sud-Est vient d’obtenir le label« unité de service et de recherche »
A Saint-Jean-d’Angély, un pont relie les savoirs de la bibliothèque universitaire et ceux de la maison dessciences de l’homme et de la société Sud-Est.
 
(UNS)
MSHS : le carrefourdes sciences humaines
Comme chaqueannée, la MSHSparticiperaégalement à desactions comme levillage dessciences Valrose ouencore la semainedu cerveau qui auralieu du  au mars . .
Mercredi 13 février 2013
nice-matin

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->