Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Le livre de la prière chap 8 La prosternation de distraction

Le livre de la prière chap 8 La prosternation de distraction

Ratings: (0)|Views: 30|Likes:

More info:

Published by: Bibliothèque Islamique - Islamic Bookshelf on Feb 21, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/21/2013

pdf

text

original

 
 
CHAPITRE 8 : LA PROSTERNATION DE DISTRACTION, AINSI QUE LAPROSTERNATION DE RECITATION ET DE REMERCIEMENT
-
On dit “ sahâ fî salâ
tih
” et on dit “
sah
â ‘an salâ
tih
:*
“ sahâ fî salâ
tih
veut dire qu’il a oublié quelque chose de sa prière,
que ce soit un rouko
û’
,un soudjoûd, un tasbîh*
sah
â ‘an salâ
tih
 
veut dire qu’il s’est distrait
de
sa prière et l’a négligée
.- Le premier 
, l’oubli dans la prière,
est quelque chose de naturel qui arrive à tout le monde, et mêmedu prophète car il a eu des oublis dans sa prière ; et on ne fait pas de reproche auserviteur pour ceci car cela
fait partie de la nature de l’homme.
 Quant au deuxième, qui est la négligence,
c’est celui qui est blâmable et pour lequel Allah a dit
 
 
 
 
« Malheur donc, à ceux qui prient tout ennégligeant leur prière », « sâhoûn » ici
c’est à dire distrait
s de la prière, ils la négligent.- L
’oubli
dans la prière est arrivé au prophète à plusieurs moments. Parmi cessituations il y a ce qui est cité au hadith 262.
Hadith 262 :
On rapporte de ‘Abdillêh Ibni Bouhaynah
-
 
qu’il a dit
que le prophète -
pria avec eux le dhohr, al
ors il se leva après 2 rak’ât et ne s’assit pas (pour le tachahhoud), alors
les gens se levèrent avec lui ; et quand il termina la prière et que les gens attendaient son salut
final, il fit le takbîr alors qu’il était assis, et il fit 2 prosternations avan
t de faire le salut final, puis ilfit le salut final.[Hadith rapporté par les sept, et ceci est la version de Al Boukhâriy].Dans une version de Mouslim on trouve : «
Il fit le takbîr pour chaque prosternation alors qu’il était
assis, et les gens se pro
sternèrent avec lui, ceci en remplacement de la position assise qu’il avait
oublié ».
 
 - -
:«
 , 
 
 
 
 , , , ,  
 
 , 
 
 . , 
 
 , 
».
 
 
 , .  
:«
 , 
».
 Le prophète a oubli le premier tachahhoud et les gens se sont levés avec lui car lema°moûm suit son imam.Le prophète a réparé ce manque par deux prosternations avant le salut final : il faisant
le takbîr à chaque fois qu’il se prosternait et à chaque fois qu’il se relevait, puis le salut final
.Il y a plusieurs profits dans ce hadith:1. le fait que le prophète ait été distrait ;
et donc il est possible qu’il oubli
e comme
 
 
oublient les gens.
C’est pour cel
a
qu’il a
dit
Je suis un être humain comme vous,
 j’oublie comme
vous oubliez ; et si
 j’oublie
alors rappelez-moi
 2. si on abandonne le 1
er 
tachahhoud par oubli, la prière est valable mais on la répare par la prosternation de distraction.Donc le 1
er 
 
tachahhoud n’est pas un pilier de la prière
,
car le pilier on n’en est pas exempté à c
ause de
l’oubli.
 Mais si on oublie le premier le 1
er 
 
tachahhoud et qu’on se lève et qu’on s’en souvient,
faut-il revenir et
s’asseoir ou pas
?
Si on est complètement debout on ne revient pas,
qu’on s’en souvienne tout seul ou que les gens
nous ait fait le tasbîh (pour nous le faire remarquer), mais on continue la prière et à la fin de la prièreon fait deux prosternations avant le salut comme l
’a fait le prophète
.
Mais si on s’est relevé,
et
qu’avant qu’on soit complètement debout,
 
quelqu’un nous fait le tasb
îh ou
on s’en souvient,
 
on s’ass
oit
3. si quelqu’un abandonne une des «
wâdjibât » de la prière (acte obligatoire mais qui ne constitue pasun pilier) il fait obligatoirement les prosternations de distraction avant le salut final. Et il est interdit deles reporter à après le salut, car le prophète a dit : «
Priez comme vous m’avez vu
 priez » ; mais si on a oublié de les faire avant le salut, on les fait après le salut.De même si on oublie
de dire “soubhana rabbiya ‘adhim” dans le rouko
û
’ on fait les prosternations
avant le salut.D
e même pour “soubhana rabbiyal a’la” dans le soujoud
.De même pour sam
i’allahou liman hamidah”
 
 pour celui qui prie seul et l’imam
.D
e même pour “rabbana walakal hamd”
.De même pour le 1
er 
tachahhoud.
Ainsi à chaque fois qu’on oublie une des “
wâdjibât
de la prière on fait les prosternations dedistraction avant le salut, par analogie au premier tachahhoud pour lequel le prophète
s’est prosterné avant le salut
 
4. il est obligatoire pour les ma°moûmîne (ceux qui prient derrière l’imam) de suivre l’imam s’il se
relève par oubli sans faire le 1
er 
tachahhou
d, et donc ils l’abandonnent pour suivre leur imam, car les
compagnons ont suivi le prophète
et il ne leur a pas reproché, et on n’abandonne pasune obligation si ce n’est pour une autre obligation qui est le fait de suivre l’imam ici
 
5. il y a la facilité de cette législation car le fait d’abandonner une obligation par oubli n’annule pas la prière, mais Allah par Sa grande Miséricorde a fait qu’on la répare par la prosternation
 6. il y a la valeur de la prosternation par rapport aux a
utres actes de la prière, car c’est ce qu’Allah a
choisi pour réparer la prière.Mais si on se demande quel est le meilleur des 2 actes : la position debout (al qiyâm) ou la prosternation ?
→ Il y a divergence des savants, et le plus juste c’est que la position debout est la meilleure au niveaudes paroles qu’elle contient (le Coran) et la prosternation est meilleure au niveau de la position.
 
Hadith 263 :
On rapporte d’Abî Hourayra
-
 
qu’il a dit
: « Le prophète -
a prié une
des prières de l’après
-
midi en 2 rak’at, puis a fait le salut final, puis il s’est levé vers un
e poutre se
trouvant à l’avant de la mosquée et s’est appuyé dessus, et se trouvait dans l’assemblée Aboû Bakret ‘Oumar, mais ils n’ont pas osé lui parler
; et les gens pressés sont sortis de la mosquée endisant « La prière a été raccourci ». Un homme que le prophète -
surnommait
l’homme aux bras longs
(dhoul yadayn) dit : « Ô prophète ! As-tu oublié ou la prière a-t-elle étéraccourci ? ». Il répondit :«
Je n’ai pas oublié et elle n’a pas été raccourci
». Il dit : « Si ! Tu asoublié ».
 
 
Alors le prophète -
 
pria 2 rak’at puis fit le salu
t final, puis fit le takbîr, puis se
prosterna comme il le fait d’habitude ou plus longuement, puis
releva la tête et fit le takbîr, puis il
posa sa tête et fit le takbîr, puis il se prosterna comme il le fait d’habitude ou plus longuement,
puis il releva la tête et fit le takbîr ».[Hadith rapporté agréé. Et la version citée ici est celle de Al Boukhâriy].Et dans une version de Mouslim il est dit : «
La prière du ‘asr
».Et dans la version de Abî Dâwoûd on trouve : «Dhoul yadayn a-t-il dit vrai ? ». « Alors ils ont faitsigne de la tête pour dire « oui » ».Et elle se trouve dans les 2 sahîh mais avec la parole
: « Ils dirent …
».Et dans une version de Mouslim il est dit : «
Et il ne se prosterna que lorsqu’Allah lui en donna la
certitude ».
 - -
:«
 
 
 , , ,  ,  , 
 
 , , : , ,
 
 : ,  ?
 
 " :
 
 "
 
 : , , 
 
 , , , , , ,  , 
».
 
 
 , .  
:«
».
 ,
 
 
:«
 ?":
 
 
».
 :"
 
 ". 
:«
 
 
 
 
».
 
En priant le ‘asr le prophète
a prié 2
rak’at puis a fait le salut,
et ceci par oubli. Puis il
s’est avancé vers une poutre à l’avant de la mosquée et s’appuyé dessus
et a entrecroisé les doigts et a posé sa joue sur le dos de la main,
comme s’il était en colère,
 
et ceci “
wallâ
hou a’lam
 
” est dû au faitqu’il n’
ait pas terminé la prière, alors il a ressenti en lui une gêne sans savoir pourquoi. Lescompagnons se sont tous tu par crainte (être impressionné) du prophète car le prophète était la personne la plus impressionnante et celui qui le rencontrait étaitimpressionné par lui,
mais une fois qu’il le fréquentait il l’aimait et
trouvait de la douceur et de latendresse. Et il y avait parmi les gens les compagnons les plus proches du prophète
c’est à dire
Aboû B
akr et ‘O
umar (ra) et ils ont eut peur de lui parler car la situation était importantecar le prophète
a salué au bout de deux rak’at dans la prière du ‘asr,
 
la prière “
alwoustâ
” qu’Allah a particulièrement évoq
uée (verset du Coran).
Dans l’assemblée il y avait un homme que le prophète appelait
dhoul yadayn
 pour 

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->