Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
HAITI - Lettre Ouverte de Junia Barreau Au Dr Florence Duperval Guillaume

HAITI - Lettre Ouverte de Junia Barreau Au Dr Florence Duperval Guillaume

Ratings: (0)|Views: 104 |Likes:
Published by Laurette M. Backer
Montréal, le 6 mars 2013
Montréal, le 6 mars 2013

More info:

Published by: Laurette M. Backer on Mar 07, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

03/07/2013

pdf

text

original

 
Junia Barreau © Copyright 2013 Page 1
LETTRE OUVERTE DE JUNIA BARREAU AU DR.FLORENCE DUPERVAL GUILLAUME, MINISTRE DELA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION
 ________________________________________________________ Dr Florence Duperval GuillaumeMinistre de la Santé Publique et de la Population111, Rue St Honoré, Port-au-Prince Haitiministre@mspp.gouv.htMadame la Ministre,Je me permets de réagir directement à vos propos dans Le Nouvelliste d'aujourd'hui :http://lenouvelliste.com/article4.php?newsid=114080. 
 
Ce n'est pas de la diplomatie quand le gouvernement haïtien refuse (par peur ?) de demanderà l'ONU de reconnaître officiellement sa responsabilité dans l'introduction du choléra enHaïti. Ce silence des deux côtés, du gouvernement haïtien et de l'ONU, est honteux etindigne des valeurs de respect des droits humains que prône l'ONU.La presse et l'opinion publique internationales soutiennent les victimes haïtiennes dans leursdémarches. Cet extrait d'un article du journal britannique The Guardian, cité parAlterPresse résume bien la tendance en faveur des victimes haïtiennes du choléra : " En
invoquant l’immunité de cette manière et en utilisant le manteau d’une convention, destinée
à prévenir le harcèlement de
s forces de sécurité dans les zones instables, l’organisation « secomporte comme le fils d’un dictateur, refusant de payer les contraventions destationnement [au lieu] d’un organisme international destiné à faire preuve de leadership
moral », condamne le journal britannique."( http://www.alterpresse.org/spip.php?article14186).
 
Cette unanimité favorable (très rare) de la presse et de l'opinion publique internationalesdevrait pousser le premier ministre et le président de la République d'Haïti à faire preuved'initiatives dans ce dossier en exerçant leur droit de tenir cette commission pour laresponsabilisation de l'ONU dans l'épidémie du choléra en Haïti, tel que prévu dans l'Accord
de siège signé entre le Gouvernement haïtien et l’ONU le 9 juillet 2004 (Paragraphe 55).
C'est une question de respect pour le pays, les victimes, les dirigeants eux-mêmes. Si le mot
respect n'est pas banni du vocabulaire officiel ni des mœurs haïtiennes...
 Vous parlez d'un plan d'éradication du choléra. J'ai noté, Madame la Ministre, que vousoubliez de révéler au public, depuis l'annonce fracassante du premier ministre LaurentLamothe, le pourcentage du fonds déjà financé par l'ONU ou les autres bailleurs. Etl'ambassadeur Nigel Fisher nous en conte de belles, de bien bonnes promesses caritatives denos bienfaiteurs. Étrange sensation du déjà-vu, las souvenir d'un déjà visité, déjà entendu etdéjà vécu... Vous savez comme moi qu'il ne sera guère facile de mobiliser les fonds pourHaïti en ce moment, et les Haïtiens pauvres continueront de mourir du choléra. Et oui, cesont les pauvres gens qui n'ont accès ni aux services ni aux infrastructures adéquats qui encrèvent. Ce ne sont pas les gens qui sont plus chanceux comme vous et tous ceux qui font

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->