Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
La longévité des disques optiques

La longévité des disques optiques

Ratings:
(0)
|Views: 0|Likes:
Published by micipsa

More info:

Published by: micipsa on Mar 08, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/08/2014

pdf

text

original

 
La longévité des disques optiques
La longévité des CD, des DVD et des autres disques optiques est un sujet très discuté surl
ʼ
internet, et on trouve beaucoup de commentaires qui parlent d
ʼ
une limite de deux ou trois ansseulement. En réalité, leur durée de vie est bien plus longue que cela et le vieilissementprématuré des disques est souvent dû aux utilisateurs. Si l'on emploie des disques de bonnequalité et qu
ʼ
ils sont traités correctement — ce sont les deux conditions
sine qua non 
— lessupports optiques de bonne qualité ont une durée de vie de dix ou vingt ans au moins.Par exemple, Verbatim annonce que la durée de vie de ses CD-R de qualité
Archive 
irait«
 
 jusqu
ʼ
à 100 ans
 
» (
http://www.verbatim.fr/fr_3/product_cd-r-azo-crystal_86.html 
) et leurs DVD-R appelés
Ultralife Gold Archival Grade 
ont une durabilité analogue. L
ʼ
autre fabricant de disquesde très haute qualité, MAM-A, annonce des valeurs encore plus élevées pour ses disque detype
Gold 
(
http://www.mam-a.com 
).Avec ces disques, la question est ailleurs
 
: dans cinquante ans, trouvera-t-on encore deslecteurs pour les lire
 
?
Les sources de problèmes
Les principales sources de problèmes n
ʼ
ont rien à voir avec la durabilité des supports.
Incompatibilité
. Dans beaucoup de cas, quelqu
ʼ
un se plaint qu
ʼ
un disque est devenu illisiblealors qu
ʼ
il s
ʼ
agit seulement d
ʼ
un problème de compatibilité avec le lecteur utilisé. Le disqueredevient lisible si on le place dans un autre lecteur.Certains lecteurs se montrent plus «
 
difficiles
 
» que d
ʼ
autres
 
: ilsuffit de peu pour qu
ʼ
ils ne parviennent pas à lire le disque. Celadépend de la marque mais aussi du modèle.
Mauvais entretien
. Il arrive très souvent que les problèmessoient dus aux mauvais traitements subis par les disques. Àlong terme, une simple empreinte digitale peut endommager undisque (réaction chimique). Il y a aussi la chaleur, l
ʼ
humidité, lesultraviolets, les chocs, les frottements, les rayures, etc.Pour maximiser la durée de vie des disques, la règle d
ʼ
or estsimple
 
: être soigneux. Même la pression peut altérer un disque(éviter de placer un objet lourd sur les disques).
Gravure ratée
ont enréalité jamais contenu de données. Au moment de la gravure, lelecteur a mal fonctionné ou bien l
ʼ
utilisateur a fait une erreur et iln
ʼ
a pas vérifié le disque avant de le stocker.
Gravure à la vitesse maximale
. Sous Windows comme sous Mac
 
OS ou Linux, on peut graverun disque en arrière-fond pendant qu
ʼ
on fait autre chose, ce qui veut dire que le temps queprend l
ʼ
opération n
ʼ
a souvent aucune importance. Or il vaut mieux éviter de graver à la vitesse laplus rapide. À une vitesse plus lente, les transitions entre les 1 et les 0 seront mieux marquées,ce qui évite le phénomène de dispersion temporelle (gigue,
 jitter 
en anglais).
Éviter
la chaleurles changements brusquesde températurel
ʼ
humiditéla lumière naturelle (UV)les chocsles rayuresle frottement (usure)la pressionles empreintes digitalesles stylos à solvantsles stylos à bille
La longévité des disques optiques 1 http://www.jaquet.org, novembre 2009
 
Nettoyage
Pour nettoyer un disque — uniquement si c
ʼ
est nécessaire — il faut utiliser un chiffon en tissuparce que le papier peut rayer la surface du disque. Même le papier vendu par les opticienspour nettoyer les lunettes peut endommager un disque optique parce que sa couche extérieureen polycarbonate est beaucoup moins dure que les verres de lunettes.Le seul cas où le nettoyage est à faire même si le disque reste lisible est celui où il y a desempreintes digitales. Si on ne le fait pas, elles peuvent provoquer une réaction chimique lentequi va altérer peu à peu le disque.Éviter de frotter en suivant les pistes. Partir du centre et aller vers le bord.Essayer d
ʼ
abord à sec, puis, en cas d
ʼ
insuccès, avec un alcool ou un détergent à base d
ʼ
eau.Ne jamais utiliser de solvants comme l
ʼ
essence ou l
ʼ
acétone. Ils détruisent définitivement lesdisques.
Les erreurs à éviter 
Entreposer correctement les disques
. Ils doivent être stockés à la verticale et placés à l
ʼ
abride la lumière et au sec (voir la photo ci-dessous).Moins il y a de poussière, mieux c
ʼ
est.
Éviter les disques de mauvaise qualité
. Lesmachines utilisées pour fabriquer les disques bonmarché sont de moins bonne qualité, les contrôlesde qualité moins sévères et les matériaux utilisésmoins durables.La qualité des matériaux est très importante à longterme. Si elle est insuffisante, il se produit desréactions chimiques qui altèrent les disques et lesrendent illisibles en quelques années.Il arrive même que ces disques soient immédia-tement hors d
ʼ
usage. Je connais le cas d
ʼ
unepersonne qui a sauvegardé les données de sonserveur sur des disques bon marché avant de tout réinstaller. Aumoment de restaurer les données, une partie des disques s
ʼ
estrévélée illisible. Pour économiser quelques euros, plusieurssemaines de travail ont été perdues (valeur
 
: des milliers d
ʼ
euros).Attention, l
ʼ
idée qu
ʼ
il faut préférer les disques «
 
de marque
 
» estsouvent illusoire. L
ʼ
industrie du CD est comme les autres
 
:beaucoup de marques font faire leurs disques par des fabricantsexternes.
Éviter les disques réinscriptibles
sauf pour échanger desdonnées. Ces disques ne sont pas conçus pour stocker des données à long terme. Depuis quenous avons les clés USB, on se demande d
ʼ
ailleurs si ces disques ont encore une utilité.
Préférer les CD
aux disques de plus haute capacité dans la mesure du possible. Avec leurspistes plus larges et plus éloignées les unes des autres, ils résistent mieux au vieillissement que
Stocker les disques
verticalementdans un endroit sombreau secau fraissans changementsbrusques de température
La longévité des disques optiques 2 http://www.jaquet.org, novembre 2009
 
les autres disques. D
ʼ
après le test de vieillissement accéléré que MAM-A a fait subir à ses CD-RGold Archive, leur durée de vie calculée dépasse 300 ans — hypothétiquement —alors que lemême test donne pour les DVD équivalents un résultat d
ʼ
un peu plus de 100 ans (
http:// www.mam-a.com 
).
Avoir plusieurs exemplaires des données importantes
. Les données irremplaçables doiventêtre recopiées tous les cinq ou six ans sur des supports nouveaux.
Ne pas utiliser d
ʼ
étiquettes
. Elles augmentent le poids du disque et elles ne sont jamaisparfaitement centrées, ce qui veut dire que le disque ne tourne pas tout à fait «
 
rond
 
», ce quifatigue le moteur.Toutefois, si un disque a une étiquette, il ne faut pas essayer de l
ʼ
enlever parce que cela pourraitabîmer la couche supérieure du disque.
Utiliser des stylos pour CD
pour écrire sur les disques. Les stylos à encre indélébile normauxcontiennent généralement des solvants susceptibles d
ʼ
attaquer le vernis de protection desdisques (xylène, toluène). Les stylos à bille sont particulièrement dangereux parce qu
ʼ
ilscreusent la matière et l'abîment.
Ne pas toucher la surface des disques
. Une empreinte digitale peut déclencher une réactionchimique locale qui rend le disque illisible en quelques mois. Les tenir par la tranche ou le troucentral.
Les techniques
Les disques se composent de plusieurs couches. La couche inférieure externe est en polycar-bonate. C
ʼ
est celle que le rayon laser traverse. Un disque cesse d
ʼ
être lisible s
ʼ
il est déformé parla chaleur ou si les ultraviolets ou l
ʼ
humidité altèrent sa transparence (aspect laiteux).Il y a ensuite la couche d
ʼ
enregistrement, celle dans laquelle le laser creuse les 1 et les 0. Elleest en cyanine (reflets bleutés), en formazan ou en phtalocyanine. Il faut éviter les disques quiutilisent la cyanine
 
: elle vieillit bien plus vite que les autres. Un disque cesse d
ʼ
être lisible quandles transitions entre les 1 et les 0 perdent trop en netteté.La troisième couche est celle de la réflexion. Elle est enargent, en aluminium ou en or. Les problèmes principaux sontl
ʼ
oxydation (avec l
ʼ
argent) et les micro-fissures (avec l
ʼ
argentet l
ʼ
aluminium). Ces fissures sont provoquées par leschangements brusques de température. Elles sont dues aufait que le polycarbonate et le métal ont un coefficient dedilatation différent.La couche externe supérieure est constituée d
ʼ
une laquedestinée à protéger le dos de la couche réfléchissante contrel
ʼ
oxydation, les chocs et les solvants. Si elle est détruitelocalement par une rayure ou l
ʼ
encre d
ʼ
un stylo qui n
ʼ
est pas prévu pour les disques optiques, lacouche réfléchissante peut être attaquée.Attention, l
ʼ
or n
ʼ
est pas la panacée. S
ʼ
il est associé à la cyanine, le disque ne durera pasbeaucoup plus longtemps qu
ʼ
un disque en argent ou en aluminium. Pour qu
ʼ
un disque soit debonne qualité,
tous 
ses composants doivent être de bonne qualité.
Les facteurs en jeu
les composants de chaquecoucheles procédés de fabricationla qualité de la gravurel
ʼ
entretienle type de disque (CD, DVD,Blu-Ray, etc.)
La longévité des disques optiques 3 http://www.jaquet.org, novembre 2009

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->