Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more ➡
Download
Standard view
Full view
of .
Add note
Save to My Library
Sync to mobile
Look up keyword
Like this
2Activity
×
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Untitled

Untitled

Ratings: (0)|Views: 151|Likes:
Published by Mendo Henriques

More info:

Published by: Mendo Henriques on Mar 11, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See More
See less

11/14/2013

pdf

text

original

 
Twitter  
 Mots clés
austérit é,chômage,méTroïka
 Partager 
Facebook LinkedI n
Que la tr oïka aille se faire voir ! Le samedi 2 mars, ce n’est pas en Grèce que ce slogan a été hurlé, mais au Portugal. Un million depersonnes ont manifesté dans les rues de Lisbonne et de toutes les villesportugaises pour exiger le départ des
troïkans
(1) et la démission dugouvernement.C’est là un événement majeur, qui s’inscrit dans la longue série desmouvements de grèves et de révoltes qui secoue la Grèce, l’Espagne,l’Italie et le Portugal – tous pays impitoyablement frappés par lesmesures d’austérité. Pourtant, les chaînes publiques de la télévisionfrançaise n’y ont pas prêté attention : rien sur 
France 2 
au soir du 2mars et rien non plus au « 20 heures » du dimanche. Sur 
Soir 3,
l’événement a été rapporté à l’aide de quelques images assorties d’unbref commentaire : pas plus de 30 secondes.Les responsables de l’information sur les chaînes publiques ne peuventpas dire qu’ils étaient mal informés et qu’ils n’avaient pas de place dansleurs éditions. Pour ne prendre qu’un exemple, le 2 mars, huit minutesont été consacrées à divers reportages sur les départs en vacancesd’hiver au « 20 heures » de France 2. Quant à l’information, elle était àportée de la main puisqu’une dépêche de l’AFP annonçait une « marée
É
CRIT
 
PAR
B
ERTRAND
R
ENOUVIN
 
DANS
 C
HRONIQUE
 
POLITIQUE
,U
NIONEUROPÉENNE
Chronique : Que se lixe atroïka !
0
 Lundi
 MAR
2013
 
humaine contre l’austérité » et décrivait les rues de Lisbonne animéespar un défilé de 500 000 personnes qui chantaient
Grândola VilaMorena
, l’hymne de la Révolution des Œillets. Il y avait donc, à ladisposition des chaînes publiques, de l’image et du son.Il n’était pas non plus bien difficile de rédiger un commentaire sur lescauses de la révolte car elles sont partout identiques. En échange d’unprêt du FMI en 2011, le gouvernement portugais s’était engagé àramener son déficit public à 4,5% du PIB en 2012, à 3% en 2013, à 1%en 2015 et à 0,5% en 2016 afin de se conformer à la « règle d’or » del’équilibre budgétaire. Comme on pouvait s’en douter, ces engagementsn’ont pas été tenus. Le gouvernement a donc demandé à la troïka undélai supplémentaire tout en faisant adopter pour 2013 un budget d’uneexceptionnelle dureté alors que la récession atteint 3,2 %, alors que letaux de chômage dépasse 16% de la population active et frappe 40%des jeunes de moins de 25 ans. Ecrasés par les hausses d’impôts quis’accompagnent de blocages ou de baisses des salaires, les Portugaisne peuvent plus croire les promesses dont ils sont abreuvés. Le FMIannonçait une récession de – 1% pour cette année, mais legouvernement reconnaît qu’elle atteindra – 2%.Ces informations ne sont pas difficiles à trouver. Il suffit de quelquesminutes de recherche sur la Toile pour nourrir un commentaire. Mais lesdirecteurs de l’information télévisée ne sont pas intéressés par le« dossier » portugais. C’est tout à fait compréhensible. Montrer semaineaprès semaine qu’il existe un lien étroit entre l’austérité et la récessionen Grèce, en Espagne, au Portugal, en Italie, ce serait donner auxtéléspectateurs français des idées fort peu convenables à l’heure où lesministres de gauche plaident pour l’effort en promettant le retour de lacroissance pour la fin de l’année. Sur ce point, il est intéressant denoter que l’an dernier le gouvernement portugais espérait « un début derelance en 2013 » avant de reconnaître sa bévue. Mario Monti avait luiaussi promis la relance lorsqu’il avait présenté en novembre 2011 sonplan d’austérité – mais l’Italie est en récession durable. Et LucasPapadémos avait promis en mars 2012 que la Grèce renouerait avec lacroissance «d’ici moins de deux ans» – alors que le gouvernementprévoit aujourd’hui une récession de – 4,5% en 2013.Que d’erreurs de prévision chez ces gens bardés de diplômes,expérimentés, bien informés et de surcroît conseillés et guidés par cesmessieurs de la troïka. Cela ressemble fort à un mensonge concerté,tellement répétitif et grossier que la colère s’en trouve décuplée.***

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->