Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
5Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Néologismes Amazighs / berbères

Néologismes Amazighs / berbères

Ratings: (0)|Views: 312 |Likes:
Published by D.Messaoudi
Création de nouveaux mots pour la langue kabyle.
Création de nouveaux mots pour la langue kabyle.

More info:

Published by: D.Messaoudi on Mar 13, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

03/01/2013

pdf

text

original

 
Néologismes amazighs
Par : Messaoudi Djaafar 
1.
Casemate
: ce mot peut être rendu en amazigh par le terme « taγazamt » (pl. « tiγuzam »). Entouareg, cela veut dire
la petite chambre
. Comme vous voyez, le mot amazigh est identique au motfrançais dans la forme et dans le contenu. 2.
Macro
: ce terme dit grec, utilisé dans les langues indo-européennes comme préfixe pour signifier 
grand 
ou
long 
, est le juste équivalent du mot amazigh « meqqer » / « meqqor ».Ainsi, le terme scientifique
macrocéphale
(= qui a une tête anormalement grande) peut être rendu enamazigh par le mot « ameqqerixef » ou « ameqqorixef ». Beaucoup d’autres mots peuvent êtregénérés de la même façon.3.
Site
: ce terme a son équivalent en tamazight ; c’est « agni / agwni ». Du même que
site
estproche de
situation
, en kabyle « agni » est lui aussi proche de « tagnitt ».Donc, dorénavant on peut dire en berbère « agni n Internet » (site internet), « agni amezraw » (sitehistorique), etc.4.
théologie
: ce terme constitué de deux éléments grecs signifiant
dieu 
et
science
peut être renduen amazigh, en renversant l’ordre, par le mot composé « tussnayakuct ». « tussna » étant
science
et« yakuc »
dieu 
en berbère ancien, et « t » finale marque des substantifs féminins.On peut aussi suggérer la forme simple « tussnakuct », par la chute de la syllabe « ya » de« yakuc », phénomène d’ailleurs observé en berbère dans les mots composés.5.
monothéisme
: terme construit sur la base de
mono
+
théos
+
isme
. Le premier élémentcorrespond au terme chleuh « yan », le deuxième est déjà expliqué supra, et le troisième est lesuffixe adjoint aux substantifs et qui signifie
école
/
doctrine
. Pour ce dernier élément, on ne va pascompliquer les choses ; on va simplement mettre la marque discontinue des substantifs berbèresféminins « ta-t » ou « ta-a ». Ainsi, on obtiendra en amazigh « tayanyakuct » ou « tayanyakuca ».Là aussi, on peut proposer les formes simples « tayankuct » / « tayankuca ».Pour l’adjectif 
monothéiste
, on mettra en amazigh « ayanyakucan / tayanyakucant » ou les formessimplifiées « ayankucan / tayankucant »; « an », suffixe des adjectifs, est attesté dans tous lesdialectes, sauf le touareg.6.
polythéisme
: il existe en amazigh plus d’un terme qui correspond au grec
 poly 
qui signifieplusieurs. On n’en proposera ici qu’un seul : « mennaw », en usage chez les mozabites. Par le mêmeprocéque celui expliqplus haut, on peut créer « tamennawyakuct » ou forme simplifiée« tamennawkuct », ou encore « tamennawkuca ».L’adjectif serait « amennawyakucan » ou « amennawkucan » pour le masculin.7.
athéisme
: le privatif 
a
peut être rendu en amazigh par « war / tar »,
sans
, attestés dans plusieursparlers amazighs ou « aba »,
néant 
, usité uniquement en touareg. On peut donc mettre « taryakuct »/ «taryakuca » ou les formes simplifiées « tarakuct »* ou « tarkuca ».Avec « aba », on peut créer « tabayakuct » ou « tabakuct » ou encore « tabakuca ».En accolant le suffixe « an » aux formes suscitées, on obtiendra l’adjectif « aryakucan / taryakucant »ou les formes simplifiées « arkucan / tarkucant », ou « abayakucan / tabayakucant » ou encore« abakucan / tabakucant », qui correspond dans tous les cas au terme
athée.NB
: nous avons évité « tarkuct », car ce terme existe déjà en kabyle avec le sens de
 purée
.8.
pluviomètre
: ceci est un instrument ; ce pourrait être en amazigh « asketun
ar » par juxtapositionde deux substantifs dont l’un est l’état d’annexion (asket + un
ar) ; du terme touareg « asket »signifiant
mesure
et du kabyle « an
ar »
 
qui veut dire
 pluie
. Ce procédé de formation est connu enberbère.

Activity (5)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
Amsebrid Inigi liked this
St Abdou liked this
Hassan Akioud liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->