Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
0Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Ligne droite du 1er avril 2013

Ligne droite du 1er avril 2013

Ratings: (0)|Views: 87|Likes:
Published by auto13383906
Semaine 13.13
Semaine 13.13

More info:

Published by: auto13383906 on Apr 03, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

04/03/2013

pdf

text

original

 
 
Le Clin d’œil à l’actualité de la semaine
Nous dérogerons cette semaine à notre habitude qui consiste à consacrer la première moitié de ce« Clin d’oeil » au sujet qui a occupé la plus grande partie de l’espace médiatique. La prestation télé-visée du Président de la République ne nous paraît mériter tant d’honneur. Nous reviendrons un peuplus loin sur ce qu’il convient d’en penser.Mais revenons tout d’abord sur les conséquences de l’accord difficilement trouvé entre le gouverne-ment chypriote et les négociateurs de la « troïka » qui représentaient, non pas l’Union Européenneen tant que telle, mais les créanciers de l’île : FMI, BCE et banques privées. Avouons tout d’abord quecet accord ne fait pas l’unanimité parmi nos membres. Les plus europhobes d’entre nous y voient eneffet l’amorce du déclin de la monnaie unique, voire de l’Union Européenne qui, il est vrai, démontreune fois de plus sa difficulté à prendre les décisions ardues. Mais ce qui les inquiète le plus c’est lerisque de voir les mesures prises à cette occasion se propager à d’autres pays dont, éventuellement,la France. Avouons quand même que ce risque est faible, même si notre gouvernement fait actuelle-ment son possible pour remplir les conditions qui nous y entraîneraient. Par contre, il apparaît deplus en plus évident que la monnaie unique ne l’est pas vraiment, dans la mesure où elle n’avait pasla même valeur dans un pays comme Chypre qui s’efforçait d’attirer des capitaux étrangers libellésen euros (monnaie réputée stable) en offrant des taux d’intérêt très attractifs. Un taux très élevé re-présente toujours la juste rémunération d’un risque élevé et il fallait être naïf pour croire que l’argentainsi placé ne courrait pas le risque d’une dépréciation de sa valeur. C’est exactement ce qui s’estproduit. Il était impossible de dévaluer la monnaie et c’est donc la solution d’une taxe qui a été choi-sie. La seule autre solution aurait été la sortie de Chypre de la zone euro, ce qui aurait affecté les dé-pôts bancaires bien plus encore, l’île étant incapable de rembourser des capitaux étrangers qui attei-gnent six fois son PIB. Il fallait bien sûr éviter que le Chypriote lambda ne soit pas injustement spoliéde son argent déposé dans les banques et cela a été fait, tant bien que mal; la réouverture des ban-ques après une semaine de fermeture a finalement eu lieu et les dépôts en dessous de cent mille eu-ros ne seront pas taxés.Le président chinois Xi Jinping a terminé vendredi sa tournée africaine par Brazzaville. Durant lesdeux jours, il a signé des accords, notamment pour le financement d'autoroutes. La Chine continued’avancer ses pions en Afrique. C’est sans doute préférable à la progression de l’islamisme mais celamarque le déclin de l’influence occidentale dans ce continent et cela confirme la légitimité de l’inter-vention française au Mali.La Corée du Nord a annoncé samedi 30 mars qu'elle était
"en état de guerre" 
avec le Sud et qu'ellenégocierait toutes les questions inter-coréennes sur cette base. Le communiqué de samedi avertit enoutre que toute provocation militaire près des frontières terrestres ou maritimes entre le Nord et leSud de la Corée entraînerait
"un conflit à grande échelle et une guerre nucléaire" 
. Le régime commu-niste n’a jamais eu peur des mots; mais ces mots là font quand même peur. Les guerres menées parl’Occident dans cette partie du monde se sont toujours mal terminées.Les chrétiens ont célébré Pâques avec un nouveau pape qui commence à imprimer son style au Vati-can, fait de simplicité et de partage avec les fidèles venus l’acclamer. Mais la fête se révèle difficilepour les communautés chrétiennes du Moyen Orient et plus particulièrement pour les Syriens coincésentre le despotisme d’Al Assad, qui a certes toujours respecté les différences religieuses, et les dan-gers d’un islamisme radical antichrétien qui monte parmi les opposants au régime.Revenons brièvement sur le grand oral de François Hollande dont nous retiendrons sa prise de cons-cience d’une crise qu’il avait toujours niée, mais qu’il pense désormais maîtriser grâce à une « boîteà outils » que possèderait son gouvernement. Nous aurons l’occasion, chaque semaine, de revenirsur l’inefficacité des outils contenus dans cette boîte et sur l’incapacité des ouvriers qu’il a choisipour les utiliser. Mais ceux qui s’attendaient à des actions claires, efficaces et rapides ont été déçus,comme d’ailleurs près des trois-quarts des Français interrogés après l’émission.Et comme, dans l’état où se trouve la France, les bonnes nouvelles ne peuvent être que relatives,celle de la semaine, c’est le gel des dépenses militaires à 31,4 milliards d'euros par an pendant deuxans, alors que Bercy voulait les réduire à 28 milliards. Ce n’est pas le Pérou, mais c’est certainementgrâce au Mali où notre armée a fait preuve d’efficacité, malgré des moyens limités. Les gaspillages,nombreux dans la fonction publique, sont à chercher ailleurs.
 
 
Mais si ces décisions de justice représentent un moindre mal, il reste qu’elles sont un malpour l’enfant qui est privé de son papa, même si les deux parents ont la sagesse de s’en-tendre pour son éducation. Ce qui est en cause, ce n’est pas tant l’habitude des juges auxaffaires familiales de confier plus souvent les enfants, surtout s’ils sont tout petits à la datedu divorce, à leur maman, que le fait même du divorce.Les législateurs, qu’ils soient de droite ou de gauche, n’ont en effet, dans leurs lois sur ledivorce, pas plus tenu compte de l’intérêt des enfants qu’ils ne le font dans l’affaire du ma-riage dit « pour tous ».Bien que toutes les études sociologiques et psychologiques s’accordent pour reconnaîtreles grandes difficultés que rencontrent les enfants lors du divorce de leurs parents, et lesgraves risques qu’ils connaissent d’être perturbés dans leurs études et leur vie d’adultes,voire de s’adonner aux drogues ou de devenir délinquants, beaucoup plus souvent queceux dont les parents, en dépit des difficultés qu’ils peuvent avoir, ont pris le parti de res-ter ensemble et de dissimuler leurs éventuels désaccords à leurs enfants, ces législateurs,au cours de ces dernières décennies, ont consacré tous leurs efforts à faciliter le divorce,dans l’intérêt des époux : l’intérêt des adultes, qui votent, a primé sur celui des enfants quine votent pas et qui, lorsqu’ils voteront, ne sauront sans doute pas attribuer leurs diffi-cultés aux législateurs à qui ils les doivent.Il en résulte que le divorce est devenu si facile qu’il n’est pas rare de le voir envisagémême avant la célébration du mariage, comme une issue normale de celui-ci, sans que celaempêche les époux de concevoir des enfants dont certains seront, par une séparation sui-vie de divorce, privés d’un de leurs parents, le plus souvent leur père, avant leur naissanceou peu après celle-ci.Bien des mariages, d’ailleurs, « le divorce n’étant pas fait pour les chiens », sont conclusdans la hâte d’une passion physique temporaire, sans prendre le temps de bien connaîtreson futur conjoint et sans éprouver l’affection mutuelle permanente qu’exige la vie conju-gale.Il en résulte aussi que des époux (et surtout des femmes) s’avèrent incapables de surmon-ter les plus petites difficultés de la vie conjugale et même la fin, pourtant naturelle, decette passion initiale, et recourent immédiatement au divorce dès qu’ils pensent, cette pas-sion disparue, ne plus aimer leur conjoint, même lorsque la présence d’enfants devrait lesinviter à essayer d’éviter ce recours.Ces mariages conclus sans suffisamment d’amour et rompus au moindre prétexte sont àl’origine de rancœurs et même de haines durables, et la garde des enfants devient alors unmoyen de tirer vengeance des griefs que l’un des époux a contre l’autre, d’où des accusa-tions mensongères, parfois très graves (fausses accusations d’inceste, entre autres),considérées comme des armes légitimes dans le combat qui oppose alors les deux anciensépoux.Il est évidemment illusoire de compter sur le gouvernement et le Parlement actuels pourremédier, si peu que ce soit, à cet état de choses. Pourtant, il est urgent d’y réfléchir et demettre au point les moyens de permettre la rupture de liens conjugaux devenus réellementinsupportables sans fragiliser à l’excès l’ensemble des mariages.
Un papa sur une grue par Marie Merlin
La justice, disent certains, avait de bonnes raisons de refuser tout droitde visite à l’homme qui s’est, plusieurs jours durant, installé au sommetd’une grue pour obtenir la révision de cette décision. C’est en effet fortpossible et les recours des associations pour le droit des pères à assurerla garde de leurs enfants semblent souvent ne pas tenir compte du biendes enfants en cause, car il semble certain que les tout-petits viventdans de meilleures conditions auprès de leur maman, pourvu que celle-cine soit pas indigne, qu’auprès d’un papa qui aurait les plus grandes diffi-cultés à suppléer l’absence de la maman.Tant il est vrai que, quoi qu’en prétende le lobby LGBT, les rôles du papaet de la maman ne sont pas interchangeables.
 
* Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande, a chassé Julien Dray, le député del’Essonne, quand il s’est présenté au QG du nouveau président à Paris. Elle ne pardonnepas à Julien Dray d’avoir convié DSK à son anniversaire dans un restaurant de la rue Saint-Denis, à Paris, entre les deux tours, sans prévenir quiconque. Hollande devrait pourtantêtre beaucoup plus reconnaissant envers DSK dont les frasques lui ont permis de se pré-senter à l’élection à sa place.* Ségolène Royal a fait de visibles efforts pour soutenir son ex compagnon durant la cam-pagne et veut en récolter les fruits. Pas si simple apparemment. En cas de majorité de gau-che lors des législatives, Mme Royal se voyait déjà présidente de l’Assemblée mais devraaffronter Marylise Lebranchu qui semble plus populaire qu’elle dans les travées socialistes.On se demande pourquoi ?* Daniel Cohn-Bendit est inquiet pour l’avenir de Nicolas Sarkozy :
« je le vois bien enhomme d’affaires, ne songeant qu’à faire du fric pour épater Carla ! ».
Pourquoi pas cherDaniel. D’autres font bien du bruit pour épater la galerie, ce qui ne les empêche pas decumuler les salaires de députés.*
 
* Arnaud Montebourg à Jean-Marc Ayrault :
« tu fais chier la terre entière avec ton aéroport de No-tre-Dame-des-Landes, dont tout le monde se fout ! ».
Montebourg sous estime à peu près tout. No-tamment le défilé contre « le mariage pour tous » où il n’a vu que
« une poignée de manifestants ».
* Lors de sa visite à Tombouctou, en février dernier, François Hollande s’est vu offrir un jeune cha-meau qu’il a ensuite donné à une famille malienne. Aux dernières nouvelles, le chameau a servi derepas à cette famille. Un peu vexant pour les dirigeants maliens qui pensaient sans doute que l’ani-mal serait hébergé dans les jardins de l’Élysée (qui ne manque pourtant pas de chameaux de toutpoil). Mais bonne nouvelle pour la lutte contre la faim dans le monde !* La CFDT ne manifestera pas aux cotés de la CGT lors du traditionnel défilé du 1er mai. Raison :
« lesmilitants ne veulent pas se faire insulter une semaine et aller manifester avec eux la semaine sui-vante ».
On les comprend ! Il serait préférable d’attendre un peu; faisons confiance aux syndicats, lesoccasions ne manqueront pas* D’après Mélenchon,
« Pierre Moscovici fait partie des dix-sept salopards que sont les Ministres desfinances de l’euro groupe ».
En effet, dans un monde soviétisé, nul besoin de ministres des Finances.* François Hollande déclarait en 1995 :
« les ordonnances sont une manifestation de mépris envers leParlement ».
Mais çà, c’était avant !* François Hollande n’ayant jamais cité le nom de Jean-Marc Ayrault dans son intervention télévisée,ce dernier assure qu’il a été
« étroitement associé à la préparation de l’émission ».
Un adverbe bienadapté à la prestation de François Hollande !* Face aux critiques de son camp qui le jugent inaudible, le premier ministre réorganise son cabinet.Deux de ses conseillers quittent Matignon. Jérôme Batout, 33 ans, prend la tête du nouveau pôle.Avec un nom pareil, les adversaires devront bien se tenir !* Christine Maugüé, est nommée directrice de cabinet de la garde des sceaux. Christiane Taubira asans doute oublié que sa nouvelle conseillère avait déclaré le 9 octobre 1996 :
« le droit de toute per- sonne à avoir la vie sexuelle de son choix ne doit pas être confondu avec un hypothétique droit à l'en-fant ».
Mais il est vrai que Taubira a le don de rendre réel ce qui est hypothétique !* Contrairement à François Hollande, qui a affirmé jeudi qu'il n'était
« pas un président socialiste »
Jean-Marc Ayrault affirme
"Oui, je suis un premier ministre socialiste. J'assume totalement monidentité politique ».
Dont acte. Mais c’est bien le seul aspect de sa personnalité qu’il affirme !* Suite à la grande « Manif pour tous » de dimanche, Jean-Marc Ayrault accuse :
« quand on organiseune grande manifestation d’une telle ampleur, on peut aussi reconnaître avoir été débordé ».
Rensei-gnement pris, il parlait aux organisateurs de la manifestation et non au Préfet de Police qui, lui,n’ayant vu qu’un manifestant sur cinq ne pouvait absolument pas être débordé !* Agacé par l’apparent découragement de ses camarades du PS qui font partie du gouvernement, leSénateur PS André Vallini s’exclame :
« ils devraient remercier le ciel chaque jour d’être ministres ».
 Le ciel n’a sans doute rien à y voir, même si les nuages s’y amoncellent et si les éclaircies se font deplus en plus rares.* Arnaud Montebourg a notamment accusé Jean-Marc Ayrault de
"gérer la France comme le conseil municipal de Nantes" 
. Ce ne serait déjà pas si mal car, pour l’instant, il ne gère rien du tout !* Le maire socialiste Jean-Marc Veyron déclare
« moi, homosexuel, veux dire stop à la fragilisationde la famille, cellule de base de notre société ».
La vérité existe aussi chez les élus de gauche !
* « Si nous n'avions rien fait, le déficit aurait été au moins à 5,5 % du PIB »
affirme Jean-MarcAyrault.
« Nous avons tenu nos objectifs de dépenses ».
Oui, et c’est bien là le problème !
 
* Pour Jean-Marie Le Guen, député socialiste de Paris :
« l’exercice d’un mandat politique ne se ré- sume pas à la lecture religieuse et littérale d’un programme ».
Malheureusement c’est ce que la gau-che fait quand leur programme est nuisible.* Lors d’une interview au « Parisien », Pierre Moscovici a déclaré :
« il est important de garder un peu de temps pour soi. De temps en temps, je vais au cinéma ».
Il est vrai que, vu le peu de résultatsqu’il obtient, notre ministre de l’Économie doit avoir beaucoup de temps pour lui. Quant au cinéma,les séances du Conseil des Ministres devraient faire largement l’affaire !
 

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->