Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Quel type de japa (psalmodie du nom divin) est le plus puissant ? Le japa à voix haute ou le japa mental ?

Quel type de japa (psalmodie du nom divin) est le plus puissant ? Le japa à voix haute ou le japa mental ?

Ratings: (0)|Views: 9 |Likes:
Published by Pierre-Albert Hayen
Il est dit que c'est la discipline spirituelle la plus simple et la plus universelle pour notre époque et chacun, quelle que soit sa religion (où elle existe sous une forme ou l'autre) peut la pratiquer.
Il est dit que c'est la discipline spirituelle la plus simple et la plus universelle pour notre époque et chacun, quelle que soit sa religion (où elle existe sous une forme ou l'autre) peut la pratiquer.

More info:

Published by: Pierre-Albert Hayen on Apr 15, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOCX, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

09/24/2013

pdf

text

original

 
QUEL TYPE DE JAPA (PSALMODIE DU NOM DIVIN) EST LE PLUS PUISSANT ?LE JAPA À VOIX HAUTE OU LE JAPA MENTAL ?Professeur G. Venkataraman
Avant d
’essayer
de répondre à cette question, il me semble que je devrais peut-être direquelques mots sur ce que l
’on
appelle le
 japam
. A la base, le j
apam
est un ancien rituelhindou impliquant
des psalmodies d’un genre ou d’un autre et cette pratique remonte elle
-même aux temps védiques.Il y a beaucoup de types de
 japam
et en voici une liste partielle :Il y a le Gayatri
 japam
qui
 
comprend essentiellement la psalmodie répétitive du mantra de laGayatri. Ensuite, il y a le
kamya japam
 
où l’on psalmodie un mantra particulier pour desraisons spécifiques, comme la guérison d’un problème de santé, l’acquisition de la richesse,
etc. Il y a aussi le
 prayaschitta japam
 
où l’on psalmodie en vue d’expier certains péchés
commis et je ne devrais
pas oublier d’inclure dans ma liste le
likhita japam
qui consiste àécrire un mantra particulier.En ce qui concerne la procédure, le
 japam
peut se pratiquer de trois façons différentes : ilpeut s
’effectuer
à voix haute, il peut être murmuré ou il peut se faire silencieusement. Onutilise parfois un rosaire ou un
 japamala
pour compter les récitations.Voilà en ce qui concerne les aspects techniques et traditionnels du
 japam.
Je voudrais
ajouter à ces observations qu’en dernière analyse, Dieu s’int
éresse plus aux
sentiments
qui
 
motivent nos actions qu’aux détails techniques. C’est sur
cette base que vous me permettrezmaintenant de traiter la question soulevée et je mentionnerai ensuite des épisodes tirés desépopées qui tendent à soutenir fortement mon point de vue.
Commençons par la question ‘’Pourquoi s’engager dans le
 japam
?’’ Si vous allez jusqu’aucœur
 
de la réponse, vous conviendrez qu’en laissant de côté les cas où le
 japam
est effectuépour obtenir certains bénéfices, le j
apam
 
n’est qu’un des nombreu
x moyens pour nousrapprocher de Dieu et nous faire aimer de Lui. Ceci soulève la question
: ‘’Peut
-on décrire lapersonne chère à Dieu
?’’ Par bonheur, je n’ai pas besoin de faire un effort particulier pour
répondre à cette question, parce que Dieu Lui-même a très clairement donné la réponse.Je me réfère à ce que Krishna déclare dans le fameux douzième chapitre de la BhagavadGita, populairement connu sous le nom de
bhakti yoga
. Je n’entrerai pas ici dans les détails,
par
tiellement dans l’espoir que ce
ci éveillera votre curiosité et vous poussera à explorer unpeu par vous-même. Je vous certifie que si vous le faites, vous trouverez cela très profitable.
Je ne devrais pas oublier d’ajouter que Swami qui, nous sommes tous d’accord
là-dessus, estKrishna qui est revenu,
n’a pas changé d’un iota les prérequis, pas même une virgule, ce qui
veut dire que les prérequis pour être cher à Dieu restent les mêmes, même maintenant.
Alors, qu’est
-ce que tout cela signifie, par rapport au
 japam
 
? D’après moi, ceci
: peu importe
que l’on effectue le
 japam
à voix haute ou bien mentalement, la récitation des versetsconcernés devrait nous faire aimer du Seigneur dans le sens que le Seigneur a décrit Lui-même
. J’espère que ceci
rend clair que
la procédure exacte adoptée est moins importanteque la motivation et que les sentiments qui accompagnent la procédure.
En supposant que mon idée soit bien passée,permettez-moi maintenant
d’examinerl’exemple que j’ai mentionné plus tôt. Dans
le Ramayana, il y a une scène merveilleusequi survient, lorsque Rama et Lakshmanaerrent à la recherche de Sita qui a étékidnappée plus tôt. Au cours de leurspérégrinations dans la forêt, ils rencontrentune vieille femme tribale, Sabari.Son sage maître avait dit à cette femme
qu’un jour, le Seigneur viendrait dans laforêt et qu’elle devrait L’attendre. Avec unefoi totale, Sabari décida d’attendre le
Seigneur, même si elle ignorait totalementqu
elle serait l’apparence du Seigneur,
comment Il viendrait, etc.
Malgré le fait qu’elle ignorait tout à fait ces
détails pratiques importants, Sabari attenditsimplement, ayant une foi totale dans les paroles de son maître. Non seulement cela, tous
 
les j
ours, elle allait cueillir des fruits frais, tels qu’on en trouve dans la forêt, en les gardant
comme offrandes, au cas où le Seigneur se manifesterait.Un beau jour, Sabari aperçut Rama et Lakshmana qui approchaient. Ils étaient habilléscomme des ermites, mais ils portaient des arcs et des flèches, ce que les sages ne font pas.
D’après ces seules caractéristiques, il n’y avait aucune raison de supposer que Rama était
réellement Dieu sous forme humaine.Néanmoins, lorsque Sabari aperçut Rama, elle Le vit non seulement avec ses yeux, mais avec
son cœur aussi, et l’amour pur dans son cœur pour le Seigneur reconnut instantanément le
Seigneur qui venait à elle sous la forme de Rama.Et que fit
Sabari, dès qu’elle
reconnut que Rama était effectivement le S
eigneur qu’elle
attendait depuis si longtemps
? Elle l’accueillit bien entendu, ainsi que Lakshmana, avec sonplus grand sourire et l’amour qui jaillissait de son cœur comme une fontaine. Elle lava les
pieds des princes, se prosterna devant eux, puis elle
leur offrit les fruits qu’elle avait cueillis
avec amour plus tôt dans la journée.Maintenant, il est tout à fait habituel defaire des offrandes au Seigneur, que cesoit pour le culte formel chez soi ou que cesoit quand le Seigneur vient sous formehumaine. La chose unique que fit Sabari,
c’est qu’étant une simple femme tribale
totalement ignorante des règles de
l’étiquette, elle mordit d’abord dans tous
les fruits pour les
goûter afin d’êtr
e sûreque les fruits
qu’elle avait choisi
s étaitassez sucrés, avant de les offrir à Rama età Lakshmana !A présent, arrêtez-
vous et réfléchissez calmement une minute. N’importe lequel d’entre
nous envisagerait-il jamais de faire une telle chose, si nous offrions un fruit à Swami qui bienentendu est Rama revenu ?
Pourtant, c’est précisément ce que fit Sabari
! Et quelle fut laréaction de Rama ? Broncha-t-Il, maugréa-t-Il
? ‘’Oh, regardez cette femme tribale qui neconnaît même pas l’A B C de la bonne c
onduite
!’’ ou quelque chose dans le genre
? Non !Pas du tout !
Non seulement Rama reçut l’offrande avec beaucoup d’amour, mais Il mangeatous les fruits choisis en montrant clairement qu’Il appréciait
les fruits offerts.
Dans le Ramayana, l’épisode de
Sabari est très bref, mais il est aussi très
significatif, c’est
pourquoi non seulement les érudits lui attachent
beaucoup d’importance, mais le saintTyagaraja, qui je le confesse, est l’un de
mes musiciens préférés, a composé un chantmerveilleux pour lo
uer Sabari en se demandant comment il pourrait décrire l’incroyablegrâce qu’elle avait reçue.Pour en revenir à l’idée que j
e tente de faire passer,
en fin de compte, le Seigneur ne se
soucie nullement de l’étendue de notre connaissance textuelle des Ec
ritures ou du nombre

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->