P. 1
René Guénon - Regnabit

René Guénon - Regnabit

Ratings: (0)|Views: 86|Likes:
Published by Abou Boo II

More info:

Published by: Abou Boo II on Apr 17, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

09/22/2014

pdf

text

original

 
 
René Guénon
REGNABIT
 
- Recueil posthume -
 
 
TABLE DES MATIÈRES
-
 
2
Le Sacré-
Cœur 
 et la Légende du Saint Graal
 Publié dans
Regnabit
 , août-septembre 1925.
Dans un de ses derniers articles (
 Regnabit 
, juin 1925), M. Charbonneau-Lassaysignale très justement, comme se rattachant à ce qu
on pourrait appeler la« préhistoire du
Cœur 
Eucharistique de Jésus », la légende du Saint Graal, écrite auXII
e
siècle, mais bien antérieure par ses origines, puisqu
elle est en réalité uneadaptation chrétienne de très anciennes traditions celtiques. L
idée de cerapprochement nous était déjà venue à l
occasion de l
article antérieur, extrêmementintéressant au point de vue où nous nous plaçons, intitulé
 Le
Cœur 
humain et lanotion du
Cœur 
de Dieu dans la religion de l 
’ 
ancienne Égypte
(novembre 1924), etdont nous rappellerons le passage suivant : « Dans les hiéroglyphes, écriture sacréeoù souvent l
image de la chose représente le mot même qui la désigne, le
cœur 
ne futcependant figuré que par un emblème : le
vase.
Le
cœur 
de l
homme n
est-il pas eneffet le vase où sa vie s
élabore continuellement avec son sang ? » C
est ce vase, priscomme symbole du
cœur 
et se substituant à celui-ci dans l
idéographie égyptienne,qui nous avait fait penser immédiatement au Saint-Graal, d
autant plus que dans cedernier, outre le sens général du symbole (considéré d
ailleurs à la fois sous ses deuxaspects divin et humain), nous voyons encore une relation spéciale et beaucoup plusdirecte avec le
Cœur 
même du Christ.En effet, le Saint Graal est la coupe qui contint le précieux sang du Christ, etqui le contint même deux fois, puisqu
elle servit d
abord à la Cène, et qu
ensuiteJoseph d
Arimathie y recueillit le sang et l
eau qui s
échappaient de la blessureouverte par la lance du centurion au flanc du Rédempteur. Cette coupe se substituedonc en quelque sorte au
Cœur 
du Christ comme réceptacle de son sang, elle en prend pour ainsi dire la place et en devient comme un équivalent symbolique ; etn
est-il pas encore plus remarquable, dans ces conditions, que le vase ait été déjàanciennement un emblème du
cœur 
? D
ailleurs, la coupe, sous une forme ou sousune autre, joue, aussi bien que le
cœur 
lui-même, un rôle fort important dans beaucoup de traditions antiques ; et sans doute en était-il ainsi notamment chez lesCeltes, puisque c
est de ceux-ci qu
est venu ce qui constitua le fond même ou tout aumoins la trame de la légende du Saint Graal. Il est regrettable qu
on ne puisse guèresavoir avec précision quelle était la forme de cette tradition antérieurement auChristianisme, ainsi qu
il arrive du reste pour tout ce qui concerne les doctrinesceltiques, pour lesquelles l
enseignement oral fut toujours l
unique mode detransmission usité ; mais il y a d
autre part assez de concordances pour qu
on puisse

Activity (4)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
3am liked this
zsoze liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->