Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
0Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Découverte d'une nécropole berbère ancienne au Djebel Ferza (Tunisie)

Découverte d'une nécropole berbère ancienne au Djebel Ferza (Tunisie)

Ratings: (0)|Views: 7 |Likes:
Published by Hammou Dabouz

More info:

Published by: Hammou Dabouz on Apr 23, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

04/23/2013

pdf

text

original

 
Découverte d'une nécropole berbère ancienne au Djebel Ferza(Tunisie)
In: Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 53e année, N. 4, 1909. pp. 289-294.
Citer ce document / Cite this document :Carton Louis. Découverte d'une nécropole berbère ancienne au Djebel Ferza (Tunisie). In: Comptes-rendus des séances del'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 53e année, N. 4, 1909. pp. 289-294.
 
UNE
NÉCROPOLE BERBÈRE
AU
DJEBEL
FERZA
289
Tout
semble
donc se
réunir
pour
nous
exciter
à
poursuivre
nos
fouilles,
et
les
dernières
découvertes,
et
le
concours
fidèle
du
4e
tirailleurs,
et
les encouragements
de
la
Société
archéologique
de
Sousse
et
de
la
municipalité
de
notre
ville,
surtout
la
bienveillance
du
savant
directeur
des
antiquités,M.
Merlin, qui
nous aideconstamment
de
ses
conseils
et
nous
a
fourni
les
subsides
dont
il
peut
disposer.
DÉCOUVERTE
D'UNE
NÉCROPOLE BERBÈRE
ANCIENNE
AUDJEBEL FERZA
(TUNISIE),
PAR
M.
LE
Dr
CARTON.
L'exploration
de
la
colonia
Thuburnica
a
montré
que
malgré
l'aspect
de
villeromaine
que
lui prêtent
plusieurs
monuments
publics,
d'une
si
bonne conservation,
cette
cité
fut
essentiellement
composée
d'éléments
africains
qui,
même
sous
la
domination
romaine, gardèrent
la
majeure
partie de
leurs
caractères
d'origine.
C'est
un
fait
qui
a
été
observé souvent
dansles
cités africaines,
mais
jamais
à
un
degré
aussi
prononcé
qu'à
Thuburnic.
Voici,
très
briève
ment
et
comme
introduction
à
la
découverte
qui
sera
signalée plus
loin,
quelques-unes
des
observations les
plus
saillantes
qui
ont été faites
dans
cet
ordre
d'idées.
Sous
les
fondations de
la
citadelle
romaine,
j'ai
trouvé
une
couche
de
charbon
et
de débris de
cuisine
renfermant
des
poteries berbères,
semblables
à
celles
des
dolmens
africains
et
que
fabriquent
encore
les
Bédouins
de
nosjours.Mais
ce
qui
a
le
plus
frappé
ceux
qui
ont
visité
ces
ruines,
c'est
le
caractère
particulièrement grossier
des
sculptures
qui
ornent
les
monuments.
Des
édifices
d'un
caractère
pure
ment
romain
et
d'un
assez
bon
style
y
sont
déparés par
des
représentations
d'une
naïveté
tout
africaine.
 
290
UNE
NÉCROPOLE BERBÈRE
AU
DJEBEL FERZA
J'ai
déjà
attiré,
à
plusieurs
reprises,
l'attention
sur
cesénormes
stèles
funéraires
en
grès,
Hautes
de
2
mètres
et
plus,
qu'on
trouve
à
Thuburnic,
portant,
il
est
vrai,
une
épitaphe
latine,
mais
au-dessus
de
celle-ci,
et
sous
le
crois
sant,
des
représentations
humaines
analogues aux
sculp
tures
qui
firent
admettre
et
décrire
par
M.
de
La
Blanchère
un
art
africain,
ou
berbère,
terme
un
peu
trop
laudatif
pour
de
telles
productions.
La
forme
de
ces
stèles,
aiguës,
aplanies
seulement
du
côté
de
l'inscription,
est
tout
à
fait
particulière,
et
celles-ci
constituent,
en
réalité, de
véritables
menhirs
modifiés
par
l'influence romaine
juste
assez
pour
en
recevoir
les
princi
pales
modifications.
J'ai
également
trouvé,
à
Thuburnic,
un certain
nombred'inscriptions
libyques;
je
ne
parle,
pour mémoire,
que des
autres manifestations
de
l'influence
berbère
présentées
par
les
ruines
de
l'a
petite
cité
et
qui
leur
sont
communes
avec
les
autres
villes
africaines
:
stèles
à
figurations
biensignificatives,
noms
africains
sur
les
monuments
d'épi-
graphie,
sanctuaire
de
Saturne
ayant
succédé
à
un
sanc
tuaire
plus
ancien.
Enfin,
à
l'époque
romaine,
les habitants
de
Thuburnic
avaient
également
conservé
le
culte
de
leur
génie
local,
le
genius
Sesase
dont
le nom
se
trouve
gravé
sur
une
dédi
cace
Mercurio
Sobrio.
On
voit
donc
que
si,
comme
je
l'ai
également indiqué, les
terres
fertiles
qui
s'étendent,dans
la
plaine,
au pied
de
la
ville antique,
ont
été
centuriées,
alloties
et
attribuées
à
des
vétérans
de
l'armée
d'Afrique,
l'influence
de1
ceux-ci,
qui
étaient
d'ailleurs
souvent
des
étrangers,
ne
contribua
guère
à
la
romanisation
de
ses habitants.
Il
semble,
d'ailleurs,
que
la
colonia
Thuburnica
ait
en
quelque
sorte
été
placée
en
marge
d'un
territoire
non
lati
nisé,
celui
de la
haute
forêt.
La
cité
était
en
effet
bâtie
à
l'endroit où
la
voie
de
Carthage
à
Hippone
abordait
le

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->