Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Cours de Philosophie - Qu'Est-ce Que Le Beau

Cours de Philosophie - Qu'Est-ce Que Le Beau

Ratings: (0)|Views: 18|Likes:
Published by allure_ch
Nous venons d'étudier les effets du beau, l'émotion esthétique. Partant de là nous allons chercher à remonter à la cause, à déduire des qualités diverses que présente le plaisir esthétique les qualités que doit avoir son objet, le beau.
Nous venons d'étudier les effets du beau, l'émotion esthétique. Partant de là nous allons chercher à remonter à la cause, à déduire des qualités diverses que présente le plaisir esthétique les qualités que doit avoir son objet, le beau.

More info:

Categories:Types, Research
Published by: allure_ch on Apr 26, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/03/2013

pdf

text

original

 
 
1
 
Cours de philosophie -Qu'est-ce que le beau?
Nous venons d'étudier les effets du beau, l'émotion esthétique. Partant delà nous allons chercher à remonter à la cause, à déduire des qualités diverses queprésente le plaisir esthétique les qualités que doit avoir son objet, le beau. Tout d'abord, nous savons que l'émotion esthétique est désintéressée. Or,cela seul est l'objet d'un véritable désintéressement, qui n'a pas de réalitéconcrète. Ce qui existe réellement a toujours pour nous une certaine utilité, nefut-ce que l'utilité de nous être agréable. Quand nous le voyons, immédiatementil se produit en nous une arrière-pensée intéressée; nous voulons garder pournous cet objet. Or, le beau ne produit rien de pareil: c'est donc qu'il n'est pas réel.C'est un simple concept de l'esprit, un idéal qu'il se forme.En second lieu, nous avons constaté que l'émotion esthétique était unplaisir. Or, le plaisir chez nous est produit par l'action sur notre esprit d'un objetconforme à sa nature; la douleur, par le contraire. Nous ne connaissons quenous; c'est par comparaison dans leurs rapports avec nous que nous jugeons lesobjets. Si donc [following phrase crossed out and corrected with illegible textwritten above] l'émotion esthétique est un plaisir [end of crossout], c'est que lebeau [crossed out and corrected] est conforme à notre nature [end of crossout].Le beau doit avoir quelque chose de la nature humaine. C'est ce que Saint-Marc-Gérardin fait très justement observer dans son cours de littératuredramatique. Ce que nous cherchons partout dans l'art, c'est nous-mêmes. Un
 
 
2
 
paysage n'est pas beau par lui-même: ce qui fait sa beauté, ce qui le rend capablede devenir l'objet d'une émotion esthétique, ce sont les sentiments que cepaysage éveille en nous. Supprimez l'homme, vous supprimez le beau.Si le beau est conforme à notre nature, nous n'aurons qu'à nous examinernous-mêmes pour savoir ce qu'il est, au moins en partie. Or, notre nature secompose essentiellement de trois facultés, et l'on peut considérer chacune d'ellesà deux points de vue différents. Dans la Sensibilité, nous avons d'un côté lamultiplicité: les inclinations, les émotions. De l'autre, l'unité, qui est donnée parla passion. -- Dans l'Intelligence, la multipliciest produite par les sensations,les états de conscience divers, tout ce qui est la matière de la connaissance, maisla Raison s'y ajoute, et leur donne l'uni. - L'Activienfin se compose d'unemasse d'actions, d'instincts; c'est la multiplici. Le moi intervient dans ce chaospar la volonté qui dirige l'activité et lui impose l'unité.Multiplicidone par l'expérience et ramee à l'unipar le moi, telleest donc la formule de toute notre connaissance. Plus nous nous rapprochons del'unification absolue de cette multiplicité et plus le plaisir intellectuel est grand.Le beau doit être conforme à cette formule, et d'autre part il est ial. Onpourra donc dire: Le beau, c'est l'uniet la multipliciialies.La multiplicipour être iale, sera aussi complexe que possible; l'uni,aussi forte, aussi cohérente qu'il se pourra. Elle devra comprendre le multiplesans en rien laisser échapper, et sans en atténuer la complexité. De la parfaiteharmonie entre ces deux termes naîtra le beau.Seulement, par malheur, cet accord est tout ial et cette harmonie ne peutguère exister en pratique. De là vient que dans les oeuvres d'art, l'un ou l'autre deces caractères est sacrifié à l'avantage du second. C'est ce qui explique bien
 
 
3
 
comment l'émotion esthétique est à la fois universelle et individuelle. Elle estuniverselle, car, pour tout le monde, elle correspond toujours aux deuxconditions que nous avons établies. Elle est une unification de la multiplicité. -Mais d'autre part, elle est individuelle: d'abord, parce que les uns préfèrent quel'unité prédomine aux dépens de la multiplicité; les autres aiment mieux lecontraire. Ensuite, en raison de la différence des sensibilités et des dispositionspersonnelles de l'esprit qui examine une réalisation concrète du beau.On peut exprimer ainsi le résultat auquel nous venons d'arriver: L'uni,c'est la concentration de tous les éléments vers un même but. Elle est parfaite, siaucun d'eux n'est distrait de la fin commune. Un tel système est caractériparsa force. - La multiplici, d'autre part, c'est la richesse, la varié, la complexi.Le beau pourra s lors être fini: un accord harmonieux de la force et de larichesse. - Mais cet accord ne peut être parfait: tantôt la richesse l'emporte audétriment de la force, tantôt la force au détriment de la richesse. Chacun alors,suivant les inclinations de son esprit, préférera l'une ou l'autre de ces deuxcombinaisons.Ainsi, Corneille a la force (comme d'ailleurs tout le dix-septième siècle etcomme l'art grec que cette époque imitait); mais il y perd en richesse. Lespersonnages ont un, ou deux sentiments tout en énergie, mais sans variété. L'artromantique, au contraire préféré de nos jours, tire tout son mérite de sa diversité,de sa richesse. En revanche, l'unité est relâchée; il y a plus de variété, moins deforce.L'essence du beau est la puissance: Elle s'exprime tantôt en surface, avecbeaucoup de richesse et peu d'unité; tantôt en profondeur, avec une forte unité etavec une pauvreté relative. Mais sous ces deux formes elle a pour un espritimpartial la même valeur esthétique.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->