Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
0Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
article_colan_0336-1500_1969_num_2_1_3726

article_colan_0336-1500_1969_num_2_1_3726

Ratings: (0)|Views: 7 |Likes:
Published by Daniela Bunoaica

More info:

Published by: Daniela Bunoaica on May 10, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/10/2013

pdf

text

original

 
Zipf, créateur de la linguistique statistique
In: Communication et langages. N°2, 1969. pp. 23-28.
RésuméGeorge Kingsley Zipf est né à Freeport dans l'Illinois le 7 janvier 1902. Il poursuit ses études au collège Harvard, qu'il quitte en1924 pour aller étudier à Bonn et à Berlin. En 1930, il passe un doctorat de philologie comparée puis enseigne l'allemand jusqu'àsa mort, le 25 septembre 1950. Zipf est presque entièrement inconnu du public français. Aucun des ouvrages dont il est l'auteur,pas même son oeuvre maîtresse. Human Behavior and the Principle of Least Effort, n'a fait en France l'objet d'une traduction.Quant au Grand Larousse, il ignore purement et simplement l'homme et son œuvre. Aujourd'hui, seuls les linguistes et quelquesthéoriciens de l'information savent le rôle de pionnier qu'il a joué dans le domaine de la linguistique statistique.Citer ce document / Cite this document :Bully Philippe. Zipf, créateur de la linguistique statistique. In: Communication et langages. N°2, 1969. pp. 23-28.
 
Zipf,
créateur
de
lalinguistique
statistique
par
Philippe
Bully
George
Kingsley
Zipf
est
à
Freeport
dans l'Illinois
le
7
janvier
1902.
Il
poursuit
ses
études au collège
Harvard,
qu'il
quitte
en
1924
pour
allerétudier
à
Bonn
et
à
Berlin.
En
1930,
il
passe
un
doctorat
de
philologiecomparéepuis
enseigne
l'allemand
jusqu'à
sa
mort,
le
25
septembre
1950.
Zipf
est
presque
entièrement inconnu du
public
français.
Aucun
desouvrages
dont
il
est
l'auteur,
pas
même
son
oeuvre maîtresse.
Human
Behavior
and
the
Principle
of
Least
Effort,
n'a
fait
en France
l'objet
d'une
traduction.
Quant
au
Grand
Larousse,
il
ignore
purement
et
simplement
l'homme
et
son œuvre.
Aujourd'hui,
seuls
les
linguistes
et
quelques
théoriciens
de
l'information savent le
rôle
de
pionnier
qu'il
a
joué
dans
le
domaine
de
la
linguistique
statistique.
C'est
en
1935
que
parut
le
premiergrand
ouvrage de
George
Kingsley
Zipf
:
The
Psycho-Biology
of
Language,
an
Introduction
to
Dynamic
Philology,
dont
le
titre
indiquait
sans
équivoque
que
l'auteur
n'entendait pas s'en
tenir
à
lamanière
classique d'aborder
les
problèmes
linguistiques.
L'idée
d'étudier
le
langage
de
la
mêmefaçon
qu'un
physiologiste
étudie
le
rythme
cardiaque
ou
un
ornithologue
lanidification
lui
était
venue
quelque
dix
ans
plus
tôt,
alors
qu'il
poursuivait
ses
études
en
Allemagne. Elle
devait l'amener
à
introduire
dans l'étude
du
langage
et,
par-delà
le
langage,
dans
les
sciences
humaines
les
méthodes
de
la
statistique.
Déjà
son
sujet
de doctorat
:
La
fréquence
d'emploi
considérée
en
tant
que
facteurdéterminant
deschangements
phonétiques,dans l'évolution
du
langage,
ainsi
qu'une
étude
parue
en
1932,
Selected
Studies of
the
Principle
of
RelativeFrequency
in
Language
l'entraînaient
dans
cette
direction. En
1935,
sa
méthode
d'approche
s'est
précisée
et
il
n'a
plus
qu'un
pas
à
franchir
pouraboutir
aux ambitieuses
synthèses
qu'il
publiera
en
1
949
dans
Human Behavior
and
the
Principle
of
Least
Effort,
son
œuvre
maîtresse.
De
Joyce
à
Homère
En
s'appuyant
sur
des
faits
statistiques,
Zipf
a découvert
que
la
longueur
d'un
mot,
loin
d'être
affaire
de
hasard,
est
très
INFORMATIQUE 23
 
étroitement
liée
à
la
fréquence de
son
emploi.
Plus
grande
est
cette
dernière,
plus
bref
est
le
mot.
C'est
pourquoi
le
langage courant
tend
à
abréger
cinématographe
en
cinéma,
radiophonie
en
radio
ou
pneumatique
en
pneu.
Parailleurs,
plus
un
élément
du
langage
est
complexe
du
point de
vue
phonétique,
autrement
dit
plus
il
est difficile
à
prononcer,
moins
il
apparaît
fréquemment
dans
le
discours.
Dans
les
fragments
detextes
qu'il
analyse,
Zipf
constate
que
le
mot
le
plus
fréquemment
employé
revient
en
moyenne tous
les
dixmots,
le
second
dans
l'ordre
des
fréquences,
tous
les
vingt
mots, le
troisième,
tous les
trente
mots,
et
ainsi
de
suite.
Autrement
dit,
les
mots
d'un
texte
se
distribuent
de
telle
manière
que,
si
on
les
classe
par ordre
de fréquences décroissantes,
la
fréquence
du
second
est
la
moitiédecelle
du
premier,
celle
du troisième
le tiers,
etc.,
ce
qui
peut
s'écrire
:
r
x
f
constante
formule
dans laquelle
r
représente
le
rang
et
/la
fréquence
(1).
Cette
loi,
dont
Zipf
a
montré
la
validité
en
l'appliquant
à des
œuvresde
Joyce,
de Plaute
ou
d'Homère,
se
révèle
passablementvalable pour
le
yiddish
comme
pour
un
certain
nombre
d'auteurs d'œuvres
d'ancien
ou
de moyen
allemand.
Analyse
de
Ulysse,
de
James Joycerangr
10
20304050
100
200300400500
1
000
2
000
3
000
4
000
5
000
10
000
20
000
29
899
fréquence
/
2
653
1
311
926717556265
133
X4
62
5026
12
8
6
52
11
fxr
=
c
26
530
26
220
27
780
28
680
27
800
26
500
26
600
25
200
24
800
25
000
26
000
24
000
24
000
24
000
25
000
20
000
20
000
29
899
1.
De
nombreuxautres
rapports
statistiques
ont
été
mis
en
évidence
par
George Zipf.
Par
exemple,
il
existe
un
rapport
entrela
fréquence
(b)
d'un
mot
donné
et
le
nombre
de
mots
(a)
qui
reviennent
avec
la
même
fréquence,
ce
qui
s'exprime
par
la
formule
:
a
x
b?
constante.
ZIPF
ET
LA
LINGUISTIQUE
STATISTIQUE

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->