Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
5Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
1692_PDF_du_13

1692_PDF_du_13

Ratings: (0)|Views: 30,277 |Likes:
Published by PDF Journal

More info:

Published by: PDF Journal on May 12, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

07/24/2013

pdf

text

original

 
LUNDI 13 MAI 2013QUOTIDIEN NATIONAL SPORTIF N° 2283 PRIX 20 DA
JSK 
Boukharia déchirésa licence
Mekkaoui,cestfini!
«Je suis victime de la hogra !»
«A ce que je sache, j’ai jeté un
dossard pas le maillot de la JSK !»
Dans le cas où la Sonatrach mettraitles moyens pour un projet ambitieux
DaumetSchuster
L’affaire
Nezarlâche
unebombe
 AbdelilahZerouati
«Ce Nezar se prendpour le plaignantet pour le juge»
Kerbadj
«Il y aurades sanctions»
«Les joueursdu CAB ont levé lepied face au CSC»
«JSS-MCOa été combiné»a été combiné»a été combiné»a été combiné»a été combiné»a été combiné»
«Le commissaireet l’arbitre de cematch font partiedu complot»
«La Ligue s’est empresséede sanctionner Chaouchi etelle se tait sur la corruption»
inressésparentrnerleMouloudia
Djallitsouslechoc
MCA
USMA
Ziayasedéfend
«Ce sont lespropos deCourbis quim’ont pousséà ne plusrevenir»
      A      N      E      P    :      5      2      2      0      4      6   -      L     e      B    u      t     e    u    r      d    u      1      3   -      0      5   -      2      0      1      3
 
On vous laisse le soin de choisirle sujet qui vous tient à cœur…
Je veux revenir sur le match quenous avions disputé samedi derniercontre le CSC. On a bien préparé lematch, mais au cours de la rencon-tre, mes joueurs avaient appris quele MCO menait sur un score de deuxbuts à zéro, après 20 minutes de jeuseulement. A la mi-temps, le MCOmenait sur un score de trois à zéro.Les jeux étaient aits. Mes joueursavaient pris un coup au moral. Ilsétaient out. On avait compris ce quis’était passé à Béchar. Il n’y a pas quece match où la Ligue proes-sionnelle a mal pro-grammé.
De quel matchparlez-vous ?
Je veux parler dumatch MCO-USMA où l’équipede l’USMA s’est pré-sentée très amoindrie.Il y avait onze espoirs.Pourtant, l’article 23 ducode disciplinaire de la LNFstipule que chaque équipe est dansl’obligation de aire jouer dixéléments titularisés depuisle début de la saison, lorsdes cinq dernières ren-contres du champion-nat. Il y avait 14espoirs sur la euillede match. L’infuencesur un match est pas-sible de sanction, selonle code discipline de laLNF, et son article 181. Etenn, ce match JSS-MCOnous ait revenir aux rencontres quise disputaient sur des terrains en tu.
Quelles sont les remarques que vous aviez notées sur ce matchJSS-MCO ?
Quand on avait reçu le MCO àBatna, on a ait de notre mieux pourque tout se passe dans les règles del’art. Le match avait commencé àl’heure précisée par la Ligue proes-sionnelle. Personne n’est censé igno-rer que tout le monde doitêtre présent deuxheures avant lematch. Ce qui s’estpassé à Béchar estun complot et lecommissaire aumatch et l’arbitresont très probable-ment impliqués. Ona rencontré le prési-dent de la édération pourlui aire part de nos inquiétudes.On a eu des échos sur un éven-tuel arrangement du match JSS-MCO. On a écrit à la Ligue pourqu’elle ouvre une enquête sur cetteaaire. La Ligue est en ace de sesresponsabilités. Elle n’aura pas lecourage d’appliquer la loi. C’est tou- jours la politique de la uite enavant.
Qu’attendez-vous de la Ligueproessionnelle ?
Quelle prenne des décisions ensanctionnant les équipes qui combi-nent ou qui infuent sur le déroule-ment d’un match. L’article 122 et larègle 80 du code disciplinaire doi- vent être appliqués. On a découvertque d’autres personnes infuentes enchampionnat sont trempées jusqu’aucou dans ces histoires de combines.On s’est empressés de sanctionnerChaouchi, Babouche et les diri-geants du MCA. Pourquoi n’agit-onpas avec célérité quand il s’agit detentatives de corruption ?
Où en est l’afaire CAB-JSS ?
L’enquête de la police d’Aïn Mlilaest terminée et son tribunal a convo-qué les parties en confit. Benaïssa,Zerouati et Imad, un agent de joueurs à Constantine, serontbientôt entendus par ce tri-bunal.
On vous a laissé le soin dechoisir le sujet au débutde l’entretien, on vouslaisse le mot de la n…
Des personnes sont noyées jusqu’au cou, la Ligue devrait, selonles textes, appliquer la loi. Faire ré-trograder l’équipe dont les responsa-bles combinent, mais c’est le silencetotal. La uite en avant. Si on n’agitpas ace à un cas de tentative de cor-ruption, la saison prochaine, on vivra de nouveaux cas de corrup-tion, puisqu’on ne sanctionne pas.On saura que si on met dix millionsde dinars sur la table, on est sûrs degagner un match. Mais si on punitle auteur, les équipes eront atten-tion et sauront que la combine neonctionne pas et qu’il audra batail-ler sur le terrain pour atteindre sesobjectis de la saison.
 EntretienréaliséparMouloudB.
 
N
ezar est très remonté à la suitede l’incident du matchJSS-MCO, qui avait démarré à17h15 minutes. Il n’y va pas avec ledos de la cuillère pour dire ce qu’ilpense de la Ligue. Le présidentdu CAB menace d’aller à laFIFA. Entretien.
0
2
N° 2283 Lundi 13 mai 2013
«Onfaitconfiance àRouaraoua,mais on ira àla FIFA s’ille fau«Ons’estempressés desanctionnerChaouchi et on setait sur lestentatives decorruption»
«LematchJSS-MCO
aétécombiné»
 Coup d’œil 
AFFAIRE
«Le commissaire et l’arbitre du match JSS-MCO font partie du complot»
Le P-DG de la so-ciété du Mouloudiad’Oran, Larbi Abde-lilah, pense que lesaccusations de Nez-zar sont inondées etelles ont été portéessous le coup de ladéception.
«On com- prend la déceptiondu président duCAB, qui est allé tropvite en besogne pour commenter notresuccès. Moi aussi, je peux penser que leCAB, qui avait perdutoute chance de sur-vie en Ligue 1, avait cédé les points dumatch au CSC pour lui permettre d’assurer la quatrième place qualifcative pour une compéti-tion internationale. Le MCO au moins gagne ses matches à domicile. Que Nez-zar gagne chez lui d’abord, avant d’ac-cuser le autres»
, dira Larbi Abdelilah,avant d’ajouter :
«Je vous jure. Wallahqu’on n’a pas arrangé le match avec la JSS. Je ne dis pas ça pour répondre aux ac-cusations débiles deNezzar, mais pour ré-tablir la vérité. Les gens doivent savoir qu’on a été très mal ac-cueillis à Béchar, quece soit à l’hôtel ou ail-leurs. Nous avons sou- ert durant notreséjour là-bas.»
Il s’estaccroché avecBentaleb,Farradjirenvoyé
Selon le P-DG de lasociété, le gardien debut, Farradji Moha-med Seghir, a été renvoyé par la di-rection du club. Selon toujours sesdires, le joueur a asséné un coup àBentaleb, avant-hier soir, à l’hôtel deBéchar, alors que les joueurs êtaientla victoire ace à la JSS.
«Notre déci-sion de le renvoyer est irrévocable»
,arme le P-DG.
 Abdelilah
«Moi aussi, je pense que le CAB a cédélespointsdumatchauCSC»
«Personnellement, je n’ai pas ap- précié le retard mis pour l’entame du match JSS-MCO. Je suivais la 28 
 journée du championnat et j’avais entendu le commentaire de Miloud  Aouiti 
(journaliste de la Chaîne 1,et ancien arbitre fédéral, Ndlr).
Le commentateur du match CAB-JSS déplorait le retard mis pour l’entame du match JSS-MCO. Sur la Chaîne 3,un autre commentateur donnait en di- rect les causes de ce retard. Il expli- quait que l’arbitre est arrivé tardivement.En règle générale, tout le monde doit être présent deux heures avant le début de la par- tie.» 
On a donné la version de Zerouati àKerbadj à propos du retard. Le président dela JSS nous déclarait que le MCO avait faitdes réserves sur trois de ses joueurs. Kerbadjdira :
«Les réserves sont les raisons de ce re- tard.» 
Entre le retard mis par l’arbitre et lesréserves sur trois joueurs, quelque chosenous échappe. Le MCO n’a pas formulé desréserves sur le retard de l’arbitre, cela s’en-tend, avions-nous compris. Y a-t-il un délit demensonge ? Précisons que le président de laLigue n’a fait que rapporter ce que tout lemonde a, en principe, entendu à la radio.
Toutefois, le président de la Ligue précisera :«Il y aura des sanctions, j’attends le rapport du commissaire au match et de l’arbitre 
(Houasnia, Ndlr),
avant de prendre des déci- sions.» 
Au cours de notre discussion avecKerbadj, on a appris que dans un passé trèsrécent, un arbitre qui est arrivé en retard enCoupe d’Algérie avait été sanctionné.
«CAB-JSS, les décisionsseront prises aprèsle 21 mai»
On a posé une autre question au présidentde la LNF sur l’affaire CAB-JSS, Kerbadj dira :
«Le dossier aurait dû être déposé au niveau de la Ligue et l’affaire devait être traitée par celle-ci. Mais puisque le dossier est au niveau de la justice, c’est au tribunal de trancher.» 
Seulement, on s’est rappelés de la déclara-tion de Zerouati qui nous disait que la Ligueet la FAF ne pouvaient pas se contredire,comprendre qu’il était interdit à tout membrede la FAF et Nezar est membre de la fédéra-tion, tout comme Zerouati, d’avoir recours àun tribunal civil. Cela veut-il dire que les dé-cisions de la justice ne seront pas prises enconsidération ? Réponse de Kerbadj :
«Nous prendrons en considération les décisions de la justice.» 
 M.B.
On a écouté leprésident du CAB,au sujet du math desamedi dernier quiavait opposé la JSSau MCO. Zerouatinous a donné la ré-ponse suivante surles raisons du re-tard de ce match.Pour rappel, la ren-contre a buavec près de quinzeminutes de retard,et certains per-sonnes parlent de20 minutes.
«Je suissorti du tunnel avecles dirigeants du MCO. On s’est dirigésvers la tribune d’honneur pour suivrele match. A 17 heures tapantes, jeconstate que les deux équipes n’avaient  pas ait leur apparition sur le terrain. Jem’empressededescendrepourvoirde plus près ce qui se passait. On m’ap- prend que le MCO avait décidé de or-muler des réserves sur trois de nos joueurs. Il était 16h59»
, dira le prési-dent de la Saoura.
«Nezar se prendpour le jugeet le plaignant»
«Jedoisdired’abordetrap- peler que je n’étais pas à Aïn M’lila lors du déroulement desaitsquisontrelatésparla partie adverse. Nouri Be-naïssa et le reste des mis encause ne sont concernés ni de près ni de loin de la directionde la JSS. Je connaissais ceBenaïssa parce qu’il était di-rigeant de l’USMBA. En plus,les textes de la Ligue proes-sionnelle et de la FAF sont clairs. Nezar n’a pas le droit de aire un recours devant un tribunal.Cela est strictement interdit, comme lestipulent les textes à tous les membres dela FAF, et les présidents en ont partie.Lesarticles13.1et13.1gsontclairs.C’est aux structures concernées (FAF et LNF)d’engager des poursuites judiciaires àl’encontre des personnes. Aujourd’hui, ceNezar se prend pour le plaignant et le juge à la ois, et accuse les gens.»
 M.B.
Zerouati
«Leretard?CestàcauseduMCOquiaformulédesserve
Belatoui
«Celui qui a desdoutes sur notrevictoire à Béchar n’aqu’à apporterdes preuves»
Pour ce qui est des rumeurs faisantétat que le match a été arrangé, Belatouipense que ce genre de réactions est de-venu monnaie courante dans notre foot-ball :
«Les gens sont libres de dire ce qu’ils veulent à propos de ce match. Moi en tant qu’entraîneur, je pense que notre succès ne souffre d’aucune contestation.Celui qui en doute n’a qu’à apporter des preuves. Voilà ce que je peux dire à ce sujet.» 
Zidane
«On a l’habituded’entendre ce genred’idioties à ce stadede la compétition»
«On n’a donc pas le droit de gagner à l’extérieur ? On a l’habitude d’entendre ce genre d’idioties à ce stade de la com- pétition. La JSS a été déjà battue chez elle à plusieurs reprises, non ? Le MCO a été la première équipe à aller battre la JSMB chez elle cette saison, alors qu’on était en grève durant le mercato hiver- nal. Personnellement, je n’accorde pas trop d’intérêts à ce genre de réflexes. Je n’entre pas dans ce genre d’affaires. Le MCO est un grand club, capable de rele- ver ces défis. A ceux qui pensent le contraire, je les invite à consulter l’histo- rique de ce club.» 
Kerbadj
«L’arbitreestarrienretardàchar»
 
 Coup de gueule 
JSK
0
3
N° 2283 Lundi 13 mai 2013
A
u lendemain de son coup de gueule àSéti, le latéral gauche, ZinedineMekkaoui, a reparlé de son geste. Ilestime qu’il est victime de la hograau sein de la JSK, car il méritait de jouer. Il dira à ce sujet : «
 Je me sens marginalisé. J’estime que jai ma place dans ce groupe. Je suisvictime de la hogra. C’est dicile pour moi de mecontenter de ce statut de remplaçant au moment où je me sens capable d’apporter un plus àl’équipe
«Je n’ai pas joué face au CABBAcar j’ai raté une séanced’entraînement. Mais cette fois, j’étais plus que sérieux durantla semaine»
Avant d’ajouter : «
Déjà, la semaine der-nière je n’ai pas été aligné ace auCABBA. J’ai compris la décision du sta,car j’ai raté une séance d’entraînement. Mais cette ois-ci, je me suis préparé à jouer le plus normalement du monde. Jeme suis préparé sérieusement durant lasemaine qui a précédé le match. J’étais très déçu deconstater que j’allais une ois de plus rater ce match.
»
«Je n’ai aucun problème ni avec Amrouche ni avec les dirigeants»
Touteois, Mekkaoui arme qu’il n’a aucun pro-blème ni avec Amrouche ni avec ses dirigeants. Ildira : «
 J’étais mécontent car je n’ai pas joué, ni plus nimoins. Je tiens à dire que je n’ai aucun problème per-sonnel avec Amrouche ni avec les dirigeants d’ailleurs. J’ai quitté le terrain sur décision personnelle et il n’y a pas de raison den aire une polémique
«A ce que je sache, j’ai jeté le dossardpas le maillot de la JSK !»
Accusé d’avoir manqué de respect aux couleurs duclub, Mekkaoui répliqua de la sorte : «
 A ce que jesache, j’ai jeté le dossard par terre pas le maillot de la JSK ! En plus, je ne l’ai pas jeté à la base car je l’aidonné à une personne qui a reusé de le tenir. Je n’ai àaucun moment manqué de respect à la JSK ni à sessupporters. Il ne aut pas interpréter mon gestecomme un manque de respect à ce club.
»
H.B.
«JesuisvictimedelaHogra!»«JesuisvictimedelaHogra!»«JesuisvictimedelaHogra!»«JesuisvictimedelaHogra!»«JesuisvictimedelaHogra!»«Jesuisvictimedelahogra!»
Ilsonge à neplus revenir
D’après nos indiscrétions,Mekkaoui ne songe plus à reve-nir à la JSK. Il aurait menacé dequitter le club à 2 journées de la ndu championnat. Touteois, il se voit dans l’obligation de négociersa lettre de libération, du mo-ment qu’il lui reste uneannée de contrat.
D
ès qu’il est rentré dans le ves-tiaire, le secrétaire du club, SaïdBoukhari, n’y est pas allé parquatre chemins avec Mekkaoui,lui lançant : «
Si, chaque ois quetu ne joues pas, tu te comportes de la sorte, il se-rait préérable pour toi de quitter le club dèsmaintenant ! Ce que tu viens de aire est inad-missible. Tu seras sévèrement sanctionné pour ce geste. Tu dois à présent assumer tes responsa-bilités.
»
Boukhari a déchiré la licencede Mekkaoui
C’est ociel. Mekkaoui ne jouera plus le moin-dre match cette saison, puisque, après l’inci-dent de Séti, le secrétaire, Saïd Boukhari, aaussitôt déchiré la licence du joueur, avantmême la n de la rencontre. D’après nossources, Boukhari n’a pas agi seul, puisque c’estle président Hannachi qui lui en aurait donnéle eu vert.
H.B.
«Si, chaque fois que tu ne joues pas, tu tedistingues par un tel comportement,autant arrêter dès maintenant ! »
       M      e       k       k      a      o      u       i
L
es scandales se suivent seressemblent malheureuse-ment à la JSK ! En plus desinsusances de résultatsqu’enregistre le club pour la3e saison de suite, voilà que le clubphare de la Kabylie continue de aireparler de lui, suite aux coups degueule de certains joueurs qui s’en-chaînent depuis le début de saison.Des aaires qui ne ont qu’entacherdavantage l’image de ce grand clubqui n’a jamais connu cela par lepassé. Tout le monde connaît, désor-mais, l’aaire Mekkaoui qui a jeté ledossard par terre samedi dernierlors du match ace à l’ESS. Mécon-tent de son statut de remplaçant, le joueur n’a pas trouvé mieux que dequitter le terrain pour rejoindre le vestiaire sous le regards de tous, àcommencer par son entraîneur,Arezki Amrouche. Aux yeux des ob-servateurs, un joueur pareil devraitêtre exclu dans les minutes qui ontsuivi le match. Face à ces nombreuxscandales qui rappent le club, lessupporters ne peuvent qu’être in-quiets. D’autres plus virulents dansleur analyse estiment que ce genred’aaire révèle, une ois de plus, quecertains joueurs ne mesurent pas lagrandeur du maillot qu’ils portent.Jeune génération ou pas, les joueursactuels doivent mesurer l’impor-tance de ce grand club identitaire.Déjà qu’ils ne sont pas parvenus à lemaintenir au sommet, ils devraientau moins respecter l’histoire de ceclub.
Le scandale de l’andernier à Sétif enmémoire
Le plus triste dans cette histoire estque l’aaire Mekkaoui, samedi der-nier à Séti, n’en est qu’une parmid’autres. Pour preuve, la saison der-nière, sur ce même stade, un scan-dale avait éclaté dans le vestiaire.Bilan nal, Belkalem avait reusé dereprendre sa place en seconde pé-riode. Même l’intervention des res-ponsables n’a pas su pourconvaincre l’international algériende changer d’avis. Voilà qu’une sai-son plus tard, la JSK est conrontée àun nouveau scandale d’indiscipline.
Belakhdar quitte leterrain sous les yeux deSandjak 
Cette saison déjà, le sta techniquekabyle a été conronté à un cas simi-laire à celui de Mekkaoui samedidernier. En eet, tout le monde sesouvient du coup de gueule de Fay-çal Belakhdar en plein match dechampionnat ace à l’USMA. Non ti-tularisé, le joueur en question a at-tendu la seconde période pourquitter le terrain après le secondchangement de Sandjak. Une aairequi a ait couler beaucoup d’encreelle aussi, mais la direction n’a paspris les mesures qui s’imposent. Le joueur s’est senti protégé par ses diri-geants, ce qui a ouvert une brèche àcertains, tels que Mekkaoui. Beau-coup pensent que si la directionavait sanctionné, jamais un autre joueur n’aurait eu le courage de re-aire un coup pareil.
Un conseil de disciplinedeux poids deux mesures
Onnepeutévoquercesscandalesàré-pétitionsansparlerduconseildedisci-plinequiaitdansledeuxpoidsdeuxmesures.Danslecascontraire,com-mentpeut-onsanctionnerunjoueurparunemiseàpiedde10joursalorsqued’autrescommettentdesautesaussigravesets’entraînentleplusnormale-mentdumonde?Pisencore,lesab-sencesàrépétitionsdecertainsélémentsnontjamaisaitl’objetdesanction.
 Amrouche manqued’autorité
L’autre paramètre de taille est lemanque d’autorité de l’entraîneur ac-tuel sur ses joueurs. Les observa-teurs s’accordent à dire que ArezkiAmrouche est loin d’imposer sa dis-cipline. Beaucoup pensent que l’ex-entraîneur adjoint a perdu de sonautorité le jour où Nasser Sandjak est parti. Le seul souci de Amroucheest de terminer la saison sur unebonne note sans trop se soucier du volet disciplinaire. Amrouche n’au-rait jamais dû ermer les yeuxlorsque certains de ses joueurs s’in-sultaient sur le terrain en pleineséance d’entraînement. C’est à cemoment-là qu’il a perdu les com-mandes du groupe.
Et maintenant, que faire ?
Que aire à 2 journées de la n duchampionnat ? Faire de Mekkaouiun exemple en le revoyant déniti- vement de léquipe ? Mais est-ce quecela servira vraiment de leçon pourles autres joueurs en prévision duprochain exercice ? Laisser le uturentraîneur en che reprendre lesrênes du groupe ? De nombreusesquestions que les dirigeants se po-sent certainement, car à l’heure ac-tuelle, on semble être dépassés partoutes ces aaires qui secouent leclub.
 A.Y.
Mekkaoui n’est pas le seul à avoir refusé de jouer cette saison…
CesjoueursquinemesurentpluslagrandeurdelaJSK!
 Voilà ce qu’a dit Boukhari à Mekkaoui

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->