Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
5Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
1702_pdf_de_22

1702_pdf_de_22

Ratings: (0)|Views: 38,141 |Likes:
Published by PDF Journal

More info:

Published by: PDF Journal on May 21, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/25/2013

pdf

text

original

 
   A  n  e  p   5   2   3   5   3   3   L  e   B  u   t  e  u  r   2   2  -   0   5  -   2   0   1   3
Les Chnaoua imposent le forfait
djml : «Jur cmatch, c’état rqurma v»
 Yachr : «e allat ctrla vlté   upprtr,  rat m  agr»
 Amrouche démissionne
Zn : «i n’vtucun mpssu ’équp»
Kerbadj
«l commsson ddscpn tnchc jud»
e Hch s’off lgu ds chmponssu tps vt !
 Aït Ouamer :«Nous méritonscette 2
e
place»
Laïb : «Nossupporters ne sontpas des vandales»
Mani Sapol, c’esten bonne voie
 
nzzar : «o l cèra à la JsK a l mr uc»
Zerdab exige10 000 eurospar mois !
Hnnch : «avcpus d moynsfnncs, onpou mêm fpp à roglm»
JSK
Equipe nationale
Il sera à Algerle 28 mai
 Agouaziconvoqué,
c’est officiel
USMA 1 - CRB 0
«Dansons sousla pluie !»
Mekhazni tiresur Aksouh
«il  fat pa lafférc tr rpérrt rcrutr u juur»
A f fa ir e U S M H - MCA
Barrag, tmat, mac àl’arm blach t vtur mmagé
Quotidien national sportif n° 2292 prix 20 da
Mercredi 22 Mai 2013
 
0
2
N° 2292 Mercredi 22 mai 2013
USMH-MCA
El Harrach s’offre la Ligue des
champions sur tapis vert !
Laïb
«Mes félicitationsà notre équipe qui jouerala Ligue des champions»
«Je tiens tout d’abord à féliciter l’équipe qui jouera ainsi la Ligue des champions, car nousavons préparé cette fête et toutes les conditionsétaient réunies pour que la rencontre se dérouledans de bonnes conditions. C’est l’adversaire qui arefusé de nous affronter et on ne peut se mêler deses affaires. On voulait bien que la fête soit gran-diose, mais cela ne s’est pas produit et le plus im-portant pour nous, c’est d’avoir assuré cettedeuxième place qualificative à la Ligue des cham-pions.»
«Je remercie le service de sécuritéqui a mobilisé 40 policiers qui ontpassé la nuit au stade»
«Je tiens à remercier le services de sécurité pourles efforts qu’il a déployé. Il faut savoir que plus de40 policiers ont passé la nuit au stade. La vente desbillets s’est déroulée dans debonnes conditions, grâce aux ef-forts conjugués des employés dustade et du service de sécurité.Donc toutes les conditions étaientréunies pour que le match se dé-roule de manière ordinaire. Il fautsavoir que nos supporters onttoujours été corrects, même sicertains veulent leur coller l’éti-quette de vandales. Je profite decette occasion pour remercier lessupporters qui nous ont apportéleur soutien.»
 A. R.
 Aït Ouamer
«Nousméritons cette 2
e
place»
Le milieu de terrain harrachi, Hamza Aït Oua-mer, avait un sourire qui en disait long surtoutaprès l’annonce officielle du forfait du Moulou-dia. Le joueur a tenu à dédier cette qualificationen Ligue des champions aux supporters qui ontété irréprochables.
«Je tiens à remercie nos sup- porters pour leur soutien tout au long de la sai- son. Même si on n’a pas joué, c’est nous qui méritons cette deuxième place. Cette qualification pour la Ligue des champions est le fruit d’un travail de longue haleine. Et ce n’est que  juste récompense de prendre part à la compétition la plus prestigieuse du continent»,
nous dira l’ex- Belouizdadi.
Très choqué par lesincidents de la matinéed’hier, Houari Djemili estl’un des rares joueurs àavoir accepté de revenirsur les événements d’une journée qui resteragravée à jamais dans samémoire.
On imagine que vous avez étéchoqué par tout ce que vousavez vécu lors de cette mati-née mémorable ?
Mémorable, le mot est faible.Nous avons vécu une journéetrès difficile avec plusieurs re-bondissements.
Justement, on croit savoirque vous avez été accosté parles supporters, à quelques en-cablures de votre lieu de ren-dez-vous…
Je me suis rendu au Sheraton,comme convenu. Alors que j’étais tout près d’y arriver, je mesuis trouvé nez à nez avec unbarrage de fortune dressé parles supporters du club.
Que s’est-il passé au juste ?
Et bien, je suis descendu demon véhicule pour leur parler,ils m’ont demandé de boycotterle match et qu’il était hors dequestion qu’ils nous laissentnous rendre au stade Lavigerie,pour une question de principe.Je leur ai dit que je n’étais qu’unsimple employé qui devrait seplier aux directives de sa direc-tion. Après un quart d’heure dediscussion, les supporters m’ontlaissé partir non sans avoir es-suyé quelques menaces. Je ne vous cache pas que j’étais pétri-fié face à la détermination descontestataires, qui étaientpresque une centaine. Par lasuite, j’ai appris que le véhiculede Besseghier a été endommagé.Cela dénote bien de la détermi-nation des supporters.
Par la suite, vous avez assistéà la réunion avec vos diri-geants ?
Effectivement. Nous avonsdécidé de jouer le match, maisau moment de prendre placedans l’autocar, nous avons reçuune forte opposition des protes-tataires. Tous les joueurs avaientà ce moment craint au pire. Onavait tous peur, car nous étionsen danger. Il y avait péril en lademeure. Ne pouvant quitter leslieux, la direction du club, à satête Amrouche, nous a fait sa- voir qu’il fallait se résigner à dé-clarer forfait. Nous avons rejointdonc nos chambres à l’hôtel.
Certains peuvent croire quetout cela n’était qu’une miseen scène pour ne pas jouer ?
Alors là, vous croyez quenous allons nous mettre en dan-ger pour ne pas jouer unmatch? On voulait se rendre àLavigerie, mais ce n’est pas àcause d’un simple match defootball qu’on va se mettre endanger de mort, car on risquaitnos vies.
Un dernier mot, avant deconclure ?
J’espère que les instancesde football prendront enligne de compte tout ce quis’est passé aujourd’hui. J’es-père qu’une décision seraprise afin que le matchsoit reprogrammé à unedate ultérieure et dansune enceinte qui feral’unanimité.
Entretien réalisé par Tarek-Che
Bachouche
«Toutes les conditionsétaient réunies pour assisterà un beau derby»
L’entraîneur-adjoint de l’USMH, Bachouche, ne pou-vait contenir sa joie, tellement l’exploit des Harrachis estgrand, au vu des moyens engagéspar le club.
«Toutes les conditions étaient réunies pour assister à un beau derby. Il y avait un merveilleux public, la sé- curité était assurée. Il est certain que nous allons fêter comme il se doit cette deuxième place avec nos supporters qui ont été formidables.Nous avons un public merveilleux» 
, a lancé letechnicien des Jaune et Noir.
L
a rencontre qui tenait tout lemonde en haleine, à l’occasion decette dernière journée du cham-pionnat, n’a pas eu lieu. Le MCAest allé au bout de ses menaces, enboycottant le derby, prétextant que la LFP n’apas changé de domiciliation pour ce match.Pourtant, toutes les conditions étaient réu-nies au stade de Mohamadia, puisque le ser- vice de sécurité a mis un dispositif digne dece nom pour que le match se déroule norma-lement. Comme le stipule la réglementation,le directeur du jeu a appliqué la réglementa-tion en pareil cas. C’est ainsi qu’il a attendul’équipe adverse un quart d’heure, avant dedonner le coup d’envoi en l’absence du Mou-loudia. Ainsi, les Harrachis ont gagné lematch sur tapis vert, s’offrant la deuxièmeplace qualificative à la Ligue des champions.
Les Harrachis ont fait la fête
En dépit des conditions climatiques quiont sévi sur la capitale, le stade était pleincomme un œuf. Les supporters harrachis ontafflué en grand nombre tôt le matin pourfaire la fête, car ils étaient certains que leuréquipe allait battre le Mouloudia. Toutefois,les Banlieusards étaient à l’écoute de tout cequi se passait à l’hôtel Sheraton. D’ailleurs àmoins d’une heure du coup d’envoi de la par-tie, la nouvelle de la décision du boycott dumatch par le Mouloudia s’est propagée dansles tribunes telle une traînée de poudre. Tou-tefois, et même s’ils étaient déçus et que lafête a été gâchée, les supporters de l’USMHchantaient de joie à la gloire de leur équipe,heureux que ce prestigieux club renoue avecla compétition africaine, après plusieurs an-nées d’absence.
K. M.
Kerbadj
«La commission dediscipline tranchera ce jeudi»
Maintenant que le MCA ne s’est pas dé-placé au stade de Lavigerie pour affronterl’USMH, la balle est dans le camp de lacommission de discipline qui va statuerpour trancher sur cette affaire. Contactépar nos soins afin de s’exprimer sur ce cas,le président de la LFP, en l’occurrenceMahfoud Kerbadj, nous dira :
«La commis-sion de discipline se réunira ce jeudi pour trancher ce cas, en recevant les rapports detoutes les parties. Comme je l’ai dit, la réglementation est claireet chacun devra assumer ses responsabilités.»
Un autre dossier du Mouloudiasur le bureau de Haddadj
La commission de discipline présidée par Haddadj aura àtraiter un autre cas du Mouloudia en l’espace de deux se-maines. En effet, ladite commission a eu à traiter l’affaire del’incident qui a émaillé la finale de la Coupe d’Algérie etelle rendu son verdict qui a choqué les Mouloudéens.Alors que les résultats des recours introduits par Menad,Babouche et Chaouchi ne se sont pas encore connus,Abdelhamid Haddadj aura à rendre son verdict ausujet de ce derby. Mais il semble qu’au MCA, on n’estpas optimistes à ce sujet, en dépit du dossier qui seratransmis à cette instance. Les Mouloudéens croient durcomme fer que ladite commission traite les affaires à latête du client.
K. M.
 Yachir
«En allantcontre la volonté de nossupporters, on se serait misen danger»
Le derby face à l’USMH, de surcroît à Lavi-gerie, aurait eu un parfum particulier pourSamy Yachir. Le buteur mouloudéen a acceptéde nous faire une petite déclaration, afin denous parler de ce forfait et de l’attitude des Chnaoua qui a ététrès persuasive. «
Nous avons vécu une journée très difficile et pé-nible sur le plan moral et physique. Ce forfait était prévisible, vula tournure des événements. On ne pouvait pas aller contre la vo-lonté de nos supporters, au risquait de se mettre en danger.»
«A aucun moment nous avons boycottéle match»
Samy Yachir a, par ailleurs, mis l’accent sur le refus de sonéquipe de boycotter le derby.
«Il faut que les instances du football sachent qu’à aucun moment nous avons boycotté le match. C’était un cas de force majeure qui nous a empêchés de nous rendre à El Harrach.»
T. Che
 Coup raté 
Ligue 1
Djemili
«Il n’était pas question de risquernos vies à cause d’un match de football»
 
0
3
 Coup d’œil 
Ligue 1
N° 2292 Mercredi 22 mai 2013
USMh-MCA
Lundi dernier, les joueurs du Mouloudiaont passé presque toute la soirée à s’appelerentre eux et demander à leurs dirigeants sile derby aura lieu ou pas. Les coéquipiersde Bouguèche étaient au courant qu’uneréunion d’urgence se déroulait au siège deSonatrach pour prendre une décision fi-nale. Cependant, les joueurs étaientpresque certains que la rencontre n’aurapas lieu du fait qu’ils ne se sont pas entraî-nés et qu’ils n’ont pas effectué de mise au vert comme à leur habitude. Autrementdit, l’équipe ne s’est pas préparée pour jouerson match face à El Harrach et les joueursn’attendaient qu’une confirmation de leursdirigeants pour leur confirmer le report duderby ou de son boycott.
Ils ont été surpris hier matind’être convoqués à l’hôtelSheraton
Hier matin, les joueurs du Mouloudia ontété surpris de recevoir un appel de leurs di-rigeants pour les informer qu’ils étaientconvoqués à l’hôtel Sheraton munis de leuréquipement. Les poulains de Zemiti se de-mandaient s’ils allaient réellement jouer lematch, du fait qu’ils n’ont effectué aucunepréparation pour ce match et les dirigeantsles ont informés que la décision finale seraprise à l’hôtel. Toutefois, les joueurs savaientque la décision de jouer était bel et bienprise, car si on leur avait demandé de rame-ner leur sac, ce n’est pas pour discuter, maispour jouer le match.
Ils ont fait savoir auxresponsables qu’ils avaientpeur des représailles dessupporters
Une fois au Sheraton, les joueurs du Mou-loudia ont clairement fait savoir aux diri-geants qu’ils refusaient de jouer ce match,pour la simple raison qu’ils ont peur des re-présailles du public. En effet, lundi dernier,les supporters qui les ont empêchés de s’en-traîner ont proféré des menaces envers les joueurs pour les dissuader de se déplacer austade de Mohammadia. C’est pour cette rai-son que les joueurs ont clairement affichéleur refus de jouer, d’autant que dans lesalentours de l’hôtel Sheraton, des supportersqui étaient présents sur les lieux les ont me-nacés, une fois de plus.
Réunion d’urgenceavec Kaoua
Face à cette situation, Kaoua aurait tenuune réunion d’urgence pour débattre de la si-tuation avec les joueurs et essayer de lesconvaincre de disputer la rencontre, car ils nepeuvent s’opposer à la décision des responsa-bles de Sonatrach. Toutefois et lors de laditeréunion, les joueurs ont fait savoir à Kaouaqu’ils n’avaient en aucun envisagé de bouderle match, même s’ils se sentaient lésés par ladécision de la LFP, lui rappelant qu’ils ne voulaient pas subir la colère des Chnaoua.
K. M.
Nuit de doute chez les joueurs
B
ien décidés à aller au bout deleur conviction, les suppor-ters du Mouloudia ont choiside poursuivre leur mouve-ment de contestation contreles instances de football. Considé-rant que leur club est victime d’un acharne-ment de la part de la Ligue nationaleet de la FAF, les fans du Doyen se sontréunis hier matin au niveau d’Al Kitani.Fief de la contestation mouloudéenne,les Chnaoua, qui étaient près de 600,ont décidé d’agir pour capoter la pro-grammation du derby dans une en-ceinte qu’il juge très hostile aux Vertet Rouge. Ayant eu vent que les joueurs avaient rendez- vous à l’hôtelSheraton pour ensuite se rendre à ElHarrach pour affronter les hommes deBoualem Charef, près de 500 se sontrendus à la va vite sur les lieux. Unbarrage a été donc dressé à troiscents mètres du lieu du regroupe-ment. Aucun joueur de l’équipe nepouvait contourner cet axe pour serendre à son rendez-vous sans pré-senter des justificatifs. Il était donc11h30, lorsque le ballet incessant des joueurs a commencé. Les supportersen question n’avaient qu’un seul motsuspendu à leurs lèvres :
«Boycotter coûte que coûte le match !» 
 Voulant faire enten-dre raison à leurs joueurs, certains cadres del’équipe ont fait savoir à leurs interlocuteurs qu’ilsétaient que de simples employés qui doivent exé-cuter les directives de leurs dirigeants et que ladécision finale revenait au président du club.
Le véhicule de Besseghierendommagé
En sa qualité de capitaine d’équipe, AbdelkaderBesseghier semble avoir trinqué à la place de sesdirigeants qui étaient à ce moment introuvables. Après avoir entamé les discussions avec l’enfantde Mascara, celui-ci a eu droit aux représailles desprotestataires qui lui ont endommagé son véhi-cule. C’était une sorte de message fort lancé àl’endroit des joueurs et des dirigeants du club quiavaient promis de boycotter le derby.
Une vingtaine de supportersse sont invités à la réunionavant d’être renvoyés
 Voulant aller plus loin dans leur entreprise, lessupporters ont réussi à investir le hall de l’hôtel.Ils étaient presque vingt fans à donner de la voix.Ils sont même réussis à s’inviter à la réunion des joueurs avec leurs responsables. Après une inter-ruption de quelques minutes, les services de sécu-rité du Sheraton sont intervenus pour faire sortirles intrus. Au moment de quitter les lieux, il yavait presque quarante supportes qui étaient auxportes de l’établissement mais eux n’ont pasréussi à franchir le point de contrôle. A défautd’arriver jusqu’aux joueurs, les supporters ontréussi leur pari d’intimidé leurs troupes qui avaientune peur de représailles en cas où ils exécutaientles directives de leur employeur. C’est plus cettepeur qui a contraint les hommes de Zémiti à resterrecroquevillés à l’hôtel avant de décider enfin deprendre le chemin d’El Harrach. Il faut dire que lemauvais temps et la pluie diluvienne devaient inci-ter les contestataires à se disperser.
Face à l’hystérie collective,les joueurs sont descendusdu bus
 Ayant pris la décision de se rendre au stade d’ElHarrach, les joueurs ont profité de la pluie torren-tielle pour prendre place dans l’autocar qui devaitles emmener à bon port. Mais c’était sous-estimerles supporters qui sont restés malgré le mauvaistemps. Très vite, presque soixante supportersétaient aux aguets avec la ferme déterminationd’immobiliser l’autocar du club. Devant l’opiniâtretédes Chnaoua qui étaient dans une phase d’hystériegénérale, certains n’ont pas hésité à exhiber desarmes blanches. De quoi intimidé les joueurs quisont descendus du bus afin de trouver refuge dansle hall de l’hôtel devenu inaccessible pour les révol-tés. Très déçus par la volte-face du président duconseil d’administration, Hocine Amrouche, quiavait promis dans un premier lieu de boycotter lematch avant de revenir sur sa décision, cela a eupour effet d’exaspérer à un point inimaginable lesChnaoua qui étaient dans une colère incontrôlable.Ils étaient prêts à tout, quitte à procéder au caillas-sage de l’autocar de l’équipe pour arriver à leur fin.
Nouvelle réuniond’urgence avec Amrouche
Face à la tournure des événements, les joueursse sont réunis en urgence avec le président duconseil, Hocine Amrouche. Devant le stress gran-dissant de ses joueurs qui ont peur des repré-sailles, le premier responsable les à rassurerqu’aucune décision qui mettrait leur intégrité phy-sique en danger ne sera prise.
Les forces de l’ordre n’ont pasréussi à sécuriser le périmètre
Malgré l’intervention énergique des forces del’ordre, il était impossible de sécurité le périmètredans un laps de temps très court. Et c’est juste-ment cette incapacité à assurer la sécurité des joueurs qui a incité par la suite les responsablesdu Mouloudia à prendre une décision radicale.
 A 16h, le Mouloudiadéclare officiellementforfait
 Alors qu’il ne restait qu’une heureavant le coup d’envoi, il était difficilevoire impossible de quitter l’hôtel She-raton sans mettre les joueurs en dan-ger. Avec une pluie diluvienne et unechaussé très glissante, c’était tenter lediable de se rendre à El Harrach. Prisen tenaille, la direction du Mouloudiapar le biais de Amrouche a déclaré of-ficiellement forfait. Il était 16 hlorsque le président du conseil a an-noncé la nouvelle à ses joueurs aux-quels il a demandé de regagner leurschambres d’hôtel pour se reposer etse remettre de quarante-huit heuresde très haute tension.
Faux barragesà Staouéli etBouchaoui
Dans le cas où le cortège parviendrait à pas-ser le premier barrage, les protestataires avaienttout prévu pour capoter le déroulement duderby. Des véhicules étaient prêts à surgir au ni-veau de Staouéli et Bouchaoui afin d’empêcherl’autocar du club d’arriver à destination. Et avecune chaussée rendue très glissante par la pluie,on aurait pu frôler la catastrophe si les Moulou-déens avaient pris la décision de se rendre austade 1er-Novembre. Qui sait ce qui aurait pu ar-river à ce moment-là face à des supporters hys-tériques ?
Les joueurs ont commencéà quitter l’hôtel vers les coupsde 20h
Les quelques heures passées dans leurs cham-bres d’hôtel ont permis aux joueurs de décom-presser et surtout de faire le vide après deux jourstrès tendus avec leurs supporters. Ce n’est quevers 20 h et après s’être assurés que tous lescontestataires ont quitté les lieux que les joueursont pu regagner leur domicile avec le sentimentd’avoir flirté avec le danger.
T.Che
Barrages, intimidations, menaces à l’arme blanche et voiture endommagée
500 supporters imposent
 
au Mouloudia le boycott

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->