Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Or Don Nance

Or Don Nance

Ratings: (0)|Views: 534 |Likes:
Published by Christian Bach

More info:

Published by: Christian Bach on May 28, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

07/07/2013

pdf

text

original

 
r r r
REFERE CIVIL
R.
CIV.
13/00379
MINUTE
N13/00454
République Française
Au
nom du Peuple Français
TRIBUNAL DE
GRANDE INSTANCE
DE
STRASBOURG
Ordonnance du 28 Mai
2013
COPIE
EXECUTOIRE,
à :
Me
Antoine
GARNON
- 63
Me
Michel
RE1NHARDT
-
112
adressées
le :
LeGreffier
l
B
MAI
2013
DEMANDEURS
:
M.
Robert GROSSMANN
13, rue Maechling67000 STRASBOURGReprésenté
par : Me
Michel
REINHARDT,
avocat
au
barreau
de
STRASBOURG
Mme
Anne KOPERSKI
ép.
SCHUMANN23,
rue
Jeanne
d'Arc
67000 STRASBOURGReprésentée par : Me Michel REINHARDT, avocat au barreau deSTRASBOURG
DEFENDEURS
:
L'ASSOCIATION
DE DROIT LOCAL STRASBOURG 2014 prise en la
personne de son
Président
M.
Jean-Emmanuel ROBERT
Maison des
Associations
Place des
Orphelins
67000 STRASBOURGReprésentée
par : Me
Antoine GARNON, avocat
au
barreau
de
STRASBOURG
M. Jean-Emmanuel ROBERT
3, rue
Engelmann67200 STRASBOURGReprésentée par : Me Antoine GARNON, avocat au barreau deSTRASBOURG
COMPOSITION
DU
TRIBUNAL
:
Lors des débats à l'audience publique du 14 Mai 2013Président : Dominique VIEILLEDENT-THEATE, Première Vice-Présidente,
Greffier
:
Raphaël HYVERNAUD
ORDONNANCE:
Prononcéeparmiseàdispositionau
greffe
par :Madame Dominique VIEILLEDENT-THEATE, Première Vice-Présidente,Monsieur Raphaël HYVERNAUD,
Greffier
Contradictoire
En
premier
ressort
Signéepar lePrésidentet le
Greffier,
 
VU la
requête signifiée
le 25
avril 2013 pour
le
compte
de
Monsieur
Robert
GROSSMANN et de
Madame Anne
KOPERSKI ép. SCHUMANNreprésentés par la SELARL
REINHARDT ZIMMERMANN PLANÇON société d'avocats inscrite
au
barreau
de
STRASBOURG agissantparMaître Michel REINHARDT;
VU
les conclusions déposées le 14 mai
2013
par Maître Antoine
GARNON,
avocat aubarreau de
STRASBOURGpourl'L'ASSOCIATIONDEDROIT
LOCAL STRASBOURG
2014et
Monsieur Jean-Emmanuel ROBERT, partie requise
;
lesquellesont été
développées oralement
à
l'audience
de
plaidoirie
du 14 mai
2013.
EXPOSE
DU
LITIGE
Monsieur Robert GROSSMANN et Madame Anne KOPERSKI ép. SCHUMANNexposent qu'à
l'issue
des
élections
municipales
de
2009,
les
membres
de
l'association BourseEsplanade
Krutenau ont
décidé, dans
la
perspective
des
élections municipales
à
venir,
de
faire
évoluer cette association
en
modifiant
sa
dénomination ("STRASBOURG 2014")
et ses
statuts.Les sept membres de l'association - dont certains sont également élus du groupe UMP auconseil municipal
de la
ville
de
STRASBOURG
-
composent
le
conseil
d'administration
selon
les
fonctions suivantes
:
*
Monsieur Jean-Emmanuel ROBERT
président ;
* Monsieur Hugues GEIGER
:
vice président
;
*
Monsieur Stéphane BOOF
:
trésorier
;
* Monsieur
Geoffroy
LEBOLD:secrétaire;
*
Monsieur Robert GROSSMANN
:
assesseur
;
* Madame
Fédérique
LOUTREL
:
assesseur
;
*Madame Anne KOPERSKI
ép.
SCHUMANN
:
assesseur.
A
lasuite d'une réunionduconseil d'administrationdu 03janvier 2013,aucoursdelaquelle sont apparus
des
divergences, Monsieur Robert GROSSMANN
et
Madame Anne
KOPERSKI ép.
SCHUMANN
ont
demandé
par
lettre
du
18
février
2013
à
Monsieur Jean-Emmanuel ROBERT, en sa qualité de président de l'association "STRASBOURG 2014", laconvocation
"sine
die" d'une nouvelle réunion pour prendre
"d'autres
mesures"
imposées seloneux
par les
multiples dysfonctionnements
de
l'association
(méconnaissance
des
articles
17
al.
15,
2, 10 et 12 des
statuts),
les
défaillances
de son
président
et la
démission
de son
secrétaire.
A
la suite d'une convocation à une réunion du conseil d'administration fixée au 08 avril2013 à laquelle ils
n'ont
pas donné suite, les requérants ont vivement critiqué (note
au
président
du
27
mars
2013) le
contenu,
les
modalités
de
rédaction
et de
diffusion
du
procès verbal
de la
réunion
du 03
janvier
2013et
repris dans cette note
les
critiques précédemment émises
sur la
violation des statuts,
l'opacité
des comptes, les mouvements et usages des
fonds
de
l'association
et
réclamé
en
conséquence
la
"dissolution del'associationet ladévolution
desonds
à une
autre
associationqui lesutilisera danslatransparenceet
conformément
àleur
destination.'"
Le
11
avril 2013,le
président
de
l'association
STRASBOURG 2014aadresséà ses
membres
une convocation à trois assemblées générales successives :* la première (dimanche 28 avril
2013
à
10h30)
ayant pour
ordre
du jour
la
nomination deréviseurs
aux
comptes,
le
renouvellement
des
membres
du
conseil
d'administration
pour
la
période 2012-2014
et la fixation du
montant
des
cotisations
;
-2-
 
*
la
seconde (dimanche
28
avril 2013
à 1
Ih)
: la
lecture
des
rapports
du
trésorier
et des
réviseursauxcomptes, l'approbationdescomptes,
l'affectation
desrésultatsdechacundesexercices
2010, 2011
et 2012 et le
quitus donné
aux
administrateurs pour chacun
de ces
exercices,
la
fixation
des
cotisations
de
l'exercice
2013 et le
renouvellement
des
mandats
des
réviseurs
aux
comptes
pour
cet
exercice ainsi
que
l'approbation
des
comptesprévisionnels
de
l'exercice clos
le 31
décembre 2013
;
*
la
troisième (dimanche
28
avril 2013
à 1 Ih30) : la
liquidation amiable
de
l'association
et la
dévolution
du
patrimoine.Les requérants précisent qu'à cette convocation étaient joints des comptes de résultatstotalement incompréhensibles.Ils ont sollicité, pour les motifs
déjà
exposés par lettre du 17 avril2013,"l'annulation"
des
convocations
et des
trois assemblées générales programmées pour
le 28
avril
2013.
Cette demande n'ayant pas été suivie
d'effet,
Monsieur Robert GROSSMANN etMadame Anne KOPERSKI
ép. SCHUMANN
demandent,
sur le
fondement
de
l'article
809 du
Code de procédure civile et du trouble manifestement illicite, la désignation, aux
frais
de
l'association,
d'un administrateur provisoire ayant pour mission
:
*
d'examiner les comptes de l'association STRASBOURG 2014 ;
*
d'examiner et
vérifier
la conformité aux statuts de l'ensemble des décisions prises par leprésident
et le
bureau
ou
toutes personnes mandatées
par lui ;
*
d'établir un rapport soumis aux parties et au tribunal saisi dans un délai d'un mois à compter
de
sa
désignation
;
*
deconvoquer l'ensembledesmembresenassemblée générale pour statuersur lesconstatations
faites.
L'Association STRASBOURG 2014 et Monsieur Jean-Emmanuel ROBERT concluentà l'absence d'urgence, de péril imminent et d'irrégularités manifestes, à l'irrecevabilité de la
requête
et en
tous
cas à son
absence
de
fondement
à la
condamnation solidaire
de
MonsieurRobert GROSSMANN et de Madame
Anne
KOPERSKI ép. SCHUMANN aux entiers dépens
et
au
paiement d'une indemnité
de
procédure
de
2.000
€.
Les requis
font
valoir que contrairement à ce qui avait été envisagé au départ,l'association
n'a
pas été transformée en parti politique en sorte que les dispositions de la loi du
11
mars
1988
relatives
à la
transparence
de la vie
politique
ne
sont
pas
applicables.Ils ajoutent que les "irrégularités" dénoncées par les requérants ont été régularisées lorsdes assemblées générales du 28 avril 2013
qu'il
n'y a dès lors plus d'urgence, qu'au demeurant
la
discussion sur l'éventuelle dissolution de
l'association
a été
différée,
ce qui écarte l'éventualitéd'un
"péril
imminent", qu'enfin,
la
régularité
des
comptes
a été
attestée
par le
cabinet d'expertisecomptable ACE; ces comptes ayant été approuvés lors de l'assemblée générale du 28 avril 2013
et
le président de l'association reconduit dans ses
fonctions
lors de la réunion du conseild'administration du 03 janvier 2013 avec l'approbation des requérants.L'association STRASBOURG 2014 et Monsieur Jean-Emmanuel ROBERT
ajoutent
quelesmembresdel'associationqui
font
partiedugroupe municipal d'opposition étaientrégulièrement informés
sur
l'activité
de l'association à l'issue des
réunions
du
conseil
municipal
et
desréunionsde laCOMMUNAUTE URBAINEDESTRASBOURG.
MOTIFS
II
sera
en
premier lieu rappelé
que la
condition d'urgence
n'est
pas en
tant
que
tellerequise parl'article809 duCodedeprocédure civile mêmesielle sous tendlanotiondepérilimminentet lanécessitédemettrefin à untrouble manifestement illicite.
-3-

Activity (3)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 hundred reads

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->