Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Develop Humain Maroc 11pg

Develop Humain Maroc 11pg

Ratings: (0)|Views: 39 |Likes:
Published by Hadda Abatouy

More info:

Published by: Hadda Abatouy on May 29, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/29/2013

pdf

text

original

 
50 ans de développement humain au Maroc «Rapport sur les perspectives du Maroc à I’horizon 2025 : pour undéveloppement humain élevé ».
2.3. LES TENDANCES LOURDES DU DÉVELOPPEMENT HUMAIN
 Afin d’approfondir le contexte futur du développement humain et mieux cerner le scénario tendanciel àl’horizon 2025, des tendances lourdes ont été identifiées. Elles concernent, au niveau national, leprocessus démocratique, la transition démographique, l’évolution du secteur de l’éducation, latransition épidémographique, l’évolution des revenus, le d développement de l’urbanisation, lasituation du monde rural, les mutations sociétales, la place de la femme et sa participation et enfin laenfin la dimension environnementale.
2.3.1. D
ES PROGRES DE LA DEMOCRATIE AVEC
,
CEPENDANT
,
UNE PERSISTANCE DESDYSFONCTIONNEMENTS
 
Le Maroc a réalisé des progrès significatifs dans la voie de l'édification d'un Etat moderne Lesrévisions constitutionnelles de 1992 et 1996 ont fait entrer notre pays dans une èreconstitutionnelle nouvelle, conférant davantage d'attributions au Parlement, renforçant l'autoritédu Premier Ministre et marquant, pour la première fois, l'attachement du Maroc aux droits del'Homme tels qu'ils sont universellement reconnus. Elles ont permis d'asseoir les bases d'uneculture démocratique fondée sur la concertation, avec l'émergence d'un certain nombre deconseils nationaux (Dialogue Social, Jeunesse et Avenir...) tout en préparant l'avènement dugouvernement d'alternance.L'adoption à l'unanimité d'un certain nombre de textes législatifs et réglementaires (code électoralde 1997, loi relative à l'organisation régionale du Royaume, lois organiques concernantl'organisation des Chambres des Représentants et des Conseillers, Gentlemen Agreement entrele patronat, les syndicats et l'administration...) a contribué à décrisper la vie politique, à créer unclimat d'entente entre les différents acteurs et, ultérieurement, à favoriser le déroulement dans latransparence des élections de 2002.Les avancées réalisées au cours des dernières années dans le domaine des droits de l'Hommeconfirment la volonté de démocratiser réellement le pays en consacrant la liberté d'expression eten prônant la réconciliation nationale avec, notamment, l'indemnisation des victimes des annéesde conflictualité politique et la création de l'Instance Equité et Réconciliation.Dans le cadre de la préservation de l'identité culturelle qui constitue un droit humain fondamental,la langue et la culture amazighe ont été réhabilitées avec la création, en 2003, de l'Institut Royalde la Culture Amazighe.Pour éviter une exploitation de la religion à des fins politiques, une réorganisation du champsreligieux est en cours (redéfinition des fatwas, nouvelle organisation du ministère en charge desaffaires islamiques, formation des imams et encadrement des mosquées, ...). Le dossier de laréforme du statut de la femme a été l'occasion de mener des débats publics sur la question de laplace de la religion dans le champ et l'action politiques.Le processus de démocratisation, qui vise également la réduction des inégalités et la garantie dela dignité pour tous les citoyens, a été renforcé par l'adoption du nouveau code de la famille, lalibéralisation de l'audiovisuel et le projet de loi sur les partis politiques et, tout récemment, laréforme du code de la nationalité dans le sens de l'octroi de la nationalité marocaine aux enfantsissus de mère marocaine et de père étranger Les progrès de la démocratie au Maroc pourraient être accélérés par la hausse du niveaud'instruction de la population et l'ouverture croissante de la société sur son environnement àcondition, toutefois, de dépasser les obstacles ou dysfonctionnements actuels liés :
 
 
au paysage politique : pléthore de partis, manque de transparence dans leur fonctionnement, absence de projet de société...
à la justice : dépendance vis-à-vis du pouvoir politique, corruption, inadaptation de laformation des juges aux impératifs du développement, non publication des jugements...
à la gestion publique : administration peu efficace, absence quasi-totale de l'évaluation desactions entreprises, manque de coordination entre les acteurs, complexité et lenteur desrouages administratifs dans la mise en œuvre des programmes sociaux, manque d'intégrationdes actions sectorielles dans le temps et dans l'espace, culture peu développée de laresponsabilité (accountability), retard dans l'exécution des réformes et dans l'application destextes législatifs, absence de vision stratégique à long terme, peu de capitalisation del'expérience et de formalisation des acquis,...Quant au niveau de l'indice de perception de la corruption (IPC), il révèle un vrai problème
 
malgré les réformes enclenchées pour moraliser l'administration, la justice et les affaires et ce,sans oublier la petite corruption qui constitue une véritable plaie sociale.Si le Maroc a adopté progressivement un cadre législatif et réglementaire, relativement avancé,de la décentralisation (Dahir relatif à l'organisation des préfectures et provinces de 1963, chartecommunale de 1976, réforme de la région de 1997, gestion déconcentrée de l'investissement de2001, nouvelle charte communale de 2002), des limites continuent à ralentir la mise en œuvreréelle de ces réformes. Elles ont trait aux relations entre l'administration centrale et lescollectivités locales, au niveau de formation des élus, à la structure des finances locales et à laquestion de la planification régionale.Un autre frein à la décentralisation réside dans le faible rythme de déconcentration del'administration. Même si des départements ministériels bien pourvus en moyens budgétairesont réalisé d'importants efforts, l'évolution de la déconcentration au Maroc se heurte à troislimites :
La déconcentration du pouvoir n'a pas été conçue de manière globale, ce qui explique lalenteur de sa dissémination.
La déconcentration s'est cantonnée dans le domaine financier et n'a pas concerné le pouvoir  juridique correspondant (opérations de sous-ordonnancement).
La déconcentration reste envisagée en fait sous forme de délégation de signature.Les dernières années ont montré une amplification de l'action de la société civile dans leprocessus de développement humain, notamment, avec la multiplication des acteurs dans cedomaine et l'élargissement de leurs domaines d'action. Ceci a mené à l'émergence d'une réelleéconomie sociale avec de nouvelles formes de solidarité qui viennent, parfois, se substituer àdes déficits en action publique.Cette évolution ne s'est pas accompagnée cependant d'une implication réelle de lapopulation dans le processus de prise de décision (participation et partenariat),seule à même de garantir une plus forte démocratisation de la vie publique.
 
2.3.2. U
NE TRANSITION DEMOGRAPHIQUE AVANCEE METTANT EN EXERGUE LE DEFI DE L
'
EMPLOI
 Les changements structurels majeurs qui sont intervenus au niveau de la pyramidedes âges de la population en lien avec l'augmentation de l'espérance de vie à lanaissance (71 ans en 2004 contre 47 ans en 1962) et le recul de la fécondité (2,5enfants par femme en 2004 contre 7,2 en 1962), se poursuivraient, à l'avenir, selonles projections du Centre d'Etudes et de Recherches Démographiques (CERED) par :
 
une baisse de la part de la tranche 0-15 ans d'âge dans la population totale de29,6% en 2004 à 22,3% en 2024.
un accroissement de la part de la tranche d'âge 60 ans et plus dans lapopulation totale de 7,7% en 2004 à 12,9% en 2024.
une progression de 62,7% en 2004 à 64,7% en 2024 de la part de la tranched'âge 15-59 ans dans la population totale, avec un pic en 2014,
Graphique 9 : Evolution de la structure par classe d'âge de la population : 1960,2004 et 2024
 
Moins de 15 ans
 
de 15 ù 59 ans
 
60 ans et plus
 
1960
 
2004
 
2024
La phase d'aubaine démographique qui correspond à la baisse relative du taux dedépendance
21
, devrait durer jusqu'en 2014. Il faudrait en tirer profit pour relever ledéfi de l'emploi. La population d'âge actif passera de 15 millions de personnes en2002 à 22 millions en 2025. D'ici à 2015, la demande additionnelle sur le marché dutravail est estimée à 400.000 emplois par an en moyenne, niveau nettement plusimportant que les 217.000 emplois créés, annuellement, en moyenne, entre 1995 et2003. Ainsi, la progression accélérée de la demande d'emploi coïncidera avec laphase la plus critique de l'ouverture commerciale.Outre le facteur démographique, le traitement de la problématique de l'emploi devrait tenir compte, d'une part, des mutations de l'agriculture qui devraient dégager des surplus de maind'œuvre et, d'autre part, de la hausse attendue du taux d'activité des femmes avec la réductiondes obstacles socio-économiques à leur activité.La population marocaine atteindrait environ 38 millions de personnes en 2025 avec une part de68% environ d'urbains, ce qui impliquera de nouveaux besoins en infrastructures et en servicessociaux et économiques. Cette urbanisation risquerait de se concentrer davantage sur l'axeurbain Kénitra-Jorf Lasfar" si de nouvelles formes de développement urbain n'étaient pas misesen place.
2.3.32.3.3 U
NE AVANCEE AU NIVEAU DES INDICATEURS DE L
'
ENSEIGNEMENT AVEC TOUTEFOIS UN SERIEUX PROBLEMEDE QUALITE
 
Les indicateurs de l'enseignement ont connu une nette amélioration depuis l'Indépendance.L'effectif des élèves inscrits dans l'enseignement scolaire (primaire et secondaire) est passé de366.000 en 1955-1956 à plus de 5,8 millions en 2003-2004, soit une multiplication par 16 aumoment où la population globale a triplé.Le taux net de scolarisation dans le premier cycle de l'enseignement fondamental a augmentéde 39 points en 30 ans (1970-2000), La progression la plus importante a été enregistrée durantles dernières années suite à la mise en œuvre de la Charte Education Formation puisque le tauxnet de scolarisation des enfants âgés de 6 à 11 ans est passé de 68,6% en 1997-1998 à 92,2%en 2003-2004. Des avancées significatives ont été constatées en milieu rural et en ce quiconcerne la scolarisation des filles.
" Le taux de dépendance est le rapport entre la population inactive (moins de 15 ans et plus de 60 ans) sur la population d'âge actif (entre 15 et 60 ans)

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->