Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Pourquoi l'affaire Coupat nous concerne tous

Pourquoi l'affaire Coupat nous concerne tous

Ratings: (0)|Views: 171 |Likes:
Published by fat ctrla
Cette analyse fait suite aux nombreux articles de Mediapart sur l'affaire de Tarnac, sous les signatures de Jade Lindgaard, David Dufresne, Erich Inciyan, Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme. Parmi les premiers, ils ont mis en évidence la disproportion entre la version officielle et la réalité de l'enquête. Or, malgré cette démonstration, aujourd'hui partagée par d'autres journaux et médias, les grands partis d'opposition et les grandes consciences intellectuelles ne se sont jusqu'ici guère émus ou exprimés. Comme si le radicalisme supposé des neuf de Tarnac les incitait à la prudence ou les invitait à la distance. C'est à ces silencieux et à ces timorés que s'adresse en priorité cette réflexion autour d'une affaire qui me semble un révélateur des vrais dangers qui nous menacent. Dans l'espoir qu'ils se réveillent et s'engagent
Cette analyse fait suite aux nombreux articles de Mediapart sur l'affaire de Tarnac, sous les signatures de Jade Lindgaard, David Dufresne, Erich Inciyan, Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme. Parmi les premiers, ils ont mis en évidence la disproportion entre la version officielle et la réalité de l'enquête. Or, malgré cette démonstration, aujourd'hui partagée par d'autres journaux et médias, les grands partis d'opposition et les grandes consciences intellectuelles ne se sont jusqu'ici guère émus ou exprimés. Comme si le radicalisme supposé des neuf de Tarnac les incitait à la prudence ou les invitait à la distance. C'est à ces silencieux et à ces timorés que s'adresse en priorité cette réflexion autour d'une affaire qui me semble un révélateur des vrais dangers qui nous menacent. Dans l'espoir qu'ils se réveillent et s'engagent

More info:

Published by: fat ctrla on Apr 26, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/11/2014

pdf

text

original

 
Pourquoi l'affaire Coupatnous concerne tous
25 Avril 2009Par 
Edwy Plenel
 
Tarnac est un petit village de Corrèze
, avec à peine trois centaines d'habitants,situé sur les versants du plateau de Millevaches. Tarnac est aussi le premier nom d'une affaire d'Etat qui ébranle les principes fondateursde notre droit et dont le pouvoir actuel porte la responsabilité. Un jour viendra ce point de vue, encore minoritaire, semblera une évidence.Dans l'immédiat et pour l'opinion moyenne, l'affaire de Tarnac restel'histoire d'un groupe de jeunes anarchistes radicaux, entre douxveurs et extrémistes illuminés. Constitués en communauté autonomedans ce coin perdu du Limousin, ils sont
soupçonnés par les policiers
de ladirection centrale du renseignement intérieur (
DCRI
) d'être les auteursd'au moins un sabotage sur une ligne TGV de la SNCF. Arrêtés lorsd'une
opération très médiatisée
, ils sont neuf à avoir été mis en examen, dansle cadre de la législation contre le terrorisme. Un seul est toujours endétention provisoire depuis le 15 novembre 2008, Julien Coupat,accusé de
« direction d'une association de malfaiteurs et dégradationsen relation avec une entreprise terroriste »
.
 
 Tandis que leurs défenseurs clament que
le dossier est vide
, le pouvoir, justice et police à l'unisson, de la
ministre de l'intérieur 
au
 procureur de la République
 en passant par 
le patron de la DCRI
, assure qu'il n'en est rien. Deux discourscontradictoires dont l'affrontement n'a, pour l'heure, guère mobililes partis et les consciences. Le plus souvent, ce feuilleton est suivi deloin, comme une histoire qui se dénouera d'elle-même avec le temps.Comme une dossier qui ne mettrait en jeu rien d'essentiel, de centralou d'urgent. Comme une affaire marginale en somme, située en lisièredes grands débats et des graves questions, tout comme les jeunesconcernés avaient choisi de se placer en marge de l'ordre dominant etde vivre à l'écart de la société urbaine, industrielle et marchande.Il n'en est rien, et c'est ce que l'on voudrait plaider ici: l'affaire deTarnac nous concerne tous. Parce que son déroulement met en péril plusieurs principes démocratiques vitaux: la présomption d'innocence,les libertés d'opinion et d'expression, voire, au-delà, la liberté deconscience, c'est-à-dire le libre choix des valeurs qui conduisent uneexistence. Et elle nous concerne d'autant plus si nous ne partageons pas les positions idéologiques ou les engagements militants de ceuxqu'elle met en cause. Car, à quoi bon défendre des principes, des droitset des libertés, si l'on ne s'en soucie pas quand ils sont piétinés,transgressés ou ignorés, au prétexte que les victimes de ces abus nousseraient étrangères ?
« Qui ne gueule pas la vérité quand il sait lavérité, se fait le complice des menteurs et des faussaires ! »
Cetteapostrophe de
Charles Péguy
, au sortir de
l'affaire Dreyfus
dont il fut l'un descombattants de la première heure, vaut pour tous ceux qui, aujourd'hui,restent trop indifférents, silencieux et timorés devant le scandale judiciaire et policier que constitue l'affaire de Tarnac, qui vaut à
Julien
 
Coupat
d'être emprisonné depuis bientôt six mois.D'une affaire à l'autre, de la haute tragédie d'avant-hier à la farcesinistre de maintenant, les deux histoires n'ont certes pas de communemesure et sont, par bien des aspects, dissemblables. Mais ce qu'ellesmettent en jeu est du même ordre, aussi essentiel, aussi décisif :l'individu contre l'Etat, les principes contre leur abandon, la véritécontre le mensonge.
« Nous disions,
 poursuivait Péguy dans
 Notre jeunesse
en 1910,
une seule injustice, un seul crime, une seuleillégalité, surtout si elle est officiellement enregistrée, confirmée, une seule injure à l'humanité, une seule injure à la justice et au droit, surtout si elle est universellement, légalement, nationalement,commodément acceptée, un seul crime rompt et suffit à rompre tout le pacte social, tout le contrat social, une seule forfaiture, un seul déshonneur suffit à perdre d'honneur, à déshonorer tout un peuple. »
Tel fut l'enseignement de l'Affaire, qui a transformé le nom ducapitaine Alfred Dreyfus en symbole universel: les principes se jouenttoujours à échelle d'homme. Non pas d'humanité abstraite, générale etdésincarnée, mais d'humanité concrète et solitaire – d'individu toutsimplement. Et ils sont encore plus mis à l'épreuve quand,spontanément, tout ou presque, l'éducation que vous avez reçue, les préjugés de votre milieu, les convictions de votre entourage, vous tientà distance de cet homme précis et vous porte à l'indifférence enversson sort particulier. On le sait : il fallut aux premiers dreyfusardsvaincre les résistances de ceux qui, à gauche, ne se sentaient pasconcernés par les mésaventures d'un militaire discipliné, officier  patriote, symbole de l'ordre, juif de surcroît – l'antisémitisme n'étant pas réservé aux seuls réactionnaires.
Tarnac est un petit village de Corrèze
, avec à peine trois centaines d'habitants,

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->