Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
GEAB N°34 - FR

GEAB N°34 - FR

Ratings:

5.0

(1)
|Views: 1,659|Likes:
Published by tooof
à lire...
à lire...

More info:

Categories:Business/Law, Finance
Published by: tooof on Apr 26, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/11/2014

pdf

text

original

 
 
« Anticiper, c’est prévoir pour agir »
Sommaire
15 avril 20091- Perspective
Eté 2009 : La rupture du système monétaire internationale se confirme
La cessation de paiement des Etats-Unis à l'été 2009 est d'une actualité toujours plus brûlante avec un déficit publicdésormais totalement hors de contrôle sur fond d'explosion des dépenses (+ 41%) et d'effondrement des recettesfiscales (-28%) comme l'a anticipé LEAP/E2020 il y a plus d'un an : pour le seul mois de Mars 2009, le déficit fédérals'est monté à près de 200 Milliards USD (très largement au-dessus des prévision les plus pessimistes), soit à peine unpeu moins de la moitié du déficit pourtant record de l'ensemble de l'année 2008... (page 2)
2- Telescope
Quand la Chine prépare sa « Grande Evasion » du piège Dollar pour la fin de l'été 2009
Selon LEAP/E2020, la prochaine étape de la crise sera déterminée par un rêve chinois. En effet, à quoi peut bienrêver Pékin pris, d'après Washington, dans le « piège Dollar » de ses 1.400 milliards d'actifs libellés en Dollars US ?D'après les dirigeants américains et leur cortège d'experts médiatiques, à rien d'autre qu’à rester prisonnier et mêmeà renforcer cette condition carcérale en achetant toujours plus de Bons du Trésor et de Dollars US… (page 7)
Pendant que le G20 s'amuse, les Etats-Unis s'enfoncent toujours plus profondément dans lacrise
Il est évident que pour l'équipe de LEAP/E2020, ce sommet est un échec tragique car il n'a pas du tout traité les troisproblèmes clés que nous avions recommandé d'aborder en priorité. Et donc, selon nos anticipations, ce sommetn'aura pas permis d'enclencher une dynamique permettant, d'ici l'été 2009, de guider la planète vers une crise courte(3 à 5 ans) et maîtrisée. Bien au contraire, il aura accentué les tendances conduisant à une crise longue (plus d'unedécennie) et tragique. La fenêtre d'opportunité pour changer le cours des choses se rétrécit dangereusement et,aujourd'hui, il faudrait vraiment un miracle pour inverser la tendance… (page 12)
3- Focus
Cours de l'or : le paradoxe se dévoile
D'un bout à l'autre de la planète, on assiste depuis des mois à un phénomène paradoxal dont la presse s'estlargement faite l'écho : du fait de la crise, les opérateurs ont fui la plupart des catégories d'actifs (immobilier, bourse,devises, matières premières, …) et un grand nombre d'entre eux ont investi une partie de leur portefeuille en or,provoquant même des pénuries de pièces ou de lingots sur de nombreux marchés. Pourtant, et c'est là le paradoxe,le prix de l'or ne décolle pas d'un cours-pivot autour de 900 USD/once… (page 17)
Trois recommandations stratégiques et opérationnelles
1. Retraite / Epargne / Assurances-Vie : Ce que la crise longue implique2. La bourse ou la vie ?3. Risques de change : faire face à une situation sans précédent (page 20)
4- Le GlobalEurometre
Résultats
 
& Analyses
 
Les sondés sont quasi-unanimes (93%) à considérer que le prochain sommet du G20 devrait questionner le rôlecentral du Dollar US… (
page 22)
Lettre confidentielle ‘GlobalEurope Anticipation Bulletin’ N°34 – 15 avril 2009
© Copyright Europe 2020 / LEAP – 2009 -
ISSN 1951-6177
 
- Tous droits réservés -
1
 
1- Perspective
Eté 2009 : La rupture du système motaireinternational se confirme
La prochaine étape de la crise sera déterminée par un rêve chinois. En effet, à quoi peut bien rêver Pékinpris, d'après Washington, dans le «piège Dollar» de ses 1.400 milliards d'actifs libellés en Dollars US
1
?D'après les dirigeants américains et leur cortège d'experts médiatiques, à continuer à être prisonnier etmême à renforcer cette condition carcérale en achetant toujours plus de Bons du Trésor et de Dollars US
2
.Pourtant, tout le monde sait à quoi rêve vraiment un prisonnier ? A s'évader bien sûr, à sortir de saprison. Aussi, pour LEAP/E2020, il ne fait aucun doute que Pékin cherche sans relâche désormais
3
à sedébarrasser au plus vite de cette montagne d'actifs « toxiques » que sont devenus les Bons du Trésor USet la devise américaine sous laquelle la richesse de 1 milliard 300 millions de Chinois
4
est emprisonnée.Dans ce GEAB N°34, notre équipe détaille donc les « tunnels et les galeries » que Pékin creusediscrètement depuis plusieurs mois dans le système économique et financier mondial afin de s'évader du« piège Dollar » d'ici la fin de l'été 2009. Sur fond de cessation de paiement des Etats-Unis s'ouvrira alorsla période à partir de laquelle le « chacun pour soi » deviendra la règle du jeu international, dans la droiteligne d'un G20 de Londres dont le communiqué final se lit comme la « chronique d'une dislocationgéopolitique annoncée » ainsi que LEAP/E2020 l'analyse dans ce numéro du Global Europe AnticipationBulletin.
Evolution trimestrielle de l'accroissement des réserves de change chinoises -
Source : Banque centrale de Chine / New York Times, 04/2009 
1
Si l'ensemble des réserves chinoises est évalué désormais à environ 2.000 milliards USD, la part d'actifs libellés en Dollars US n'estau maximum que de 70%, ce qui donne environ 1.400 milliards USD. Le reste consiste essentiellement en actifs libellés en Euros.
2
 
N'oublions pas que ce sont en général les mêmes « experts » qui prédisaient ces dernières années que l'économie mondialebénéficierait de la suppression de la régulation des banques, que l'économie de l'Internet ouvrait la voie à une croissance sans fin,que les déficits américains étaient un signe de force, que les prix de l'immobilier US n'arrêteraient pas de monter et enfin ques'endetter sans restrictions était la forme moderne d'un enrichissement durable.
3
 
Le message sur le nécessaire changement de devise internationale de référence que Pékin a adressé au monde entier, et auxautorités américaines en particulier, à la veille du sommet du G20 de Londres n'était absolument pas un « ballon d'essai » ou unetentative sans espoir de réussite. Les dirigeants chinois ne se faisaient aucune illusion sur la probabilité qu'un tel sujet soit discuté aucours de ce G20. Ils ont voulu imposer ce débat dans les couloirs du sommet afin de faire passer un message, un avertissementofficieux à tous les acteurs du système monétaire international : pour Pékin, le système Dollar, c'est fini. Si personne ne veutpréparer un système alternatif en commun, alors, cela se fera autrement. Et leurs actes, analysés dans ce numéro du GEAB,corroborent cette intention. D'ailleurs, et le hasard du calendrier politique est une rareté à Pékin, dans la même période sort un livre,intitulé « La Chine mécontente », qui demande une action plus volontariste des leaders chinois afin d'imposer leurs choix sur lascène internationale. Source :ChinaDailyBBS
 
, 27/03/2009
4
Un lien original pour suivre ce chiffre en temps réel : Chine Information.
Lettre confidentielle ‘GlobalEurope Anticipation Bulletin’ N°34 – 15 avril 2009
© Copyright Europe 2020 / LEAP – 2009 -
ISSN 1951-6177
 
- Tous droits réservés -
2
 
Derrière le « jeu de dupes » londonien, où chacun a prétendu croire qu’une collaboration internationale« historique »
5
 était en action, on constate en fait une profonde division du G20 : les Américains et leBritanniques (suivis par un Japon docile) tentent désespérément de préserver leur contrôle sur le systèmefinancier mondial, en bloquant ou en diluant toute réforme significative donnant un pouvoir plus importantaux autres acteurs du système, sans plus avoir assez de puissance pour imposer leurs objectifs. LesChinois, les Russes, les Indiens, les Brésiliens, … essayent de rééquilibrer le système monétaire etfinancier international en leur faveur, mais sans pouvoir (ou peut-être même sans vouloir vraiment
6
)imposer une telle réforme. Les Européens (et quand on utilise ce terme il implique de plus en plus une UEsans le Royaume-Uni) s'avèrent de leur côté incapables de trancher entre les deux seules options quis'offrent à eux : sombrer avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni en copiant leurs politiques ou bienremettre fondamentalement en cause le système monétaire et financier mondial actuel en partenariatavec les Chinois, les Russes, les Indiens et les Brésiliens. Ils arrivent à ne plus suivre Washington etLondres dans leur reproduction des politiques passées qui ont toutes déjà fait faillite
7
, mais ils neparviennent pas à oser préparer l'avenir.
L'effondrement du commerce international n'a aucun précédent - Evolution annuelle à partir des tauxtrimestriels
(courbe en trait continu : évolution en cours / courbe en petits pointillés : prévision d'après la corrélation historique entre le commerce mondial et le taux de croissance des pays de l'OCDE / courbe en gros pointillés : prévision d'après le modèle d'indicateurs de court terme) 
Source : OCDE, Mars 2009 
5
 
C'est en fait Angela Merkel qui a fait preuve de la plus grande clairvoyance en trouvant le mot juste sur la nature du sommet duG20 à Londres. Elle a dit que c'était une réunion « presque historique » ; et c'est bien le mot « presque » qui résume ce qui s'est passé à Londres. Les dirigeants du G20 ont « presque » abordé les questions essentielles ; ils ont « presque » défini un programmecommun d'action; ils sont « presque » parvenus à lancer de nouvelles stimulations économiques et une nouvelle régulationfinancière mondiale; ils ont « presque » interdit les paradis fiscaux; et ils ont « presque » convaincu » l'opinion publique mondiale.« Presque », mais, hélas, pas réellement. Et cela fait une belle différence pour la suite de la crise.
6
 
C'est en effet le dilemme du « jeu international » développé dans le GEAB N°33. A un certain moment, l'intérêt des joueurs quimontent en puissance est de laisser purement et simplement l'ancien jeu se briser net pour en reconstruire un qui leur convienneplutôt que de se battre pour transformer l'ancien jeu via une transition longue et incertaine.
7
Notamment l'endettement public à outrance, qui est appelé par Washington et Londres « stimulus économique ».
Lettre confidentielle ‘GlobalEurope Anticipation Bulletin’ N°34 – 15 avril 2009
© Copyright Europe 2020 / LEAP – 2009 -
ISSN 1951-6177
 
- Tous droits réservés -
3

Activity (2)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->