Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more ➡
Download
Standard view
Full view
of .
Add note
Save to My Library
Sync to mobile
Look up keyword
Like this
0Activity
×
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Reclams de Biarn e Gascounhe. - Garbe 1939- N°10 (43e Anade)

Reclams de Biarn e Gascounhe. - Garbe 1939- N°10 (43e Anade)

Ratings: (0)|Views: 84|Likes:

More info:

Published by: Occitanica Médiathèque Numérique Occitane on Jun 11, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See More
See less

06/13/2013

pdf

text

original

 
43
aU
AnadeGarbe
de
1^30
CLAxMS
DE
DOUCTRINE
PERQUÉ
N'ÈM
PAS
MEY
U
yoén,
qui
ey
entrât
à
l'Escole
nouste despuch dus ans
ou
per
aquiu
e
qui,
de
tire,
esté
gagnât
d'aquet estrambord
de
la yoenésse
quoan
quauqu'arré
lou
plats
que-m
demandabe
:
«
Quin
se
pot,
dabû
prèts-hèyt
autan
bètque lou
Felibridye, noû siam pas
mey
que
nou
èm
?
Quin
se
hè
que
noû
y àye
pas
mey
d'omis qu'aco
enta
coumpréne
la
beutat
e
la
grandou
de
l'obre
?
Be
hèm
toutû
propagande
?
Quoan
dam
ue
hèste,
tout
lou
païs
que
semble
tres-
pourtat
e
û
cop
passade,
tout
yuste
s'en
abém
amiat
û
petit
esca-
bot
à
las
noustes
idées.
»
Si,
amie,
si
l'èy
respounut,qu'en
y
a
mey que lous
quisoun
entrais
à
l'Escole,
mes
n'an
pas
hèyt
lou
darrè
yèste.
E
quin
yèste
?
Lou
de
hica
la
mâ
à
la
poche.
Qu'ey
bertat
que lou
gran
noumbre
toutû
ne-ns
a
pas coumprés
coumpletamén
e
n'a
pas,coum
disen
oey,
réalisât
la
pensade
felibrenque
e
lou
beneflei
quin
pot
tira.
Qu'en
ey
d'acocoum
de
hère
d'idées
de
balou
toutû
segure
e
doun
la
miélhe
propagande
nou
parbién
pas
à
touca
lous
esprits.
E
bos
quauques
exémples?
Qu'ey
û
counfray
franchiman
qui-m ba
serbi;
qu'a estudiat
la
questioû
de
la
propagande
en
gran
dou
puni
de
biste
francés.
Be.
sàbes
que
lou
Goubernament,
en
très
ou
quoàteministèris,
qu'a
burèus
de
propagande
enta ha
bàle,
à
l'estranyè,
la
culture
francése
sustout;qu'en
y
a
tabé
ta
la
science
e
l'endustrie,
mes
que
tribalhen
diferentamén.
E
dounc, que-s
parech
que
per
ço
qui
ey
de
la
resuite
de
las
counferences,
hèytes
toutû
per
proufessous
d'eley,
e
de
la dous
libes
qu'ey
hère
poc de
cause
:
lou
proufieyt
d'aquere
propagande
ne
pagaré
pasla
despense.
Perqué
?
Lou
counfray
qu'at
esplique
prou
plâ.
«
Ce
que
le
moraliste
a
à
faire,
si
dits
c'est
de
persuader
auxgens
de
surmonter
leur
égoïsme
personnel dans
l'intérêt
soit
d'un
ordre
surnaturel,
soit
de
ce
qu'il
y
a
de
meilleur
en
eux,
soit
de
la
société
...
Les
moralistesinvitentleurs lecteurs
ou
leurs
auditeurs
à
réprimer
leurs
idées
et
à
établir
des
limites
à
leurs
impulsions
égoïstes, à
travailler
et
à
souffrir
pour
quelque
cause
qui doit
amener
le
bonheur futur.
Moralistes
et
Politiques
doivent
persua-
der aux
gens
de
faire
quelque
chose
qui
est,
dans
l'ensemble,
le
plus
souvent
désagréable.
»
Aco
qu'ey
drin
bertat,
si-m
coupa lou
nouste
gouyat.
 
£74
-
Escoute
encoère
:
«
Une
longue
expérience
a
appris
aux
moralistes qu'il
ne
suffit
point
de
recommander
aux
hommes
la
vertu pour
les
rendre
ver-
tueux.
Or,
dans
tous
les
paysdu
monde,
depuis
des siècles,
il
a
été
produit
des
quantités
incalculables
de
littérature
exhortatoire.
Le
niveau
moral
n'en
deme.ure
pas moins
assez
bas.
Certes,
si
toute
cette
propagande
n'avait
pas
été
faite,
il
se
pourrait
que
ce
niveau
fût
encore
plus
bas;
nous
n'en
savons
rien.
Je
soupçonne,
cepen-
dant,
que
si
nous
pouvions
le
mesurer,
nous
constaterions
que
le
rendement
mécanique
de
la
propagande éthique
au
moyen
de
la
littérature,
de
l'écrit
comme
de
laparole,
excède
rarement
un
pour
cent.
»
Aci,
que
crey
que
lou
yournaliste
que-s
troumpe
:
lou
rende-
ment
qu'ey
maye.
Qu'at
crey
tabé,
mes,espie
autour
de
nous;
l'Escole
Gastoû-
Febus
qu'estén
la soue
accioû sus
û
territòri
qui
a,
haut
ou
bach,û
milioû
d'amnes,
sie.
dus cents
mile omis en
estât
de
coumpréne,
e
n'èm
que
cinq cents
à
l'Escole.
Certes,
que eau
dise
que
y
a
hère
mey
de ço
qui
apèren
«
sympathisants
»,
omis
counbencuts
de
la
balou
de
lanouste
cause,
mes
per
aco
ne
hènpas
l'effors qui caleré
enta
gagna
la
partide.
Enta
quauqu'arré
d'immédiat,
û benefici, û
proufit
persounau
e
qui
toucara
de
tire,
l'òmi
que
hè lou sacrifici
qui-u
demanden,
mes
si
aquet
benefici,
aquet
proufieyt
e
déu
esta
partadyat
dab
tout
lou
mounde,
labets,
qu'a
toustém
lou
temps
dou
ha.
Que
sounreàles,
lous
qui
ne
soun
pas
estaubiants
de
la
loue péne
ou
dous lous
dinès,
mes
n'en
soun pas
tant,
reàles,
lous
qui
aténden
que
d'autes
que
hàssien
lou
tribalh
qui
hara
dou
bé
à
touts.
Quoan
lou
Goubernadou
d'Etigny
boulou
ha ha
lous
granscaminaus,
oun
roullam
tant
aysidamén,
p'ous
quidebèn
toutû
serbi-s'en
lous
permès,quàsi
touts
que
refusèn
de
ha
las
presta-
cioûs
c
que calou la
troupe armade entaus
amia
s'ous
chantiès.
De
ço
qui
precounise
lou
Felibridye,
touts
qu'y
gagnarén
au
segu,
mes
pusquen'abém
pas
la
troupe
coum
M.
d'Etigny,
que
eauaténdequelas
bounes
boulentats
e
debienguen
mey
noumbrouses
que
noû soun
en
l'ore. Mistral
qu'at
sabè
e
que-s
counsoulabe
endise
:
«
Si
n'ey
pas
oey,
que
sera
douma
»
...
ou
douma passât,
si
basé
l'aute.
Aco
ray,
si
déu
biéne
!
Tribalhém
toustémenta
que
sie.
SIMIN
PALAY.
 
OUBRÉTES
DESBROUMBADES
U
ROUSSIGNOÛDENS
L'ESCU
Qu'èy
déchut
la
frinèste
oubèrte
à
la
noeyt
Mue,
E
qu'entre,
auloureyante
e
fresque;
que
dirén
Ue
nòbie qui
bié
dab
sa
pélhe
de
lue
E
lou
seguissi
dous
lugrâs
bestitsd'aryént.
L'ayre
qu'ey
ataysat.
Coum
en
ue
capère
:
Tout
que-s
care.
Ue
flou
qui
sus
la
yèrbe
e
cad
Que
s'entén,
e
qu'ey pòu,
en
muda
la
perpère,
De
ha 'sbaubi
la
pats
doun
me
sèy
aprigat.
Ue
estéle
dou
cèuque bâche
e
puch s'estangue,
Coum
s'ère
aco
lousigne
atendut,
autalèu
U
rebalay,
partit
dou
bord de l'arriu
Mangue,Que
puye,
làrye
e
bèt,
emplean
tout
lou cèu.
O
rey
de l'escu
tèbe,
ô
beroy
musicàyre,
0
riche
bergougnous
qui
bos
esta
soulét,
De
la
mar d'Armounie
esdeburat
pescàyre,
QueMènes
mestreya
sus tout,
Roussignoulet
!
Lou
calme
de
la
noeyt, esmabut,
que
t'escoute;
La
lueque
s'aprèsse
e
l'ayret
que
se-t
béu
La
cansoû qui-nse hès
riuleya,
goûte
à
goûte,
Dinque
au
bèt
houns
de
l'amne
en
grâs
d'or
e
de
méu.
Cante,
ô
rey
!
N'ayes
pas
la
gorye
encoère lasse
!
Aquéste
ore
qu'ey
toue,
oh
!
bèn,
perloungue-la,
Enta s'esta
dab
tu
la
noeyt
mey
dous
que
passe,
Cante
!
Coume
ue
hount
lou
tou
bercet qu'ey
cla
!
Cante
!
e
quoan
lou
droumi
susyoupause
soun arpe,
Que
bouy
encoère
abé
lou me
souney flourit
De
tu,
mèste
dou
sé,
mirabilhouse
harpe,
E
yumpa-m
au
toû
rèbe
aus
lugrâs
abourrit.
(1909)
SIMIN
PALAY.

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->