Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Jardins Memoire 2005

Jardins Memoire 2005

Ratings: (0)|Views: 126|Likes:
Published by Tatulea Dumitru
Exposition du architecture paysagère.
Exposition du architecture paysagère.

More info:

Categories:Topics, Art & Design
Published by: Tatulea Dumitru on Jun 11, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/04/2014

pdf

text

original

 
Les jardins sont-ils un lieu où s’exprime la mémoire de notre monde ? Sont-ils des lieux de démonstration, d’expérimentation pour l’avenir ?Qu’imaginons-nous quand nous pensons à un jardin resté dans notremémoire ? Que projetons-nous comme images ?Lorsque nous avons commencé à travailler ce sujet, nous avons pensé,comme les années précédentes, théoriser un peu sur le thème de lamémoire. Nous avons orienté les candidats vers Nora, Yates, Hartog. Nousleur avons proposé des pistes dans l’histoire des jardins ou des collectionsbotaniques.Très rapidement, nous nous sommes aperçus du paradoxe : la subjectivitéde la mémoires’accommodait mal des consignes. Alors, nous les avons lais-sés aller.Mais nous avons décidé de renouer avec un exercice que nousn’avions plus pratiqué systématiquement depuis la première année(mémoirequand tu nous tiens) : nous avons demandé à des invités de nousraconter ce qu’évoquait pour eux le sujet. On ne s’étonnera donc pas qu’àpart égale cohabitent ici de jeunes créateurs inconnus et des personnalitéscomme Peter Greenaway, Richard di Rosa, les rosiéristes Guillot, un hom-mage à Burle-Marx ou à Monet, Louis Benech, Vincent Floderer et tantd’autres.Les jardins permanents se sont eux aussi adaptés au thème : Le jardinexpérimental se remplit d’odeurs et de parfums qui bouleversent nos sou-venirs d’enfance. Dans le Vallon des Brumes, l’atmosphère humide évoqueles voyages anciens dans les jardins du Japon ; les ouvertures vers la Loiredu Sentier des Fers Sauvages permettent de rêver, confortablement, à l’om-bre des grands arbres. La grande serre présente une collection d’orchidées:àvous de reconnaître les vraies des fausses
Thème :LES JARDINS ONT DE LA MÉMOIRE
Chaumont
-sur-Loire41 )
Festival 2005
Les Jardins du Festival
Jardin de cairnsLes roses d'autrefoisBurle-Marx est parmi nousMon jardin à moi SétoisLes fleurs de la ville de Blois1465-2005, Mémoire brodéeTransparences... J'ai 2 ansUn champ de ruinesStumperyLe nid à fleursButterflyLa mémoire des cannetteschambre intérieureLe jardin d'ombre et de bleuBabelMind MistDe branche en brancheTohuwabohuMémoire tactileDe bouche à oreilleLe Mémorial de Tulse LuperL'oeil de Claude MonetDans les replis de la mémoireTopiairesJardin de soleil et de rougeL'archéologie du cristal
 
conservatoire internationaldes parcs et jardins et du paysage
ferme du château - 41150 Chaumont-sur-Loiretél. : 02 54 20 99 22 / fax: 02 54 20 99 24 www.chaumont-jardins.com
 
A l’arrivée, cinq tendances se dégagent :D’abord, celle des
souvenirs d’enfance
, lorsque nous étions tout petits, quand les plantes, les objetsnous paraissaient énormes et menaçants (
Je sais que c’est pas vrai mais j’ai deux ans 
). Plus ludique,un potager familier familial sonore et joyeux (
Mon jardin à moi Sétois 
).
Le nid à fleurs 
évoque la matriceoriginelle et confortable et
Chambre intérieure 
nous invite à remonter le temps.
De bouche à oreille 
,enfin, nous fait entrer dans le monde du souvenir des sons.Deuxième groupe de jardins, ceux qui rendent
hommage au passé
: hommage à des personnages réels,comme le jardin
Burle-Marx est parmi nous 
ou
L’oeil de Claude Monet 
; hommage à des personnagesmythiques comme
le Mémorial de Tulse Luper 
. Evocation de la confrontation entre réel et imaginaireavec les films opaques de
Transparences 
ou même de la mort avec les stèles de
Mind Mist 
.Thème récurrent de l’art des jardins, la
fascination des ruines
, avec
Un champ de ruines 
, où le mondes’enfonce dans la terre et l’oubli,
L’Archéologie du cristal 
où émergent du sol des merveilles que l’oncroyait à jamais perdues, un
Jardin de cairns 
, témoin d’inlassables pèlerinages auxquels les visiteurseux-mêmes pourront se livrer. Les boissons modernes, avec
la Mémoire des cannettes 
, se hissent,improbable troupe d’armures siglées des meilleurs marques, au rang de mythe joyeux. Comme à Esteoù une fontaine évoque l’incendie de Rome, ici,
Dans les replis de la mémoire 
raconte, avec des feuillesde métal pliées et agitées de mouvements, un récent raz de marée et les mouvements sous-marins deplaques tectoniques qui l’ont provoqué.
Tohuwabohu 
revient pour une deuxième saison, enrichi d’uneannée d’arrivée de graines portées par le vent.Les
techniques
jouent un rôle important dans ce thème, comme le jardin
De branche en branche 
quiévoque l’histoire et le devenir du plessage, technique millénaire d’assemblage de bois, ou
Stumpery 
,qui raconte l’art typiquement anglais de la souche empilée, ou les extraordinaires
Mémoires brodées 
des étudiantes nous projettent à la fois dans les jardins de broderies du XVIème siècle et dans le plusavancé de la recherche en broderie de notre époque. Une collection de topiaires destinées au Châteaude Versailles ou de Villandry permet de comprendre à quel point les arbres gardent la mémoire destraitements qu’on leur a fait subir (
Topiaires 
). En mettant face à face deux grandes époques de l’his-toire de son fleurissement la ville de Blois nous montre que les modes et les techniques vont et vien-nent (
Les fleurs de la ville de Blois 
).Les
collections
de plantes constituent le dernier thème de ce Festival, évoquant comment un végétalramené du bout du monde passe du statut de rareté à celui de familier.
Les roses d’Autrefois 
durosiériste Guillot nous racontent la saga d’une famille folle d’innovation, mais qui retourne toujours surses traces pour mieux faire. Louis Benech, dans
Benech is a Butterfly,
joue de l’«effet papillon» pourassembler une collection de giroflées, de soucis, de cosmos.
Mémoire Tactile 
se sert d’une collectionde fougères pour nous inviter à visiter les volutes de la mémoire, tandis que la spirale de
Babel 
, cou-verte d’une multitude de fleurs nous invite à descendre physiquement, par un escalier hélicoïdal auplus profond de nos souvenirs.
Un jardin d’ombre et de bleu 
et
Un jardin de soleil et de rouge 
nousracontent, seulement avec des végétaux, la mémoire enfouie et la mémoire accessible.
Thème :LES JARDINS ONT DE LA MÉMOIRE
 
Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire - 2005
On retrouve des cairns dans de très nombreuses civilisations. Ces empile-ments de pierres que l’on croise en montagne, souvent dans des lieux spec-taculaires ou inhospitaliers, sont l’expression du passage de l’homme. Celui-ci, par un geste esthétique, a besoin de laisser son empreinte dans le paysagecomme pour lui rendre hommage. Le cairn garde la mémoire de ceux qui sontpassés dans un lieu.Le jardin de cairns s’inscrit dans la longue tradition des jardins de pierre,notamment dans celle des jardins chinois. Le visiteur est ici amené à par-ticiper à la composition du jardin. En laissant sa trace, il fabrique la mémoiredu lieu. Les pierres de toutes formes, de toutes tailles et de toutes couleurs,sont autant de mots différents, avec lesquels l’homme écrit l’histoire de lamémoire du jardin. Ces phrases minérales jouxtent des « pierres-mots »,comme pour dire la même chose de manière différente. Le cairn est une vari-ation du langage. Les visiteurs s’approprient alors l’espace du jardin en per-pétuelle recomposition, décryptant les traces de ceux qui sont déjà passés etannonçant ceux qui vont encore venir. C’est un flux de mémoire qui structurece jardin.Au fil du temps, ce jardin va évoluer, se transformer sous l’effet de la pluie,de la solidité des empilements ; il est exempt de nostalgie : les matériaux dupassé servent au futur avec un nouvel élan créateur. L’homme écrit l’homme,l’homme écrit le monde, et le sol garde la trace dans sa chair de cette inter-vention.La végétation de ce jardin rappelle la végétation pionnière. On y trouve dejeunes arbres qui ne dépassent pas 1,50m (bouleaux, sorbiers, noisetiers)dont la fragilité tranche avec l’assurance des graminées conquérantes.
 Jardin de cairns
 www.chaumont-jardins.com
Flora Peregrina :Marguerite Aimé-Sintès
, paysagiste
& Damien Provendier
, écologue, France
Eryngium giganteumFestuca gautieriFestuca ovinaHelianthemum ‘elfenbein glanz’Hieracium pilosellaHolcus lanatusSaxifraga cuneifoliaScabiosa columbariaSedum sp.Sempervivum tectorumSesleria automnalisSilene alpestrisSilene vulgarisStipa tenuissimaBetula verrucosaCorylus avelanaSalix auritaSorbus ariaSorbus aucupariaAchillea millefoliumAgrostis capillarisAllium tuberosumAsphodelus albusBriza mediaBupleurum falcatumCalamintha nepetaDeschampsia flexuosaEpilobium dodonai
4
Principales plantes du jardin

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->