Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
L' echo des Ameriques

L' echo des Ameriques

Ratings: (0)|Views: 289 |Likes:
Published by lyceefrancais
L’écho des Amériques est un
nouveau journal lycéen thématique
centré sur les problématiques
économiques et sociales. Encadrés
par des enseignants dans différents
lycées français du continent
américain, les rédacteurs tenteront
trois fois par an de réfléchir à des
thèmes qui leur permettront de croiser
leur regard et d’échanger. Pour son
premier numéro, les élèves du Lycée
Franco-Mexicain de Mexico, du Lycée
Franco-Nicaraguayen de Managua et
du Lycée Français de San Salvador
ont choisi d’évoquer les phénomènes
migratoires. Ils ont à travers des
lectures et des entretiens, élaboré des
articles très divers qui vous
permettront , nous l’espérons, de
mieux cerner le phénomène. Il ne
s’agit bien entendu pas de traiter le
sujet dans sa globalité mais d’offrir
une analyse variée en fonction des
rencontres effectuées par nos jeunes
journalistes. Ils vous proposeront
d’autre part un portrait de journaliste
par numéro.
Le comité de rédaction tient à
remercier tout particulièrement le
journal électronique « EL FARO » qui
l’a autorisé à reproduire de
nombreuses photos dans ce numéro.
Il vous invite d’ailleurs à vous diriger
vers sa page web consacrée au
thème de la migration.
Le comité de rédaction invite enfin les
autres lycées du continent à le
rejoindre afin de diversifier toujours
plus les regards !
Bonne lecture à tous !
L’écho des Amériques est un
nouveau journal lycéen thématique
centré sur les problématiques
économiques et sociales. Encadrés
par des enseignants dans différents
lycées français du continent
américain, les rédacteurs tenteront
trois fois par an de réfléchir à des
thèmes qui leur permettront de croiser
leur regard et d’échanger. Pour son
premier numéro, les élèves du Lycée
Franco-Mexicain de Mexico, du Lycée
Franco-Nicaraguayen de Managua et
du Lycée Français de San Salvador
ont choisi d’évoquer les phénomènes
migratoires. Ils ont à travers des
lectures et des entretiens, élaboré des
articles très divers qui vous
permettront , nous l’espérons, de
mieux cerner le phénomène. Il ne
s’agit bien entendu pas de traiter le
sujet dans sa globalité mais d’offrir
une analyse variée en fonction des
rencontres effectuées par nos jeunes
journalistes. Ils vous proposeront
d’autre part un portrait de journaliste
par numéro.
Le comité de rédaction tient à
remercier tout particulièrement le
journal électronique « EL FARO » qui
l’a autorisé à reproduire de
nombreuses photos dans ce numéro.
Il vous invite d’ailleurs à vous diriger
vers sa page web consacrée au
thème de la migration.
Le comité de rédaction invite enfin les
autres lycées du continent à le
rejoindre afin de diversifier toujours
plus les regards !
Bonne lecture à tous !

More info:

Published by: lyceefrancais on Apr 29, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/01/2013

pdf

text

original

 
 
Regards croiséssur la migration
 
L’écho des AmériquesL’écho des AmériquesL’écho des AmériquesL’écho des Amériques
RegardsRegardsRegardsRegards lycéenlycéenlycéenlycéenssss sur les faits économiques et sociauxsur les faits économiques et sociauxsur les faits économiques et sociauxsur les faits économiques et sociauxLycées français de Bogota, Mexico, Managua, San SalvadorLycées français de Bogota, Mexico, Managua, San SalvadorLycées français de Bogota, Mexico, Managua, San SalvadorLycées français de Bogota, Mexico, Managua, San Salvador
Editorial L’écho des Amériques est un nouveau journal lycéen thématique centré sur les problématiques économiques et sociales. Encadrés par des enseignants dans différents lycées français du continent américain, les rédacteurs tenteront trois fois par an de réfléchir à des thèmes qui leur permettront de croiser leur regard et d’échanger. Pour son premier numéro, les élèves du Lycée Franco-Mexicain de Mexico, du Lycée Franco-Nicaraguayen de Managua et du Lycée Français de San Salvador ont choisi d’évoquer les phénomènes migratoires. Ils ont à travers des lectures et des entretiens, élaboré des articles très divers qui vous permettront , nous l’espérons, de mieux cerner le phénomène. Il ne s’agit bien entendu pas de traiter le sujet dans sa globalité mais d’offrir une analyse variée en fonction des rencontres effectuées par nos jeunes  journalistes. Ils vous proposeront d’autre part un portrait de journaliste par numéro.Le comité de rédaction tient à remercier tout particulièrement le  journal électronique « EL FARO » qui l’a autorisé à reproduire de nombreuses photos dans ce numéro.Il vous invite d’ailleurs à vous diriger vers sa page web consacrée au thème de la migration.Le comité de rédaction invite enfin les autres lycées du continent à le rejoindre afin de diversifier toujours plus les regards ! Bonne lecture à tous ! Comité de rédaction :Lycée Français de San Salvador : Cristina Kuri, Pamela Favre,Michelle Favre, Andrea Mejia, Javier Orellana, Gabriela Ramirez, Pamela Ramirez Professeurs coordinateurs : Pierre Patinec, Vincent Fiorello Lycée Franco-Mexicain : Maria José Rocha, Eric Martinez, Karen Paloma Sanchez,Margaux Van Wetswinkel, Stéphanie Garcia, Désirée Cousin Professeurs coordinateurs : Françoise Perrudin, Sylvie Guetienne, Philippe Herry Lycée Franco-Nicaraguayen
 
Luciana Tellez Chavez, Daniel Zavala Porras Professeur coordinateur : Thierry Maire Directeur de publication : Pierre Patinec (Lycée Français du Salvador)
1111MARSMARSMARSMARS
2009200920092009
 
 
L’écho des Amériques
N°1 Mars 2009
 
La face cachée de l’immigration choisie
D’après le Rapport 2008 sur l’état de la migrationdans le monde
1
, il existe à l’heure actuelle plus de200 millions de personnes en état migratoire. Ettoujours dans le même rapport, il est estimé quependant les quatre prochaines décennies il y aurasuffisamment de travailleurs migrants du mondeen développement pour satisfaire les besoins enmain d’œuvre des pays développés. Or, si l’onobserve les politiques migratoires de ces pays,depuis au moins les vingt dernières années onassiste à une sélectivité dans l’immigration, baséesur des principes en apparence économiques:c’est ce que politiciens et sociologues appellent« immigration choisie ». Ce choix desgouvernements, à accepter ou refuser l’entrée àtel ou tel groupe particulier, est devenu un desgrands débats de société, tant en Europe qu’auxÉtats-Unis : quels sont les manifestations et lesfondements de l’immigration choisie ?
La fuite des cerveaux : refuser au Tiers-Mondele droit au développement
Selon une interview de 2006 réalisée par leJournal Marianne
2
à l’ex-Président de laCommission de l’Union Africaine, Alpha Oumar,« Chaque année, plus de 25000 diplômés, danstous les domaines, quittent l’Afrique. » L’exemplede l’Afrique, un continent très touché par la fuitedes cerveaux, (de l’anglais
brain drain 
), est assezreprésentatif de ce phénomène qui consiste àattirer vers un pays développé des travailleurshautement qualifiés (recherche, industrie depointe) ou des étudiants méritoires, de nations oùles options professionnelles sont moindres. Celapermet d’augmenter le rayonnement scientifiqueou culturel du pays d’accueil. Ces « fuites decerveaux » peuvent avoir des effets dévastateursdans bien des pays, comme c’est le cas del’Afrique, où, faute de possibilités économiques ouacadémiques, ses États perdent la minorité de jeunes éduqués, qui partent vers des territoiresplus « attrayants » en termes d’options. Cesderniers sont alors énormément favorisés quant àla recherche et l’industrie, tant dans le public quedans le privé : c’est ce qui explique que 30% desdoctorants aux USA soient des étudiantsinternationaux.
3
 1. International Organization forMigration
 
2. Marianne, 25 avril-5 mai 2006
 
3. US Doctorates in the 20th Century,National Science Foundation
 
4. US bureau of Labor Statistics
 
Tolérance ou délocalisations?
Bien que les États-Unis profitent des migrants,notamment grâce aux centaines de chercheursqualifiés, les contrôles de surveillance à lafrontière du Mexique sont extrêmement agressifs.Parallèlement à la vague de délocalisations, quidirige les entreprises au Mexique, pour profiterdes bas salaires mexicains, les services decontrôle et la population, souvent issue desclasses moyennes blanches, se chargent de tirersur tout immigrant illégal qui prend le risque detraverser la frontière sud. Pourtant les travailleursqui réussissent le passage, peu ou non qualifiéset évidemment sans ressources, deviennent alorsle soutien de l’économie
4
: ce sont les ouvriersdans les grandes usines, les employés del’hôtellerie et du tourisme, les petits agriculteurs ;enfin, ceux qui occupent les places àrémunération minimale et aux mauvaisesconditions de travail.
 
Mais ce n’est pas seulement le cas des USA. AuRoyaume-Uni une situation semblable se produit,surtout avec les travailleurs des anciennescolonies anglaises (Asie majoritairement).L’entréeest très limitée, et certaines protestations contreles étrangers, notamment d’Europe de l’Est,circulant librement grâce à l’espace Schengen, semultiplient. Simultanément, nombre de firmesaméricaines et anglaises se délocalisent, pours’implanter dans ces pays à l’économie demarché récente et à la main d’œuvre sous-payée.Un autre cas, l’Espagne, où de nombreuxtravailleurs irréguliers sont attaqués et répudiéspar des partis politiques et des liguesxénophobes.
 
Avec l’instabilité politique qui resurgit dans lesDOM-TOM et la crise économique quil’accompagne, la France se trouve dans unesituation de redéfinition de la questionpostcoloniale et migratoire. À presque deux ansdu gouvernement de Nicolas Sarkozy, dont undes slogans de campagne était l’immigrationchoisie, il est important de clarifier le sens duterme. Peut-être que l’on aura plus de réponseslors de la visite du président au Lycée Franco-Mexicain, le 9 mars prochain…
 
Eric Martinez Tomasini 1
ère 
S3 Lycée Franco- Mexicain 
 
2
 
L’écho des Amériques
N°1 Mars 2009
El Salvador : Une politique migratoire évolutive
Historiquement, la position dugouvernement en matière depolitique migratoire a eu tendanceà s’adapter aux variations duvolume de migrants.
La position du gouvernement salvadoriensur la question des politiques migratoires aévolué en fonction de la variation des fluxmigratoires. En fait, les flux migratoires sesont accrus, notamment à partir des années1980. La crise économique des années1970 et le conflit armé des années 1980 onteu une forte incidence sur les raisons quiincitent les salvadoriens à migrer vers lesUSA. Il s’agissait alors, à n’en pas douterd’obtenir des revenus plus importants, maisaussi d’améliorer ses conditions de vie enéchappant enfin à la violence.Dans les années 1980, la politiquemigratoire n’a pas été une préoccupationprioritaire des dirigeants en raison du conflitarmé. Plus tard, au début des années 1990,avant l’installation de l´administration Flores,le gouvernement avait une politiquemigratoire très conjoncturelle. Les migrantssalvadoriens bénéficièrent ainsi d´unTemporary Protected Status ou d´un statutde protection temporaire (TPS). Le premierTPS avait une validité de 2 ans. Ledeuxième TPS sera institué après lestremblements de terre de janvier et février2001 : c’est en effet à cette occasion que legouvernement salvadorien demande augouvernement des Etats-Unis un nouveauTPS, obtenant ainsi une sorte deprorogation du premier.Le président Francisco Flores (1999-2004),en créant la Direction générale pourl´attention aux communautés extérieures(DGACE) engage une politique migratoireaffirmée. Du coup, la façon de percevoirl´enjeu migratoire se transformeinstitutionnellement. La DGACE est uneunité spécialisée du Ministère des RelationsExtérieures dont l’objectif principal est derenforcer les liens avec les concitoyensrésidant hors du pays. Elle a pour but de lesassocier au processus de développementnational dans les domaines culturel, social,financier et économique. Il s’agit notammentd’inciter les salvadoriens à investir dans leurpays d’origine. Dans un même temps, le rôlediplomatique des consulats évolue, etprésente alors, progressivement, unefonction plus sociale, plus humanitaire.Cette réorientation suit l´exemple mexicain :les autorités offrent des formationsspécialisées et plus adaptées aux besoinsdes migrants.Avec l´administration du président AntonioSaca (depuis 2004) l´action dugouvernement précédent s´institutionnalised´autant plus. Le 1
er
Juin 2004 est créé leVice Ministère des Relations Extérieurespour les salvadoriens à l´extérieur. Ilcherche à défendre les droits dessalvadoriens vivant à l’étranger et àdévelopper les opportunités de renforcerleurs liens avec leur pays d’origine. Il centreson action sur le respect des droits desmigrants et l´assistance légale. Denombreux migrants sont en effet victimesd’agression et la police leur fait parfois subirde très fortes pressions. Le programme vised’autre part à favoriser la stabilité familiale etla réunification familiale tout en offrant uneassistance sociale et humanitaire. Ladimension économique du projet est enfinrenforcée car le pays cherche à profiter dessalvadoriens résidant à l’étranger pourconsolider son économie et développer sonpotentiel productif.La conscience que toute décision prise à ElSalvador a un impact considérable sur lesconditions de vie des salvadoriens àl´extérieur est nécessaire. Le Vice minist²èredes relations extérieures pour lessalvadoriens à l´extérieur essaye de fairecomprendre aux autres ministères que laquestion migratoire les concerne aussi. Ceciest, d´après le Vice ministère essentiel pourcomprendre l´enjeu migratoire.
Gabriela Ramirez TES Lycée Français duSalvador
3

Activity (3)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
badjabadja liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->