Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
0Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Gérôme Taillandier: de diverses manières d'aimer

Gérôme Taillandier: de diverses manières d'aimer

Ratings: (0)|Views: 2 |Likes:

More info:

Published by: Gérôme Taillandier on Jul 11, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

07/11/2013

pdf

text

original

 
DE DIVERSES MANIERES
D’AIMER 
  Au risque de trancher, soyons net: le narrateur de la Recherche
n’est pas l’auteur, c’est, pour une bonne part, l’ombre de Tante
Léonie. Il faut
remarquer que ce terme d’
ombre 
 
est de l’auteur lui
-même, qui se place
d’emblée dans celle des jeunes filles, aurisque d’y disparaître. Mais peu à peu, cette ombre se dévoileracomme celle du monstre auquel l’auteur a essayé d’échapper. La
Recherche e
st le récit de la manière dont l’auteur, aux prises avec
les diverses identifications auxquelles
il s’essaie pour i
ssir de lasituation qui lui est faite, cherche à échapper à cette ombretombée sur le
 je 
 
d’un enfant par
la constellation que nous avons vue. Certes, le sujet, come il se doit, échappe toujours à sondestin, mais
d’une façon parfois affreuse dont on ne soupçonne
pas même les détours pour des cas beaucoup plus délicats.Pour rester très discret, a-t-on essayé de deviner par quelsdétours
a pu passer l’âme d’un Staline pour en arriver à sa figured’ange
exterminateur ? Je pourrais multiplier les exemples, maisje ne veux pas risquer le grand guignol.
Nous allons tenter de discerner par quels détours l’âme de
Proust enfant puis adulte a pu passer pour devoir écrire son
destin d’une façon telle qu’elle respecte le chem
in de la divisiondu sujet qui se fraie son existence malgré et sous ce destin: cetteombre tombée sur le
 je 
. Pour mémoire, je rappelle que les cas demélancolie dans la proximité de sujets identifiés narcissiquementne sont pas rares: Chacun des êtres pris dans cette constellation
n’a pas toujours la chance
que cette ombre tombe sur son
 je 
et letransforme dans une apparence humainement acceptable, desorte que ces sujets passent facilement par le chas
de l’aiguille de
 
la mort, pour avoir été démunis d’
une ombre qui les eût habilléset par conséquent quelque peu protégés.
……………………………
 
Partons du choix d’objet par appui chez la fille. Ce qui cause son
désir est le manque lié au
Penisneid 
et sa transformation en désir
d’enfant. En réalit
é cette transformation est des plus complexesmais nous devons simplifier. Quel rôle le père joue-t-il dans cecas ? Celui de
donateur du phallus
 
sous la forme de l’enfant.En effet, il ne suffit pas d’aller répétant que l’amour est donnerce qu’on n’a pas
 
à quelqu’un qui n’en veut pas, il faut bien qu’il y 
ait don quelquefois, sinon le concept mê
me de don n’existerait
pas. Cette solution simple engendre dans le cas du garçon unedifficulté inattendue. Si pour la fille le désir du phallus passe bienpar le don du père, comment ce désir peut-il fonctionner pour legarçon
? En effet, il n’y a pas de tiers terme apparent, et il estclair qu’
un désir ou même un amour pour le père serait plutôt de
nature à l’engager sur une voie homosexuée…
Il manque un terme à
l’équation
. Ce terme est
l’
identification
. Le garçon s’identifie à son père comme
donateur de phallus, pour autant que le père lui a donné cettepossibilité. On voit que les histoires de crainte de castration fontpartie du cinéma, mais rien de plus. Ainsi, le père est bien ici
aussi donateur, mais en permettant au garçon de s’identifier à ce
donateur. On croit alors deviner que le désir dans ces conditions
devient désir de l’autre,
les substituts de la mère, non pas parce
que l’enfant désire la mère, mais
parce que celle-ci est désirante,et de ce fait entre dans un processus de donation. Garder unenfant pour soi est la meilleure manière de le rendre idiot et
 
inhibé.
Il n’y a donc aucun attachement primordial de l’enfant à
la mère qui serait rompu par la menace de castration, maisconstitution de la mère comme exprimant un manque dans le
désir, soit, sous la condition qu’il y ait un donateur quelconque
pour y répondre. Sinon, pas de désir à exprimer mais beaucoupde prières
à l’église
!Dans le cas du
choix d’objet narcissique, que se passe
-t-il ?Laissons de côté le cas de la fille, que je repousse à plus tard, enraison de sa complexité.
Mais dans le cas du garçon, nous voyons d’autres paradoxes
apparaître. Nous avons déjà discerné
que le garçon ne s’
identifie
pas à la mère, mais qu’il est condamné à ce choix par l’ombre qui
est tombée sur son
 je 
dans le processus préliminaire. Mais enréalité, de quoi cette identification provient-elle
? D’une part sans
doute de cette ombre elle-même. Mais laissons cela de côté.
Surtout, l’enfant s’
identifie à
une mère porteuse d’un phallus
 
en quelque sorte mortifié, à l’instar de Tante Léonie. Mais cette
réponse ne suffit pas. En effet, quel bénéfice en termes de désirune telle identification pourrait-elle produire ? Manifestement
aucun, puisque l’enfant serait alors le phallus de la mère: à quoi
bon désirer ?Mais les choses se résolvent si ici aussi, nous introduisons un
terme manquant à l’équation
 
: D’où peut
bien provenir le
désir si ce n’est d
e
l’autre, l’
enfant que le sujet est censé aimercomme il aurait été aimé par la mère ? On a déjà vu que cettethèse est une ineptie. En réalité, le désir se constitue dans ce cas
en ce que l’autre, l’enfant
qu
on dit
aimé 
, est
désirant 
du sujet

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->