Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Revue Presse AZF 2009 - J.Juraver

Revue Presse AZF 2009 - J.Juraver

Ratings: (0)|Views: 737 |Likes:
Published by Juraver J
Une revue de presse sans concession sur le traitement journalistique de l'évènement AZF dans la presse écrite.
Presqu'objectif, donc indispensable.
Par J.Juraver via http://geek.juraver.net
Sous licence Crreative Commons
Une revue de presse sans concession sur le traitement journalistique de l'évènement AZF dans la presse écrite.
Presqu'objectif, donc indispensable.
Par J.Juraver via http://geek.juraver.net
Sous licence Crreative Commons

More info:

Published by: Juraver J on Jun 23, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/11/2014

pdf

text

original

 
Revue de presse 2009
Certains droits réservés
L
e
21 septembre 2001
explosait l'usine
 AZF
à Toulouse (Haute Garonne), ettuait 31 personnes, blessait des milliers de locaux (plus de 20 000), traumatisaitdurablement l'infrastructure économique d'une région : la plaie doit être raclée denouveau, huit ans plus tard, avec l'ouverture du procès de la plus grande catastropheindustrielle en France.Nous allons voir comment les traitements journalistiques d'un tel événement peuvent êtremodélisés selon l'importance de l'organe de presse émetteur, avec des caractéristiquesconstantes depuis les faits jusqu'à l'évènement juridique.
 
« AZF »
De l'énigme auxsuperlatifs
 
 1.L'explosion AZF dans les medias : tout dire et rien dire
L
e phénomène explosif est dès le premier jour à la croisée des doutes, suspicions, etcontre-veris. La formule consacrée encore en vigueur demeure «
 Attentat ouaccident ? 
»En effet nous sommes à peine dix jours après les attentats du 11 septembre 2001, maisaussi la relative complexides installations de l'usine, la topologie du terrain, lestémoignages internes et périphériques, l'opacité générale qui règne dans le monde de lasécurité industrielle et de la gestion des risques (notamment en milieu urbain), la viveémotion e par le K.O. des Toulousains et le veil soudain des consciencespopulaires dans tout le pays mêlé au syndrome anxiogène du « nuage de Tchernobyl qui neconnaît pas les frontières »... tout un fratras dont la presse se fait allègrement écho,rarement pour jalonner et distinguer, encore moins pour hiérarchiser.
M
ais d'abord, revoyons le petit séisme journalistique provoqué à chaud :
Le MONDE, au lendemain de l'évènement : « Au moins dix morts et plus d'unecentaine de blessés lors d'une explosion dans une usine de Toulouse »
La CROIX du 24 septembre sume par un sobre « L'usine inqutait depuislongtemps »
FRANCE-SOIR du 25 septembre évoquent d'emblée des « bombes chimiques àretardement »
L'HUMANITE du 27 et Le POINT du 28 : « Ces usines qui font peur »On sent bien que pour les uns l'évènement consistera, au moins, à publier un feuilletchaque fois qu'une dizaine de mort ou de blessé supplémentaire sera décomptée, et pourd'autres que c'est le moment d'enfoncer les portes ouvertes des sujet anxiogènes.Quand à l'écrasante hégémonie du monopole journalistique local, La
 Dépêche Du Midi 
,l'éditorial du jour même de la catastrophe s'intitule : « Informer malgré tout ».Sous-intitulé « Toulouse : le drame », le texte de Jean-Michel Baylet sera endeuilléet d'emblée à la tonalité compassionelle. La presse locale, elle-même touchée de près ou deloin, fera quand même son travail (Informer, hiérarchiser, objectiver, vulgariser), sous unangle qui tranche avec le sensationnalisme national :
« c’est toute une agglomération qui porte le deuil des personnes tuées et la douleurdes blessés »
« C’est d’abord vers tous nos concitoyens, vers leurs proches, directement ouindirectement toucs, que vont nos pensées et notre solidarité. Elles vontégalement vers tous les secouristes, professionnels ou bénévoles, qui aussitôt se sontmobilisés pour porter aide et réconfort. Les premières photographies prises par nosreporters témoignent de l’ampleur inimaginable du drame qui nous frappe. »
« Cette édition spéciale, réalisée dans le bruit et les gravâts, dans l’effervescence du« direct », constitue notre contribution « citoyenne » au drame soudain que vient deconnaître notre ville. »
 
L'Edito :
L
'éditorialiste ne sait pas encore combien son voeu civique s'avèrera exemplaire,tant c'est la seule véritable attitude journalistique que l'on connaîtra au fil du temps.

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->