Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
9Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Le peuple juif tout entier est il coupable de traite d'esclaves

Le peuple juif tout entier est il coupable de traite d'esclaves

Ratings:

4.5

(2)
|Views: 1,322|Likes:
Published by atike

More info:

Published by: atike on Jun 24, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/11/2014

pdf

text

original

 
 Le peuple juif tout entier est-il coupable detraite d' esclaves ?
Réponse à Daniel J. Goldagen
 
Éditions du V.H.O1997Diffusion hors commerce
 REPONSE A DANIEL GOLHAGEN 
Daniel J. Goldhagen est l'auteur d'un livre dans lequel il accuse le peuple allemand
tout entier 
d’avoir pris part au massacre des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Ilécrit :
«Les Allemands pouvaient dire non au meurtre de masse. Ils choisirent le OUI 
».D'après lui, les Allemands auraient été dans leur ensemble
«les dociles hommes de main de Hitler».
Goldhagen s'estime en droit de dresser le gibet de la
«culpabilité collective »
et denous y pendre. Qu'on nous permette donc d'examiner la
«culpabilité collective d'un peuple»
lorsqu'il s'agit de la traite d'esclaves d'Afrique vers l'Amérique.L'histoire de l'esclavage en Amérique commence avec l'arrivée de Christophe Colombsur Le «Nouveau Continent» (1492). Parmi ceux qui l'accompagnaient, il y avait 5 juifs baptisés: Luis de Torres, Marco, Bernal, Alonso de la Calle et Gabriel Sanchez. Ce dernier,soutenu par les autres juifs, persuada Colomb de capturer 500 autochtones («Indiens») etde les vendre comme esclaves à Séville, en Espagne.
 
Le peuple juif fut chassé d
4
Espagne en 1492 et du Portugal en 1497. Les Juifsexpulsés s'établirent aux Pays-Bas où ils fondirent la «Compagnie hollandaise des Indesoccidentales » (c'est-à-dire d'Amérique). En 1654, Jacob Barsimson fut le premier juif àémigrer de Hollande vers New Amsterdam (New York). Au cours de la décennie quisuivit, il Fut imité par beaucoup d'autres. Ceux-ci s'établirent sur la côte est etcommencèrent le « commerce » avec les autochtones.Le premier juif à exercer le métier fut Hayman Levi, qui apportait de Hollande de laverroterie, des tissus bon marché, des boucles d'oreille, des bracelets et autre ornements de pacotille. Il les échangeait contre de précieuses fourrures.Les juifs Nicholas Lowe et Joseph Simon prirent bientôt part à ce commercefructueux. Lowe eut l'idée de vendre aussi du rhum aux « Indiens » sans méfiance. La première distillerie fut fondée. Peu après la ville portuaire de Newport comptait 22distilleries. Toutes appartenaient à des Juifs. l'intoxication alcoolique des Indiens et lesmassacres commis en état de complète ivresse sur les premiers colons européens eurent pour origine une initiative juive.Le port de Newport devint un des centres principaux du trafic d’esclaves, onl'appela longtemps «le Newport juif »,centre mondial du trafic d'esclaves avec l'Afrique.C'est de là que les bateaux gagnaient l'Afrique de l'Ouest par l'Atlantique, pour y prendreleur cargaison humaine noire. D'après des sources authentiques, 128 bateaux quidébarquaient des esclaves à Charleston appartenaient à des Juifs de Newport et deCharleston. Pour 120 bateaux, des noms juifs connus figurent sur les listes de propriétaires.La traite des esclaves était un monopole juif!Apprécier correctement la prépondérance juive dans la traite des esclaves nécessitede bien connaître les entreprises du Juif Aaron Lopez. Celui-ci joua un rôle très importantdans ce «commerce». De 1726 à 1774, soit 48 années durant, il contrôla personnellement50% de la traite des êtres humains dans toutes les colonies américaines.En 1749 fut fondée la première loge maçonnique. 90% de ses membres étaient juifs.Sachant que seules les personnalités influentes étaient acceptées, ce fait révèlel’importance des Juifs dans la jeune Amérique. Vingt ans plus tard fut fondée la logemaçonnique «King David», exclusivement juive.
Accompagnons maintenant un des bateaux du Juif Aaron Lopez jusqu'enAfrique de l'ouest. En mai 1752, l « Abigaïl » fut chargé de 34.000 litres de rhum,d'une grande provision de fers à mettre aux mains et aux pieds des nombreux passagers noirs à prévoir, de tout le nécessaire en pistolets, poudre, sabres et,naturellement, d'une abondante camelote comme fonds de «commerce ». Levoyage comm
ença sous la direction du capitaine juif Freedman qui avait à ses ordresdeux quartiers-maîtres et six matelots. Trois mois et demi plus tard, ils abordaient enAfrique où se trouvaient des établissements juifs avec de nombreux agents travaillant pour le compte des trafiquants d'esclaves. les choses se passaient comme avec les «Indiens » :les chefs de tribu noirs étaient saoulés à l'aide de rhum et, complètement ivres, vendaient,outre de la poussière d'or et de l'ivoire, des membres de la tribu. Souvent, les tribus noiresétaient menées à travers les forêts et les steppes d’Afrique jusqu'à la côte. Le trajet duraithabituellement des semaines et beaucoup de noirs succombaient déjà au cours de cesterribles marches de la mort. Les cravaches empêchaient ces colonnes de misère des'arrêter. Les noirs à bout de force étaient abandonnés à une mort atroce. La piste était jonchée d'ossements sous le soleil tropical.Quand les survivants avaient atteint la côte, ils étaient rabattus les uns contre les
 
autres et laissés dans leur fers. Il fallait souvent attendre longtemps l'arrivée du premier  bateau de transport. Entre-temps, les noirs étaient soumis à la sélection. Comme du bétail,ils étaient inspectés, évalués et gardés par des chiens féroces.On leur rasait le crâne et les marquait au fer rouge ce qui, pour le «propriétaire» juif de l’esclave, avait le grand avantage de permettre qu'un fugitif soit vite reconnu. Cesévénements effroyables produisaient des scènes indescriptibles au sein des familles noires.Il arrivait souvent que le père fût embarqué sur un bateau, les fils et les filles sur un autre;de désespoir, beaucoup se jetaient à la mer et se noyaient. A bord les esclaves noirs étaientcomplètement déshabillés et repartis en trois groupes: les hommes et les femmes étaientséparés, les enfants devaient rester sur le pont où, en cas de mauvais temps, ils nerecevaient qu'une couverture pour se protéger A l'époque, les bateaux étaient très petits etla place libre sous le pont n 'avait souvent qu'un mètre de haut.
Les noirs enchaînés devaient supporter cette sorte de voyage pendant troismois et plus. Beaucoup perdaient la raison; malgré leurs chaînes, ils en arrivaient àse battre sauvagement pour un cen
timètre de place Avec leurs longs fouets, lessurveillants faisaient régner le «calme» sur et sous le pont. Les excréments rendaient l'air irrespirable. Les jeunes femmes étaient régulièrement violées par l'équipage. Lesnombreux morts pendant la traversée étaient jetés à la mer.Les historiens et les statisticiens évaluent le nombre des noirs qui connurent unemort affreuse dans ces «croisières» à neuf millions au moins. Environ ONZE millionsd’hommes en provenance de nombreuses tribus noires ont survécu et ont débarqué dans les ports d'Amérique.Arrivés, les esclaves étaient poussés à terre à coups de bâtons et passaient bientôtdans les ventes à l’encan qui avaient lieu régulièrement, comme un marché à bestiaux.Quant aux bénéfices, signalons que le voilier « LA F0RTUNA » atteignitl'Amérique avec 217 noirs, payés 4.300 dollars et vendus 41.438 dollars. Dans le Nord desÉtats-Unis, le trafic d'esclaves était rigoureusement interdit. Mais ici aussi, les Juifs firenten sorte que ce «commerce » devint bientôt légal. A Philadelphie, par exemple, ce fut lerôle de Juifs Sandiford Lay, Woolman, Solomon et Benezet.L'institut Carnegie, de Washington, a rassemblé et publié de nombreux écrits datantde cette époque, tels que correspondances et documents maritimes. Ceux-ci prouvent quele vaste trafic d'esclaves fut nettement un monopole juif sur lequel les non juifs n'avaient à peu près aucune prise.Voici, tiré de cette documentation, une liste de bateaux avec les noms de leurs propriétaire juif:«ABIGAIL» AARON LOPEZ, MOSES LEVY, JACOB FRANKS« CROWN » ISAAC LEVY et NATHAN SIMPSON«NASSAL» MOSES LEVY«FOUR SISTERS» MOSES LEVY«ANNE & ELIZA » JUSTUS BOSCH et JOHN ABRAHAMS
«
PRUDENT BETTY» HENRY CRUGER et JAKOB PHOENIX«HESTER» MORDICAL et DAVID COMEZ«ELIZABET'H » MORDICAL et DAVID GOMEZ«ANIGUA» N.MARSTON et ABRAHAM LYELL« BETSY» DE WOOLF«POLLY» JAMES DE WOOLF

Activity (9)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 thousand reads
repyx liked this
Nicolas Hafner liked this
energychris liked this
dootjeblauw liked this
Aryen Ismael liked this
Aryen Ismael liked this
xylotron liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->