Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
6Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
La Symbolique Des Maladies

La Symbolique Des Maladies

Ratings: (0)|Views: 4,123 |Likes:
Published by zindabad7

More info:

Published by: zindabad7 on Jun 26, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

09/06/2010

pdf

text

original

 
1
LA SYMBOLIQUE DES MALADIES
Introduction
La maladie est la conséquence des divers actes de l'être humain qui n'est ni unepunition, ni une malédiction. Bien au contraire, on peut la considérer comme unebénédiction qui invite le souffrant à aller au-delà de ce qu'il connait. Elle est uneœuvre d'art, une création du mental, en accaparant l'énergie disponible. Celle-ci s'estretournée contre le patient alors qu'elle aurait du lui permettre d'évoluer vers sonaccomplissement. Elle ne vient jamais au hasard et toute maladie est signifiante,c'est-a-dire qu'elle a un sens profond se dévoilant selon le degré de maturité dumalade lui-même.Le corps souffrant est un miroir qui révèle les secrets de l’âme. II est l'expressionvisible de l'univers invisible en nous. En ce sens la chair est imprimée par leproblème de vie du mental, a l'image de l'ordinateur la feuille sort de l'imprimanteprogrammée par le clavier.La recherche du sens invite à s'inquiéter d'une sorte de lecture secrète du corps quiest livre de vie, bible vivante de chair et d'os.Le lieu de souffrance est le lieu de l’être. La maladie a un sens initiatique, elle estaccompagnée de sa sœur l'angoisse, la gardienne du seuil d'évolution devant leSaint Nom divin et elle aura le puissant rôle d'adversaire pour développer chez celuiqui marche vers le mystère une force d'intégration des énergies qu'il est. Cela est lafonction symbolique et ontologique de la maladie. Elle demande un dépassement dusens connu, mais elle oblige d'emblée a analyser la situation.
« Dieu se sert des maladies pour nous guérir. »
Pratiquement, il est impossible de passer en revue toutes les maladies existantestant elles sont nombreuses. Néanmoins il est possible d'en saisir le sens d'âpres lalocalisation de la souffrance. La migraine touche la tète autant que l'encéphalite, c'estpourquoi il est nécessaire d'estimer le degré d'importance de l'affection. S'il est vraique le sens que l'on donne à la souffrance est personnel, hautement individualisé, ilest possible malgré tout de lui donner un sens plus général.Jeu de maux, jeu de mots mais aussi jeu de piste dans le labyrinthe de la vie pour entrouver une sortie satisfaisante. Et ces jeux sont toujours des jeux du « Je ».Les maladies graves sont l'antichambre de la mort, c'est pourquoi elles invitent audépassement de la question fondamentale de la peur de la mort. Toute maladie,toute peur font partie de I’ inaccompli, elles n'arrivent jamais pour rien et si l'on n'encomprend pas le sens, il ne faut pas baisser les bras, mais se mettre en route pourse laisser percer par une autre compréhension.Les problèmes de sante arrêtent l'homme dans sa course aux activités, il se retrouveainsi cloué au lit, au repos, au calme pour réfléchir tranquillement, et si la souffrancele travaille, c'est pour qu'il travaille à se connaitre et le pousser à trouver le sens
 
2
profond de ce qui lui arrive. Le symbolisme des maladies ne peut pas se comprendresans intégrer la notion d'arrière-plan psychique nomme inconscient. La maladie estune émotion inconsciente qui s'exprime dans la chair à défaut de trouver une autresolution.Ainsi toute maladie est par définition et obligatoirement psychosomatique. Nousavons tous des tensions psychologiques, des pensées négatives refoulées, descontradictions secrètes, des angoisses non dites qui se focalisent sur un lieu corporeldéterminent selon des voies nerveuses, chimiques, hormonales ou plus simplementmécaniques. Cette manière d'exprimer l'émotion gardée à l'intérieur de soi ressortsous forme de pathologie. Formulation vers le bas dans la chair, « c'est mal dit » etc'est pourquoi elle a été appelée maladie.C'est la première forme d'expression pour apprendre les rouages cachés de notreorganisme. La recherche de sens mène à la guérison, ne serait-ce que del'ignorance. Il existe une forme plus évoluée d'exprimer ces émotions négativesrentrées, appelées maux, qui est l'expression verbale, les mots. Ceux-là ont unecapacité de véhiculer les tensions psychologiques à condition de pouvoir le faire entoute confiance, sans culpabilité, c'est à dire face a quelqu'un qui a appris à écouter.Et nul ne pourra écouter l'autre s'il n'a pas compris lui-même. C'est pourquoi lespapotages du marché et de la boulangère n'ont pas de vertus thérapeutiques, sinoncela se saurait. Non, il faut une autre écoute, une écoute éduquée à comprendre lesous-jacent a la parole et amener a une libération mentale.Tout le monde ne sait pas forcement faire, faire le troc des maux contre des mots.Mots pour maux, pour témoigner d'un monde merveilleux, cohérent et vérifiable qu'onose appeler le milieu divin. Cette seconde forme de formulation, horizontale cettefois-ci, se fait d'homme à homme. Mais il existe une troisième voie de sortie du non-dit qui se tourne vers le haut, vers Celui qui est dans le ciel, mais aussi dans le cielde notre tète, Dieu, le Créateur ou encore l'Eternel.Nous pouvons résumer ces trois manières de se libérer en un schéma général, unelibération en fonction de notre degré d'évolution et de connaissance de soi-même.
Du bas vers le haut,du dedans vers l'extérieur,de l'inconscient au conscient.
 
3
La vraie guérison est spirituelle et il n'est pas aise de parvenir a une relationfavorable avec Dieu le Père, Celui qui EST, Celui qui fait ETRE. La prière du juste,c'est-a-dire de celui qui est dans une juste position spirituelle est efficace. Dieupermet la maladie pour notre évolution physique, psychologique puis spirituelle.Le corps est un livre de chair et d'os qui parle un langage mystérieux. S'il est codéc'est afin de trouver un code de lecture satisfaisant. L'homme est un animal deparoles et il doit trouver les mots justes pour exprimer ses maux.La liberté de parler dépend de la liberté de penser. Et certaines pensées favorablesont l'efficacité de panser et de guérir les maux les plus secrets... La connaissance estun jeu de piste ou le « je » cherche la vérité et sa vérification. L'homme est ainsi faitet il cherche jusqu'a ce qu'il trouve une solution qui le rassure, puis le contente jusqu'au prochain problème.Prendre un médicament ou subir un traitement par « l'extérieur » n'a jamais vraimentguéri personne. Le dévoilement d'un sens plus profond ne laisse aucune chance aumaitre hasard et a son épouse l'angoisse. La vraie solution et sa concrétisation sedéroulent à l'intérieur de l'homme.Mettre des mots sur l'émotion changeante du corps humain est le plus grand défi del'homme. Le ressenti, les non-dits sont difficiles a exprimer, néanmoins on peutessayer. Peu importe si quantité de personnes ne comprennent pas, dire estindispensable, ne serait-ce que par honnêteté intellectuelle et par exigencepersonnelle.Le corps transmet la parole divine pour qui peut l'entendre et la bouche sert àtémoigner de ce que l'on a entendu et vu des choses de Dieu. La chair est porteusede nos dettes, dans le sens « énergies non révélées ». L'homme est malade de lui-même, de son Etre et par la maladie, il cherche à exprimer une parole particulière.Les affections sont ainsi la traduction des affects dans les différents tissus du corpshumain. Par affects nous entendons énergies psychiques non dites ou mal dites etnon accomplies.N'ayant pas d'autre issue que la chair, ces affects affecteront les organes et leursinnombrables fonctions. La maladie doit normalement tuer l'ignorance du sens. Cettepetite mort projette le malade dans la résurrection d'une nouvelle vérité, celle d'unsens plus profond. Qui peut vivre sans sens ? C'est lui qui fait tourner le monde etmarcher les hommes.Aussi la maladie se tient-elle a l'entrée du labyrinthe, de la rosace intérieure,mandala moderne pour créer l'angoisse devant le monde divin. Par la rigueur de lasouffrance, la maladie nous met dans une grande disponibilité intérieure de présenceà la réalité profonde. Elle nous rappelle aussi que la relation intime à Dieu ne se vitpas seulement a travers des paroles écrites, mais aussi a travers des symboles.Et dans ce sens les signes de la maladie sont bien conformes à la définition dusymbole. Le symbole est « ce qui réunit » le visible à l'invisible, la terre au ciel,

Activity (6)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 thousand reads
guerrique liked this
broug liked this
fc49fc liked this
taz333 liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->