Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Édition du 23 septembre

Édition du 23 septembre

Ratings: (0)|Views: 219|Likes:
Published by La_Rotonde

More info:

Published by: La_Rotonde on Sep 23, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/15/2014

pdf

text

original

 
Édition du lundi 23 septembre 2013 | VOLUME LXXXII N
O
3
FACEBOOK  www.facebook.com/LaRotonde.ca TWITTER @LaRotonde WEB www.larotonde.ca
- Le journal indépendant de l’Université d’Ottawa -
PREMIÈRE
DÉFAITE
 À DOMICILE
ARTS et CULTURE
NUITBLANCHEDeuxièmeédition
Page 10
ACTUALITÉS
Pétitionpour des AGà l’U d’O
Page 5
Photo Jérôme SimonPhoto Ming Wu et JackpinePhoto Léa Papineau Robichaud
 
L
ÉDITORIAL
redaction@larotonde.ca
23 septembre 2013
www.larotonde.ca
2
L
Ghassen Athmni
 Rédacteur en chef  
 Au Québec, les Assemblées générales ont
manifestement euri lors du printemps érable,
mais nous pourrions essayer de nous aventurerplus loin pour trouver que ce n’est pas une
attraction spécique à quelques institutionsou à quelque groupe particulier. Ce n’est pas
non plus où de groupuscules comme ce que ladroite veut éperdument faire croire. À contrario,les AG constituent la forme de pouvoir laplus démocratique qui soit dans un cadre telque l’université. De par le monde, nombreorganisations syndicales, professionnelles et
étudiantes, ont recourt à ce type d’institution
pour déterminer leurs choix tactiques etstratégiques. Dans certaines conjonctures delutte, des AG ont été tenues tous les jours, voire plus d’une fois par jour, et ont été capitalespour permettre des débats de fond concernant
le chemin à prendre. Se doter d’un organe qui
permet une telle articulation ne peut être que
bénéque.
La seule voie réellementdémocratique
La tenue de telles réunions permettrait,contrairement au mode opératoire actuel en
matière de prise de décision, à tout un chacun de
faire parvenir sa voix, ses opinions et ses réserves
au corps décisionnel suprême et, dénitivement,à un plus grand nombre d’étudiants. Les
politiques que subissent les trente-cinq et quelque millier qui sont au premier cycle, neseraient dès lors plus le fait d’un bureau exécutif composé d’une demi-douzaine de personnes,ou d’un conseil d’administration qui ne saurait
de toute façon être à l’écoute de toutes les
préoccupations des membres de la Fédération,
ni être à l’affut des tous les enjeux qui y sont
inhérents.Cela offriraitaussi la possibilité de s’habituer
à une nouvelle méthode de fonctionnement
démocratique, nettement plus directe et plus
palpable, de forcer à participer aux débats réels
et se forger un avis dessus. Cela imposeraitinévitablement des efforts de formation, de
réexion et de recherche de la part de tous les
acteurs et autres intervenants potentiels. Les AG seraient ainsi un outil de rupture avec lapassivité et l’ignorance intensément cultivéesjusqu’ici.Par le biais de la prise de mesure del’importance des responsabilités qui leurincombent, cela forcerait aussi chez lesétudiants une prise de conscience de leur
capacité à décider pour et avec leurs semblables
et non pas seulement accepter d’être gouvernés,que ce soit par un conseil d’administration oupar un cabinet ministériel.
D’aucuns s’opposeront surement à cette
démarche et pesteront en chœur que cela nereprésente pas l’intérêt de la majorité soit disant
neutre des étudiants. Ceux-là ne font que roulerpour ceux que nous avions déjà décriés dans lespapiers précédents, ceux qui veillent « à tuer la
larve dans l’œuf », pour reprendre la formuled’un chroniqueur du Droit qui déblatérait sur
la hausse des frais de scolarité à l’U d’O.
Pour un pouvoir effectif 
Il ne suffit pas de se doter de l’organe,il faut absolument s’assurer de lui conférerles attributs indispensables pour l’ériger encorps décisionnel suprême.Dans cette perspective, l’existence d’unmécanisme de révocation des élus étudiantsest primordiale. Le mandat irrévocable
a déjà fait preuve de son efficacité et
de son aspect anti-démocratique, et ce,
que ce soit à l’échelle étudiante ou à des
échelles encore plus grandes. Il serait doncintéressant d’aller de l’avant et d’instaurerdes modes de contrôle du rendement des
représentants étudiants. Au-delà des champs
de compétence assez évidents et que le club
marxiste et l’exécutif de la FÉUO adoptent
tout naturellement, comme les finances, lesélections et les politiques générales, le projetdevrait clairement expliciter que les AG sontaussi censées légiférer sur l’existence desinstitutions internes.Les AG seraient aussi plus efficaces etplus démocratiques si elles se propageaientdans toutes les associations fédérées, unpoint qu’il faudrait étudier dans l’éventualitéoù la population étudiante appose son
« oui » à la pétition et au référendum qui en
découlerait.
Pour en arriver là, il ne faut pas rechignerà exhorter ceux dont La Rotonde souhaitedéfendre les intérêts, à examiner le projet
présenté par l’Association des étudiantes etétudiants marxistes, et d’interagir avec leurspropositions.
Table des matières
Actualités
Rock en aveur de la guerre en Syrie p. 3Entretien avec Seamus Wole p. 4Pétition en aveur des AG à la FÉUO p.5Réunion du Bureau des gouverneurs p. 6Conseil d’administration de la FÉUO p. 7Semaine d’orientation GRIPO p. 7Feuille de route du bilinguisme p. 8Revue de presse p. 8
Arts et culture
Festival du flme d’animationt p. 9Nuit Blanche Ottawa-Gatineau p. 10Entrevue avec StillNative p. 11Exposition sur les droits humains p. 12Chronique de Léa P. Robichaud p. 13
Sports
Horaire des étudiants-athlètes p. 14Troisième déaite au ootball p. 15Tirs de barrage avec Catherine Traer p. 16Chronique de Louis-Charles Poulin p. 17Étoiles de la semaine p. 17Statistiques et classement p. 17
Opinions
Célébrer l’histoire du Canada p. 18Investir dans l’éducation p. 18
Procrastination
p. 23Les Fauteux de Troubles
Tout le pouvoir auxAssemblées!
La Rotonde 
est à
la recherche d’undirecteur artis-tique. Veuillez envoyer votre
candidature à
embauches@larotonde.ca
 
« Une question de responsabilité »
M. Rock et M. Axworthy, deux anciens ministresdu gouvernement libéral de Jean Chrétien, fondent leurargumentaire sur la nécessité de mettre un terme au conflitafin d’éviter que le nombre de victimes ne se multipliefrénétiquement. Ils emploient l’exemple du Kosovo pourillustrer leurs propos. « J’écris sur la responsabilité deprotéger et en parle depuis des années, en fait depuis maparticipation, en tant qu’ambassadeur canadien aux Nations
unies (ONU), aux négociations qui ont mené à son adoptionunanime par les états membres de l’ONU, lors du Sommet
mondial de 2005 », révèle M. Rock.Le principe en question suggère que la communautéinternationale doit, en dernier recours et sous l’égidedu Conseil de sécurité des Nations unies, intervenirmilitairement au cas où un état membre est incapable de
fournir la protection nécessaire à ses citoyens. Plusieurs voixs’opposent cependant à cette norme, considérant qu’elle
souffre d’un deux poids deux mesures, ou encore que celaconstitue une violation de la souveraineté nationale du pays visé. La dernière fois que ce principe a été invoqué fut pourbombarder le territoire libyen en 2011.M. Rock estime par ailleurs qu’il n’y a aucune contradictionentre sa fonction et le fait qu’il adopte une telle position.« Les leaders universitaires, comme toute autre personne,peuvent faire part de leurs commentaires et de leurs opinionssur des questions de politique qui font l’objet de débatspublics lorsque leur expérience ou leur expertise leur permetde le faire », considère-t-il.
La communauté syrienne divisée
La guerre qui se déroule actuellement en Syrie opposed’un côté l’Armée syrienne régulière, dirigée par le parti
Ba’ath (également orthographié Baas), d’orientationnationaliste arabe, à laquelle se sont alliés des miliciens du
même parti ainsi que des
combattants kurdes, à l’Armée
syrienne libre, essentiellement composée de scissions del’armée régulière et de Jabhat al-Nosra (Front pour la
 victoire), un mouvement armé d’obédience islamiste. Lescombats ont éclaté suite à plusieurs mois de protestationscontre le parti au pouvoir. Le bilan humain serait supérieur à
100 000 morts et plusieurs centaines de milliers de blessés. Le
recteur de l’U d’O considère à ce propos que l’immobilisme
des forces internationales a permis aux extrémistes religieuxd’infiltrer l’opposition syrienne. Dernièrement, l’usaged’armes chimiques a compliqué davantage la situation. Lesdeux belligérants s’accusent mutuellement d’avoir recouru augaz sarin et causé la mort de plus de 350 personnes selonl’organisation Médecins sans frontières. À l’image de ce qui se passe dans leur pays d’origine, lesSyriens d’Ottawa ont des opinions extrêmement divergentessur le sujet.Rama Imadi, vice-présidente aux affaires externes de
l’association des étudiants syriens d’Ottawa et étudiante àl’U d’O, partage l’avis de M. Rock « au lieu de condamner,
la communauté internationale devrait agir et intervenir en
Syrie pour empêcher le régime de continuer à perpétrer ces
massacres », confie-t-elle.Pour la jeune Syrienne, la majorité de ses concitoyens
sont pour l’intervention d’une force internationale, ce à quoi
s’oppose Mounir Louis, président de l’Association arabe
syrienne du Canada. M. Louis est farouchement opposé à
une telle « ingérence » dans les affaires de son pays d’origine.« Nous espérons qu’un jour, les pays impliqués dans laguerre civile en Syrie nous laissent choisir notre avenir etqu’ils arrêtent d’envoyer des armes et des mercenaires poursoutenir les islamistes de Jabhat al-Nosra », déclare-t-il.Selon le Conseil de sécurité, les représailles contre lerégime syrien sont conditionnées par l’abandon de sonarsenal d’armes chimiques, un pas que le gouvernement
syrien s’est déjà dit prêt à faire.
« J’écris sur la responsabilité de protégeret en parle depuis des années, en fait depuis ma participation, en tantqu’ambassadeur canadien aux Nations unies (ONU), aux négociations quiont mené à son adoptionunanime par les étatsmembres de l’ONU, lors duSommet mondial de 2005 »- Allan Rock 
3
www.larotonde.ca
ACTUALITÉS
actualites@larotonde.ca
23 septembre 2013
POLITIQUE INTERNATIONALE
Allan Rock pour uneintervention militaire en Syrie
Ghassen Athmni
 Rédacteur en chef  
Le recteur de l’Université d’Ottawa(U d’O), Allan Rock, avait cosigné avecle recteur de l’Université du Manitoba,
Lloyd Axworthy, deux billets d’opiniondans le
Globe and Mail 
an de presser lacommunauté internationale à intervenirdans le conit syrien. Le dernier
article, publié le 26 août, s’appuie sur leprincipe de responsabilité de protégercomme argument fondamental pour quel’Organisation du traité de l’Atlantique
Nord (OTAN) envoie ses troupes auLevant an de faire chuter le régime de
Bachar Al-Assad.

Activity (2)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->