Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Ma Femme se Donne à un Inconnu

Ma Femme se Donne à un Inconnu

Ratings: (0)|Views: 634 |Likes:
Published by GeraldHouillardin
Un mari autorise à sa femme une aventure extra-conjugale qui ne se déroule pas comme prévu pour elle.
Un mari autorise à sa femme une aventure extra-conjugale qui ne se déroule pas comme prévu pour elle.

More info:

Published by: GeraldHouillardin on Sep 30, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

03/23/2014

pdf

text

original

 
1
Ma Femme se Donne à un Inconnu
 
Mon histoire commence alors qu’après un repas chez des amis, nous décidons de terminer la soirée en boîte de nuit. Ma femme est habillée particulièrement sexy. Une upe noire courte, serrée au plus près du corps, mettant en !aleur sa chute de reins et ses fesses fermes. "e haut, un uste#au#corps sans soutien#$or$e, épouse le $albe de ses seins, laissant apparaître au $ré de ses sensations, des mamelons aux tétons a$ressifs. %lors qu’elle se préparait, ’ai commencé & la caresser, retroussant sa upe pour décou!rir ses fesses. 'e m’appr(tais & écarter son strin$ pour $lisser entre les deux $lobes ma queue en pleine érection quand d’un $este elle m’a arr(té prétextant que nous étions dé& très en retard. )e n’est que de!ant mon air dépité qu’elle s’est a$enouillée de!ant moi et, m’a $ratifié d’une pipe dont elle a le secret, me laissant lui tapisser la $or$e de ma semence qu’elle s’est empressée d’a!aler a!ant de se le!er et finir de se préparer comme si de rien n’était. *epus, e l’ai donc laissée tranquille mais ’ai bien senti que cet intermède l’a!ait excitée et qu’il allait falloir que e m’occupe d’elle au plus !ite car la connaissant, e sa!ais qu’un autre que moi pourrait profiter de ses bonnes dispositions, pour peu qu’il sache s’y prendre. +urant le repas, e remarquais que mon épouse ne parlait pas beaucoup contrairement & ses habitudes. n y re$ardant de plus près, e remarquais un comportement suspect de son !oisin de table. n effet, ré$ulièrement, une de ses mains disparaissait sous la table, tandis que e !oyais ma femme se mordre les lè!res ou encore, porter une de ses mains & sa bouche pour la mordre discrètement. 'e décidais d’en a!oir le c-ur net et, laissais tomber ma ser!iette au sol ce qui me permis de me pencher pour !oir, en le!ant discrètement la nappe, ce qui se passait sous cette table.  peine surpris e décou!re que ma femme a écarté ses cuisses aussi lar$ement que lui permet sa upe permettant ainsi & son !oisin de table, des intrusions discrètes !ers son intimité. +e temps en temps, e remarque qu’il porte l’air de rien ses doi$ts & ses narines, re$ardant touours aussi discrètement mon épouse qui, semble flattée et satisfaite, des initiati!es de son che!alier ser!ant. 'e ne suis pas particulièrement aloux mais l&, e ne peux m’emp(cher de penser qu’ils exa$èrent car bien que le repas se déroule dans une ambiance feutrée a!ec un faible éclaira$e, leur manè$e risque fort de finir par attirer l’attention des autres con!i!es.  un moment, comme sou!ent lorsque nous sommes éloi$nés l’un de l’autre, nos re$ards se croisent, s’accrochent et restent soudés l’un & l’autre pendant plusieurs secondes qui me paraissent durer une éternité. 'e suis troublé car e sais que pendant qu’alors que nous communions, une main étran$ère, des doi$ts étran$ers sont s/rement lo$és le plus profondément possible au fond de sa chatte. )omme dans un r(!e, elle me sourit puis, sans aucun doute sous le coup d’une onde de plaisir plus forte distillée par ces doi$ts qui la fouillent, ferme les yeux non sans a!oir eté un rapide coup d’-il & son tortionnaire.
 
0
ous nous connaissons si bien qu’& cet instant précis, elle sait qu’elle !ient de me faire sa!oir qu’elle éprou!e du plaisir. lle ou!re aussit2t les yeux comme pour !érifier si ’ai compris puis calmement, se dé$a$e, se lè!e et !ient !ers moi en s’arr(tant & hauteur d’une amie pour lui $lisser quelques mots & l’oreille. nfin elle arri!e & ma hauteur, se penche & mon oreille pour me pré!enir qu’elle !a se refaire une beauté dans la salle de bain de nos h2tes et qu’elle a besoin de moi. 'e la laisse s’éloi$ner puis me lè!e & mon tour. "a porte est entrou!erte, elle m’attend les fesses appuyées contre le meuble des la!abos. lle me re$arde entrer, e ferme la porte derrière moi puis sans un mot, me diri$e !ers elle. lle a uste le temps de me dire 3  4 'e suis trempée. t moi de lui répondre 3  4 'e sais. 5uis, sans fioriture, e l’embrasse & pleine bouche, lui trousse sa upe usqu’aux hanches, fait craquer l’attache de son strin$ qui tombe & ses pieds et la soulè!e pour la poser au bord du meuble. lle a ou!ert ma bra$uette pour extirper ma queue dé& en train de ba!er d’excitation. 6ans un mot, e m’enfonce en elle. lle ne dit rien non plus, ou!rant un peu plus ses cuisses, pr(te & tout pour se faire pardonner. lle passe ses ambes autour de ma taille puis, toute penaude me dit 3  4 5ardon mon amour. 'e ne réponds pas tout de suite, me contentant de lui asséner plusieurs !iolents coups de reins qui lui arrachent immédiatement de sourds $émissements o7 se m(lent plaisir et douleurs. 6es yeux basculent !ite dans le plaisir. 'e la re$arde, pantelante au bout de ma queue et le re$ard dur e lui assène 3  4 8u t’es conduite comme une salope. 8u mérites une punition.  4 5ardon mon amour. 'e t’aime.  4 )’était bon 9 Un lé$er moment d’hésitation puis 3  4 :l m’a fait ouir. 8’es f;ché 9  4 *aconte#moi tout sans rien oublier, petite salope d’arabe. +is#moi comment tu as pu te laisser fourrer les doi$ts dans la chatte par un inconnu.  4 :l a su me faire rire a!ant de commencer & me peloter discrètement les cuisses sous la table.  4 )ontinue.  4 *apidement, il a retroussé ma upe pour pou!oir accéder & mon entreambe. '’étais dé& excitée en arri!ant & cause de toi, ’a!ais encore le $o/t de ton sperme dans ma bouche. 'e l’ai laissé faire.
 
<
 4 8’a!ais l’air d’aimer =&.  4 >ui, ’étais dé& mouillée aussi il a facilement $lissé un doi$t dans ma fente a!ant de commencer & me branler le clito.  4 '’ai !u sa main entre tes cuisses. ?u’est#ce qu’il t’a fait 9  4 :l m’a prise a!ec deux doi$ts puis s’est mis & me tripoter le bouton. '’ai oui sur sa main. )’était excitant de le !oir, sentir ses doi$ts trempés de mon us.  4 6alope, e t’ai !u ouir, ’ai ima$iné ses doi$ts enfoncés dans ta fente. '’en a!ais mal & la queue d’excitation de sa!oir qu’un inconnu te fouillait le !entre en face de moi comme si de rien n’était.  4 )’était excitant de se faire doi$ter au milieu des autres en train de parler de choses insi$nifiantes, et surtout a!ec toi en face de moi. )’est ce qui m’a fait ouir.  4 '’i$norais a!oir épousé une !raie salope.  4 '’i$norais a!oir épousé un !oyeur, excité de !oir sa femme se faire doi$ter par un autre homme.  4 *ectification, e n’ai rien !u, uste ima$iné.  4 8u dis =a comme un re$ret. 8’aurais peut#(tre !oulu le !oir me mettre sa $rosse bite dans la chatte, non 9  4 t si e te dis oui 9  4 'e suis & toi, c’est toi qui décides, mais si tu l’exi$es e suis pr(te & tout pour satisfaire mon sei$neur et maître.  4 Méfies#toi, tu ne sais pas & quoi tu t’exposes.  4 6i tu es l&, e n’ai pas peur.  4 +’accord, alors, e !eux le !oir te prendre et se faire sucer.  4 ?uand 9  4 )e soir.  4 @aise#moi fort, fais ouir ta salope qui s’appr(te & se faire mettre par un autre, et qui mouille rien que d’y penser. 5endant ce lon$ dialo$ue, e n’a!ais, pas une seconde, arr(té de la secouer.  chacun de mes coups de boutoir, ma femme, poussait un lon$ r;le de plaisir. ous arri!ions au bout du !oya$e. lle s’appuya contre le miroir a!ant de laisser éclater sa ouissance. 'e continuais sur le m(me rythme, la laissant profiter pleinement de son plaisir puis, e me retirais doucement, a!ant de poser mon $land sur sa rosette. lle comprit mes intentions et, encore dans les brumes du plaisir, tira sur ses ambes pour me faciliter la t;che. "’entrée était trempé de ses sécrétions, aussi, sans attendre, ’a!an=ais fermement mon bassin en a!ant. "es chairs ne résistèrent pas, s’ou!rant sans rechi$ner & l’assaut. 'e la re$ardais se donner, ou!rant toute $rande sa bouche, en sentant mon !it s’en$ouffrer dans son cul.

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->