Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
19Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Badiou-La Volonté

Badiou-La Volonté

Ratings:

4.0

(2)
|Views: 293 |Likes:
Published by parvizm
LA VOLONTE
Cours d’agrégation d’Alain Badiou (2002-2003)
Volonté pose la question de l’unité du sujet; Sartre : L’être et le néant
LA VOLONTE
Cours d’agrégation d’Alain Badiou (2002-2003)
Volonté pose la question de l’unité du sujet; Sartre : L’être et le néant

More info:

Published by: parvizm on Jul 17, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/11/2014

pdf

text

original

 
 L
 A
OLONTE 
 
Cours d’agrégation d’Alain Badiou (2002-2003)
(notes de François Nicolas)
I. 10 octobre 2002 1
 
Corneille 2
 
 Descartes 3
 
 L’être et le néant (extraits) 3
 
II. 17 octobre 2002 4
 
 Récapitulation 4 
 
1. Une construction de la pensée classique......................................................................................4
 
2. Dualisme métaphysique...............................................................................................................4
 
3. Nécessité comme loi fondamentale de l’univers..........................................................................5
 
4. Scission du Moi............................................................................................................................5
 
5. Le plus propre du sujet.................................................................................................................5
 
6. Volonté pose la question de l’unité du sujet................................................................................6
 
 Sartre : L’être et le néant
 
III. 12 décembre 2002 6
 
 Sartre 7 
 
Les arguments de Sartre...................................................................................................................8
 
IV. 13 mars 2003 9
 
Usage classique de la catégorie : 9
 
1) Repérage......................................................................................................................................9
 
2) Problématique pratique................................................................................................................9
 
3) Statut métaphysique.....................................................................................................................9
 
Critique de la conception classique 10
 
1. Critique de la volonté comme catégorie psychologique (Sartre)...............................................10
 
2. Critique de la volonté comme catégorie morale (Nietzsche).....................................................10
 
3. Critique de la métaphysique du dualisme..................................................................................11
 
 Programme possible d’une volonté impure en 4 propriétés 12
 
Première propriété..........................................................................................................................12
 
Deuxième propriété........................................................................................................................12
 
Troisième propriété........................................................................................................................12
 
Quatrième propriété.......................................................................................................................12
 
Question : volonté & politique 12
 
Bilan (septembre 2003) 13
 
I. 10
OCTOBRE
2002
Rapports entre volonté et liberté ?Trois leçons :1) Constitution classique du problème : cf. la première moitié du 17° siècle (Descartes…)2) L’analytique de la volonté dans
 L’Être et le néant 
de Sartre3) La question de la volonté chez Kant.
1[1]
 
1[1]
Ce programme ne sera pas tenu. Kant ne sera pas traité.
 
Commençons par le 17° siècle car c’est au 17° siècle que culmine un emploi absolu du mot
volonté
.Cf. une thèse relative au nouage entre volonté et infini : cf. l’infinité formelle du vouloir. Cf.homothétie avec la construction de la monarchie absolue. Ainsi Corneille est un accompagnement deDescartes.Cela touche à la question de la décision ; connexion donc entre volonté et décision : cf. qu’est-ce quedécider ?Ainsi dans la monarchie absolue, la forme de l’État et du pouvoir est dans la figure d’une volonté.Voir la décision en tant que sa forme est un vouloir : cf. la constitution au 17° siècle d’un lien entreune théorie, une psychologie des facultés et des passions et une métaphysique de la liberté dont ladécision est représentable dans la forme d’un vouloir. Ce lien va se poursuivre jusqu’à Sartre inclus.Soit le paradoxe du concept de liberté : c’est une médiation entre ces deux domaines hétérogènes : psychologie et métaphysique. C’est au 17° siècle qu’est monté ce dispositif.On trouve une résonance de cela dans la théorie de la Fronde chez le Cardinal de Retz mais surtoutchez Corneille.
Corneille
Cf. actes 4 et 5 de
Cinna
: exhibition de la nouvelle figure du vouloir quand Auguste apprend lecomplot de ses amis. Cf. IV.2 : nécessité de la répression (« Il faut unir… »). Cf. nécessité du crimed’État qui est de l’ordre de la règle, du devoir. D’où ordre-nature-devoir, où le devoir est assigné à lanécessité des règles naturelles. La volonté est construite sur le fond d’une théorie de la nécessité. D’oùla volonté comme ce qui est capable d’interrompre la vengeance.Est-il possible d’interrompre la vengeance ? C’est la question fondamentale au théâtre : voir 
Orestie
 d’Eschyle. Réponse d’Eschyle : ce qui interrompt, c’est la loi, l’institution d’un tribunal.Pour Shakespeare : on ne peut pas interrompre. Cf. son pessimisme tragique.Pour Corneille : par la volonté. Cf. V.3 : volonté comme capacité de s’élever au-dessus de la nécessiténaturelle du crime d’État. La volonté est construite comme qui est susceptible d’une certainetranscendance au regard de l’ordre naturel. Voir le thème des rapports entre volonté et solitude : latrahison crée la solitude.« Je suis maître de moi comme de l’univers ; / Je le suis ; je veux l’être. »
2[2]
: cf. mise en place dutriplet volonté / moi / univers. Ainsi la volonté peut faire s’équivaloir le moi et l’univers. Vouloir connecte à un dualisme d’être : Moi / univers. La volonté ne suit pas l’instruction de l’univers ; c’estexemplairement ce qui n’est pas cosmique. La volonté, c’est quelque chose de disjonctif (du Moi par rapport à l’univers). L’idée d’autonomie (qui est kantienne) chemine ici.Le vouloir n’est pas transitif à l’être : « je le suis ; je veux l’être ». Le « je veux l’être » corrige le « jele suis » : je le suis pour autant que je veux l’être, je le suis parce que je veux l’être.Qu’est-ce que vouloir être ? Cf. capacité constituante de la volonté, caractère constituant du vouloir.La volonté est transcendante aux passions : « Je triomphe aujourd’hui du plus juste courroux »
3[3]
. La passion ici, c’est la subjectivation de la nécessité. Moi / univers : dans le Moi, il y a :• le marquage de l’univers (comme subjectivation des lois de l’univers),• la volonté pure, indépendante de la subjectivation des nécessités.D’où une scène interne au Moi : le moi y est divisé. La volonté est ce qui reste du Moi quand on aretiré ce qui subjective l’univers.Problème : si la volonté est ce qui du Moi est irréductible aux lois de l’univers, alors quel en est lecontenu, quel en est l’efficace ?D’où un dilemme : soit la volonté est pure donc inefficace, soit elle est inefficace, et alors elle n’est pas ce reste. Notre concept de volonté est donc formel. Quel en est donc le réel ?Pour Corneille, l’efficace de la volonté est interne au Moi : le Moi peut s’affirmer contre soninscription dans l’univers. Formellement la volonté est ce qui du Moi est intransitif à l’univers, ce quin’exprime pas l’univers. Et comme toute définition formelle, elle est négative. Quant à son efficace
2[2]
Scène V.3 (p. 905 – Pléïade I)
3[3]
(id.)
 
réel, la volonté s’exerce sur le Moi : elle peut dominer ce qui du Moi exprime l’univers. Soit la volontécomme victoire sur soi-même.Pour Spinoza par contre, le moi est entièrement expressif de l’univers, et il n’existe donc pas devolonté.L’hypothèse dualiste entraîne alors la scission d’un des deux termes.La question de la volonté est celle de la domination des passions, celle de l’action sur les passions.Ainsi le grand éducateur éthique d’Auguste, c’est la trahison. Chez Corneille, il y a donc descirconstances de la volonté : l’affirmation de soi dans la plus extrême solitude. Il y a ainsi unesoudaineté du vouloir (ce n’est donc pas une donnée structurelle) : voir le moment théâtral… Ainsi ilne faut souhaiter le vouloir à personne !La volonté agit alors comme s’il ne s’était rien passé, en l’occurrence comme s’il n’y avait pas eutrahison. Il y a donc des circonstances de l’action qui mobilisent le vouloir, mais le vouloir ne doit pasen tenir compte ! C’est le paradoxe de la volonté pure où l’acte de la volonté n’est que dans on auto-affirmation. On retrouve ce paradoxe de la clémence cornélienne dans l’impératif catégorique kantien.
Descartes
Article 41 des
 Passions de l’âme
: « La volonté est tellement libre de sa nature, qu’elle ne peut jamaisêtre contrainte »
4[4]
. Ceci fonctionne en fait comme une définition implicite de la volonté : la volonté,c’est ce qui est extérieur au régime de la contrainte.La liberté est-elle alors une propriété de la volonté ? « Liberté » veut simplement nommer l’hétérogénéité à l’univers de la contrainte.Voir des paragraphes de la première partie des
 Principes de la philosophie
: les paragraphes 34 à 43,surtout les numéros 34, 35, 37 et 39.• § 34 : la volonté est une pièce essentielle du jugement dans la modalité du consentement. La volontéest interne au connaître et pas seulement à l’agir. Soit la question du consentement au savoir. Lavolonté est une puissance d’affirmation ou de négation ; la volonté est ce qui dit « oui » ou « non ».• § 35 : « la volonté en quelque sens peut sembler infinie » (ce qui est une conséquence de ce qu’elleest puissance de dire « oui » ou « non »). Ainsi la volonté est dans l’âme une figure de l’excès, car  pour Descartes, l’âme est finie (d’où sa preuve de l’existence de Dieu) : la volonté comme infinitéformelle et pas réelle (virtuelle et pas actuelle). Cf. la volonté est peut-être toujours en excès sur lesujet !• § 37 : la volonté est la principale perfection de l’homme sous le nom de libre arbitre. D’où que lavolonté est une valeur. Alors que la connaissance est restreinte, la volonté, elle, est étendue.« Agir librement, c’est agir par le moyen de la volonté. » L’action libre nous est imputable, elle est« notre » action. Ainsi l’identité de l’âme est dans la volonté. L’essence subjective du sujet, c’est lavolonté.Cf. la
 générosité
(
Traité des passions
, article 153) comme liée à la volonté : la générosité est unefigure de l’estime de soi, la figure légitime de l’estime de soi. Cf. la conception cornélienne de lagloire : la reconnaissance que ce qu’il y a de mieux en nous, c’est la volonté. D’où une générosité del’identité entre soi-même et la volonté. Le caractère normatif de la volonté est lié à son caractèreidentifiant.• § 39 : la volonté, c’est une évidence d’expérience. Cela n’a pas à être prouvé, démontré, construit. Lavolonté, c’est un fait, c’est une de nos plus communes notions. Ainsi on peut consentir ou ne pasconsentir. La volonté est une dimension transparente du sujet.L’essence de la volonté, c’est la transparence, l’excès, l’affirmation et la négation. La volonté, c’estcette partie de l’âme qui côtoie les passions en leur étant étrangère.D’où la question de l’unité du sujet, de l’unité de l’âme. La volonté n’est-elle pas dislocation duconcept même d’âme ? La volonté est-elle compatible avec la substantialité du sujet ?C’est ce que va nier Sartre.
4[4]
Pléïade, p. 715

Activity (19)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
langoustman liked this
Javier liked this
Gilles Thiery liked this
Gregory Cales liked this
Zied Riehi liked this
balthus13 liked this
William Benoit liked this
Tom Houlé liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->