Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture - Bulletin_FAO N°18_Juil-Sept

Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture - Bulletin_FAO N°18_Juil-Sept

Ratings: (0)|Views: 34 |Likes:
Le Cadre de Programmation Pays (CPP) de la FAO au Tchad
pour la période 2012-2016 est opérationnel

Le Ministre de l’Agriculture et de l’Irrigation, Dr Ngariera Rimadjita, le Ministre de l’Economie, du Plan et de la
Coopération Internationale, Mr Issa Ali Taher et le Représentant de la FAO, Mr Germain Dasylva ont signé le 11
Septembre 2013 le Cadre de Programmation Pays (CPP) de la FAO au Tchad pour la période 2012 – 2016 en
présence des membres du gouvernement et des cadres des ministères en charge du développement rural.
Le Cadre de Programmation Pays (CPP) de la FAO au Tchad
pour la période 2012-2016 est opérationnel

Le Ministre de l’Agriculture et de l’Irrigation, Dr Ngariera Rimadjita, le Ministre de l’Economie, du Plan et de la
Coopération Internationale, Mr Issa Ali Taher et le Représentant de la FAO, Mr Germain Dasylva ont signé le 11
Septembre 2013 le Cadre de Programmation Pays (CPP) de la FAO au Tchad pour la période 2012 – 2016 en
présence des membres du gouvernement et des cadres des ministères en charge du développement rural.

More info:

Published by: TchadKnowledgePortal on Oct 08, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/15/2014

pdf

text

original

 
Echos de la Représentation de
Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture
la FAO au Tchad
Edito
   N   °   1   8  -   J   u   i   l  -   S   e   p   t   2   0   1   3
Réduire les risques par la prévention !
P
our favoriser le bon déroulement de lacampagne agropastorale, l’Etat et sespartenaires ont à nouveau deployé denombreux moyens (mise à disposition de se-mences, d’engrais, de motoculteurs ettracteurs, appui technique et encadrementdes producteurs…).Les nombreux investissements réalisés con-tribuent à réduire les risques associés à laproduction. La production est en effet trèssensible aux aléas naturels difficilementmaitrisables tels que le climat et lesravageurs des cultures. La gravité desrisques dépend essentiellement de la natureet l’ampleur des aléas (inondations, sécher-esse…) et de la vulnérabilité des populations.Plus les populations ont les moyens des’adapter, moins elles sont vulnérables auxrisques.La prévention et la gestion des risques decatastrophe fait partie des priorités du cadrede programmation pays de la FAO au Tchad.Si les moyens nécessaires à la préventionparaissent importants, ils coutent moins quel’action nécessaire en réaction, et au couppar coup, après la survenue des catastro-phes.C’est ainsi que depuis le 23 aout 2013,l’Agence Nationale de Lutte Antiacridienne(ANLA) a déployé un dispositif de préventionavec l’appui technique de la FAO et d’autrespartenaires financiers. Pour compléter cedispositif, la FAO a affrété un hélicoptère(photo) sur les fonds CERF des NationsUnies pour surveiller les populations decriquets pèlerins et identifier les zones où ilsconstituent une menace. Les prospectionsont ainsi été réalisées sur près de 320 000km
2
couvrant les zones grégarigènes(Abéché, Fada, Faya et Salal) susceptiblesd’abriter des larves de criquets pèlerins. Cesvols d’inspection ont permis de conclure quela situation acridienne reste stable et rassur-ante au Tchad avec un risque d’invasion ducriquet pèlerin faible, bien qu’il faille rester vigilant. Les actions de prévention mises enœuvre permettent de donner l’alerte à tempset d’apporter une réponse appropriée pour sauver les milliers d’hectares de cultures etde pâturages qui risqueraient d’être ravagés.Un système d’alerte harmonisé et mis à jour régulièrement est un moyen efficace de gérer les risques. C’est pourquoi la FAO a répondufavorablement à la demande du Gouverne-ment de l’appuyer pour se doter d’une struc-ture durable d’information sur la sécuritéalimentaire et d’alerte précoce.L’appui de la FAO à la formulation d’une poli-tique semencière est aussi un exemple. Assister les ménages en provisions desemences après les crises ne leur permettrapas d’être résilient si chaque année ils n’ontpas les moyens de s’en procurer eux même.Un véritable système national semencier estrequis pour stimuler la production, le contrôle,la commercialisation et lutilisation desemences saines, à haut rendement, etadaptées à l’environnement tchadien.Toutes les actions en cours en soutien auxinstitutions contribuent à la définition d’unevision de développement rural qui puissebénéficier directement aux ménages rurauxdans lamélioration de leur accès auxressources pour gagner en autonomie et êtreplus résilient face aux risques de catastro-phes.
LA SANTÉ DES POPULATIONS
DÉPEND DE SYSTÈMES
 ALIMENTAIRES SAINS
Des systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition
Journée mondiale de l’alimentation16 octobre 2013
   ©   D   j   i  m  a   d  o  u  m    M   i   t   t  a   /   L  e   P  r  o  g  r   è  s
 
Actualités
Juillet-Septembre 2013 - 2 - Représentation de la FAO au Tchad
Le Cadre de Programmation Pays (CPP) de la FAO au Tchadpour la période 2012-2016 est opérationnel
Le Ministre de l’Agriculture et de l’Irrigation, Dr Ngariera Rimadjita, le Ministre de l’Economie, du Plan et de laCoopération Internationale, Mr Issa Ali Taher et le Représentant de la FAO, Mr Germain Dasylva ont signé le 11Septembre 2013 le Cadre de Programmation Pays (CPP) de la FAO au Tchad pour la période 2012 – 2016 en présence des membres du gouvernement et des cadres des ministères en charge du développement rural.
L
e CPP définit les priorités de lacollaboration entre la FAO et leGouvernement du Tchad ainsi queles résultats à atteindre pour la période2012-2016 afin de soutenir les objectifsnationaux en matière d’amélioration dela sécurité alimentaire et nutritionnelle etde développement rural. Ce nouvel outilde planification, de mobilisation deressources et de dialogue avec lespartenaires devra permettre, à terme,d’améliorer l’efficacité, l’efficience etl’appropriation de l’assistance de la FAOau Tchad.Sur la base des avantages comparatifsde la FAO, de son mandat et de ses ca-pacités de mobilisation des ressourceset de mise en œuvre, le Gouvernementdu Tchad et la FAO conviennent à tra-vers le CPP de concentrer leur coopéra-tion autour des quatre domainesd’intervention prioritaires qui sont ledéveloppement de filières porteuses ; laprévention et la gestion des risques decatastrophes ; la gestion durable desressourcesnaturelles ; etl’appui auxpolitiques etstratégies dedéveloppe-ment rural.Le CPP a étéformulé enconcertationavec lesPartenairesTechniques etFinancierspar le person-nel de la FAOet les expertsdes quatreministèresen charge dusecteur rural.Lensembledes parties prenantes a été informé etconsulté tout au long du processus deformulation lancé en juillet 2012. A la findu processus, un atelier de validation aété organisé en décembre 2012 avantl’approbation du document par le siègede la FAO en juillet 2013.
Appui à la mise en place d’une politique semencière et d’outils degestion des données des recensements agricole et d’élevage au Tchad
C
’est l’ombre des manguiers de lastation de rechercheagronomique de Gassi qui aservi de cadre à la cérémonie de signa-ture des deux documents de projetsTCP destinés à l’appui à l’élaborationd’une politique semencière et d’uneassistance pour la réalisation du Re-censement Général de l’Agriculture(RGA) et du Recensement Général del’Elevage (RGE).Le projet d’appui à l’élaboration d’unepolitique semencière revêt une impor-tance capitale dès lors que la disponibil-ité en semences améliorées constitueun défi majeur pour le pays. Ce projetd’un montant de 300 000 dollars USDsera donc mis à profit pour asseoir undispositif national approprié, respons-abilisant les différents acteurs dans cesecteur et capable de diffuser sur l’ensemble du territoire national cetintrant.Le second projet, d’unmontant de 327 000dollars USD est destinéà doter le Ministère delAgriculture et del’irrigation dun instru-ment méthodologiqueet des programmes detraitement informatique,d’analyse et de publica-tion des résultats.Le projet permettraaussi de mettre à ladisposition du Ministèredu développement pas-toral et des productionsanimales une expertiseet des mécanismes deformation pour lacollecte de données, letraitement informatique,l’analyse et la publication des résultatsafin de finaliser le processus derecensement Général de l’Elevage(RGE) lancé en novembre 2012 à OudiDjeddid par le Chef de l’Etat.
Les Ministres de l’Agriculture et du Développement pastoral ont signé avec le Représentant de la FAO deux  projets de coopération technique (TCP) portant sur la politique semencière et les recensements généraux del’Agriculture et de l’Elevage le 14 Septembre 2013 au centre régional de recherche de Gassi.
   ©   V  a   l   é  r   i  e   A  n   d  r   i  a  m  a  s   i  n  o  r  o   /   F   A   O    T   C   H   A   D   ©   V  a   l   é  r   i  e   A  n   d  r   i  a  m  a  s   i  n  o  r  o   /   F   A   O    T   C   H   A   D
De la gauche vers la droite le Ministre de l’Agriculture, son collègue del’Economie et de Plan et le Représentant de la FAO signant le document Présentation d’échantillons de sémences produits au centre régional de recherche de Gassi après la signature du document.
 
Actualités
Juillet-Septembre 2013 - 3 - Représentation de la FAO au Tchad
Prospection antiacridienne
L
a mission de survol des zonesgrégarigènes par l’hélicoptère affrétépar la FAO s’inscrit dans le cadre dela mise en œuvre du projet «Emergencyassistance for controlling a Desert Locustoutbreak in the Sahel» financé par leCERF. Cette mission qui a démarré depuisle 04 Septembre s’effectue avec deséquipes tchadiennes de l’AgenceNationale de Lutte Antiacridienne (ANLA).La prospection a porté sur les zonessusceptibles d’abriter des larves decriquets pèlerins afin de donner l’alerte àtemps et apporter une réponse appropriéepour sauver les milliers d’hectares decultures et de pâturages qui risquent d’êtreravagés. La mission de survol a été effec-tuée sur les zones d’Abéché, Fada, Fayaet Salal.Selon le directeur adjoint de l’ANLA, «les320 000 Km
2
survolés présentent desindices globalement rassurants, sauf dansle Wadi-Fira et Ouaddaï où la bonnepluviométrie et la végétation font craindreune reproduction des criquets pèlerins».Pour le Ministre de l’Agriculture et de l’Irri-gation, Dr Ngariera Rimadjita, «cetteinspection nous rassure et démontre quel’anticipation est la meilleure des mesuresà prendre. Nous avons trouvé des indicesrassurants. Cela veut dire qu’il faut contin-uer la surveillance de manière à ce que lescriquets n’aient pas de circonstancesfavorables pour se reproduire. »Le Représentant de la FAO, GermainDasylva a rappelé la disponibilité de FAO àaccompagner les efforts du gouvernement,rappelant que c’est grâce au fonds CERFdes nations-unies que l’hélicoptère a puréaliser cette mission de prospection. Après le survol, le Ministre et le Représen-tant se sont rendus dans un ouaddi où legroupement Dabanga, appuyé par la FAO,pratique la culture maraichère et celle dumanioc.Le manioc a été introduit dans cette partiedu Tchad dans le cadre du projet d’appui àla gestion intégrée du manioc (PAGIM).Selon le chargé de programme de la FAO,Batedjim Noudjalbaye, «l’introduction dumanioc s’est faite à partir de l’Institutd’Agronomie tropicale d’Ibadan au Nigeria.Des variétés ont été testées au niveau dela ferme de Deli au sud du Tchad. Lesvariétés les plus performantes ont étéidentifiées par les producteurs. A la suitede cette identification, une multiplication etproduction de bouture saine a étéeffectuée notamment sur les variétésappréciées par les producteurs».
   ©   D   j   i  m  a   d  o  u  m    M   i   t   t  a   /   L  e   P  r  o  g  r   è  s
Le Ministre del’Agriculture et de l’Irrigation, Dr Ngari era R imadjita et le Représentant de la FAO,Germain Dasylva se sont rendus à Moussoro d u 20 au 22 septembre 2013 pour une visite d ’inspection de la lutte contre le criquet  pèlerin que mènel’Agence Nationale de Lu tte Antiacridienne . Ils ont aussi 
visité
quelq uesexploitations agricoles ayant bénéficié de l’a ppui technique de la FAO.
 
   ©   D   j   i  m  a   d  o  u  m    M   i   t   t  a   /   L  e   P  r  o  g  r   è  s
Les équipesduMinistèredel’Agricultureetde la FAO juste avant le survol de prospection
Visite du champ de manioc du Groupement Dabanga

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->