Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
18Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Managers 8

Managers 8

Ratings: (0)|Views: 1,249 |Likes:
Published by nicole sarr
One of the best paper magazines for french speaking people !
One of the best paper magazines for french speaking people !

More info:

Published by: nicole sarr on Jul 20, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

10/01/2012

pdf

text

original

 
ACTUALITÉ
D’
OMAR BONGO
LA MORT
Le Gabon orphelin
n
Par Mouftaou Badarou
U
ne page imporane del’hisoire du Gabon viend’êre ournée. OmarBongo a iré sa révé-rence le 8 juin dernier, àl’âge de 73 ans. Ociel-lemen des suies d’une crise cardiaque. Vraisemblablemen du cancer inesinal,en phase erminale, pour lequel il a ééévacué vers une clinique de Barcelone.Doyen des ches d’Éa aricains, ce alliéde la France que Jacques Chirac appelaipubliquemen « Monsieur le doyen »aura passé quarane e un an au pouvoir..Il a éé adoubé par Jacques Foccar poursuccéder en 1967 au premier présidendu Gabon, Léon Mba, don il sera le vice-présiden, après avoir assuré la direcionde son cabine.
«Il n’avai pas une grande ormaion mais de la personnalié, du cou-rage e de la voloné»
dira de lui JacquesFoccar, son menor, après un dîner-eschez lui à Paris e un enreien d’adou- bemen avec le général de Gaulle. Dansses mémoires, Foccar reviendra par cesmos sur son enreien avec le ou nou- veau présiden du Gabon, en visie à Pa-ris en avril 1968 :
« Bongo vien comme prévu à 10h30 e il ne par que vers 18h.C’es dire que nous avons de rès longuesconversaions, qui maniesemen son es-senielles, car nous avons pu metre au poin beaucoup de choses sur la poliique que leGabon doi suivre »
. Le boom pérolier en1973 donnera à Omar Bongo, converi àl’islam cete année-là, l’occasion de doerson pays d’imporanes inrasrucuresou en le aisan renrer dans l’Opep.Iniié par Léon Mba e parachevé parOmar Bongo, en dépi de l’avis déavo-rable des bailleurs de onds, leproje ianesque du Cheminde er ransgabonais acilieral’exporaion mariime du bois,du manganèse, du er e de l’ura-nium. Lui, l’iniié précoce à laranc-maçonnerie -il adhère à la GrandeLoge naionale rançaise en 1965- seraconrain au muliparisme en 1990suie à la déerlane d’émeues à Libre- ville e surou dans la ville pérolièrede Por-Genil. Personnage charmeur,aeci e au ranc parler légendaire, cegénie de la poliique, médiaeur dans denombreux conis aricains, n’a pas sonpareil pour amener les opposans dansle giron du pari démocraique gabonais(PDG, créé en 1968). Lui, l’inveneurdes êes de l’indépendance ournanes,son argumen de persuasion n’a que deux  varianes : les espèces sonnanes e ré- buchanes ou les avanages e privilèges.Symbole surprenan de cete débâcle desopposans ace au numéro un gabonais:Pierre Mamboundou pouran répuéinraiable a lui même bénécié de la pro-digalié d’Omar Bongo pour développersa ville de Ndendé en 2008. Six ans plusô, c’es le père Paul Mba Abessole quienrai au gouvernemen, avec l’alibi duconcep de
«démocraie paricipaive»
.Seul, l’ex-dèle parmi les dèles ZacharieMyboo, devenu opposan en 2005 avecla créaion de sa propre ormaion poli-ique l’UGDD (l’union gabonaise pourla démocraie e le développemen),coninuai de irer des salves de criiquesen direcion du présiden Bongo. Lequeln’a pas son pareil pour arroser cerainsparis poliiques rançais de largesses.L’ancien direceur de la DGSE rançaise,Pierre Marion dira en 2001 que
«Les sub-sides de Bongo serven à ou le monde lorsdes élecions ançaises e créen une sore decolonialisme à l’envers»
. Il es vrai qu’onlui renvoyai souven l’ascenseur. Lesdetes de l’Éa gabonais son souvenannulées par la France e Omar Bongo aéé un proche de la plupar des présidensrançais, de George Pompidou à JacquesChirac. N’es pas que Nicolas Sarkozy lui avai réservé son premier coup de laprès son élecion en mai 2007 ? N’espas que le Gabon, qui abrie 12 000 res-sorissans rançais e une base miliairerançaise, u l’une des éapes du premier voyage en Arique du che de l’Éa ran-çais, en juille 2007 ? Qui plus es, OmarBongo avai obenu, au prinemps 2008,la êe de l’ex secréaire d’Éa à la coopé-raion, Jean Marie Bockel qui avai ropô clamé e proclamé
«l’ace de décès dela ançaique »
. O.B éai le pivo des re-laions privilégiées enre la France e cer-ains pays aricains. Que Jacques Chirac veuille amorir la chue humiliane deMobuu depuis la France, le présiden ga- bonais devenai indispensable. Que Ni-colas Sarkozy veuille renconrer NelsonMandela, on aisai appel à Omar Bongo.Son successeur n’es pas assuré de ceteulgurane carrière e longévié poli-iques. Son successeur ? Nombre d’ana-lyses poliiques s’accorden sur un nom : Ali Bongo, ls de son père e minisre dela déense. Mais Paul oungui, minisredes Aaires érangères e compagnon dePascaline Bongo, lle aînée du présidendisparu, aiguise déjà ses appéis, ainsique Zacharie Myboo, Paul Mba Abes-sole e Pierre Mamboundou. Mais, lecour répi de quarane cinq jours dondispose la présidene par inérim ose-Francine ogombé sera -il susan pourl’organisaion de l’élecion présideniellequand les lises élecorales ne son pas à jour, ni le maériel prê ? Une évidence :le respec de la légalié consiuionnelleau Gabon éloigne la perspecive d’unscénario de succession à l’ivoirienne.
«Les subsides de Bongo servent à toutle monde lors des élections rançaises etcréent une sorte de colonialisme à l’envers»
Né Albert-Bernard Bongo le 30 décembre 1935, à Lewaï rebaptisé Bongo-ville, ce benjamin d’une amille Téké de douze enants, ut ancien commisdes postes congolaises et agent des services secrets rançais. Il avait eectuéses études primaires et secondaires à Brazzaville, alors capitale de l’Ariqueéquatoriale rançaise, puis son service militaire au Tchad.
en quelques mots...
Managers N°8
Juin-Juil-Août 2009
Managers N°8
Juin-Juil-Août 2009
23
 
EDITORIAL
Pour exceller en aaires ou aire ructier votre idée de génie, vous n’avez d’autre choix quede suivre l’exemple de ceux qui ont réussi, puis... de vous armer de patience. Sau cas rares,la gloire n’est pas instantanée, la réussite est rarement soudaine, elle se construit longuement,patiemment. Ceux qui prétendent le contraire vous conduisent à une impasse. Méez-vousde certains ouvrages de coaching qui encombrent les linéaires des bibliothèques et des librai-ries, au risque de créer parois de la conusion. Chacun y allant de ses ormules passe-partoutou de préceptes dogmatiques. Méez-vous de ces petits ambitieux, débutants, plus ou moinsbrillants, qui grouillent dans le monde politique, et dans l’univers des aaires et des associa-tions, rêvant de positions élevées, attirés par la gloire comme des ourmis par un pot de miel. A trop vouloir griller les étapes, ils tombent de désillusion, avachis, nageant des pattes dansl’air, comme des hannetons à l’agonie ! Il serait acile de peupler le musée Honmè de Porto-Novo de ces messieurs-je-sais-tout.Méez-vous surtout de ceux-là, qui prétendent pouvoir se passer des expériences et de l’avisdes devanciers. Ceux-là risquent de ne jamais exceller en aaires et de répéter des erreursde novice. Certes, l’ego a quelque chose d’enivrant, mais la posture de l’homme seul estsuicidaire. Méez-vous des prétentieux, aîtes-vous l’ami des personnes humbles et ouvertesd’esprit. Le talent n’est qu’une assimilation, la réussite matérielle n’est que l’application heu-reuse des préceptes de ortunés, la marche victorieuse et progressive sur le chemin tracé parles riches. Vous êtes un jeune entrepreneur ambitieux, sur les traces du milliardaire nigérian Femi Ode-tola ou du premier investisseur privé algérien Issad Rebrab, vous avez un business plan et ne jurez que par une levée de onds indispensables à la croissance de votre société, mais toutdoux ! Etes-vous sûr de vous de vous passer de conseils ? Lisez plutôt cette mise au pointde Christophe Raynaud tirée de son excellent ouvrage Séduire un investisseur : « La levéede onds est un moyen, pas une n. La nalité, le but est de construire quelque chose qui abeaucoup de valeur aux yeux de quelqu’un. C’est bâtir un service ou produit qui est utile,utilisable et utilisé, qui rend service. Il existe une source de nancement à privilégier, c’est lameilleure source d’argent, c’est celui des clients. Or trop souvent, l’entrepreneur est amoureuxde sa technologie ou de son produit; tant, qu’il en ignore et parois méprise l’aspect com-mercial. Or, se concentrer sur le commercial (avant la technique et a ortiori avant la levée deonds) est crucial. Le coach Guy Kawasaki ne dit pas autre chose. Il a insisté sur l’importancedu bootstrapping, c’est-à-dire l’art du démarrage sans ressources. Car l’entrepreneur, selonlui, est attendu pour sa capacité exceptionnelle à créer, à construire et à réaliser beaucoupavec très peu de moyens. Le bootstrapping est donc la meilleure (la seule ?) manière de aireses preuves. Il est aussi désormais admis que « trop d’argent »est pire que « pas assez d’argent ». En eet, trop d’argent placel’entrepreneur dans une logique de gestion d’un budget et de dé-penses, plutôt que de créativité et d’innovation... ».Que l’on ne s’y méprenne pas, les logiques évoquées ici ne sontpas des dogmes, mais des pistes de réfexion, qui valent pourla réussite matérielle. Il est évident que la réussite n’est pas quematérielle...Enn, la progression des ventes de votre magazine en kiosqueindique que vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire.Merci à tous ceux qui croient en la pertinence de notre concept,c’est-à-dire la nécessité d’orir autre chose à lire aux lecteurs surl’Arique et sa diaspora.Merci et bienvenue aux nouveaux abonnés.Merci à tous, nous sommes honorés par votre délité.
Mouftaou Badarou
Directeur de la Publication
1 Passage Savart75020 ParisTél 06 78 21 10 67Fax 01 43 48 01 30magazinemanagers@yahoo.fr
DIRECTEUR DE LA PUBLICATIONET DE LA REDACTION
Mouftaou Badarou
REDACTRICE EN CHEF DELEGUEE
Nicole Sarr
REDACTRICE EN CHEF ADJOINTE
 Addis Ayinon
CHEF D’ENQUETE
 Alpha Ousmane Barry
REDACTION
Moussa KaffoChérifa Badirou Aïcha MezouarBéchir Dahhak  Youcef Maallemi Yves Martial Arnaud ValetteDaphné BenoîtSéverine LaurentFranck Essénam EkonMamady Lamine TraoréIbrahima S. Diallo
SECRETAIRE GENERAL DE LA REDACTION
Prince Essonne M-Z
COLLABORATION PARTICULIERE
Lucie GuchetMe Robert Dana
CHARGES DE MISSION
Ibrahima Capi CamaraDaouda YayaSoulia Tidjani
MAQUETTE, FABRICATION
Romain Ahouadi
ahrolex2002@yahoo.fr
REVISION
Denise DelamézièreMariama Bakary
PUBLICITE ET COMMUNICATION
1717 International Groupecontact@1717international.com01 47 70 92 99
PARTENARIATS
Mathilde Lantenois06 70 63 60 77
Crédits photos
 AFP, Managers et D.R
ABONNEMENTS
France 1 an : 20 eurosTarif étranger et DOM-TOM : nous consulter
EDITEUR
LA PANAFRICAINE DES MEDIAS01 BP 917 Porto-Novo (Bénin)Dépôt légal à parutionImprimé dans l’Union EuropéenneDIFFUSION INTERNATIONALELP Médias
Le talent n’est qu’une assimilation

Activity (18)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 thousand reads
Fanny Oubilitek liked this
joserand liked this
kuru2111 liked this
achthebest liked this
mahamimo liked this
noured547244 liked this
abdulkiam liked this
zolali liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->