Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Le cadeau le plus précieux... le temps de l'Avatar

Le cadeau le plus précieux... le temps de l'Avatar

Ratings: (0)|Views: 72|Likes:
Published by Pierre-Albert Hayen
''L'Avatar ne vient qu'une fois par millénaire et en ce moment, nous sommes ses contemporains. Comprenons-nous à quel point c'est spécial et combien nous sommes bénis de baigner dans son intimité ?...''
''L'Avatar ne vient qu'une fois par millénaire et en ce moment, nous sommes ses contemporains. Comprenons-nous à quel point c'est spécial et combien nous sommes bénis de baigner dans son intimité ?...''

More info:

Published by: Pierre-Albert Hayen on Jul 24, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/11/2014

pdf

text

original

 
LE CADEAU LE PLUS PRECIEUX :LE TEMPS DE L’AVATAR 
Par Sri Sanjay Sahani
Sri Sanjay Sahani est un ancien étudiant de l’Institut de Swami et il est actuellement ledirecteur du campus de Brindavan, Bangalore. Voici le texte du discours qu’il a prononcé en Présence Divine, le Jour d’Ugadi, le 9 avril 2004. Cette année (2006), Ugadi, c'est-à-dire le Nouvel An télougou, tombe le 30 mars.
 J’offre mes salutations aimantes aux Pieds de Lotus de notre bien-aimé Bhagavan
Temps précieux
Le Seigneur est adoré par beaucoup de Noms. LesVédas Le décrivent comme
 Kalaya Namaha, Kala- Kalaya Namaha, Kala-Atilaya Namaha
 – Il estl’Incarnation du Temps, Il est le Maître du Temps, Iltranscende le Temps. Il est le Principe intemporel. Ilest de tradition en Inde d’adorer cette facette de ladivinité en célébrant la Nouvelle Année.Que faisons-nous, quand nous adorons le temps ?Dieu, qui est le temps et qui transcende également letemps nous enseigne que pour adorer le principe dutemps, nous devons faire le meilleur usage du don devie. Comment pouvons-nous faire le meilleur usagedu temps ? Swami dit :
‘’Temps gaspillé = vie gaspillée !’’ 
Quel est le but de la vie ?
 Paropkarat  Kam Idam Sharinam
– Le corps est destiné à servir autrui.
 Jantu Naam Narjanam Durlabam
dit Adi Shankaradans son
Viveka Chudamani
. Le don de la viehumaine est quelque chose qui est très, très spécial.Pendant des vies, l’homme a évolué de la bête jusqu’à l’humain. Et l’Avatar vient pour rappeler àl’homme, pour conscientiser l’homme que sa vraiedestinée, c’est de réaliser qu’il n’est nulle autre quela Divinité même !
Du mercenaire au missionnaire
 
 Nous pouvons trouver différentes catégories de gens dans la société. A une extrémité duspectre, il y a ce que nous pourrions appeler le mercenaire. C’est celui qui pour l’argent feraitn’importe quoi. Si vous le payez un bon prix, il est prêt à tout.Un peu meilleur que lui, il y a le carriériste qui est totalement obsédé par les 3 ‘’P’paye, perspectives et promotion.Un peu meilleur que le carriériste, il y a le professionnel. Il examine la rémunération qu’ilreçoit et dans cette optique, il fournit l’effort approprié.Un cran plus haut que le professionnel, il y a la personne qui a l’esprit orienté vers le service.Elle ne regarde pas combien elle va obtenir en retour. Elle examine quelle autosatisfaction elleretire en faisant du bien à autrui. Mais il existe une trace d’égoïsme en elle aussi.A l’extrémité du spectre, il y a le missionnaire. Nous utilisons ce mot dans beaucoup decontextes, mais le véritable missionnaire n’est nul autre que l’Avatar Lui-même ! Dès Sanaissance, un Avatar est toujours conscient de Son avènement et de Son but. Pourquoi cetavènement a-t-il eu lieu ? Swami dit :
‘’Je suis venu écrire un chapitre en lettres d’or dansl’histoire de l’humanité, où le mensonge échouera, où la vérité triomphera et où la verturègnera !’’ 
C’est pour entretenir et pour nourrir ces graines de bonté dans le cœur del’homme, qui le conduiront finalement à la sainteté que l’Avatar est parmi nous.
Le souci de Swami pour tous, y compris les colporteurs !
A ce moment, je me rappelle un incident qui s’est produit il y a de nombreuses années. Il y amille et un moyens par lesquels Bhagavan nous enseigne, nous pousse et nous incite à adhérer à la voie de la bonté. C’était en 1989 et nous avions accompagné Bhagavan à Kodaikanal.Déjà à cette époque, la petite salle des
bhajans
était trop exiguë pour les dévots et le projet deBhagavan était que la colline voisine soit aménagée pour qu’un hall de
bhajans
spacieux puisse y être construit. C’est ainsi qu’Il ordonna à tous les dévots, aux étudiants et aux professeurs qui étaient avec Lui d’entreprendre ce
 seva
.Le matin, après le déjeuner, tous les dévots et les étudiants prenaient différents outils et selançaient dans les activités de service et bien sûr, Swami faisait le tour et Il donnait Son
 Darshan
du sommet du bâtiment – c’étaient des instants magnifiques pour nous.Où que Swami aille, que ce soit à Brindavan, à Prashanti Nilayam ou à Kodaikanal, il y a descolporteurs qui vendent des petites photographies et des babioles pour gagner péniblementleur vie. Ainsi, ces colporteurs avaient étalé leurs marchandises sur la route du lac deKodaikanal, à l’extérieur de Sai Shruti. Un jour, un inspecteur de police passa par là et il pensa qu’ils obstruaient la circulation et en conséquence, il confisqua toutes leursmarchandises. Cet incident fut rapporté à Swami.Le lendemain matin, les dévots étaient venus pour le
 Darshan
et cet inspecteur de police étaitlà aussi dans un coin. Swami circulait parmi les dévots. Il se rendit auprès de ce gentleman etde loin, nous vîmes qu’il y eut un bref échange entre eux. Nous ne savons pas quelletransformation s’opéra dans l’esprit de cet inspecteur de police. Ce qui se produisit ensuite,c’est qu’après, Il restitua toutes les marchandises aux colporteurs !
 
Quand nous nous trouvions dans Sai Shruti avec Swami, ces colporteurs avaient remis une prière à Bhagavan via quelqu’un et c’était une prière très spéciale :
‘’Swami, quand vosdévots et vos étudiants accomplissent ce seva, notre propre travail nous occupe et nous ne pouvons pas participer à ces activités de service. Mais quand vos dévots font une pause pour le déjeuner, à ce moment-là, nous sommes libres. Si vous nous autorisez, nous prions pour obtenir votre permission et vos bénédictions pour que, pendant la période où vos étudiants et vos dévots se reposent, nous puissions avoir la chance d’aider à la construction, de sorte quecette activité de seva puisse continuer sans interruption du matin jusqu’au soir.’’ 
Swami fut tellement touché par la prière de cesvendeurs que non seulement, il les bénit en leur offrant cette opportunité, mais il les cita en exempledevant nous en disant :
’’Voyez, regardez ce sentiment avec lequel ils se sont présentés pour effectuer cetteactivité de service !’’ 
Je réfléchissais à cette expérience en pensant que cesgens sont perdus dans le monde. Des gens sont venus pour obtenir le
 Darshan
de Bhagavan et ils sedemandent : ‘’Comment pouvons-nous gagner quelques roupies de plus, maintenant que ces dévotssont là ?’’ C’est leur manière de gagner leur vie. Mais par un concours de circonstances, Swami les a poussés et les a inspirés à s’engager dans ce
 seva
et Ila sanctifié leurs vies !
Personne n’est trop jeune pour servir…
Et je vois ceci dans nombre d’occasions ! Une fois, ici, à Prashanti Nilayam, c’était la périodequi précédait le
Grama Seva
. A cette époque, dans le Hill View Stadium, nous avions une journée où tous les étudiants et les enseignants ainsi que des
 seva dal 
nourrissaient les
 Narayanas
. C’était une grande bénédiction que Swami avait accordée au personnel et auxétudiants de l’université et tout ceci était très méticuleusement organisé. Nous avions répartitout le travail entre les étudiants, mais il restait ce groupe d’étudiants de 8
ème
(13 ans), quenous pensions trop jeunes et qui par conséquent avaient été ‘’oubliés’’.Lors de cette matinée mouvementée, Swami sortit de la salle d’interview, alors que nousétions tous occupés par les préparatifs dans le stade. Lorsque Swami sortit de la salled’interview, Il vit ces étudiants de 8
ème
assis dans le Mandir. Il en fut tout étonné !
‘’Et alors ? Ne savez-vous pas que c’est la journée du Narayana Seva, aujourd’hui ? Que faites-vousici ?’’ 
Et les garçons informèrent Swami avec véhémence :
‘’Swami ! Tous ces étudiants des grandes classes ont pris le travail. Ils ne nous ont rien laissé !’’ 
Et voici ce que Swamirépondit aux enfants :
‘’Prenez au moins de l’eau et aller servir les Narayanas. Et gagnez quelque mérite !’’ 
Du plus jeune au plus âgé, il n’y a personne qui ne remplit pas les conditions pour emprunter la voiedu
 seva
, selon Swami.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->