Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Journal de pensée Tome 2

Journal de pensée Tome 2

Ratings: (0)|Views: 186 |Likes:
Journal de Pensée II, l'Acheminement vers l'Amour – 2007, 2008 (manque les notes des carnets, mise en page à revoir)
Journal de Pensée II, l'Acheminement vers l'Amour – 2007, 2008 (manque les notes des carnets, mise en page à revoir)

More info:

Categories:Types, School Work
Published by: Jean-Baptiste Bourgoin on Nov 07, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/01/2014

pdf

text

original

 
L'Acheminement vers l'Amour 
Jean-Baptiste Bourgoin
Avant-propos
Ce texte est composé d'une série de notes destinées à préparer la rédaction d'une longue prière qui devait s'intituler « L'Acheminement vers l'Amour ». Elles urent originellement pu!liées sur mon site "e!.# la suite de ces articles vous pourre$ lire le dé!ut de « l'Acheminement vers l'Amour » qui ne ut  %usque là %amais rendu pu!lic.&l n'est pas impossi!le que ce texte soit un %our achevé.
Première partie
Ouverture
« Les proondeurs que nous prtons à la (atière ne sont que le relet des hauteurs de l)Esprit »
*
Aimer + « s)anéantir consciemment et volontairement à mesure qu)on prend de soi conscience d)avantage »
,
.&l est diicile de parler de l)amour- diicile de le penser. &l ait partie de ces choses que l)on croit connatre et- lorsque l)on se penche dessus- que l)on reuse de connatre d)avantage. /ous ne voulons pas savoir- essa0er de savoir- ce qu)est l)amour car nous avons peur de ne pas en tre digne- nous avons peur de découvrir qu)il n)existe pas- nous avons peur de découvrir que nous n)en sommes plus capa!le- nous avons peur ... L)Amour ait étrangement partie des expériences limites. Celles que nous avons du mal à penser- et qui nous ont du mal alors que nous les pensons.Ceci est le premier article d)une série possi!le d)acheminements vers l)Amour. 1)emprunte ici volontairement le titre à cet ouvrage de 2eidegger +
 Acheminement vers la Parole
- pour des raisons expliqués plus loin. Ce texte devait tre plus long- mais devant l)ampleur de la t3che qui s)orait à moi- %)ai prééré me laisser du temps.
La différence au cœur de l’intimité.
Aimer c)est vouloir la présence de l)tre aimé. L)tre aimé est tou%ours
 présent 
 à soi. &l est là- il est devant moi- %e le vois. &l m)est
 présent 
- et est
devant moi
.1e le vois et %e le reconnais- il ne m)est pas indiérent- et il est
autre
. L)tre aimé n)est pas mon sem!la!le- ce à quoi %e ressem!le- ce que %e puis tre- ce que %e suis ou ce qui m)est compara!le. L)tre aimé est radicalement autre- car c)est
lui
 qui est aimé. 4uelque soit les points communs que  %e partage avec l)tre aimé- ce que %e reconnais n)est pas moi. &l n)est pas un
objet 
- ce sur quoi %e me  pro%ette.L)amour est une attente. Aimer c)est vouloir la pleine présence de l)autre à soi. (ais l)autre n)est  pas tou%ours présent- mme s)il l)est tou%ours dans notre c5ur. Le désir de l)autre s)exprime dans les louanges- les appels- les chants. Chanter la personne aimée- la louer- c)est porter cette personne en6dehors du champ de l)intimité- c)est la rendre présente en tant qu)tre aimé dans le (onde. C)est à *7eilhard de Chardin-
 L’Évolution de la Chasteté
 in 89ur l)Amour8 p.:*,7eilhard de Chardin-
 Le Milieu Divin
 p.*;<-*;=
 
la ois
une portée et un appel 
. La poésie est le porte6parole de l)Amour dans le (onde > le poème est l)appel de l)tre aimé au milieu des hommes > le poète est cet homme seul aux milieux des hommes- chantant l)tre aimé dans l)espoir de sa venue.
 L’Amour c’est la présence et l’absence continuelle de l’être aimé
. 4ue cet tre soit ph0siquement  présent ou non. &l est tou%ours présent à soi- il ha!ite nos pensées et notre vision. (ais il est tou%ours a!sent car nécessairement autre- pleinement autre. ?leine présence à soi- %usque dans la voix-  %usqu)à lui aire écho > mais aussi pleinement étranger à soi- car reconnu dans sa singularité. L)tre aimé n)est pas moi.
Faire l’Amour comme une offrande.
8@aire l)amour8 est une expression très intéressante. ans cet acte- au premier a!ord purement animal- purement utilitaire Bacte de procréation- nous
 faisons
 l)amour- nous le réalisons. Comme si s)opérait ici une sorte de s0nthèse de tout ce que signiie l)amour. 4ue se passe6t6il lorsque nous
 faisons
 l)amour D
 faire l’Amour 
 c)est cette
étrange fusion
 de deux tres qui restent-
qui doivent rester
- pleinement eux6mmes alors mme qu)ils se perdent l)un en l)autre. @usion et dualité >  plaisir et peine >
 faire l’amour 
 est une action pleine car elle réunie des contraires.
 aire l’amou
 est un acte d)
unification
 plus que de usion.9imone eil exprime très !ien la douleur de l)amour + F « La grande douleur de la vie humain- c)est que regarder et manger soient deux opérations diérentes e l)autre cGté du ciel seulement- dans le  pa0s ha!ité par ieu- c)est une seule et mme opération » 
H
. I
 !egarder 
 et
manger 
 sont des actes ortement érotiques. 1)aime
voir 
 le corps de la personne aimée- et  %)aime
manger 
 ce corps- le goJter- le prendre dans ma !ouche. Le !aiser est un acte ortement érotique. @aire un !aiser sur la %oue- déposer un !aiser- est un don qui n)appelle pas le corps de l)autre. En ce sens il est amical. (ais le !aiser sur- voir dans- la !ouche est un don qui appel le  !aiser de l)autre- un a!andon. C)est le don entier de soi. « (on corps t)appartient ». (ais %e ne puis voir et manger la personne aimée en mme temps- l)avoir devant moi et la goJter
en même temps
. Lorsque %e regarde %e disparais dans la pleine présence de l)autre- %e me ais l)écho de l)autre > lorsque %e mange- %)accepte l)orande de l)autre- son don de soi. 1e ne puis aire les deux en mme temps signiie +
 je ne puis me perdre dans la personne aimée, et me l’approprier en même temps.
 9i %e ne ais que me perdre- %e disparais et donc %e ne %ouis plus de cette perte. 9i %e ne ais que m)incorporer la personne aimée- elle disparat et %e ne puis plus en %ouir. &l me aut tout à la ois disparatre et incorporer- me ondre dans l)tre aimé et le aire disparatre. (ais %e ne puis aimer que ce qui m)apparat- et %e ne puis tre aimé que parce que %e lui apparais.
 aire l’Amour 
 serait6il aussi le déaire D /on. Car en réalité- lorsque nous aisons l)amour nous n)arrivons %amais à
manger 
  pleinement la personne aimée- ni à disparatre pleinement en elle. # déaut de pouvoir aire les deux
en même temps
 nous n)en aisons pleinement aucun.
La satisfaction d’après l’amour est toujours tâchée d’une peine.
L)erreur est peut6tre de vouloir
manger 
 alors que nous ne devrions que nous orir. /ous ne devrions pas
vouloir manger 
- nous ne devrions
"u’accepter la nourriture
 oerte par l)autre. Et s)orir soi6mme.
L’Amour fait sonner le silence.
« Comme ieu a créé notre autonomie pour que nous a0ons la possi!ilité d)0 renoncer par amour-  pour la mme raison nous devons vouloir la conservation de l)autonomie che$ nos sem!la!les » 
K
L)amoureux se laisse pénétrer de l)tre aimé- sans désirer la nécessité de la réciproque- mme si H9imone eil-
 ormes de l’Amour implicite de Dieu
 in
#uvres
- quarto p.<H;K9imone eil-
#uvres
 p.<KH
 
celle6ci est nécessaire. &l
attend 
 l)autre- cela compte plus que savoir si l)autre l)attend également. Le dialogue des amis nécessite la réciprocité. L)Amour n)est pas un dialogue- les amants- ne se répondent pas comme les amis- il se ont écho. Et parce que l)amour est une attente- le chant des amoureux est un chant du silence. L)amour entend l)inaudi!le
;
- il est « le recueil o sonne le silence »
:
. 9onner le silence- n)est pas seulement le chant amoureux des amants- c)est l)Amour mme. Ce moment o moi et l)autre sommes un- tout en étant paraitement distinct. Ce moment o la dou!le attente sonne à l)unisson. C)est un moment miraculeux- et en ce sens il peut !ien tre représenté comme un couperet s)a!attant d)un coup- comme un 8coup de oudre8. &lluminé de toute  part- c)est lorsque la oudre m)a traversé- le eu m)a consumé- que la conscience du miracle apparat. (ais il n)0 a pas de mots- alors règne pendant un temps encore- le silence. C)est un silence de mort et un souvenir !rJlant. (oment miraculeux- « tout se passe comme si B... il était devenu manieste à la sensi!ilité elle6mme que le silence n)est pas a!sence de sons- mais une chose ininiment plus réelle que les sons- et le siège d)une harmonie plus paraite que la plus !elle dont les sons com!inés soient suscepti!les »
<
.L)Amour est ce chant harmonieux des amants-
l’un pour l’autre
- qui n)attendent rien l)un de l)autre. C)est un chant et donc un appel- un écho et donc un résonance dans le monde. (ais un chant inaudi!le- un écho silencieux M 4uel tre pour entendre ce chant D 4uel monde pour résonner à cet écho D L)ouverture à l)invisi!le et à l)inaudi!le qu)est l)Amour est violente. Ce couperet- ce coup de oudre- transperce le c5ur et l)3me- ne me laisse pas indemne. 9imple ouverture M 4u)elle est cette terre au creux de laquelle résonne le silence- et quel cet auditeur de l)inaudi!le qui attendent les amants D
 $ean%&aptiste &ourgoin ' L(on) le * novembre +,,- 
Première diression ! l’eros de l’âme.
« Le poète des poètes dit + « 4u)est6ce qu)un grand poème D C)est serrer la main du lecteur ». Na peut6tre cet échange du m0stère de la coniance entre un ané et un %eune. Et ce qui m)eraie un peu dans le moment actuel- c)est que- pour tre très sérieux- l)arrière6ond de cette relation a longtemps été- par un certain cGté- théologique. C)est une autorité transcendante- religieuse- dont la relation au matre est une orme séculière. 9i cela disparat complètement 6 car c)est en voir de disparition 6- il est très possi!le que cette orme6là- qui est l
éros
 de l)3me- qui est un peu la musique de l)3me- disparaisse aussi
O*P
 »Qoici une !elle citation- intéressante à plusieurs égards. 9teiner passe du grand poème pensé comme la main tendue ain d)tre serrée au lecteur- à l)idée de l)
éros
. 9errer une main est un acte ami- l)éros c)est l)amour. &l 0 a un glissement d)autant plus insensi!le de la
 philia
 à l)
eros
- qu)il est quotidiennement réquent. 2annah Arendt dit- dans un des ragments de son enRtage!uch- que ;Séérence à cette très !elle phrase de 9imone eil + l)Amour voit l)&nvisi!le.:2eidegger-
 Acheminement vers la parole
- p.HK. 1e me permet d)utiliser cette expression pour l)Amour- là ou 2eidegger l)utilise pour la parole. (ais che$ 2eidegger le déploiement du parler se ait dans « l)appel original qui en%oint de venir à l)intimité du monde et des chose ». Cette intimité dans laquelle est unit monde et choses est tenue ouverte par la i6érence. Tr %e retrouve ici un schéma identique à celui de l)amour. C)est !ien la diérence- le 8%e ne suis pas l)tre aimé- et l)tre aimé n)est pas moi8 qui m)unit dans l)intimité avec la personne aimée. (ais le phénomène est ici inverse. Le chant de l)Amour- contrairement au parler- n)en%oint pas de venir à l)intimité du monde et des choses- au contraire il est l)écho dans le (onde de l)Amour des amants- de leur intimité. Le chant des amants appel le monde et les choses à soi. La parole de l)homme l)amène dans l)intimité du monde et des choses.<9imone eil-
#uvres
 p.<:H

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->