Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
9- Orthopedie

9- Orthopedie

Ratings: (0)|Views: 229|Likes:
Published by droit12teb

More info:

Published by: droit12teb on Nov 11, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/27/2014

pdf

text

original

 
 
Pour plus de cours dans tous les modules, visitez le
Blog Du Chalet
 sur:
 Par Mehdi BENHENIA Un étudiant à la Faculté de Médecine de
Constantine - Algérie
 
 Orthopédie 01
INTRODUCTION EN ORTHO-TRAUMATOLOGIE
I-
DÉFINITION 
 : L'orthopédie est la science qui étudie les déformations et les malformations congénitales ou acquises du squelette. La traumatologie est la science qui étudie les fractures. II-
LES FRACTURES 
 : La fracture est une solution de continuité osseuse
 (interruption de la continuité osseuse.)
 présentant 3 caractéristiques
 
LE SIÈGE 
: 95% des fractures siégent au niveau des os longs, il permet d'évoquer un pronostic. 1-
Les fractures épiphysaires 
: C'est la surface articulaire. 2-
Les fractures métaphysaires 
: C'est la zone la plus large et la mieux vascularisée. Donc, la consolidation est rapide
(par la formation d'un
 hématome
, qui sera envahi par des fibroblastes
 fibrose
 qui sera à son tour envahie par les ostéoblastes.)
 3-
La fracture diaphysaire 
: C'est la zone la plus longue et la moins vascularisée. Donc, la consolidation est lente.
 
LA DIRECTION 
: Permet de juger de la stabilité, il faut distinguer 1-
Fracture transversale ou horizontale 
. 2-
Fracture transverso-oblique 
.3-
Fracture franchement oblique 
 (tendance au glissement et au déplacement.)
 4-
Fracture spirde 
 
(aspect S italique)
 5-
Fracture comminutive 
 
(plusieurs traits de fractures mal-définissables.)
 
 
LE DÉPLACEMEN
: Permet d'orienter le type de rééducation, il faut distinguer 1-
Le chevauchement 
: Par superposition des 2 fragments l'un sur l'autre. 2-
La translatio
: Par déplacement latéral d'un fragment sur l'autre. 3-
L'angulation 
: Par formation d'un angle entre les 2 fragments. 4-
Le décalage et la rotation 
: Par rotation d'un fragment sur l'autre. III-
LES LÉSIONS CUTANÉES 
 : Les plaies sont dues soit au traumatisme qui met l'os à nu
 (
plaie de dehors en dedans 
)
soit à l'os qui sectionne la peau
(
plaie de dedans en dehors 
.)
 Dans les 2 cas, l'os entre en contact avec le milieu ambiant, il s'agit alors d'une fracture ouverte
 (risque infectieux.)
 IV-
LES LÉSIONS MUSCULAIRES 
 : Se traduit par une tuméfaction du membre par saignement musculaire. Grâce à la rééducation et à sa bonne vascularisation, le muscle cicatrise en 3 semaines. V-
LES SIONS VASCULAIRES 
 :
 
Les lésions veineuses 
: Avec un hématome expansif et pouls présent et perceptible.
 
Les lésions artérielles 
: Avec un hématome rapidement expansif sans pouls. VI-
LES LÉSIONS NERVEUSES 
. VII-
CONDUITE A TENIR DEVANT UNE FRACTURE 
 : 1- Déshabiller la malade pour l'examiner. 2- Rechercher les lésions cutanées et les traiter avant la 6
e
hr 
 (nettoyage par du sérum salé, antiseptiques, antibiotiques)
 3- Recherche un hématome et le quantifier 
 (attendre 2 à 3 mn
 hématome expansif ou non.)
 4- Palper systématiquement les pouls en dessous de la fracture. 5- Tester la sensibilité et la motricité. 6- Demander une radiographie face/profil pour déterminer le siège, la direction et le déplacement.
Pour plus de cours visitez le: Blog Du Chalet sur: http://mehdi-mehdy.blogspot.com
 
Orthopédie 2
LES TRAUMATISMES DE L'ÉPAULE (I)
LES FRACTURES DE L'EXTRÉMITÉ SUPÉRIEURE DE L'HUMÉRUS
I-
INTRODUCTION 
 : La fracture de l'extrémité supérieure de l'humérus "ESH" est souvent l'apanage des sujets âgés. Elle est aussi fréquente chez l'enfant mais elle est considérée selon la classification de Salter et Harris comme une fracture-décollement. Le siège: Souvent au niveau de la jonction métaphyso-diaphysaire. II-
ANATOMIE PATHOLOGIQUE 
 :
 
LA CLASSIFICATION DE MERLE D'AUBIGNE
: 2 types 1-
La fracture engrené
: C'est une fracture siégeant au niveau de la jonction métaphyso-diaphysaire et présentant un contact cortical dont le fragment proximal est en flexion-rotation interne-adduction sous l'action du biceps et le fragment distal est en abduction. 2-
La fracture non-engrenné
: C'est une fracture présentant un déplacement important avec chevauchement des 2 fragments et interposition musculaire entre les 2. Le fragment proximal est en abduction sous l'action du deltoïde et le fragment distal est en adduction-flexion sous l'action du biceps.
 
LA CLASSIFICATION DE NEER
: Selon le nombre de fragment, l'angulation et le déplacement. 3 types 1.
Le type 1 
: C'est un fracture à 2 fragments avec une angulation < 30° et un déplacement < 1 cm. A savoir
1.
 
La fracture du col anatomique.
2.
 
La fracture du col chirurgical.
3.
 
La fracture métaphyso-diaphysaire.
4.
 
La fracture d'une tubérosité
(trochiter ou trochin.)
2.
Le type 2 
: C'est une fracture à 3 fragments avec une angulation de 30 – 50° et un déplacement linéaire > 1 cm. A savoir
1.
 
La fracture du col anatomique + l'une des tubérosités.
2.
 
La fracture du col chirurgical + l'une des tubérosités.
3.
 
La fracture métaphyso-diaphysaire + l'une des tubérosités.
4.
 
La fracture du col anatomique et du col chirurgical.3.
Le type 3 
: C'est une fracture avec plus de 3 fragments et un déplacement très important. A savoir
1.
 
La fracture-luxation de la tête humérale.
2.
 
Les fractures complexes de la tête humérale.
3.
 
La fracture des 2 tubérosités et du col anatomique.
4.
 
La fracture métaphyso-diaphysaire avec trait de refend diaphysaire.
 
LA CLASSIFICATION DE DYPARC ET HUTEN
: Permet d'évaluer le pronostic de la fracture de l'ESH 1- Fracture tubérositaire associée à une fracture du col anatomique. 2- Fracture-luxation de la tête associée à une fracture tubérositaire. 3- Fractures métaphyso-diaphysaires complexes avec perte de substance osseuse. 4- Fracture de l'ESH dont le point de départ est l'encoche de la tête. III-
COMPLICATIONS 
 : 1-
Le déplacement secondair
: Survient après un traitement orthopédique initial inadapté. 2-
La nécrose de la tête humérale 
: Survient après une atteinte vasculaire par traumatisme initial ou chirurgical ou par fracture comminutive de l'ESH. 3-
L'omarthrose 
 (arthrose de l'épaule) 
: Survient après une fracture isolée de la tête humérale ou une fracture-luxation. IV-
TRAITEMENT
:  A-
Traitement orthopéique
: Indications: 1- Chez l'enfant
 
duction 
 de la fracture-décollement selon Salter et Harris.
 
Stabilisation 
 par un moyen externe
 (contention par plâtre de Dujarrier)
 ou interne
 (ostéosynthèse par broches ou agrafes.)
 
 Rééducation après retrait du plâtre. 2- Chez l'adulte, l'indication porte uniquement sur les fractures incomplètes. B-
Traitement chirurgical
: Indication: Surtout chez l'adulte.
 
duction 
 de la fracture.
 
Stabilisation 
 par ostéosynthèse
 (broches, plaque mollie , vissage, clous centro-médullaires)
ou par fixateur externe
 
LA LUXATION DE L'ÉPAULE
I.
INTRODUCTION 
 : C'est la perte du contact entre la tête humérale et la cavité glénoïde suite à un mouvement d'abduction+rotation externe. La tête humérale se met en dessus, en dessous, en avant ou en arrière de la glène. II.
ANATOMIE PATHOLOGIQUE 
 :
La luxation anrieur
 est la plus fréquente car le mécanisme
 (abduction+rotation externe)
 est le plus sollicité. La tête se met dans la partie antéro-inférieure de la glène et se bloque, rendant la rotation interne impossible.
La luxation postérieur
 peut passer inaperçue car le membre est en adduction+légère rotation interne. C'est pourquoi devant tout traumatisme de l'épaule, il faut considérer le diagnostic de luxation postérieure jusqu'à preuve du contraire. III.
COMPLICATIONS 
 : 1-
La luxation récidivante de lpaul
: C'est la répétition des épisodes dans le temps, conséquence d'une mauvaise prise en charge thérapeutique du 1
er 
 épisode de luxation,. Du point de vue anatomo-pathologique, elle se traduit par la sortie permanente et facile de la tête humérale de la glène pour se mettre dans une chambre antérieure dite chambre de Hartmann et Broca. IV.
TRAITEMENT 
 :
Indications
:
 Le 1
er 
 épisode de luxation, c'est une urgence
Pour plus de cours visitez le: Blog Du Chalet sur: http://mehdi-mehdy.blogspot.com

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->